×

Message d'avertissement

Les soumissions sont clôturées pour ce formulaire.

Conférences Fondation Sedes Sapientiae 2020

Louvain-La-Neuve

Conférence du 10 février 2020 : La spiritualité, un enjeu pour la santé ?

L’intérêt des professionnels de la santé quant à la question du spirituel est certain : de nombreuses études appuient les bénéfices physiologiques d’une pratique investie dans des activités spirituelles, telles que la méditation, la prière ou d’autres comportements religieux, tant sur la régulation émotionnelle (Cahn et Polich, 2006) que sur l’activité neurophysiologique (Aftanas et Golosheykin, 2005 ; Previc, 2006). La prise en considération de la spiritualité comme partie intégrante du patient est acquise autant dans la visée initiale des soins palliatifs élaborée par Cicely Saunders que dans la législation (OMS, 1990, 2002 ; Charte de Bangkok, 2005). Mais qu’en est-il au cœur des pratiques professionnelles de la prise en compte effective de cette dimension – et comment se trouve-t-elle approchée ? – comme un point d’appui, certes parmi d’autres, pour appréhender la question des significations ? Derrière l’approche du spirituel se joue également une anthropologie et une conception de la santé souvent réduite à sa seule dimension individuelle.

Intervenants :

  • Professeur Dominique Jacquemin (TECO-RSCS- directeur du réseau RESSPIR) : Spiritual Care : un concept, une organisation, un accompagnement en devenir… Enjeux éthiques et théologiques
  • Dre Stéfanie Monod (cheffe du Service de la Santé Publique, Canton de Vaud) : Quels liens entre spiritualité et santé publique ?

Pour revoir cette conférence : site KTO

 

Conférence du 9 mars 2020 : Alzheimer et bonheur : le duo impossible ?

Dans son dernier livre, l’écrivaine Colette Roumanoff dit : « Le cerveau humain n’aime pas perdre. Tant qu’on présente la maladie comme un ensemble de pertes, les cerveaux humains se rétractent et refusent d’accorder leur attention à un tel objet de désastre. Il faudrait revoir le marketing de cette pathologie. N’importe quel publicitaire vous le dira : avec une telle image de marque, c’est invendable ! »

Est-ce que la maladie d’Alzheimer (ou démences apparentées) peut être autre chose que la catastrophe, la tragédie, la déchéance annoncées par les médecins et les médias ? Des voix s’élèvent, parmi elles, celles des personnes qui ont la maladie, pour réclamer une prise en considération de la personne démente. « J’ai le droit d’être heureux, non ? » disait le mari de Collette Roumanoff. Avoir Alzheimer et être heureux, est-ce vraiment incompatible ?

Intervenants :

  • Véronique Lefebvre des Noettes (géronto-psychiatre à l’hôpital Emile-Roux ; Limeil-Brévannes – France et docteur en philosophie) : Le sentiment d'exister des malades d'Alzheimer : esprit es-tu là ?
  • Talitha Cooreman (post-doc théologie UCL) : Rester ami d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, une utopie ?

Comme premier·e répondant·e, nous inviterons une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer dans un stade léger de la maladie pour réagir aux propos des intervenants et donner son ressenti (si la personne était dans l’impossibilité de venir, nous prévoyons la présence d’un soignant comme option de repli.)

Pour revoir cette conférence : site KTO