Chaire Quetelet 2017

 
(English version below)
 

La démographie des populations réfugiées et déplacées

Louvain-la-Neuve, 29-30 novembre 2017
Centre de recherche en démographie, Louvain-la-Neuve Belgique

 

 

Les déplacements de populations ont atteint des niveaux sans précédent au niveau mondial. L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) estime qu’en 2015, plus de 65 millions de personnes, soit une personne sur 113, étaient déplacées de force en raison de conflits, de persécutions, de violence ou de violations des droits humains. Deux tiers (62%) de ces 65 millions de personnes étaient déplacées à l’intérieur de leur pays, un tiers étaient réfugiées (21,3 millions) et 5% étaient des demandeurs d'asile, dont la procédure était en cours (3,2 million). Que ce soit comme pays de départ ou d’accueil, ce mouvement global concerne quasiment toutes les régions et pays, mais l’intensité des flux et les conditions d’accueil varient sensiblement dans le monde. Une grande majorité de réfugiés sont accueillis dans les pays en développement (86% des réfugiés pris en charge par l’UNHCR). L'Asie compte le plus grand nombre de personnes déplacées internes (29,4 millions), avec un grand nombre de personnes déplacées internes en Syrie et en Irak et de réfugiés au Pakistan, au Liban et en Iran. Dans les pays occidentaux, le nombre des réfugiés accueillis reste modeste, même si les populations réfugiées occupent une place importante dans l’opinion publique et les débats qui animent le monde politique. Les changements politiques récents survenus aux Etats-Unis ou dans certains pays de l’Union Européenne laissent penser que les conditions d’accès vont continuer à se restreindre et les contrôles aux frontières à se durcir dans les prochaines années.

Dans ce contexte, les démographes et chercheurs en sciences sociales ont un rôle à jouer, notamment en estimant les flux de populations déplacées, en étudiant les trajectoires de vie de ces personnes déplacées, et en contribuant à l’amélioration de la qualité et de la comparabilité des statistiques relatives aux populations déplacées. Dans certains pays, comme en Belgique, il existe de riches bases de données administratives permettant de suivre les parcours administratifs des réfugiés. Dans d’autres pays, les estimations disponibles sur les effectifs de personnes déplacées et leurs caractéristiques restent basées sur des enregistrements partiels, issus de gouvernements ou d’ONG, de données de recensement ou d’enquêtes.  Globalement, au-delà de la mesure des stocks et des flux de populations, peu d’analyses portent spécifiquement sur les comportements démographiques des réfugiés et des personnes déplacées.

C’est à l’analyse des flux et des comportements démographiques des populations réfugiées et déplacées que sera consacrée la Chaire Quetelet 2017. Les communications peuvent se centrer sur des questions tant d’ordre méthodologique (sources et qualité des données, méthodes d’échantillonnage et d’analyse) que d’ordre théorique ou explicatif. Elles peuvent être de nature comparative ou concerner une région, un pays,  ou une communauté spécifique, et s’appuyer sur des approches tant quantitatives que qualitatives.


Les cinq grands axes retenus pour le colloque sont les suivants :

Questions de données et méthodes

Dans un monde en mouvement, comment mesurer de manière fiable les migrations forcées ? Quelles sont les techniques de sondage les plus appropriées en l’absence, bien souvent, de base de sondage ? Quelle est la fiabilité des données de routine, telles que celles collectées dans les camps de réfugiés ? Quelle utilisation peut être faite des enquêtes par échantillon et des recensements ?

Itinéraires migratoires

Au cours des années récentes, le nombre de personnes déplacées a connu une augmentation sensible. Cette hausse s’accompagne-t-elle de modifications des itinéraires migratoires des personnes concernées ? Le durcissement des conditions d’accès en Europe a-t-il encouragé le développement de nouveaux itinéraires ? Parmi les individus ayant acquis le statut de réfugié, quelle est la fréquence des migrations de retour ? Que sait-on des parcours migratoires des demandeurs d’asile déboutés ?

Santé des populations réfugiées et déplacées

Quels sont les risques de décès encourus durant les déplacements de population ou dans les camps de réfugiés ? Dans quelle mesure les populations d’accueil et d’origine se différencient-elles des personnes déplacées en termes de santé, notamment de santé mentale ? Est-il possible de mettre en évidence des différentiels de mortalité, éventuellement par cause de décès, entre ces différentes populations ?

