Un nouveau manuel d’archéologie et histoire romaines pour les étudiant·es du premier cycle

Louvain-La-Neuve

Les mondes romains. Questions d'archéologie et d'histoire, sous la direction de R. González Villaescusa, G. Traina et J.-P. Vallat, 468 p., 19 cm x 24 cm, Ellipses Edition, Paris 2020

Écrire un manuel d'archéologie et d’histoire des « mondes romains » avec une trentaine d'enseignants chercheurs, c'est adopter un parti-pris original : celui de poser des questions, de donner à voir la fabrique de l'histoire, de faire confiance à l'intelligence collective et au goût de la recherche, à la curiosité.

Une équipe à la fois internationale et pluridisciplinaire cherche, ici, à saisir l’apport spécifique de l’archéologie et des diverses sciences humaines dans la compréhension des mondes romains pour produire une histoire renouvelée. Elle livre l’état d'un certain nombre de questions, à partir de deux sciences pluridisciplinaires, qui connaissent des renouvellements épistémologiques constants.

La démarche retenue refuse le prisme déformant qui considère qu'il existe un « monde romain » unifié par le droit, le pouvoir, l'économie, la culture, autour d'un centre de pouvoir unique, Rome, décisionnel, ayant une « politique impériale ». Cette approche n'admet pas que le « monde romain » par son extension, par ses villes, par la forme de domination de sa Capitale soit perçu comme un exemple unique, universel, propre au « génie romain », « à l'identité romaine » résultat d'une sorte d'essentialisme romain « frugal, paysan » éternel et constant durant au moins huit siècles et en tout lieu.

Tout autant que le monde grec, le monde romain, quelle que soit la période où on l'étudie, dépasse largement le cadre géographique et civilisationnel de la Méditerranée. Il est divers, multiple, complexe. Tenter de renouveler l'histoire des mondes romains sur une période allant de l'archaïsme à l'antiquité tardive est une gageure, tant les sources et les milieux sont variés, et différents les modes de conservation des objets. Il y a donc plusieurs histoires et plusieurs archéologies des « mondes romains ».

Parmi les auteurs du manuel, Marco Cavalieri, professeur d’archéologie romaine et Antiquités italiques en FIAL et président de l’INCAL. Ses recherches, qui couvrent un champ très large, portent notamment sur l’étude de la « romanisation ». Ce processus d'acculturation résulte de l’adoption de la culture romaine dans l'immense aire d'influence de l’Empire romain, par des populations très différentes.

Publié le 10 février 2020