Une belle reconnaissance pour la Clinique du sein

Concernant 10 femmes sur 100 en moyenne, le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme et ne cesse d’augmenter avec le vieillissement de la population. Il nécessite d’être pris en charge dans un centre expert reconnu internationalement. La Clinique du sein des Cliniques universitaires Saint-Luc vient de recevoir l’accréditation EUSOMA (European Society of Breast Cancer Specialists), soit une reconnaissance considérable de la qualité de la prise en charge.

Cancer le plus fréquent chez la femme et première cause de mortalité chez la femme jeune, le cancer du sein concerne 10 personnes sur 100 en moyenne dans notre pays. Il nécessite d’être pris en charge dans un centre expert.

La Clinique du sein des Cliniques Saint-Luc vient de recevoir la certification EUSOMA (European Society of Breast Cancer Specialists), soit l’échelon d’accréditation le plus élevé. Cette certificationreconnait la qualité optimale de la prise en charge des patientes. Elle implique le respect d’une série decritères de qualité multidisciplinaires qui recouvrent tous les aspects de la prise en charge : diagnostic(radiologie, anatomie pathologique), traitement (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, etc.), servicesannexes (psychologues, médecine physique, génétique, coordination des soins, etc.), recherche, suivides patientes sur le long terme.

La Clinique du sein de Saint-Luc

Chaque année, la Clinique du sein de Saint-Luc prend en charge plus de 300 nouvelles patientes. Chaque cas est discuté et suivi par un groupe multidisciplinaire composé de personnes spécialisées dans le cancer du sein. Une trentaine de protocoles de recherche innovante sont en cours et sont proposés aux patientes en fonction de critères spécifiques.

La Clinique du sein figure parmi les premiers centres à avoir mis en place des soins de support faisant partie intégrante des traitements : exercise medecine, psychologues, diététiciens, etc. Aux Cliniques universitaires Saint-Luc, le taux de survie relative des patientes atteintes du cancer du sein, 5 ans après le diagnostic, tous stades confondus, est de 91%, supérieur de 5% à la moyenne nationale.

Les défis de demain du cancer du sein

De nombreux défis se présentent pour les futures prises en charge du cancer du sein. En lien avec le vieillissement de la population, les spécialistes devront collaborer de plus en plus étroitement avec les unités de gériatrie ou d’onco-gériatrie afin de développer les traitements les plus adaptés aux patientes âgées.

De manière générale, les prises en charge seront de plus en plus ciblées pour préserver au maximum la qualité de vie des patientes. L’identification de facteurs de prédisposition génétique des cancers permettra également de développer d’autres modalités de traitement. L’amélioration de l’immunothérapie, dont les résultats sont encore peu satisfaisants dans le cas des cancers du sein, constitue aussi une voie importante d’investigation en matière de traitement.

Enfin, le confort des patientes sera de plus en plus pris en compte dans le cadre des chirurgies de reconstruction, notamment en tenant compte le plus possible de critères esthétiques (par exemple, conserver la morphologie du sein).

Publié le 04 octobre 2019