Impact des déplacements de force sur les familles et les couples

Comment les déplacements forcés s’organisent-ils dans le temps et dans l’espace pour différents membres d’une même famille ? Quelles sont les interactions entre les parcours migratoires des réfugiés et la formation ou les ruptures d’unions ? Comment se passent les réunifications familiales dans le cadre de déplacements forcés ? Comment l’expérience du déplacement de force modifie-t-elle les intentions et les comportements en matière de fécondité ?    Quelles sont les conséquences des déplacements forcés sur le devenir des enfants (instruction, environnement familial) ?

Dispositifs légaux et trajectoires de vie

Les dispositifs légaux relatifs à l’accueil des personnes déplacées sont en évolution constante, parfois de manière soudaine. Quelles sont les conséquences des changements du cadre légal sur les parcours de vie des réfugiés ? On s’intéressera ici tant aux conditions d’accès au territoire (notamment à travers les visas humanitaires), qu’aux droits des personnes déplacées.


Les communications

Propositions à soumettre
En trois pages maximum, elles présenteront la problématique, les objectifs, le matériel et les outils utilisés. Elles sont à transmettre avant le 15 juin 2017 (chairequetelet@uclouvain.be) en vue de leur sélection par le comité scientifique. Les auteurs retenus en seront avertis avant le 30 juin 2017.

Le texte définitif
Les textes des communications retenues devront parvenir par courrier électronique avant le 31 octobre. Ils seront mis en ligne sur le site internet du centre de recherche (www.uclouvain.be/demo) en format PDF. Les textes devront être de 20 pages maximum (tout compris), simple interligne.

Langue
Les communications seront écrites et présentées en français ou en anglais, sans traduction simultanée. Les présentations en français devront être accompagnées de slides en anglais.

Formulaire d'inscription

Calendrier
Envoi des propositions : pour le 15 juin 2017
Informations aux auteurs : avant le 30 juin 2017
Envoi des textes : pour le 31 octobre 2017
Conférence : les 29 et 30 novembre 2017

Droits d’inscription
Tarif complet : 120 euros
Etudiants/doctorants : 20 euros
Associations/ONG : 20 euros
Ces frais sont à régler au moment de l’inscription, ou avant par versement en espèces ou virement au compte BE11 3100 9590 0148 de l’UCL (avec mention « Pour OTP 41.11400.079»).

Comité scientifique
Sarah Carpentier (UCL-DEMO)
Catherine Gourbin (UCL-DEMO)
Marwan Khawaja (UN-ESCWA)
Bruno Masquelier (UCL-DEMO), responsable
Bruno Schoumaker (UCL-DEMO)
Sophie Vause (UCL-DEMO)
Philip Verwimp (ULB)

Comité organisateur
Patricia Brise (UCL-DEMO)
Sarah Carpentier (UCL-DEMO)
Catherine Gourbin (UCL-DEMO)
Bruno Masquelier (UCL-DEMO), responsable
Bruno Schoumaker (UCL-DEMO)
Isabelle Theys (UCL-DEMO)
Sophie Vause (UCL-DEMO)

Contact
Chaire Quetelet 2017
Centre de recherche en démographie
Université catholique de Louvain
1 Place Montesquieu bte L2.08.03
1348-Louvain-la-Neuve, Belgique
Tel. +32 10 472951, Fax. +32 10 472952
chairequetelet@uclouvain.be
www.uclouvain.be/demo

 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

CALL FOR PAPERS

Quetelet Conference 2017
The demography of refugees and displaced populations

29-30 November 2017, Louvain-la-Neuve, Belgium
Center for Demographic Research – DEMO
Université catholique de Louvain
 
Deadline for submitting abstracts: 15 June 2017
 

Population displacement has reached unprecedented levels globally. The United Nations Refugee Agency (UNHCR) estimates that in 2015, more than 65 million people, or one person in 113, were forcibly displaced by conflict, persecution, violence or human rights violations. Two-thirds (62%) of these 65 million people were internally displaced, one-third were refugees (21.3 million) and 5% were asylum-seekers whose proceedings were ongoing (3.2 million). This global movement concerns almost all regions and territories, but the intensity of flows and reception conditions vary considerably throughout the world. A large majority of refugees are hosted in developing countries (86% of people of concern to UNHCR). Asia has the largest number of internally displaced persons (29.4 million), with large numbers of internally displaced persons in Syria and Iraq and many refugees in Pakistan, Lebanon, Jordan and Iran. In Western countries, the number of refugees hosted remains modest, even though refugee populations occupy an important place in public opinion and the debates that animate the political agenda. Recent political changes in the United States or in some European Union countries suggest that access conditions will continue to narrow and border controls will tighten in the coming years.

