Une prothèse poursuit sa course vers le marché

Une prothèse bionique « Made in UCLouvain » franchit le pas de la porte d’un leader mondial sur le marché dans ce domaine. Depuis début octobre, l’équipe du Professeur Renaud Ronsse poursuit le développement de sa prothèse en partenariat avec cette entreprise en vue d’une commercialisation estimée en 2026-2027.

Dès ce premier octobre a démarré officiellement un partenariat de 4 ans durant lequel les chercheur.e.s de l’UCLouvain auront pour mission d’améliorer la version prometteuse actuelle de la prothèse jambe-cheville bionique conçue par François Heremans, doctorant dans l’équipe du Professeur Renaud Ronsse (IMMC, Louvain Bionics). Celle-ci a séduit le deuxième producteur mondial de prothèse, notamment parce qu’elle répond aux défis qu’il reste à relever face aux prothèses bioniques - qui fournissent une énergie mécanique à l’utilisateur comme le font naturellement nos muscles - actuellement sur le marché. « Des prothèse trop lourdes, trop encombrantes et bruyantes », précise le professeur Renaud Ronsse.

Parmi les avantages de la prothèse bionique jambe-cheville conçue à l’UCLouvain citons :

  • sa légèreté grâce aux nombreuses pièces fabriquées par impression 3D
  • sa compacité avec l’entièreté de ses composants technologiques intégrés dans le volume du pied
  • son point de fixation bas qui se situe au même endroit que l’articulation biologique de la cheville
  • une très bonne efficacité énergétique grâce à l’utilisation d’éléments mécaniques très simples

Dans les années à venir, un des points majeurs à améliorer pour passer du prototype de laboratoire à un prototype en vue d’une commercialisation est de parvenir à intégrer, dans le volume de cette prothèse, une batterie embarquée.

Chaque année environ 200.000 personnes dans le monde subissent l’amputation d’un membre inférieur, notamment des suites de complications du diabète, et pourraient potentiellement être équipées de ce type de prothèse.

L’histoire de cette prothèse bionique est un bel exemple de transfert de connaissances et de technologie depuis les laboratoires de l’université vers une entreprise au bénéfice de la société. Une success story rendue possible grâce à l’accompagnement et au soutien du Louvain Technology Transfer Office  (LTTO) sur lequel les chercheur.e.s de l’UCLouvain peuvent compter tout au long de ce type de processus.

 

 

 

Publié le 16 novembre 2020