Breath4life, respirateur simplifié #coronavirus

 

Breath4Life, c’est le nom du respirateur prototype, conçu en 10 jours à peine et testé avec succès, à l’OpenHub de l’UCLouvain. L’objectif ? Fournir un modèle simplifié de respirateur, endéans 7 jours, aux hôpitaux belges (et à l’étranger), pour répondre à la pénurie potentielle liée à la crise du coronavirus. Sa spécificité ? Une collaboration entre l’UCLouvain, le monde de l’industrie et le milieu médical, en open source.

Suite à la crise Covid19, le système hospitalier belge est mis à rude épreuve. En particulier, certains indicateurs dans les pays limitrophes pointent vers un manque de lits de soins intensifs, et par là, de respirateurs. Dans certains pays (UK, USA), l’industrie classique est priée de contribuer à construire rapidement des respirateurs de fortune (plus de 15 000 en Grande Bretagne).

Pour répondre à cette urgence, un groupe porté par des ingénieurs de l’UCLouvain et de son OpenHub, le milieu de l’industrie, le monde médical (cliniques universitaires Saint-Luc, Groupe Jolimont), est parvenu à mettre au point, en 10 jours à peine, un prototype de respirateur artificiel afin de répondre aux besoins des hôpitaux. Le premier test sur poumon artificiel est concluant.

Comment en est-on arrivé à une telle rapidité et fiabilité ? « Mardi 17 mars, l’initiative Breath4Life démarre lors d’une discussion informelle entre chercheurs UCLouvain et médecins sur la manière de supporter l’effort médical grâce aux MedTechs. L’objectif ? Rassembler les forces pour créer un respirateur open source » explique Regis Lomba, chercheur à l’OpenHub de l’UCLouvain.

Le monde de la recherche est concurrentiel ? Pas cette fois-ci : il y a urgence. Médecins, ingénieurs, industrie, politiques, financiers se rassemblent au sein d’une task force. Leur but commun ? Une approche collaborative, afin de développer un respirateur en un temps record. L’intérêt de travailler en parallèle avec d’autres groupes en Belgique ou ailleurs ? Nicolas Bronchart, représentant de l’industrie : « explorer plusieurs pistes en même temps augmente les chances d’arriver à une solution concrète. Peu importe qui y parvient, l’objectif c’est le résultat. » La diversité des intervenants a permis d’envisager directement l’ensemble du cycle de vie de « Breath4Life » : prototypage, certification, production, financement, …

La spécificité de ce respirateur « Breath4Life » ? Il n’est pas créé pour une application commerciale à long terme mais pour répondre à une urgence, celle de la crise du coronavirus. L’avantage ? « Cela évite les enjeux financiers et cela permet d’accélérer le processus d’autorisation, de validation et de production. Tout en respectant un cahier des charges rigoureux, autant que possible en adéquation avec les besoins du milieu hospitalier » explique Olivier Lequenne, directeur développement du Groupe Jolimont.

Concrètement, le respirateur « Breath4Life » a été conçu à l’OpenHub de l’UCLouvain. Il a été testé avec succès ce 25/03 sur un poumon artificiel. Les prochaines étapes ? L’industrialisation et la mise en production (étapes pour lesquelles l’entreprise Coexpair centralise les bonnes volontés et les propositions de nombreuses entreprises belges), avec une livraison des premiers respirateurs dans les hôpitaux belges endéans les 7 jours.

Le projet est porté par + de 200 volontaires, de différents horizons, et soutenu par de nombreuses entreprises et organisations, dont l’UCLouvain, mais aussi Coexpair, Covartim, Elia, IBA, Odoo, ATLR Engineering, … Et de nombreuses autres sont prêtes à monter à bord pour les prochaines étapes (Sonaca, FN Herstal, Safran Aerobooster, …).

Publié le 26 mars 2020