Projets de recherche

LARHIS

Madame Chaumont, femme d'affaires et Mississipienne namuroise. Mobilité sociale, réseaux d'affaires et stratégie familiale à l'aube des Lumières (titre provisoire)

Chercheur : Vincent Goffinet - Promotrice : Silvia Mostaccio

Jouant des opportunités d’affaires offertes au début du XVIIIe siècle par la guerre, les changements de régimes et les frontières mouvantes entre le royaume de France et les Pays-Bas méridionaux, une marchande de Namur, Marie-Catherine Baré, (1673-1762), épouse en 1694 du médecin Chaumont et mère prolifique, s’enrichit dans le financement hors de France des achats de vivres et de fourrage à destination de l’armée française des Flandres, à la fin de la guerre de Succession d’Espagne.

Banquière, elle multiplia sa fortune à Paris sous la Régence en investissant ses gains dans la compagnie des Indes et le système des finances de l’écossais John Law dont elle semble avoir été proche. Réalisant ses bénéfices avant l’éclatement de la bulle, elle investit ceux-ci dans des immeubles de prestige et de grands domaines en France et en Louisiane où elle participa à la tentative de la France d’établir une colonie de peuplement, y envoyant engagés et esclaves. Lourdement taxée comme spéculatrice lors de l’écroulement du Système, elle consacra les restes substantiels de sa fortune à l’établissement de sa descendance dans les hautes sphères de la société française et aux œuvres de bienfaisance jusqu’à sa mort à Paris à un âge avancé.

En suivant les étapes de ce parcours féminin, une attention particulière sera prêtée à la manière dont la femme mariée réussit à se ménager un espace d’autonomie pour ses affaires dans le cadre relativement étroit que lui imposent les coutumes et les pratiques tant aux Pays-Bas qu’en France. Il étudiera en particulier la place de la femme dans les milieux marchands et financiers puis dans la noblesse en France, son mode de fonctionnement au sein du couple, les relations avec sa descendance et sa parenté, ses réseaux et ses stratégies tant matrimoniales que patrimoniales.


Dissidences et Migrations dans la Méditerranée. Anarchistes et émigration italienne vers le Sud et l'Est de la Méditerranée. Perspectives locales et globales (1850-1914)

Chercheur : Costantino Paonessa - Promotrice : Silvia Mostaccio - Financement : FNSR

A une époque où l'Europe s'inquiète de la pression migratoire et de la diffusion du djihadisme depuis le Sud/Est de la Méditerranée vers le Nord. La recherche de Costantino Paonessa analysera la trajectoire inverse qu'a pris un autre phénomène de migration/militarisme. L'étude décrira la diffusion du mouvement anarchiste dans les pays du Sud et l'Est de la Méditerranée (Tunisie, Egypte, villes portuaires de l'Empire ottoman) en ant que phénomène lié aux flux migratoires italiens dans la région, depuis la seconde moitié du XIXe siècle jusqu'au premier conflit mondial.

Les objectifs sont multiples :

  • Reconstruction historique de la présence anarchiste et des trajectoires militantes et intellectuelles des différents groupes locaux agissants dans des réseaux internationaux

  • Reconstruction de toute une partie de l'histoire de l'émigration italienne avec une attention renouvelée portée sur la classe ouvrière et sur les classes subalternes.

  • L'analyse du militarisme anarchiste italien en tant que mouvement transnational, agissant dans un contexte colonial (rapports intercommunautaires, eurocentrisme, racisme)

  • Bilan du militantisme anarchiste dans les pays étudiés

  • Remise en cause de certains paradigmes historiographiques (modernisme,  réformiste)


Des princes cruels ? La place de la brutalité dans les modes de gouvernement à la fin du Moyen-Âge (France - Pays-Bas - Angleterre)

Chercheuse : Marie-Hélène Méresse - Directeur : Gilles Lecuppre (UCLouvain) - Co-directrice : Elodie Lecuppre-Desjardin (Lille)

