« Être assistant·e et doctorant·e, c’est ne pas avoir de journée type »

Tout l’été – jusqu’à la rentrée –, nous rencontrons des membres du personnel de l’UCLouvain. Découvrez ces personnes et leur quotidien fait de challenges, de réussites et de projets qui les animent. Et avec la rubrique "le temps des vacances", elles·ils vous font part de leurs coups de cœur escapade / lecture / musique pour un été placé sous le signe de la découverte. Retrouvez chaque semaine un nouveau portrait en ligne. 

Cette semaine, le portrait de :

Laura Pascolo, assistante-doctorante en sciences politiques au sein de la Faculté des sciences économiques, sociales, politiques et de communication sur le campus UCLouvain Fucam Mons.

Durant l’année académique, Laura Pascolo donne des TP aux étudiant·es de bachelier et de master en sciences politiques, et travaille aussi sur sa thèse de doctorat. La question à laquelle elle tente de répondre : « Les partis de droite aiment-ils la démocratie participative ? ». Nous l’interrompons en pleine lecture un matin de juillet pour lui poser quelques questions.   

L’été sur le campus UCLouvain FUCaM Mons est synonyme de… ?

L’été, c’est plus calme, les couloirs sont un peu vides. Mais ça me permet d’avancer ! Mon mois de juillet sera entièrement consacré à la thèse. J’ai commencé en partie l’analyse de données et je participe à une summer school à Budapest pour me former dans les méthodes qualitatives et certains logiciels.  Et du 15 août au 15 septembre, je me consacrerai à ma charge d’enseignement, entre la préparation des cours et la lecture des mémoires.  

Pourquoi une thèse de doctorat ? Et vous en êtes où ?

Je suis au tout début, c’est ma première année ! J’aimais bien le monde académique et j’avais envie de continuer à travailler avec certain·es de mes professeur·es. En Master 1, j’ai effectué un stage de recherche avec le prof. Min Reuchamps et dans le cadre de mon mémoire et de mon Erasmus à Barcelone, j’ai « fait un terrain » sur le processus d’indépendance. À la fin de mes études, il n’y avait pas d’ouverture de poste d’assistant·e à Louvain, mais bien à Mons. Je l’ai pris comme un nouveau challenge et j’ai postulé. En concertation avec mes promoteurs, les profs. Nathalie Schiffino-Leclercq et Min Reuchamps, nous avons décidé d’orienter ma thèse sur la démocratie participative. Lors d’une conférence à Lille, on s’est rendu·es compte qu’on entendait peu les partis de droite sur la question ; on ne savait pas s’ils voyaient la démocratie participative d’un bon œil, s’ils l’inséraient dans leur programme politique et s’ils la mettaient en œuvre au sein du parti ou sur le terrain, dans un gouvernement auquel ils participent.

Quels sont les challenges rencontrés au quotidien ?

La gestion du temps entre ces deux jobs d’assistante et de doctorante, pour essayer de trouver un équilibre et éviter que l’un prenne le pas sur l’autre ! Le travail est coupé en deux : d’un côté, les cours, les corrections, et rester disponible pour les étudiant·es, et de l’autre, l’écriture de la thèse, d’articles, de chapitres d’ouvrages, et la préparation de conférences.

Quel aspect vous plait particulièrement dans le travail ? Et sur le site de Mons ?

Ce double boulot justement, et la variété dans le travail ! Il n’y a pas de journée type.  Et l’avantage de travailler à Mons, c’est l’ancrage local et l’ambiance familiale d’un campus à taille humaine. On se connait tous entre nous, personnel scientifique, académique, administratif et technique, et Il y a une super entente. On connait aussi les étudiant·es, y compris ceux de la LSM, et elles·ils nous connaissent. Bref, de super collègues, de super étudiant·es et un super cadre de travail !

Des nouveautés pour la rentrée ?

Oui, une réforme des programmes en sciences politiques et sciences humaines dès septembre ! De nouveaux cours, c’est un nouveau challenge mais c’est toujours intéressant de recommencer d’une page blanche et de tester si la façon dont on a imaginé les TP fonctionne, tant pour les étudiant·es que pour nous. On va découvrir de nouveaux contenus, notamment autour des enjeux environnementaux. Je commence toujours mes TP par une discussion de 5-10 minutes autour de l’actualité et c’est une thématique qui a été très présente durant l’année qui vient de s’écouler, y compris dans les travaux des étudiant·es.

Le temps des vacances – avec Laura Pascolo

  • Comment recharger ses batteries? Je viens de rentrer de vacances ! Mais durant l’année, après de longues périodes de TP, j’aime faire un peu de sport ou partir en week-end entre amis.

  • Votre playlist de l’été ? On écoute la radio Pure avec ma collègue. Un peu de musique, ça fait du bien quand on est dans la littérature ou l’analyse de données.

>Mettez le cap sur Louvain-la-Neuve le 16 septembre prochain et retrouvez Laura  lors de la cérémonie d’ouverture officielle de l’année académique 2019-2020. Inscriptions en ligne à partir du mois d’août, sur invitation.  

Publié le 11 juillet 2019