26-04-2019 La destruction du Patrimoine de l'époque moderne : récits anciens et enjeux actuels

LARHIS Louvain-La-Neuve

Journée d'étude organisée par le réseau des modernistes francophones de Belgique (ModerNum)

Date : le 26 avril 2019 de 10h à 16h30

Lieu : Bibliothèque royale de Belgique, Royal Sky - Room 1

Contact :

 modernum.info@gmail.com

Argumentaire

La prochaine journée d’étude du réseau ModerNum sera consacrée au patrimoine. Les réflexions s’articuleront autour de deux pôles : la matinée sera consacrée à la perte du patrimoine durant l’époque moderne ; tandis que l’après-midi proposera une réflexion sur les enjeux de la conservation du patrimoine moderne.

Récits anciens

Le 20 juin 1553, après plusieurs semaines de siège, la ville de Thérouanne est prise par les troupes de Charles Quint. Au cours des mois d’été qui suivent, la ville est méthodiquement rasée sur ordre de l’empereur, qui voulait laver l’affront qu’il avait subi au siège de Metz. Symboliquement, en souvenir du sort de Carthage, les troupes impériales répandent du sel sur les ruines de la cité. Cet épisode est certainement l’un des urbicides les plus connus de l’époque moderne. D’autres formes de « meurtres patrimoniaux » jalonnent également la période, à l’exemple des crises iconoclastes et biblioclastes survenues au cours des Guerres de religions. Ces événements nous rappellent avec force que les grands bouleversements religieux, politiques, culturels et techniques qui ont alors secoué l’Europe moderne sont à l’origine de la disparition de tout un pan du patrimoine intellectuel, littéraire, artistique et matériel de ce territoire. Parallèlement à ces grands bouleversements, la destruction du patrimoine peut également être envisagée comme sujet littéraire. On pense, par exemple, au poème Die Zerstörung Magdeburgs(1798) de Goethe qui évoque la destruction de la ville de Magdebourg pendant la guerre de Trente Ans. À l’occasion de sa prochaine journée d’étude, le groupe de contact FNRS « ModerNum. Réseau des modernistes francophones de Belgique » souhaite interroger cette thématique de la perte du patrimoine moderne par diverses approches : récits et mises en récit, théâtralisation et théorisation de la destruction, estimation des pertes et leur impact sur notre compréhension de la société moderne, changements de régime politique…

Enjeux actuels

L’éventualité de la disparition du patrimoine moderne à l’heure actuelle, à l’instar du terrible incendie qui a ravagé le Musée national de Rio dans la nuit du 2 au 3 septembre 2018 – et a entraîné la perte de plus de 20 millions d’œuvres d’art et de documents archivistiques – nous oblige aussi à nous interroger sur les questions relevant de sa conservation. C’est la raison pour laquelle la prochaine journée d’étude de ModerNum souhaite explorer également les voies suivantes : les enjeux sociétaux et mémoriels des politiques mises en place actuellement, la protection juridique accordée à l’héritage matériel de l’époque moderne et à sa patrimonialisation, les tentatives de reconstruction du patrimoine disparu, le rôle du tourisme pour la préservation du patrimoine…

Le groupe de contact FNRS ModerNum souhaite ainsi, avec sa prochaine journée d’étude, rendre visible ce patrimoine moderne disparu, tout en le rendant intelligible.

Programme

10h

Accueil

10h30

Mot d’accueil par Annick Delfosse, présidente de ModernNum, & introduction à la journée par Nicolas Simon, co-directeur

Session 1 : Récits anciens

Présidente de la séance

Valérie Leyh (UNamur)

10h45

Renaud Adam (ULiège), Bibliocastes et biblioclasme au XVIe siècle : le cas des anciens Pays-Bas

11h05

Ralph Dekoninck (UCLouvain), Cosmoclasme : détruire des images, des objets, des œuvres ou un monde ?

11h25

Anne-Françoise Morel, (KUL), De-construction historique de l’iconoclamse Anglais de 1640-1660

11h45

Hélène Miesse (ULiège), La’part des anges’ des correspondances italiennes de la Renaissance

12h05

Discussion

12h30 – 14h

Lunch

Session 2 : Enjeux actuels

Président de la séance

Colin Dupont (KBR)

14h

Marie-Sophie de Clippele (USL-B), Quand le droit belge veille à protéger le patrimoine culturel malgré la législation disséminée

14h30

Nathalie Dereymaeker (Université de Lille-UCLouvain), Destruction et détérioration des plans-reliefs français : défis et opportunités

14h50-15h30

Discussion/Pause

15h30

Sébastien Dubois (AGR), Les enjeux de la conservation des archives de l’époque moderne aux Archives de l’État en Belgique

15h50

Pierre-Yves Kairis (IRPA), L’Institut royal du Patrimoine artistique, observatoire privilégié de déperditions et tous genres

16h10

Discussion

16h30

Conclusions