La rentrée des kots à projet culturels

 

Les étudiant·es sont au cœur de la vie culturelle de l’UCLouvain. Ils en sont à la fois de formidables acteurs, au travers des innombrables projets qu’ils créent et développent, mais ils bénéficient également de très nombreux avantages, afin de rendre leur expérience universitaire culturelle et épanouissante.

Les kots à projet culturels sont dans la place !

De la danse à la BD en passant par l’impro, le cirque, la musique, la poésie, la peinture ou la radio…, les Kots à projet culturels de l’UCLouvain sont nombreux, hyper motivés et créatifs ! Depuis l’an dernier, ils se sont structurés en « plateforme culturelle» afin de fédérer les énergies et mettre ensemble le « kap sur la culture ». Installés sur la Place de l’Université toute l’après- midi, en mode « foire culturelle », ils vous proposeront des initiations, des mini- concerts, des performances et des ateliers. Désireux de s’inscrire dans le tissu culturel de la ville, ils collaborent avec UCLouvain Culture, le Musée L, l’Atelier Théâtre Jean Vilar, la Ferme du Biéreau, l’Aula Magna et les Ateliers d’Art de la Baraque. La journée se terminera en musique, au son des nombreux talents musicaux de nos étudiant·es.

Focus sur le Festival Mozaïk

Du 15 au 17 novembre 2021, le KAP Le Lever du Rideau vous convie à son célèbre Festival Mozaïk. Au programme : des pièces de théâtre professionnelles, des cartes blanches, des afters déjantées avec d’autres KAP… Cette année, il se tiendra au sein de l’Atelier Théâtre Jean Vilar.

Claire Sponar, co-Présidente du LDR, y allait déjà petite avec sa maman… Elle en a tiré une belle passion pour le théâtre et une solide motivation professionnelle. Entretien.

Bonjour Claire, pourquoi cette envie de rejoindre le LDR ?

CS : J’ai toujours  adoré  le  théâtre. Toute petite déjà, ma maman m’emmenait voir les pièces les plus variées. J’ai même assisté plusieurs fois au festival Mozaïk de l’époque ! Après avoir choisi l’option théâtre au Lycée Martin V, et avoir beaucoup pratiqué, c’est tout naturellement que j’ai postulé au LDR afin de pouvoir combiner mes études et ma passion. J’étudie le droit et je me spécialise, au travers de mon mémoire, dans les questions du financement culturel.

Quel est ton rôle au sein du LDR ?

CS : J’en suis co-présidente et j’ai la chance de pouvoir programmer les pièces. Nous nous répartissons les tâches en fonction des affinités : certains vont s’atteler à l’organisation logistique et à la production du festival, d’autres aux questions de communication… Moi, mon truc, c’est la programmation. Je vais d’ailleurs souvent en repérage au festival d’Avignon afin de... rêver (rires), car les spectacles qui y sont présentés sont malheureusement trop onéreux.

En considérant ces réalités financières, comment choisissez-vous vos spectacles ?

CS : Nous nous tournons la plupart du temps vers de jeunes compagnies, des comédiens et comédiennes qui sortent des écoles de théâtre (l’INSAS, l’IAD, les Cours Florent, etc.) Nous accueillons souvent aussi des seuls en scène, plus abordables. Mais nous sommes de plus en plus intéressés par les co-productions avec des structures professionnelles, comme l’Atelier Théâtre Jean Vilar par exemple. Nous avons d’ailleurs des projets et des idées en cours avec son nouveau directeur, et sommes ravis de nous y produire pour l’édition de novembre.

Quel est le programme pressenti pour cette prochaine édition ?

CS : Le lundi 15 novembre, nous accueillerons un seul en scène basé sur les textes de Étienne de la Boétie. Cette pièce aborde le sujet des libertés dans notre société actuelle et a été inspirée par le projet de « marche des philosophes » à laquelle nous avons participé. Le mardi 16 novembre, nous collaborons avec le KAP Signes qui développe des projets d’accessibilité de la culture pour les sourds et malentendants, et nous proposons ensemble la pièce L’étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde. Enfin, le mercredi 17 novembre, l’humoriste Abdel Nassar, un fidèle du festival, revient avec son seul en scène Le meilleur papa du monde.

D’autres projets au programme du LDR pour ce Q1 ?

CS : Oui ! Nous nous sommes lancé de nouveaux défis : l’organisation d’une soirée théâtrale en plein air, en collaboratio avec le Kot-é-Clown, l’Improkot et le Kap Contes qui se tiendra le 21 septembre, et un tout nouveau projet « What the fun » à l’initiative d’un collectif d’humoristes. Il s’agit d’une tournée et d’un concours d’humour interuniversitaire… un beau challenge ! Par ailleurs, nous continuons aussi nos ateliers et cours de théâtre qui remportent un très grand succès auprès des étudiant·es.

Dans quel état d’esprit abordez-vous cette rentrée particulière ?

CS : On a hâte! Hâte de se retrouver, de retourner au théâtre, de fouler les planches… nous avons une super équipe et avons très bien préparé notre programme de ce quadri, afin de pouvoir en profiter un maximum !

1001 façons de vivre la culture à l’UCLouvain

 Les étudiants et étudiantes de l’UCLouvain bénéficient gratuitement d’une foule de services et d’avantages culturels.

  • Des concerts, spectacles, expos, rencontres... l’entièreté des activités faisant partie de la programmation culturelle de l’UCLouvain leur est accessible gratuitement sur réservation Des ateliers de pratique artistique et créative gratuits
  • Des fonds pour soutenir la réalisation de projets en lien avec la culture et la création
  • Des conseils, du support, du matériel, des contacts... pour aider à la réalisation de projets en lien avec la culture et la création
  • Un accès gratuit au Musée L, ainsi qu’à la majorité des activités qui y sont organisées
  • Des avantages chez les partenaires culturels de l’UCLouvain partout en Wallonie et à Bruxelles (Ferme du Biéreau, BOZAR, Musée de la photographie...) liste et détails disponibles sur le site www. uclouvain.be/culture
  • Des concours réguliers pour gagner des places de concert, festival, théâtre...

NOUVEAUTE : Les étudiant.es de Saint-Louis, notre université complice, bénéficient également de ces avantages sur présentation de leur carte d’étudiant.