Conclusions de Marthe Nyssens, prorectrice

Ce premier rapport de développement durable, illustratif plus qu’exhaustif, était une étape indispensable pour répertorier, structurer et communiquer les efforts entrepris jusqu’à présent. Il montre qu’à travers leurs enseignements, leurs recherches, leurs engagements sociétaux et dans le quotidien de l’Institution, de nombreux et nombreuses membres de la communauté universitaire contribuent déjà à la nécessaire transition vers une société durable. Face à l’urgence des défis, un tel mouvement doit s’accélérer. En tant qu’Université, nous avons un devoir éthique de nous engager dans cette voie.

Un demi-siècle après la création audacieuse et visionnaire de Louvain-la-Neuve anticipant largement l’évolution des grandes villes, nous sommes convaincu·es que l’UCLouvain peut à nouveau être à l’avant-garde dans la recherche des voies de la transition écologique et sociale, pour le plus grand nombre, sur chacun de ses sites. S'engager dans cette voie, de manière explicite et visible, ne peut que renforcer l'attractivité de l'Institution pour les étudiant·es ainsi que pour les scientifiques et le personnel administratif qui songent à la rejoindre.

L’équipe rectorale, sous mon impulsion, veut à présent développer un plan stratégique ambitieux pour les cinq années à venir. Celui-ci compte s’articuler autour de trois axes : l’enseignement, la recherche et les campus durables. Cette dernière thématique se décline en différents focus : énergie, mobilité, investissements et consommations durables, alimentation et biodiversité. Dans un premier temps et afin d’alimenter le plan, il s’agit de rassembler les idées émanant de la communauté universitaire en ouvrant le champ des possibles sur la base de l’expérience et l’expertise déjà accumulées autour de ces différents enjeux. Aux six thématiques précitées sont dédiés des groupes de travail qui rassemblent des académiques, du personnel administratif, scientifique et des étudiant·es. Celles et ceux-ci auront pour mission de proposer des objectifs ainsi que des actions concrètes à mettre en place. Leurs réflexions vont notamment être nourries des idées découlant d’ateliers ouverts à la communauté universitaire.

Ce travail sera le terreau de la rédaction d’un plan qui sera proposé et discuté au sein des instances de gouvernance de l’Institution, en fonction de ses objectifs et dans le cadre de ses contraintes financières. Une fois approuvé, son destin est de devenir une boussole dès l’année académique 2020-2021 et de permettre d’engager notre Université, de manière volontariste et déterminée, vers une « université en transition ».

Marthe Nyssens
Prorectrice Transition et Société