A la fin du Moyen Âge, aux XIVe et XVe siècles, les modes de gouvernement évoluent : pour certains historiens et dans certains espaces (France et Angleterre), l’État dit « moderne » se met en place. Là, un pouvoir souverain centralisé se développe, incarné par la figure du prince et reposant en partie sur l’élaboration d’une obéissance sacralisée, du vassal au souverain. Ce dernier, corps physique et corps politique, représente l’autorité. Par sa puissance et sa majesté, il instaure, exprime et donne à voir le pouvoir qui doit être respecté et obéi. Cette société ainsi structurée et cette époque sont aussi celles d’une quête d'ordre public et de paix, pour laquelle, à l'intérieur du cadre social et politique et de ses hiérarchies, le recours à la violence est un moyen possible. Certes, de nombreux travaux ont été réalisés sur la place de la violence dans la société médiévale, qui voient en elle une composante de l’ordre social, servant au maintien de l’honneur et de la renommée, essentiels dans une société de l’apparence ; dans cette lecture, la société accepte alors la violence réparatrice, positive, celle qui rétablit l'ordre. Mais la violence prend une autre dimension lorsqu’elle émane de la personne du prince, et surtout lorsqu’elle sort des cadres où elle est communément admise. Les récits attachés aux princes de la fin du Moyen Âge témoignent d’actes violents qui ne se conforment pas à ces règles. Au-delà de la violence, c'est alors la cruauté de ces hommes éminents qui est dénoncée. Ponctuels ou inscrits dans la loi, ces actes sont à replacer dans le contexte d'un mouvement de plus grande ampleur. Participent-ils formellement à la construction de la souveraineté et, à plus long terme, à la marche de celle-ci vers l'absolutisme ? Peut-on dans ce cas considérer que l'instrumentalisation de la peur, induite par celle de la cruauté, participe à un nouveau mode de gouvernement en servant d'appui à la raison d'État ? C’est l’un des questionnements majeurs vers lesquels tendra cette étude, à travers les exemples des royaumes de France, d’Angleterre et des Pays-Bas, dispersés puis unifiés sous l’égide des ducs de Bourgogne.


Femmes de guerre au bas Moyen-Âge. Une étude de la participation féminine en contexte militaire dans les Pays-Bas des XIVe et XVe siècles.

Chercheur : Jérôme Delhaye - Co-directeurs : Gilles Lecuppre/Baudouin van den abeele (UCLouvain)

Thèse portant sur l’étude de la participation des femmes à la guerre lors des XIVe et XVe siècles, principalement dans les Pays-Bas médiévaux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg actuels, ainsi que quelques régions adjacentes de France et d’Allemagne). Ce travail s’attache à différencier les rôles multiples que les femmes peuvent occuper dans le contexte guerrier, en fonction de leur contexte socio-économique : des femmes de la noblesse, organisant la levée de troupes et de fonds nécessaire à l’activité militaire, en passant par la production de biens utiles à la guerre (le Home Front), les femmes accompagnant les armées, et s’occupant de l’intendance, de l’entretien des soldats, jusqu’aux femmes jouant un rôle d’auxiliaire lors des épisodes de conflit (guet, défense d’une place). Ce travail étudiera la distribution de ces divers rôles en fonction de l’origine sociale et économique des femmes qui les occupent.

Les sources utilisées sont principalement issues de la pratique (comptes et inventaires, relevées de garnisons), textes de loi (ordonnances), textes littéraires (chroniques, mais aussi romans, de façon à dégager la façon dont les auteurs médiévaux utilisaient et percevaient la figure féminine en contexte militaire).


