Vers des indicateurs pour accélérer la transition

Parler le même langage et utiliser des objectifs partagés est essentiel pour structurer les discussions, coordonner les interactions et les actions entre les différent·es acteurs et actrices de la transition tant au niveau local que global. Ces dernières années, plusieurs systèmes de suivi d’indicateurs ont été développés, à différents échelons, avec chacun leurs avantages et leurs inconvénients.

En mai 2019, le Conseil rectoral a confirmé le choix d’une méthodologie systématique pour la mise en place d’indicateurs de développement durable au sein de l’UCLouvain. L’objectif majeur est de faciliter la prise de décision et l’évaluation des politiques de transition. Il s’agit de la méthodologie développée par le Times Higher Education (THE) pour leur nouveau University Impact Rankings, seul tableau de performance globale ayant développé une méthode de reporting propre au secteur de l’éducation supérieure à partir des SDGs définis par l’ONU en 2015. Les données récoltées et les indicateurs utilisés dans cette méthodologie – plus de 250 répartis sur les 17 SDGs – permettent des comparaisons complètes et les plus équilibrées possibles dans les trois grands domaines suivants : l’enseignement, la recherche et la gestion des institutions. L'accent n'est plus mis principalement sur les intrants (ex : le revenu universitaire ou le ratio étudiant·es – personnel) ou sur les extrants (ex : la productivité de la recherche) mais sur les résultats et les impacts (ex : les contributions aux collectivités locales).

Les indicateurs de développement durable prouveront vraiment leur utilité lorsque ceux-ci seront intégrés à la gouvernance de l’UCLouvain et à la nouvelle politique de transition, grâce à la fixation d’objectifs clairs et précis à cinq ans. Pour ce faire, les différents indicateurs développés pour chaque SDGs seront proposés aux six groupes de travail déjà définis et seront amendés en fonction des axes stratégiques qui résulteront de ce processus.