Communication d'intérêt général et publics citoyens

mcomu2110  2022-2023  Mons

Communication d'intérêt général et publics citoyens
5.00 crédits
30.0 h
Q2
Langue
d'enseignement
Français
Préalables
/
Thèmes abordés
  • Administration et communication
  • Organisations et acteurs
  • Communication publique
  • Communication politique
  • Communication et lobbying
  • Média, politique, institutions
  • Outils et dispositifs, en particulier numériques
  • Communication publique et politique à l'heure d'Internet
Acquis
d'apprentissage

A la fin de cette unité d’enseignement, l’étudiant est capable de :

1 A l'issue de ce cours l'étudiant sera capable de :
  • définir et comprendre les spécificités de la communication politique d'un côté et la communication publique de l'autre
  • contextualiser et comprendre les enjeux de la communication politique et publique
  • porter un regard réflexif sur les pratiques de communication politique et publique
  • analyser les situations et stratégies de communication politique et publique
  • développer une stratégie de communication politique et publique
 
Contenu
La communication fait l'objet d'une spécialisation dans une les organisations politiques et dans les institutions publiques des démocraties représentatives, comme dans les ONG, les associations, etc. : autrement dit les pratiques de communication traversent des organisations et institutions aux caractéristiques diverses mais qui ont en commun de porter, dans le discours a minima, l’intérêt général. Ce cours a pour vocation d'aborder les processus de communication que l'on retrouve dans ce type d'organisations. Il s'agit dans un premier temps de comprendre les grandes problématiques et les enjeux communicationnels des organisations concernées et de leurs acteurs pour dans un second temps découvrir les réalités professionnelles d’une série de communicatrices et communicateurs d’intérêt général issu·es de différents secteurs d’activités.
Les connaissances de base relatives au fonctionnement démocratique et au système politique belge sont supposées maîtrisées au début du cours. A titre d’exemple : différences entre pouvoir exécutif, législatif et judiciaire, notions de majorité/opposition, rôle et identification des partis politiques belges, structure fédérale belge, … Si ces notions ne sont pas maîtrisées, les étudiants sont invités à mettre à jour leurs connaissances AVANT le début du cours à l’aide de la bibliographie indicative ci-dessous.
Méthodes d'enseignement
Le dispositif pédagogique intègre un volet ex-cathedra à travers powerpoint et illustrations et s’appuie sur la participation active des étudiant·es
Le cours est structuré en deux parties distinctes mais qui ne sont bien sûr pas sans lien.
  • La première consiste à fournir et discuter des concepts théoriques en capacité d’aider à l’analyse de la communication d’intérêt général, des acteurs impliqués et des publics à qui elle cherche à s’adresser. La méthode est celle de la classe inversée, qui s’appuie sur la présentation des étudiant·es (organisé·es par groupe) de contenus issus de la lecture d’articles scientifiques et illustrés par des cas empiriques.
  • La seconde organise chaque séance autour de la venue d’un·e “communicateur·trice d’intérêt général” qui présentera son métier, son environnement de communication et ses enjeux de communications. Les invité·es représenteront différents types de communication d’intérêt général (sensibilisation de type santé publique, sécurité routière, info-service du genre TEC, SNCB, impact sociétal du genre Greenpeace, etc.) Les étudiant·es organisé·es en groupe seront chargé·es de préparer un petit exposé introductif avec des questions adaptées à l’invité.e. Par ailleurs, en début de chaque séance, un groupe tiré au sort devrait faire une courte présentation (3 minutes) d’une communication d’intérêt général qui l’a marqué au cours des 10 derniers jours (message, à qui elle s’adressait, ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas selon eux). Cette présentation serait suivie d’un bref échange avec le groupe. 
Le cours suppose par conséquent une connaissance de l’actualité ; il est demandé aux étudiant·es de faire un suivi continu de l’actualité au regard notamment des questions et enjeux de communication qu’elle pose.  Des moments d’interaction à ce sujet seront prévus lors des séances. 
Modes d'évaluation
des acquis des étudiants
Chaque partie de cours  est évaluée séparément : chacune compte pour 50% de la note.
 
1ère session
 
Première partie (cadrage des enjeux, acteurs et notions/concepts clés) - enseignante Sandrine Roginsky :
L’évaluation porte sur la maîtrise des concepts et notions vus en cours et sur la capacité de les mobiliser pour l’analyse.
Deux modalités d’évaluation sont ici prévues :
  • Travail en groupe de présentation, d’illustrations et de discussion d’articles scientifiques – à l’oral mais accompagné d’un document écrit dans lequel apparaît clairement l’apport de chacune et chacun des étudiant·es. Autrement dit la note est fixée individuellement (40% de la note)
  • Examen oral individuel de restitution (60% de la note). 
  • La participation sur l’ensemble des séances peut permettre d’ajouter 1 à 2 points à la note finale
 
Deuxième partie (approche empirique à partir de conférences de praticiennes et praticiens ) - enseignante Emily Hoyos: 
Trois modalités d’évaluation sont ici prévues :
  • Travail en groupe : présentation orale d’une communication d’intérêt général d’actualité (20%)
  • Travail en groupe : exposé introductif de l’invité·e de la séance et préparation de questions à lui poser (20%)
  • Travail individuel : examen écrit (60%)
     
 
2e session
 
Première partie (enseignante Sandrine Roginsky) : La note obtenue dans le cadre du travail en groupe (40% de la note) de la première partie ne peut pas être reprise/modifiée. Il est seulement possible de reprendre la note de l’examen oral (60% de la note). Un autre examen oral de restitution de la matière est prévu.
 
Deuxième partie (enseignante Emily Hoyos) : La note obtenue dans le cadre du travail de groupe “ exposé introductif” de la deuxième partie (20% de la note) ne peut pas être reprise. Il est possible de reprendre la note du travail en groupe "présentation orale d’une communication d’intérêt général d’actualité" qui est alors à faire par écrit et individuellement (20% de la note) et la note de l’examen écrit (60% de la note) qui doit être repassé. 
 
Autres infos
La présence aux cours est obligatoire.
Bibliographie
Bibliographie indicative
Aldrin, P. et Hubé, N. (2017) Introduction à la communication politique. Editions De Boeck.
Aldrin, P., Hubé, N., Ollivier-Yaniv, C. Utard JM. (2014) Les mondes de la communication publique: légitimation et fabrique symbolique du politique. Presses Universitaires de Rennes
Davis, Aeeron. (2007).The Mediation of Power : A critical introduction. London/New York : Routledge.
Faculté ou entité
en charge


Programmes / formations proposant cette unité d'enseignement (UE)

Intitulé du programme
Sigle
Crédits
Prérequis
Acquis
d'apprentissage
Master [120] en administration publique

Master [60] en sciences politiques, orientation générale

Master [60] en information et communication

Master [120] en communication