Indexation sémantique de documents engageants : extraction et structuration de métadonnées

Chercheuses : Caroline Derauw, Marie Volon - Directeurs : Aurore François, Cédrick Fairon, Patrick Watrin - Financement : L2020

La quantité de documents électroniques produits par les organisations est aujourd'hui telle que l'on assiste à de nombreuses pertes d'information, y compris du fait d'un mécanisme de dilution : l'information est conservée, mais au sein d'une masse de documents si vaste qu'elle ne peut être retrouvée. Le procès-verbal de réunion est à cet égard particulièrement exemplaire : document engageant les parties prenantes, il constitue à la fois un outil de communication et un référentiel en matière décisionnelle. Le développement d'outils d'indexation de l'information contenue dans ce type de document constitue par conséquent un enjeu majeur pour les sciences documentaires.

Le recours aux métadonnées descriptives est désormais une piste privilégiée pour répondre à cet objectif. Toutefois le travail d'encodage de ces métadonnées, par les producteurs eux-mêmes ou par des documentalistes, est bien souvent négligé faute de temps, mais aussi parce que le personnel administratif a le sentiment, en encodant ces mots-clés descripteurs, de reproduire sur les métadonnées des opérations déjà réalisées via l'encodage des données elles-mêmes.

Ce projet, qui associe archivistique et traitement automatique du langage, a pour objectif le développement d’une solution d’extraction textuelle automatique afin d’une part d’enrichir les différents documents d’un ensemble rigoureux de métadonnées et d’autre part d’assurer un accès intelligent à l’information qu’ils contiennent – de manière à faciliter le suivi des dossiers.

Démarches et livrables :

  1. Campagne d’interviews réalisée au sein d’entités UCL, permettant de cartographier la diversité des pratiques et procédures entourant la rédaction, la description et la mise en accès des procès-verbaux de réunions produits au sein de leur administration.

  2. Analyse des besoins des différentes entités servant de base à la rédaction d’une liste de métadonnées, notamment en termes de critères de recherche d’information. Une liste de demandes types nécessitant des recherches dans les PV par le personnel administratif a été dressée.

  3. Schéma d’extraction mis en œuvre, consistant en une liste de métadonnées établie, en se basant sur des normes et standards internationaux : Dublin Core, MODS et PREMIS.

  4.  Développement d’un extracteur sur base du schéma d’extraction, permettant d’identifier et de structurer les informations essentielles d’un PV : les requêtes formulées, les questions posées, les réponses éventuelles, les décisions prises et les interventions rapportées.

  5. Interface de démonstration, développée afin de faciliter le travail d’évaluation de l’outil. L’outil atteint aujourd’hui une précision de 98,5% et une couverture (ou rappel) de 68%. L’évaluation permet d’identifier un certain nombre de structures qui devront être implémentées afin d’augmenter la couverture du système.


Coptes et musulmans dans le Caire contemporain : retour du religieux, acteurs et interactions au quotidien (1970-2018)

Chercheur: Gaétan du Roy - Directeurs: Vincent Legrand & Silvia Mostaccio - Financement: FNRS, chargé de recherches (2015-2018)

Le projet s’intéresse à la problématique du retour du religieux dans l’Égypte contemporaine en contexte urbain depuis les années 1970. L’étude consistera en une comparaison entre les attitudes des chrétiens et des musulmans dans deux espaces contrastés du Caire : un quartier de classe moyenne (Shubra) et un quartier informel (Manshiyyat Naser). Les dynamiques propres à chaque communauté seront mises en évidence ainsi que les interactions entre les fidèles des deux religions. Le but de l’enquête est de décentrer le regard – le plus souvent focalisé sur l’islam – pour dégager les facteurs communs ou divergents (sociaux, économiques, religieux ou politiques) qui permettent d’expliquer la forte communautarisation qu’a connu l’Égypte durant les 40 dernières années. Pour y arriver, je procéderai à une enquête de terrain auprès de groupes mixtes chrétiens/musulmans (des associations, des écoles ou des partis politiques par exemple), mais aussi dans des milieux regroupant les membres d’une même communauté comme des familles ou des associations pieuses. J’aborderai ainsi les dynamiques interconfessionnelles dans le contexte postrévolutionnaire et les stratégies de tension ou de cohabitation mises en œuvre par les coptes et les musulmans. Le volet historique du projet visera, quant à lui, à retracer la dynamique constitutive du lien social et religieux. L’histoire des acteurs et associations suivis dans le cadre de l’étude de terrain sera ainsi retracée minutieusement, notamment au travers de récits de vie. Je serai également attentif à retracer la perception de ces deux quartiers qui ont été évoqués dans de nombreux articles de presse, dans des films documentaires ou de fictions et même dans des romans. Cette démarche s’inscrit dans une perspective d’histoire régressive, recourant à la fois aux documents écrits et aux témoignages oraux.


