Bibliothèque d'architecture, d'ingénierie architecturale, d'urbanisme - Bruxelles

BAIU-BXL Bruxelles Saint-Gilles

Une bibliothèque implantée sur trois sites.

Un fonds spécialisé "Art & Architecture"

à Bruxelles.

Actualités

Dicobat

Dicobat Online Phase de test jusqu'au 15 décembre !  L'information disponible sur Internet n'a jamais été aussi abondante. Mais souvent disparate, éclatée et peu fiable. Trouver...

Carnet de curiosités

Exposition / Débats Carnet de curiosités Exposition du 9/10 au 27/10/2017 - Palmeraie Vernissage : lundi 9/10 à 19h45 Lundi 9/10 à 18h30 (auditoire AR-06) : A. De Meyer et B. Lacroix «...

SIT IN

Une semaine enthousiasmante pour entamer son cursus en architecture à LOCI-Bruxelles   Du lundi 18 au vendredi 22 septembre 2017, les étudiants de première année en architecture seront...

Nouvelles acquisitions

Building stories / Ware, Chris,

Building stories

Ware, Chris,

Editeur: Jonathan Cape, 2012
Cote de rangement: 741.6.032 WAR

Résumé:
Coupes d'immeuble, histoires étage par étage, flashbacks et narrations parallèles, les récits se mêlent et se répondent pour conter les interactions sociales d'un voisinage de Chicago. Relations familiales, liaisons amoureuses, séduction, paternité, éducation, les thématiques se développent au gré des choix du lecteur. L’ouvrage, en premier lieu, surprend. Il met presque mal à l’aise. Building Stories, de Chris Ware, sorti il y a deux ans aux Etats-Unis et qui paraît en français, chez Delcourt, n’est pas une bande dessinée ordinaire. C’est une boîte lourde et volumineuse. A l’intérieur, quand on ose enfin l’ouvrir, se cachent 14 albums. Tous de formes différentes, ce sont des livres, des journaux, des posters, des panneaux. Au lecteur, ensuite, de se débrouiller, de lire dans le sens qu’il veut l’intégralité des 260 pages ou de seulement picorer. L’ouvrage est un château Lego à concevoir sans plan, une expérience graphique presque physique. Building Stories est un jeu de mots, en anglais, entre le lieu où se déroulent la plupart des histoires, un immeuble de quelques étages de Chicago et le fait de devoir construire soi-même la narration. «Dans l’incorporalité électronique de l’existence, il est parfois rassurant - voire nécessaire - d’avoir quelque chose à quoi se raccrocher, commente Chris Ware en quatrième de couverture. Ainsi, l’acheteur trouvera dans cette boîte une variété parfaitement équilibrée d’ouvrages conçus pour répondre à pratiquement tous les goûts artistiques ou poétiques imaginables, de la causticité corrosive de la jeunesse au sérieux écœurant de la maturité.» Chris Ware, 46 ans, s’il est multirécompensé et l’un des auteurs américains les plus importants des deux dernières décennies, est adoré des professionnels mais reste encore parfois méconnu du grand public francophone. Son univers est si particulier, tendre et triste tout à la fois, sa narration tellement personnelle, il n’y a souvent pas vraiment de haut et de bas ou de gauche et de droite mais des cases de multiples tailles, le plus souvent tracées au couteau, qui s’enchaînent ou se sautent. Ce jeu, partie intégrante de l’expérience, exige du lecteur une vraie concentration. Mais, dans le même temps, il lui offre une liberté ludique immense pour créer et imaginer son propre récit. Bulding Stories est la mise en forme de dix années de publications de Chris Ware dans les journaux américains, The New Yorker, The New York Times et le McSweeney’s Quarterly Concern, ainsi que quelques dizaines de pages inédites, «jugées trop obtuses, indécentes ou tout simplement incohérentes pour paraître dans un périodique respectable». Cette incohérence d’apparence n’est que de façade. Il est assez fascinant de voir, sur la durée, que l’auteur pense absolument à tout, créant, au fil des années, une œuvre totale.