Covid-19 : l’impact sur l’emploi sera lourd

 

Le choc économique engendré par la crise du covid-19 est du jamais vu depuis la Seconde guerre mondiale. Même si la confiance des entreprises et des ménages a repris en mai et s’est confirmée en juin, l’impact sur le marché du travail sera lourd.

En Belgique, suite à l’épidémie de covid-19, l’activité économique devrait enregistrer en première partie de cette année son recul le plus important depuis la Seconde guerre mondiale. C’est la conclusion du Service d’analyse économique de l’IRES, l’Institut de recherche économique et sociale de l’UCLouvain qui pointe également un retour à la confiance des entreprises et des ménages belges : après avoir chuté en avril, elle a commencé à se redresser en mai et à se raffermir en juin.

À quoi faut-il s’attendre pour la seconde partie de l’année et en 2021 ? Tout dépendra de l’évolution de la situation sanitaire. Si l’on suppose qu’un rebond de l’épidémie pourra être contrôlé et ne nécessitera plus un lockdown généralisé, on peut prévoir, estime l’IRES, que l’activité économique rebondira fortement en deuxième partie de l’année et que l’on retrouvera des rythmes de croissance plus conventionnels en 2021.

Toutefois, analyse l’IRES, la récession actuelle laissera des cicatrices profondes, notamment en matière d’emploi et de chômage : l’impact sera lourd sur la situation du marché du travail et, par conséquent, les capacités de redémarrage de l’économie limitées.

En conclusion, l’économie belge devrait se contracter de 10% en 2020 tandis que la croissance sera à nouveau positive en 2021, de 7,5% sur base annuelle.

regards-economiques.be

Publié le 09 juillet 2020