Pourquoi ?

IUFC

Il faut améliorer la prise en charge de patients atteints d’affections rhumatologiques. Dans notre population le nombre de ces patients est très élevé : les affections rhumatologiques, provoquant des douleurs et du handicap fonctionnel, sont une des principales causes de consultations. Ce nombre s’accroît avec le vieillissement de la population.
 
La kinésithérapie est, notamment dans ce domaine, une thérapie souvent déterminante tant pour la prévention que le traitement, non seulement en phase aiguë, mais aussi en phase de consolidation.
 
Cet enseignement a pour objet d’augmenter la compétence et la performance des kinésithérapeutes dans ce domaine en approfondissant leurs connaissances de ces pathologies et de leurs stratégies thérapeutiques puisant dans les différentes méthodes de traitement y compris les thérapies manuelles. Ces cours comprendront aussi l’apprentissage de l’élaboration d’un programme de traitement adapté à la pathologie mais aussi à chaque patient. Pour construire ces programmes l’étudiant apprendra à utiliser de façon adéquate la ressource de la recherche (traitements validés - Evidence Based Medicine / Evidence Based Practice), les méthodes de quantification des effets du traitement et l’approche multidisciplinaire.
 

Objectif primaire

Améliorer la compétence des kinésithérapeutes dans la prise en charge thérapeutique des affections rhumatismales
 

Objectif secondaire

Créer des références de « bonne pratique » dans ce domaine de la santé publique 

Le programme couvre l’ensemble de la rhumatologie et s’articule en 3 modules :

1 - module abarticulaire : les tendinites, capsulites, laxité ligamentaire,douleurs diffuses sont au menu quotidien des kinésithérapeutes.
Les traitements appliqués sont souvent très divers. Comment resituer la kinésithérapie dans le programme thérapeutique ? Comment se redonner des guidelines précis en regard des avancées tant dans les connaissancesphysiopathologiques que dans l’étude scientifique des différentes techniques kiné.
 
2 - module inflammatoire. Les traitements médicamenteux nouveaux ont modifié le profil des patients souffrant de polyarthrite et spondylarthrite. Le repos prescit anciennement n’est donc plus d’actualité ! Comment évaluer, renforcer, éduquer ces « nouveaux » patients ? Quel traitement kiné pour qui et à quel moment ? Comment combiner repos et réentrainement ? Renforcement et mobilisation ?
 
3 - module arthrose. L’arthose nécessite également d’être revisitée tant dans la compréhension de ses mécanismes, sous l’éclairage des dernières avancées scientifiques, que dans l’attitude thérapeutique à adopter. Les signaux d’alerte doivent être pris en charge précocement. Comment évaluer ces symptômes spécifiques ? Quellle prévention et quelles programmes kinésithérapeutiques peuvent aider les patients ?
 
Une formation en trois stades À ce stade, vous serez capable de :

Modules 1 « Affections Rhumatologiques abarticulaires »

Les pathologies abarticulaires, fibromyalgie, syndrome douloureux

 

– Préciser l’entité pathologique à traiter.
– Comprendre la physiopathologie des différentes affections.
– Établir un bilan fonctionnel et quantifier les évolutions
– Approfondir les méthodes kinésithérapeutiques adéquates
– Utiliser une programmation de traitement adaptée à chaque patient.
Module 2 « Affections Rhumatologiques Inflammatoires »
 
Arthrite rhumatoïde, spondylarthropathies, arthrites juvéniles et aperçu

des pathologies systémiques

– Comprendre la physiopathologie des principales arthrites
inflammatoires
– Établie un bilan spécifique des déficiences et des incapacités
selon le modèle de l’OMS
– Découvrir ou revisiter des techniques spécifiques à ces pathologies
Module 3 « Affections Rhumatologiques Dégénératives
et Osseuses »
 
Arthrose, atteintes arthrosiques axiales, atteintes arthrosiques
périphériques, méthodes de quantifications fonctionnelles et bilan,
ostéoporose, algodystrophie
– Mieux connaître la physiopathologie de ces affections.
– Comprendre les stratégies thérapeutiques multidisciplinaires
– Établir un bilan fonctionnel et quantifier les évolutions
– Approfondir les méthodes kinésithérapeutiques adéquates
– Utiliser une programmation de traitement spécifique pour
chaque patient.