Fouilles : l’UCLouvain en Toscane et en Crète

Des équipes internationales, conduites par les professeurs Jan Driessen, en Crète, et Marco Cavalieri, en Italie, sont en cours cet été. Menées avec des chercheurs grecs et italiens, elles mettent au jour de précieux témoignages des civilisations romaine, post-romaine et minoenne.

Crète

En Crète, l’UCLouvain mène une dixième campagne de fouille à Sissi (la dernière d'un second programme quinquennal). Une importante équipe internationale et multidisciplinaire est au travail sous la direction du Pr Jan Driessen et sous les auspices de l'École belge d'Athènes.

Les vestiges de l'édifice monumental, de l'habitat et du cimetière de l'Age du Bronze (2500-1200 avant notre ère) qui sont progressivement mis au jour permettront d'élucider en partie les mystères de la civilisation minoenne. Le projet est financé par l'INSTAP, la Loeb Classical Library, la Rust Foundation, la Fédération Wallonie-Bruxelles, le FNRS et plusieurs mécènes privés.

Italie

En Toscane, une équipe belgo-italienne met au jour les vestiges d’une imposante villa romaine, la villa d’Aiano. Les fouilles, menées sous la direction scientifique de Marco Cavalieri, professeur d’archéologie romaine et antiquités italiques à l’UCLouvain, ont révélé un large complexe couvrant une superficie de plus de 10 000m² (3 000m² seulement ont été fouillés). Daté du début du IVe siècle de notre ère, il était jadis occupé par un riche propriétaire, comme en témoignent une impressionnante salle polylobée dotée de mosaïques noires et blanches, les marbres d’Égypte, de Grèce, de Numidie, d’Italie et de Turquie, les stucs peints qui ornaient les murs, etc.

Le site a ensuite été occupé par des populations germaniques après la chute de l’empire romain d’Occident au Ve siècle, transformant les lieux en une mine de matériaux réutilisés dans le cadre d’une intense activité artisanale. C’est un témoignage unique de cette période post-romaine peu connue et souvent associée, d’une manière erronée, à une crise profonde.

Afin de préserver le site et de pouvoir l’ouvrir au public, plusieurs opérations de restauration ont été entreprises, notamment sur les structures de la salle polylobée. Malgré les nombreux obstacles, en particulier au niveau de la conservation diversifiée et très coûteuse, les efforts et la passion des chercheurs de l’UCLouvain continuent d’animer la recherche scientifique sur ce site qui est incontestablement le fleuron de l’archéologie belge en Italie.

Les fouilles en Crète : www.sarpedon.be
Les fouilles en Italie : http://www.villaromaine-torracciadichiusi.be

Photo slideshow : les fouilles en Italie.

Publié le 08 août 2019