Histoires transnationales et globales de l'enfance et de la jeunesse dans l'entre-deux-guerres

Chercheuse: Christina Jialin Wu - Directrice: Laurence van Ypersele - Financement: FNRS, chargée de recherches (2015-2018)

Bien que la Première Guerre mondiale fût un conflit global, peu de choses sont connues sur ses répercussions dans les différents niveaux de la société en dehors du contexte européen. Alors que les historiens soulignent de manière répétée le besoin d'examen des histoires transnationales et des connexions entre les analyses européennes et non-européennes de la Grande Guerre, les recherches actuelles continuent à se focaliser sur le théâtre européen ainsi que sur les acteurs historiques « majeurs » du « front ouest ». Les histoires de la jeunesse et des autres membres de la société civile restent largement « à la périphérie » du corpus de la littérature sur la Première Guerre mondiale. Afin de s'attaquer à ces lacunes, ce projet utilise deux mouvements de jeunesse globaux – le Scoutisme et le Guidisme – comme outil analytique pour examiner, dans un cadre de travail transnational, les répercussions et les héritages laissés par la Grande Guerre sur l'enfance et la jeunesse. La méthodologie de cette étude s'appuie sur quatre thèmes distincts, néanmoins reliés : (1) la notion de guerre apprise au travers de jeux et d'activités dans ces mouvements ; (2) le rôle des scouts et des guides dans la commémoration de la guerre ; (3) l'impact de cette mémoire culturelle de la guerre répandue par ces deux mouvements dans l'entre-deux-guerres ; (4) les appropriations politiques des scouts et des guides comme ambassadeurs de la paix dans l'après-guerre. En se basant sur l'analyse de récits oraux et d'archives laissés de côté par les historiens, ce projet a pour ambition de combler les vides dans les études de l'histoire de la jeunesse, des études de genre, de l'histoire impériale ainsi que des études transnationales sur la Première Guerre mondiale. Ce faisant, nous chercherons à ouvrir de nouvelles voies de recherche historique transnationale et globale sur l'enfance et l'adolescence et à contribuer à une meilleure compréhension de la « globalité » de la Première Guerre mondiale.
 


Les questions de sécurité nationale en Belgique (1839-1870) - Des préoccupations des élites politiques aux fantasmes de l'opinion publique

Chercheur: Christophe Chevalier - Directeur: Vincent Dujardin - Financement: FSR

Profitant des derniers développements de l’historiographie dans les « security studies », cette recherche a pour objet l’étude des questions de sécurité nationale en Belgique entre 1839 et 1870. Loin de se limiter aux aspects politiques et militaires de la question, elle abordera toutes les menaces auxquelles l'État doit faire face, prenant dès lors en compte l'importance des facteurs culturels, linguistiques, religieux et moraux. La place des concepts de « sécurité », de « peur » et de « menace » est ici centrale, et fera l'objet d'une attention toute particulière.​ La problématique de cette thèse s’articule autour d’une série de questions : de quelle manière le sentiment d'insécurité se manifeste ? Comment et par qui il est relayé au sein du pays ? Quels sont les éléments considérés comme dangereux pour la sécurité de la Belgique, et comment ont été perçues ces différentes menaces par l'opinion publique et par les autorités politiques ? Quelles ont été, enfin, les politiques élaborées et mises en place pour y répondre ?


