Pierre-Luc Plasman, "Lorsque l'historien est confronté à l'accusation de génocide: le cas du Congo léopoldien"

CEHEC

Pierre-Luc Plasman est collaborateur scientifique à l'Université catholique de Louvain. Doctorant depuis 2008, ses recherches portent sur l'Etat indépendant du Congo, son fonctionnement institutionnel et la gouvernance de Léopold II. L'objectif poursuivi est d'identifier les arcanes institutionnels du Congo et de détecter les différents niveaux de pouvoirs ainsi que les relations entre ces instances. Directeur de thèse: pr. Vincent Dujardin.

L'État indépendant du Congo (ÉIC) renvoie à l'image du caoutchouc rouge et à la figure prototypique du bourreau blanc. Cette vision domine actuellement aussi bien le champ des représentations que celui scientifique. Cette entreprise coloniale se voit donc identifier comme une action génocidaire. Cependant, la présence des historiens (belges) est relativement réduite dans cette thématique. Si la question des générations est évidemment posée, il faut revenir plus fondamentalement à l'accès des sources et à leur traitement. Écrire l'histoire d'un État, dont les archives ont été en partie détruites sur l'ordre de Léopold II, se relève particulièrement délicat. Avant de s'intéresser au phénomène de violence de masse dans le bassin du Congo, l'exposé s'attachera d'abord aux forces et aux lacunes des archives conservées en Belgique.
Ces remarques de méthodologie viseront alors à introduire des premières conclusions sur le bilan politique de l'ÉIC et par conséquent de dégager des pistes sur l'ampleur des violences de masse ainsi que des responsabilités.

Le seminaire aura lieu au Collège Erasme, local d247, à 17h30.

Publié le 18 janvier 2014