Bénédicte Liénard, artiste en résidence 2018-2019

CULTURE

Artiste pluridisciplinaire utilisant l’image comme premier médium, Bénédicte Liénard traverse les grandes questions de notre époque. Son parcours artistique met en œuvre à la fois une diversité de supports de création, de modes d’écriture et des publics avec qui elle travaille.

Même si c’est le rapport au réel qui fonde son travail, son parcours artistique, au-delà des seuls aspects documentaires, inclut de la fiction, des installations vidéo et des expériences théâtrales.

Elle enseigne le cinéma depuis 2004. Master de réalisation documentaire à l’université de Poitiers. Workshops à l’école supérieure des Beaux-Arts de Dijon (ENSA). À l’Institut des Arts de diffusion de Louvain-La-Neuve (IAD), elle accompagne l’écriture et la réalisation des films de fin d’études.

Elle participe au projet Européen ATLAS OF TRANSITIONS et proposera aux étudiants de participer à sa prochaine mise en scène- SORTIR DU NOIR- au Théâtre de Liège.

Projet artistique et pédagogique

Les étudiants seront accompagnés dans leur découverte des questions que posent les migrations. Cette appropriation se fera par un soutien pédagogique et documentaire, mais aussi par des rencontres. En invitant un groupe de demandeurs d’asile à participer au projet, nous inventons une plateforme de mise en commun des expériences et des récits.

Parallèlement à l’exercice de réflexion, les étudiants seront initiés, à différents types de dispositifs dont le spectre recouvre l’installation vidéo, le film expérimental, le documentaire ou la performance scénique.

Cette partie du séminaire fera aussi l’objet de projections – conférences.

À la fin de cette première étape, les étudiants seront sollicités pour apporter des matériaux qui entrent en résonance avec le thème dans leur pratique universitaire. Multipliant les points de vue, l’artiste accompagnera les étudiants pour créer des liens par accumulation, contre-point, complémentarité, en incluant la dimension poétique. Alors que certains s’appuieront davantage sur des textes ou des témoignages, d’autres travailleront à partir d’images et de sons.

De cette expérience, en résultera une « production » qui s’envisage davantage comme la trace d’une tentative d’altérité que comme un « produit fini ».