Les politiques urbaines dans la construction européenne de 1952 à nos jours

Chercheuse: Mathilde Collin - Directeurs: Vincent Dujardin & Bernard Coulie

L'Europe se positionne aujourd'hui clairement comme un acteur des politiques urbaines, bien qu'elle n'en ait formellement pas la compétence. La recherche vise à identifier et comprendre les mécanismes qui, depuis le début de la construction européenne, sont à l'oeuvre au sein des institutions européennes pour tenter d'influencer la fabrique des villes : quels en sont les acteurs-clés ? Quelles ont été les dynamiques à l'oeuvre ? Quels objectifs ont été poursuivis ? Avec quels résultats ? Comment les différentes compétences de la CEE, puis de l’UE, ont-elles influencé l'aménagement urbain, intentionnellement ou non ? Retracer le parcours de l'émergence de cette thématique permettra, dans un deuxième temps, d'analyser la manière dont l'Europe est parvenue, et dans quelle mesure, à prendre sa place parmi les acteurs urbains, bousculant la tension historique entre villes et états dans l'exercice du pouvoir territorial.


Les métamorphoses de la politique industrielle de l'Union Européenne. L'exemple des interventions dans le secteur de la sidérurgie entre 1974 et 2002

Chercheur: Dimitri Zurstrassen - Directeurs: Vincent Dujardin & Eric Bussière - Financement: UE (Projet HistCom3)

L'objet de la thèse doctorale consiste à étudier de manière interdisciplinaire les métamorphoses de la politique industrielle européenne entre 1974 et 2002 en étudiant le cas de la sidérurgie, ainsi que d’analyser ses effets sur la structure de branche durant cette période. C’est-à-dire entre le début de la crise de la sidérurgie européenne et l’année durant laquelle fut créé le champion européen Arcelor, après la fusion le 18 février 2002 d’Acelaria, Arbed et Usinor, et l’expiration du traité CECA, initiant une nouvelle ère pour la sidérurgie européenne. Dans cette étude, une attention particulière à l’analyse du rôle des réseaux économiques et sociaux sur les transformations de la politique sidérurgique européenne et le changement de structure de la branche.


La jeunesse en mouvement : Le scoutisme des deux côtés du miroir colonial. La Malaisie britannique et l’Inde hollandaise, 1907-1973

Chercheuse: Christina Jialin Wu - Directeurs: Paul Servais & Laura Lee Downs - Financement: FNRS (Thèse défendue en 2015)

Bien que le scoutisme soit une plateforme importante façonnant des idées sociétales sur les identités et rôles du genre, peu de choses sont connues sur la manière dont ce mouvement se développa dans les colonies et comment son succès survécut au colonialisme. En effet, pourquoi et comment le scoutisme, un instrument colonial conçu pour préparer les enfants européens à leur futur rôle dans l'empire, devint si populaire chez les enfants indigènes ? Pourquoi les états post-coloniaux, malgré leur hostilité à l'encontre des influences coloniales, se ré-approprièrent-ils le scoutisme ? Quels étaient leurs buts ? Cette thèse a pour ambition de répondre à ces questions. Située au croisement de l'histoire de l'enfance et du genre, de la politique et de l'interaction Occident-Orient, cette thèse s'attaquera aux paradoxes liés au scoutisme en Malaisie britannique ainsi qu'aux nombreuses questions qui en découlent. En s'appuyant sur de nombreuses archives en grande partie inexplorées, ce travail aborde l'influence du scoutisme sur les interactions Occident-Orient et l'histoire de son utilisation pour la gestion du genre et de la sexualité en adoptant une perspective à la fois comparative, trans-coloniale et trans-nationale.


