Signes, sons, images: méthodes d'analyse

LSOC2083  2019-2020  Louvain-la-Neuve

Signes, sons, images: méthodes d'analyse
5.0 crédits
15.0 h
2q

Enseignants
Langue
d'enseignement
Français
Préalables

Bachelier SOCA

Thèmes abordés

Ce cours vise à outiller l'étudiant dans l'analyse des dimensions les plus contextuelles, sensibles, matérielles et pratiques de la communication humaine, ces éléments signifiant en-deçà ou au-delà du seul mode logique des énoncés : les signes, les sons, les images. Suite à une introduction à la sémiotique (théorie des signes), à la pragmatique linguistique, à la phénoménologie de la parole et de la voix et à la sociologie visuelle, le cours est mené de manière interactive, sous la forme d'un atelier où les étudiants partagent leurs données et leurs interprétations.

Acquis
d'apprentissage

  • 1

    • 1.4. Démontrer une capacité d'intégration de savoirs d'autres disciplines des sciences humaines dans l'analyse de phénomènes sociaux et de leurs conséquences, dans une perspective de complémentarité et d'ouverture.
    • 3.1. Identifier la (ou les) méthode(s) d'analyse, quantitative(s) et/ou qualitative(s), la (les) plus appropriée(es) par rapport à un objectif.
    • 3.3. Mobiliser avec rigueur différentes méthodes qualitatives et quantitatives d'analyse.
    • 3.5. Exploiter et interpréter correctement les résultats.
    • 4.1. Contextualiser et décrire un phénomène social.
    • AA-FS-SC.3. Analyser avec sa posture de sociologue et de façon approfondie un enjeu spécifique lié à ces changements et ainsi construire un angle de lecture ancré dans une analyse sociologique

La contribution de cette UE au développement et à la maîtrise des compétences et acquis du (des) programme(s) est accessible à la fin de cette fiche, dans la partie « Programmes/formations proposant cette unité d’enseignement (UE) ».

Contenu

Ce cours vise à outiller l'étudiant dans l'analyse et l'interprétation de la part de signification qui, dans les pratiques sociales, déborde le discours; ces éléments signifiant en-deçà ou au-delà du seul mode logique des énoncés : les signes, les sons, les images. Suite à une introduction dans laquelle nous préciserons l'intérêt, pour la sociologie, de meilleures capacités d'interprétation des signes (socio-sémiotique) et des images (sociologie visuelle), les étudiants seront initiés à des techniques d'analyse dans ces domaines. Le cours se poursuit par des exercices pratiques menés à partir de photographies et de vidéos sélectionnées par le professeur, puis par une "data session" dans laquelle les étudiants partagent leurs  propres données (photos/vidéos) et leurs interprétations.

Le cours se structure en 5 parties : 

1. Enjeux pour la sociologie

Si les sciences sociales doivent pouvoir s'appuyer sur la pratique de l'entretien et l'analyse du discours des acteurs, elles sont aussi des disciplines d'observation et de description de la vie sociale, d'interprétation du sens qui est à l'oeuvre dans des pratiques sociales et des interactions "en train de se faire". Pour cela, elles recourent à l'ethnographie. L'un des reproches communément adressé à l'ethnographie est que, si cette pratique d'enquête produit un matériau plus riche et plus vivant que le seul "discours", elle manque par contre  de techniques d'analyse rigoureuses permettant de donner une interprétation scientifique à la profusion de signes, de sons et d'images se mêlant, dans les situations qu'elle étudie, aux éléments strictement discursifs. L'objectif de ce cours est d'initier les étudiants à quelques-unes de ces techniques supplémentaires. 

