Séminaire de philosophie des sciences humaines

lfilo2940  2020-2021  Louvain-la-Neuve

Séminaire de philosophie des sciences humaines
En raison de la crise du COVID-19, les informations ci-dessous sont susceptibles d’être modifiées, notamment celles qui concernent le mode d’enseignement (en présentiel, en distanciel ou sous un format comodal ou hybride).
5 crédits
30.0 h
Q2
Langue
d'enseignement
Français
Préalables
Le cours suppose une connaissance au moins passive de l'anglais suffisante pour pouvoir lire des textes courants en philosophie des sciences humaines.
Thèmes abordés
Le séminaire traitera d'un thème dans le domaine de la philosophie des sciences humaines déterminé par ses titulaires en fonction de projets de recherche auxquels ils prennent part. Il veillera à assurer une participation active des étudiants aux séances. Il pourra associer des professeurs et chercheurs de l'UCL intéressés ainsi que de spécialistes du thème extérieurs à l'UCL.
Acquis
d'apprentissage

A la fin de cette unité d’enseignement, l’étudiant est capable de :

1

Au terme du séminaire l'étudiant aura la capacité :
- de traiter un thème de recherche dans le domaine de la philosophie des sciences humaines sur la base d'une analyse critique des principaux travaux et textes d'auteurs abordant le thème en question ainsi que des contributions présentées dans le cadre du séminaire ;
- de rédiger une communication scientifique sur une question de recherche précise et pertinente au regard du thème abordé par le séminaire ;
- de prendre part activement à une recherche collective en philosophie des sciences humaines, notamment par la participation à la discussion de contributions dans le cadre du séminaire

 

La contribution de cette UE au développement et à la maîtrise des compétences et acquis du (des) programme(s) est accessible à la fin de cette fiche, dans la partie « Programmes/formations proposant cette unité d’enseignement (UE) ».
Contenu
L’approche de l’espace public à partir des présupposés interactionnistes mobilisés par les différentes formes de procéduralisme, communicationnel chez Habermas, libéral chez Rawls, notamment, oblitère un phénomène crucial qui conditionne pourtant les formes de rationalisation des intérêts particuliers dont dépend l’existence démocratique. Il s’agit du phénomène d’identification. Ce phénomène est traité dans les questions d’espace public, de manière que nous nommerons standard, en recourant à l’aspect autoréférentiel des systèmes constitutionnels. Mais en procédant de la sorte, l’interactionnisme social suppose aussi acquise la capacité de résistance des individus à d’autres formes d’interpellation dans l’espace publique qui les orienterait vers une rigidification de leurs identités. Pourtant, ces rigidifications peuvent entraîner des blocages ou ce que certains auteurs dénomment des barrières sémantiques, voire des formes d’autodévalorisation, notamment suite à l’expérience de contextes de dénigrement, tels que les étudient par exemple les études décoloniales. On se trouve donc devant deux manières antithétiques de traiter les questions d’identification dans l’espace public, l’une que nous nommerons récursive, l’autre défensive. Notre hypothèse de travail est qu’il faut dépasser ces approches standards de l’identification de façon à mieux en saisir la fonction pragmatique pour les acteurs concernés eux-mêmes.
Modes d'évaluation
des acquis des étudiants

En raison de la crise du COVID-19, les informations de cette rubrique sont particulièrement susceptibles d’être modifiées.

Travail de 10 pages à réaliser à partir d'un auteur ou un sujet étudié dans le cours. Suite à l'envoi de ce travail par mail, l'étudiant recevra en retour une question sur le travail à préparer pour l'examen oral.
Exposé de la réponse à la question lors de l'examen oral (15 min.).
Le travail peut être réalisé en français, en anglais, ou en italien, moyennant accord avec le titulaire.
Les étudiants sont invités à discuter avec le titulaire du sujet auquel ils souhaiteraient consacrer le travail.
Bibliographie
Bracher M., (2009), Social Symptoms of Identity Needs: Why We Have Failed to Solve Our Social Problems and What to do About It, Routledge, London/NY.
Cronin C., (2003), « Democracy and Collective Identity », in Defence of Constitutional
Gillespie A., (2006), Becoming Other: From Social Interaction to Self-Reflection, Information Age Publishing, Greenwich (CN).
Mouffe Ch., (2000), The Democratic Paradox, Verso, London,
Swann W.B.Jr., (1999), Resilient Identities: Self-relationships and the construction of social reality, Basic Books, NY.
Wagenaar H., (2015), Meaning in Action: Interpretation and Dialogue in Policy Analysis: Interpretation and Dialogue in Policy Analysis, Routledge, London/NY (1st pub. 2011).
Faculté ou entité
en charge


Programmes / formations proposant cette unité d'enseignement (UE)

Intitulé du programme
Sigle
Crédits
Prérequis
Acquis
d'apprentissage
Master [120] en philosophie

Master [120] en éthique

Certificat universitaire en philosophie (approfondissement)