In this context, demographers and social scientists have a role to play, in particular by estimating the flows of displaced populations, by studying the life trajectories of these displaced persons and by improving the quality and comparability of statistics on displaced populations. In some countries, such as Belgium, there are rich administrative databases to monitor the administrative procedures of refugees. In other countries, available estimates of the numbers and characteristics of displaced persons remain based on partial registration-type data from government or NGOs, census data or surveys. Overall, beyond the mere measurement of stocks and population flows, few analyses specifically address the demographic behaviour of refugees and displaced persons.

The 2017 Quetelet Conference will be devoted to analysing the flows and demographic behaviours of refugee and displaced populations. Communications can focus on theoretical or methodological issues (sources and quality of data, innovative sampling and analytical approaches). They may be comparative or focus on a specific region, country, or community, and be based on both quantitative and qualitative approaches.


The five main axes selected for the conference are as follows:

Data issues and methods

In a world in motion, how can we reliably measure forced migration? Which sampling techniques are most appropriate in the absence of adequate sampling frames? What is the reliability of routine data, such as those collected in refugee camps? What use can be made of sample surveys and censuses? To what extent are births and deaths of refugees and IDPs registered in civil registration and vital statistics systems in the host and origin countries?

Migration routes

In recent years, the number of displaced persons has increased significantly. Has this increase been accompanied by changes in the migration routes of displaced populations? Has the tightening of access conditions in Europe encouraged the development of new routes? Among the individuals who have acquired refugee status, what is the frequency of return migration? What do we know about the migration paths of asylum seekers whose applications are rejected?

Health of refugees and displaced populations

What are the excess risks of death during displacements or in refugee camps? To what extent do host and origin populations differ from the displaced populations in terms of health, including reproductive health and mental health? Is it possible to identify mortality differentials, possibly by cause of death, between these different populations?

Impact of forced displacement on families and couples

How are forced displacements affecting families? What are the interactions between the experience of refugees and the formation or breakdown of unions? How do family reunifications take place in the context of forced displacement? How does the forced displacement alter fertility intentions and behaviors? What are the consequences of forced displacement for children in terms of familial environment, education and other outcomes such as early marriage?

Legal provisions and life trajectories

The legal arrangements related to displaced persons are constantly evolving, sometimes suddenly. What are the consequences of changes in the legal framework on the life course of refugees and internally displaced persons? Submissions can focus here on the conditions of access to the territory (notably through humanitarian visas) and the rights of displaced persons.


Submitting a paper
In three pages maximum, extended abstracts will present the topic of the research, the objectives, the data and methods used, and preliminary results. They must be sent by e-mail (chairequetelet@uclouvain.be) before 15 June 2017. Submissions should list the full names, affiliations, and email addresses of all co-authors. Authors will be notified of the status of their submission by June 30, 2017. After notification of acceptance, papers must be submitted by 31 October 2017 (sent by e-mail to chairequetelet@uclouvain.be). They will be posted on the website of the research center (www.uclouvain.be/demo) in PDF format.

Language
Papers will be written and presented in English or French, without instantaneous translation. Presentations in French should have the slides in English.

Registration fees
Full rate: 120€
Students/PhDs: 20€
Associations/ONG: 20€
These fees must be paid at the time of registration, or before, by cash, or transfer to UCL account BE11 3100 9590 0148 (marked "to OTP 41.11400.079").

Registration form

Scientific committee
Sarah Carpentier (UCL-DEMO)
Catherine Gourbin (UCL-DEMO)
Marwan Khawaja (UN-ESCWA)
Bruno Masquelier (UCL-DEMO)
Bruno Schoumaker (UCL-DEMO)
Sophie Vause (UCL-DEMO)
Philip Verwimp (ULB)

Organizing committee
Patricia Brise (UCL-DEMO)
Sarah Carpentier (UCL-DEMO)
Catherine Gourbin (UCL-DEMO)
Bruno Masquelier (UCL-DEMO)
Bruno Schoumaker (UCL-DEMO)
Isabelle Theys (UCL-DEMO)
Sophie Vause (UCL-DEMO)

Contact
Chaire Quetelet 2017
Centre de recherche en démographie
Université catholique de Louvain
1 Place Montesquieu bte L2.08.03
1348-Louvain-la-Neuve, Belgique
Tel. +32 10 472951, Fax. +32 10 472952
chairequetelet@uclouvain.be
www.uclouvain.be/demo