« Belgafrican Magistrates Social Networks » (1885-1962)

Doctorantes: Amandine Dumont & Pascaline Le Polain - Coordinateurs: Xavier Rousseaux, Aurore François & Nathalie Tousignant - Financement: FNRS - PDR (2014 - 2018)

La période 1885-1962 a vu de nombreux Belges et autres Européens, docteurs en droit ou non, partir pour l’État indépendant du Congo, le Congo belge ou le Ruanda-Urundi afin d’y exercer des fonctions dans la magistrature. Malgré l’important rôle social qu’ils ont joué dans ces territoires africains sous tutelle de la Belgique, l’étude de ce personnel qui compose l’appareil judiciaire reste peu abordée dans l’historiographie belge. Le projet « Belgafrican Magistrates Social Networks » se propose dès lors d’ouvrir de nouvelles perspectives pour l’histoire de la magistrature coloniale belge.

S’inscrivant directement dans la continuité du projet FRFC-Belgafrima consacré à la « prosopographie des magistrats coloniaux belges (1885-1962) », il vise à étudier, sous l’angle de l’analyse des réseaux et groupes sociaux, le profil collectif de la magistrature de l’État indépendant du Congo (EIC), de la Belgique et du Ruanda-Urundi de 1885, date de la fondation de l’EIC, à 1962, marquée par la fin du régime mandataire au Ruanda-Urundi. La notion de « magistrature » envisagée comprend tant le personnel habilité à rendre la justice (juges, procureurs, administrateurs territoriaux) que les structures institutionnelles (cours et tribunaux) sur lesquelles s’articule l’exercice de la justice. À partir de cette définition large de la magistrature, le projet entend mettre en évidence les liens existant entre la magistrature coloniale et l’administration territoriale dans la mise en œuvre du système judiciaire, ainsi que les réseaux qui se développent par l’activité quotidienne de ces magistrats.

L’objectif principal du projet est donc de dépasser la constitution d’un répertoire biographique ou d’un dictionnaire et de proposer une véritable prosopographie des magistrats « belgafricains », en y incluant une dimension réticulaire et une approche trajectorielle. La méthodologie envisagée pour ce faire, l’analyse des réseaux sociaux (SNA), repose sur l’exploitation de l’application informatique « prosopographie et répertoire des magistrats belges, 1795-1960 » accessible à travers le portail just-his.be. Elle permet entre autre de générer une cartographie des individus et des liens qu’ils tissent entre eux. Ces liens étant à la fois caractérisés par leur nature (familiale, amicale, professionnelle, etc.) et inscrits dans le temps. L’outil prosopographique continuera à être développé tout au long du projet. Cette approche réticulaire sera couplée avec une analyse des trajectoires selon la méthode de l’appariement optimal « Optimal Matching Analysis », afin de dégager des logiques de carrière en fonction de critère multiples.

En parallèle de ce travail de cartographie, un indispensable travail de contextualisation sera également mené afin de comprendre le rôle, la pensée et l’héritage de ces différents magistrats. Partant d’une approche culturelle et sociale, le projet entend en effet étudier le processus de formation d’une magistrature coloniale, à travers notamment le cas d’Antoine Sohier. Ayant commencé sa carrière de magistrat au Congo belge et ayant poursuivi celle-ci à son retour en Belgique, l’étude de son profil est en effet particulièrement intéressant car il permet de saisir ce qui a pu se jouer à la fin des années 1950 et au début des années 1960 avec le rapatriement du cadre suite aux indépendances.


Entre réseaux de personnes et réseaux institutionnels : magistrats et administrateurs territoriaux au Congo belge et au Ruanda-Urundi (1920-1962)

Chercheuse: Amandine Dumont - Directeurs: Xavier Rousseaux & Aurore François - Financement: FNRS - PDR

Malgré l’important rôle social qu’il a joué dans les territoires africains sous tutelle de la Belgique entre 1885 et 1962, le personnel qui compose l’appareil judiciaire reste peu abordé par l’historiographie belge. Ce projet vise à étudier, sous l’angle de l’analyse des réseaux et groupes sociaux, le profil collectif de la magistrature au Congo belge et au Ruanda-Urundi entre les années 1920, notamment marquées par la « seconde reprise » et la volonté de la Belgique de faire progresser la colonie, et 1962, date de la fin du régime mandataire au Ruanda-Urundi. S’appuyant sur différentes sources (législatives, normatives, dossiers de carrière des magistrats,…), la thèse entend principalement dégager le profil sociologique et les logiques de carrière de ces magistrats, notamment par l’étude de leurs trajectoires. Il s’agira également de mettre en évidence les liens existant entre la magistrature coloniale et l’administration territoriale dans la mise en œuvre du système judiciaire.