2. Techniques d'analyse socio-sémiotique

Si la sémiotique est la théorie des signes, la socio-sémiotique est une sociologie qui fonde son étude des rapports sociaux sur l'analyse des signes. Nous présenterons deux modèles sémiotiques et leurs usages en sociologie :

- La "grammaire" des signes mise au point par le fondateur de la sémiotique, Charles Sanders Peirce, constitue un puissant outil analytique. Partant du principe que tout ce qui parvient à notre conscience est un flot de signes, Peirce établit une catégorisation des différents types de signes et de leur mode de signification. Parmi les différentes "triades" qui organisent cette catégorisation, la principale distingue les "symboles", les "indices" et les "icônes". Les symboles sont des signes qui représentent leur objet en vertu d'une loi, d'une convention ou d'une habitude (Ex : une croix représente la foi chrétienne). Les indices sont des signes qui présentent leur objet par une connexion réelle avec celui-ci. (Ex : une girouette indique la direction du vent parce qu'elle est concrètement affectée par le vent). Les icônes sont des signes qui nous mettent en présence de leur objet, ou qui l'évoquent, par un principe de ressemblance ou de similarité (Ex : l'incarnation d'un personnage historique par un acteur). Ces différents types de signes "agissant" de concert dans une seule et même situation, la sémiotique nous permet de comprendre les façons dont ils s'articulent dans la production du sens.

- Complémentaire à la théorie des signes de Peirce, la sémiotique de Karl Bühler inscrit ces considérations dans la pratique du langage et de la communication interpersonnelle. Pour un locuteur, recourir au langage revient à produire des signes à l'attention d'un récepteur, qui pourra interpréter ces signes sous des aspects très différents, qu'il nomme "symbole", "symptome" et "signal". Le "symbole" est pour Bühler le signe dans sa fonction de renvoi à des objets et états de choses du monde (c'est à cette fonction que se limite généralement l'analyse de discours en sociologie). Le "symptôme" est le signe dans sa fonction d'indication de l'identité ou de l'état du locuteur. Le "signal" est le signe dans sa fonction d'appel, de déclenchement de réactions chez le récepteur. Comme chez Peirce, ces différentes dimensions du signe opèrent ensemble dans toute situation de communication : un locuteur parle généralement au sujet de quelque chose (symbole), tout en disant quelque chose de sa personne et de son état (symptôme) et en cherchant à provoquer certaines réactions chez son interlocuteur (signal). Cependant, selon les situations de communication, ces fonctions ont une pertinence et une hiérarchie différentes (ex : un colloque scientifique comme situation où la fonction de renvoi aux objets et états de choses du monde est majeure ; une fête comme situation où la fonction d'expression d'un état de joie l'emporte ; une vidéo de propagande comme situation où la fonction d'appel et de déclenchement est première). Le modèle de Bühler permet de comprendre ces hiérarchies des modes sémiotiques dans la communication, les façons dont elles peuvent évoluer ou se transformer au cours d'une même situation, les façons dont elles peuvent être transgressées ou subverties, créant la surprise, la perplexité ou l'indignation.

3. Techniques de sociologie (audio)visuelle

Nous dirigerons ensuite notre attention vers deux types de "matériaux" permettant de mettre l'analyse socio-sémiotique au travail : les sons et les images. Dans les pratiques sociales, sons et images ne font pas qu'accompagner passivement le discours ; ils agissent et signifient sur un mode propre, et ajoute une strate de signification à celle des énoncés, une strate supplémentaire dont l'interprétation rigoureuse fait souvent défaut en sociologie. Sons et images peuvent aussi s'auto-suffire dans nos pratiques et interactions, et se passer du discours. Notre rapport à nous-mêmes quand nous sommes seuls ou croyons l'être, nos déambulations quotidiennes, nos interactions minimales avec des étrangers dans la rue ou les transports en commun, nos pratiques économiques, culturelles, sportives, festives, sexuelles, etc. Nombre de ces activités s'orientent essentiellement à partir de données sensibles, visuelles et sonores et font généralement l'économie du discours.

Pour l'analyse de sons et de leur signification, dans des cas où ils accompagnent le discours et d'autres cas où ils le remplacent, nous nous tournerons vers des méthodes de saisie du rôle de la voix dans la communication (la voix telle qu'elle ajoute un sens supplémentaire à celui du discours) et des méthodes d'interprétation des exclamations et interjections (la voix telle qu'elle se substitue au discours dans sa capacité à exprimer un affect). Nous nous appuierons ici sur l'ouvrage qu'a consacré Anthony Pecqueux aux "voix du rap" ainsi que sur le dernier ouvrage d'Erving Goffman, Façons de parler (en particulier son Chap.2, "Exclamations").

