Amaya Coppens libérée

Amaya Coppens, leader étudiante d’opposition emprisonnée au Nicaragua, vient d’être libérée ce 11 juin 2019. La jeune femme est soutenue par Amnesty mais aussi par le groupe Amnesty Ottignies – Louvain-la-Neuve, le kot Amnesty et l’UCLouvain. Le sort d'Amaya rappelle en effet que les jeunes n'ont pas la même liberté d'expression partout… Amaya Coppens était emprisonnée depuis septembre 2018.

Amaya Eva Coppens, étudiante en médecine et leader d'opposition au Nicaragua, est emprisonnée depuis septembre 2018 suite aux manifestations contre la politique et contre les sanglantes répressions exercées par le gouvernement. Une grande partie de la famille de la jeune Belgo-nicaraguayenne est originaire d’Ottignies - Louvain-la-Neuve, raison pour laquelle le groupe local d’Amnesty et le ko-à-projet Amnesty prennent son cas en charge.

L’UCLouvain soutient également le cas de la jeune étudiante emprisonnée pour des questions liées à la liberté d'expression. A l'heure où on fait l'éloge de la mobilisation des étudiant·es et des élèves chez nous, le sort d'Amaya rappelle que les jeunes n'ont pas cette liberté d'expression partout. Elle représente aussi une belle figure de courage et de solidarité à même d’inspirer les jeunes qui s’engagent en Belgique, dans des circonstances heureusement moins risquées.

Début octobre, Amnesty avait organisé une manifestation devant l’ambassade du Nicaragua à Bruxelles. « Des milliers de personnes subissent au Nicaragua une terrible répression, parfois mortelle, simplement parce qu’elles descendent dans la rue pour manifester leur désaccord avec le gouvernement. C’est intolérable », expliquait alors Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

Amaya Coppens a été arrêtée avec un autre manifestant, Sergio Midence, sans mandat d’arrêt, dans la ville de León le 10 septembre 2018. Elle est notamment accusée d’ ‘actes terroristes’, d’ ‘enlèvement’ et de ‘possession illégale d’armes à feu’.

Informations

Publié le 12 juin 2019