Une dimension de la « nature urbaine » : contribution à l’étude de l’animal dans les villes de Bruxelles et de Liège (XVIIe-XVIIIe siècles). Relations avec l’homme, enjeux et perceptions

Chercheur: William Riguelle - Directrices: Silvia Mostaccio & Isabelle Parmentier - Financement: Mandat d'assistanat

Que la ville moderne ait fourmillé d’animaux est une certitude : hommes et « bestiaux » s’y côtoient dans une promiscuité toute particulière, faisant émerger le problème de leur cohabitation. C’est sur cette relation homme-animal que l’on se penche dans le cadre de cette thèse, ainsi que sur les conséquences et les motivations d’une telle proximité. Mobilisant des sources écrites et iconographiques, la recherche se focalise sur la place et le rôle de la « bête » en ville, dans sa relation avec l’environnement urbain et les hommes qui y vivent : cet élément constitue une perspective enrichissante pour éclairer le rapport de l’homme à la nature. À la tête des deux grandes entités présentes aux temps modernes sur le territoire de l’actuelle Belgique, Bruxelles et Liège sont les deux centres urbains sur lesquels il a été décidé de se focaliser. Le choix d’une chronologie de longue durée – XVIIe-XVIIIe siècles – s’explique notamment par la volonté d’étudier les transformations des usages et des perceptions de l’animal au cours des siècles : ces transformations sont révélatrices de changements sociaux de plus grande ampleur.


Genre et religion : appropriation du modèle jésuite par les femmes entre Révolution et Restauration en France. Les Filles du Cœur de Marie (1791) et les Fidèles Compagnes de Jésus (1820)

Chercheuse: Sarah Barthélémy - Directeurs: Silvia Mostaccio & Pierre-Antoine Fabre - Financement: FNRS

Le projet consiste dans l’étude de deux congrégations féminines d’inspiration jésuite, fondées dans la France révolutionnaire et postrévolutionnaire, respectivement en 1791 et en 1820. Il s’inscrit au croisement de l’histoire culturelle et de l’histoire du genre, et se donne pour ambition de comprendre les raisons et le contexte de l’appropriation du modèle ignacien (faible en 1791 du fait de la suppression des jésuites, fort en 1820 grâce à la restauration de l’ordre) par des femmes répondant de manière active (via l’éducation des filles, la formation des maîtresses d’école, la direction spirituelle) aux besoins nouveaux d’une société en profonde mutation. Au centre du projet se trouve l’histoire du rapport entre les sexes tant au niveau individuel (fondatrice/inspirateur (ex)jésuite) que collectif (congrégations féminines/Compagnie de Jésus), dans ses enjeux institutionnels et culturels.


Les relations entre le monde catholique belge et le Vietnam dans son histoire récente (1945-1995)

Chercheur: Amaury de Saint-Martin - Directeurs: Vincent Dujardin & Paul Servais

L’objectif de cette recherche est d’analyser ce que furent les rapports entre le monde catholique belge et le Vietnam dans son histoire récente (1945-1995). Si la Belgique entretient d’excellentes relations politiques et commerciales avec le Vietnam depuis maintenant 40 ans, quelles furent plus spécifiquement les relations entre les catholiques belges et un pays où le catholicisme peut être traditionnellement perçu comme un contre-pouvoir ? La thèse tente de comprendre ces relations sur base des différentes composantes qui caractérisent le monde catholique belge. La composante religieuse bien sûr mais aussi associative, politique, universitaire ou syndicale. L’histoire récente du Vietnam est jalonnée d’événements qui eurent pour incidence d’entraîner des prises de positions peut-être différentes au sein même ou entre ces composantes. Quelles furent-elles ? Et à quels moments en particulier ?