Pour l'analyse des images, le "Précis de photographie à l'usage des sociologues" de Sylvain Maresca et Michaël Meyer et le "Handbook of Visual Analysis" de Theo Van Leeuw et Carey Jewitt seront nos principales références. Après avoir considéré quelques exemples classiques d'utilisation de la photographie dans les sciences sociales (Malinowski, Boas, Bateson/Mead, Goffman, Harper), nous découvrirons les usages contemporains de la sociologie visuelle  et son application à des enquêtes prenant pour terrain Internet et les réseaux sociaux. 

4. Exercices pratiques sur base d'un matériau imposé

Une fois présentés ces repères théoriques et ces méthodes, les étudiants s'essaieront ensemble à l'analyse de matériaux audio-visuels sélectionnés par le professeur et issus de ses recherches sur la ville et la participation.

5. Exercices pratiques sur base d'un matériau libre ("data session")

Quelques semaines plus tard, et après avoir identifié leurs propres séquences (relatives à des questions pertinentes à leurs yeux, par exemple dans le cadre de leur projet de mémoire), les étudiants sont une dernière fois réunis à l'occasion d'une "data session" dans laquelle les étudiants partagent leurs données (photos/vidéos) et leurs interprétations.

Méthodes d'enseignement
Les trois premières parties du cours sont basées sur l'apprentissage d'une théorie de la méthode et menés sur le mode d'un cours magistral. 
Les deux dernières parties du cours donnent lieu à des exercices pratiques menés sur un mode "atelier". 
Afin de donner davantage d'intensité à cet enseignement, les 5 parties (5*3h) sont concentrées sur deux journées entières (2*6h) et une demi-journée (1*3h).
Modes d'évaluation
des acquis des étudiants
  • Participation au cours et aux ateliers
  • Production d’un travail personnel consistant en une analyse approfondie du matériau présenté lors du second atelier
Ressources
en ligne

- Lectures pour chaque séance disponibles sur Moodle

- Slides de cours disponibles sur Moodle
Bibliographie
  • Slides

1. Sémiotique et socio-sémiotique

Berger Mathieu, Philippe Gonzalez, Alain Létourneau, 2017, "Peirce et les sciences sociales", Cahiers de recherche sociologique, 62.

Berger Mathieu, 2017, "Vers une théorie du pâtir communicationnel", Cahiers de recherche sociologique, 62.

Bühler Karl, 2009 (1934), Théorie du langage, Marseille, Agone.

Ferry Jean-Marc, 2007, Les grammaires de l'intelligence, Paris, Cerf.

Genard, "La sociologie modo aesthetico", à paraître, in Laurence Kaufmann et Louis Quéré (dir), Les émotions collectives, Paris, EHESS. 

Landowski, 1989, La société réfléchie. Essais de socio-sémiotique, Paris, Seuil.

Peirce Charles Sander, 1978 (1890-1910), Ecrits sur le signe, Paris, Seuil.

Veron Eliséo, 1987, La semiosis sociale, Paris, Presses Universitaires de Vincennes.

2. Sociologie (audio)visuelle

Banks Marcus, Visual Methods in Social Research, Londres, Sage.

Chaplin Elisabeth, 1995, Sociology and Visual Representation, Londres, Routledge.

Goffman Erving, 1987, "Exclamations", Façons de parler (chap.2), Paris, Minuit.

Maresca Sylvain et Michaël Meyer, 2013, Précis de photographie à l'usage des sociologues, Presses de l'Université de Rennes.

Pecqueux Anthony, 2007, Voix du rap. Essais de sociologie de l'action musicale, Paris, L'Harmattan.

Pink Sarah, 2001, Doing Visual Ethnography : Images, Media and Representation in Research, Thousand Oaks, Sage.

Prosser John, 1998, Image-based Research. A Sourcebook For Qualitative Researchers, Londres, Routledge.

 

Faculté ou entité
en charge


Programmes / formations proposant cette unité d'enseignement (UE)

Intitulé du programme
Sigle
Crédits
Prérequis
Acquis
d'apprentissage
Master [120] en sociologie
5
-

Master [60] en sociologie et anthropologie
5
-