Suivre le fil de la 5G

François Rottenberg, chercheur à l’ICTEAM de l’UCLouvain et finaliste du concours Ma thèse en 180 secondes(MT180) en 2018, a reçu l’ICTEAM Best Thesis Award pour ses travaux sur la 5G.

Aujourd’hui, les chirurgiens peuvent opérer à distance un patient localisé de l’autre côté du monde, les voitures communiquent entre elles pour éviter les accidents, vous pouvez augmenter le thermostat de votre domicile en prévision du retour de vos enfants de l’école. Ces quelques exemples illustrent la révolution technologique qui est actuellement en cours et qui nécessite de développer la 5e génération des systèmes de communication (5G). Ce nouveau type d’applications se traduira par des exigences extrêmes en termes de débit, de fiabilité et de densité d’utilisateurs, qui ne seront satisfaites qu’en introduisant de nouvelles technologies radicalement différentes de celles actuelles.

Pour mettre en forme ses idées, l’être humain utilise la voix et le langage. Il donne ainsi une forme concrète à une information de nature abstraite. En télécommunication, on appelle « modulation » le processus de mise en forme des 0 et des 1 que l’on veut transmettre. En d’autres mots, la modulation a pour but de transformer des 0 et des 1 abstraits en de petites ondes physiques qui vont se propager à travers l’air jusqu’au récepteur. Au même titre qu’il existe différents langages, il existe différentes modulations, c’est-à-dire différentes manières d’encoder l’information.

L’objectif de la thèse de François Rottenberg était d’étudier et de développer une modulation spécifique la plus prometteuse possible pour satisfaire les exigences technologiques visées par la 5G. L’excellence de ses travaux en la matière a été reconnue par les chercheurs confirmés de son Institut de recherche qui lui ont décerné l’ICTEAM Best Thesis Award 2019 le 23 mai dernier.

(Dessin : ©Emilie Gobbo)

François Rottenberg et ses recherches sur la 5G au concours MT180

 

En savoir plus sur François Rottenberg

Publié le 19 juin 2019