L'européanisation des acteurs sociaux nationaux. Les cas belges et allemands (1972-1985)

Chercheur: Quentin Jouan - Directeur: Vincent Dujardin - Financement: FNRS

Quel est l’impact de l’intégration européenne sur les sociétés nationales ? C’est à cette question, large, que cette thèse ambitionne de donner une partie de réponse en se concentrant sur une catégorie spécifique d’acteurs à un moment donné : les syndicats belges et allemands entre 1972 (Sommet de Paris) et 1985 (entrée en fonction de la Commission Delors). Après un travail théorique autour du concept d’européanisation, les développements empiriques s’agencent autour de trois axes : 1) la perception syndicale de l’Europe, 2) leur action au niveau européen et 3) leur utilisation de l’Europe à des fins nationales. Transnationale, cette étude s’ancre également dans l’interdisciplinarité, entre histoire, science politique et droit.


La construction scientique et sociale d'un concept: Pédophilie

Chercheuse: Noëmi Willemen - Directeur: Paul Servais

Thèse développée dans le cadre des recherches sur les familles et les sexualités.


Histoire du ministère belge des Affaires étrangères (1944-1989)

Chercheur: Vincent Delcorps - Directeur: Vincent Dujardin - Financement: Mandat d'assistanat

À l’intersection entre politique intérieure et politique extérieure, notre projet nous emmène vers l’histoire administrative. Le ministère des Affaires étrangères est un acteur ; il est aussi un très intéressant objet d’études. Notre intérêt porte plus spécifiquement sur la manière dont il change entre 1944 et 1989. La période est marquée par d’importantes évolutions. Celles-ci concernent autant la scène internationale (progrès du multilatéralisme, construction européenne, décolonisation…), que la scène intérieure (revendications linguistiques, réformes de l’Etat, politisation croissante de l’administration…). De même, nous ne pourrions négliger ni les évolutions technologiques (développement des moyens de communication, apparition de l’informatique…), ni les grandes mutations sociétales (démocratisation, évolution des rapports hommes-femmes…). Nous entendons étudier la manière dont le département est impacté par ces évolutions. Parvient-il à s’y adapter ? Ou tente-t-il d’y résister ? En mettant en lumière les facteurs et les acteurs de changement, nous dessinerons la difficile transformation d’une administration séculaire confrontée à un monde où le changement s’accélère.


Le paysage des anciens Pays-Bas et ses vestiges antiques : entre patrimoine, imaginaire et curiosité archéologique (1565-1794)

Chercheur: Olivier Latteur - Directrices: Françoise Van Haeperen & Isabelle Parmentier - Financement: Mandat d'assistanat

La période moderne se caractérise par la redécouverte de l’Antiquité classique et par le développement d’un sentiment d’admiration à l’égard de cette période : les vestiges monumentaux remontant à cette époque ont alors suscité un intérêt certain au sein des milieux érudits et des populations locales. Cette recherche doctorale entend aborder la question de la réception et de la « survivance » des vestiges antiques situés dans les Pays-Bas méridionaux et la principauté de Liège. Profitant des apports récents de l’historiographie anglaise et française en matière de réception des monuments antiques, elle ambitionne d’apporter un éclairage novateur sur l’impact de ces vestiges aussi bien dans l’espace que dans les imaginaires collectifs. Deux principaux axes de recherche sont envisagés : le premier porte sur l’impact paysager de ces vestiges et sur leur réutilisation à des fins utilitaires ; le second aborde la question de leur étude et de leur interprétation ainsi que leurs liens avec la construction des identités locales et régionales.