Michèle Anne De Mey et Grégory Grosjean, artistes en résidence 2012-2013

CULTURE

Michèle Anne De Mey

MADM 1  MADM 2  Visuel4

Chorégraphe belge, Michèle Anne De Mey a étudié à Mudra, l’école fondée par Maurice Béjart (Bruxelles).
Elle a donné une nouvelle orientation à la danse contemporaine en signant ses premières chorégraphies dans les années 80. Parallèlement, elle a collaboré durant 6 ans à la création et à l’interprétation de plusieurs pièces d’Anne Teresa de Keersmaeker. Bien qu’une attention particulière soit toujours portée au lien entre la danse et la musique, la structure chorégraphique des créations de Michèle Anne De Mey nourrit un contenu dramaturgique fort et place le danseur dans un rapport scène/public spécifique et novateur. En 1990, à l’occasion de la création de Sinfonia Eroica, elle fonde sa propre compagnie. Viennent ensuite une série de 15 créations rencontrant chacune un succès international.
De plus, elle a développé un important travail pédagogique (à Amsterdam, à l’INSAS-Bruxelles, au CNDC d’Angers, etc.).
Créant son univers chorégraphique à partir de musiques fortes et des compositeurs de renom, elle a travaillé avec Thierry De Mey, Robert Wyatt, Jonathan Harvey. Depuis plusieurs années, elle développe des collaborations étroites avec d’autres artistes comme le plasticien-scénographe Simon Siegmann.
En juillet 2005, elle a été nommée à la direction artistique de Charleroi Danses, Centre chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Elle a créé, en mars 2011, avec Jaco Van Dormael , le spectacle Kiss & Cry - NanoDanses, un spectacle inédit et ambitieux qui met en confrontation cinéma, danse, texte, théâtre et bricolages de génie. Dernièrement, Michèle Anne De Mey a créé un solo pour la danseuse Gabriella Iacono à partir du Lamento d'Arianna de Monteverdi.

MADM3
 

La résidence

Entre février et mai 2013, Michèle Anne De Mey donnera donc un cours dans le cadre de la mineure en culture et création. Elle se propose d’explorer à travers la danse une forme de représentation du corps dans l’espace original de l’université.
S’inspirant du « flash mob », de son immédiateté et de la particularité de la transmission de l’information d’une personne à l’autre via les réseaux sociaux, Michèle Anne aimerait réaliser avec les participants une chorégraphie de la durée d’une chanson. Cette chorégraphie se déroulerait dans un espace représentatif de l’université, comme par exemple, un auditoire. Elle sera transmise au plus grand nombre afin d’être reproduite de nombreuses fois, ce qui en fera un véritable événement.
MA De Mey animera 7 séances de 4 heures avec les étudiants.
A travers différents exercices, ceux-ci appréhenderont les rapports entre le corps et l’espace tels qu’ils se jouent dans le langage propre à la danse contemporaine. Ils vont aussi apprendre à créer leur propre chorégraphie et mettre en œuvre une stratégie pour transmettre celle-ci au plus grand nombre.
MA De Mey sera accueillie par la Faculté des sciences de la motricité. L’académique de référence pour cette résidence sera le professeur Cécile Delens. Vingt étudiants de la mineure, issus de toutes les facultés, suivront le cours donné par l’artiste. Ils seront rejoints pour les dernières séances de travail par 80 étudiants de la FSM qui mettront en œuvre la chorégraphie imaginée en atelier.