Publications emblématiques

LARHIS

Quelques publications emblématiques des membres du LaRHis

Aurore François, Anne Roekens, Véronique Fillieux, Caroline Derauw (dir.), Pérénisser l'éphémère. ISBN : 978-2-8061-0370-3

Les textes, commentaires, photos et vidéos postés et relayés sur les médias sociaux constituent désormais une masse documentaire impressionnante. Extrêmement volatils, ces éphémères ne sont pas sans poser de nombreux défis aux chercheurs qui tentent de les collecter ou aux archivistes soucieux de les conserver. Treize contributions issues d'horizons multiples interrogent le sens, les enjeux et les défis de la collecte et de l'archivage de ces nouvelles formes d'expression.

Paul Servais (dir.), La composante humaine. ISBN : 978-2-87558-706-0

Comment se fait-il qu’un historien formé à l’histoire économique et sociale ait pu développer un parcours cohérent à travers des thématiques aussi différentes que l’évolution de la rente et du crédit hypothécaire en terre de Liège au 18e siècle, la littérature dévote bourgeoise en langue française du 20e siècle, les représentations de la Chine par les savants et les aventuriers du 19e et du 20e siècle ? En lisant ces études, on se rend compte que le fil rouge reliant des objets d’enquête si différents est celui que Paul Servais définit à plusieurs reprises comme « la composante humaine ». Un élément constitutif et unificateur d’expériences diverses, comme le sont les sphères d’action mobilisées par tout être humain dans le courant de sa vie. Si chaque historien est avant tout le fils de son temps, Paul Servais est un enfant des Annales, avec toute la richesse de cette tradition historiographique capable de circuler entre les sources les plus disparates dans la confiance déterminée de ceux qui veulent saisir l’homme. Le parcours par étapes proposé ici est nourri par la recherche passionnée de « la composante humaine » dans ses différentes facettes, éclairées par la notion polysémique du paysage. En effet, de l’histoire matérielle à l’histoire culturelle, c’est le paysage – physique ou intérieur – qui s’impose comme contexte essentiel des hommes et des femmes étudiés et qui façonne les modes de vie et les esprits. Pour ce parcours, la collection « L’Atelier d’Érasme » se veut fidèle à son choix de promouvoir l’échange entre chercheurs de générations différentes. C’est cet esprit qui a amené Silvia Mostaccio à relire et à éclairer ces travaux de recherche, en dialogue avec l’auteur.

Gilles Lecuppre (dir.), La Contestation. Moyen Âge et Temps Modernes, Paris, Éditions Kimé, 2016 (coll. Histoire, Le sens de l’histoire). ISBN : 978-2-84174-756-6.

Les douze contributions rassemblées ici sous la direction de Gilles Lecuppre font justice à la diversité des motifs et des vecteurs de la contestation sur une très large période, qui nous mène du début du XIe siècle aux prodromes de la Révolution française, de l’âge d’or d’al-Andalus à des Lumières fatiguées et sceptiques. Partout, en Espagne, en France, à Naples ou dans le Saint-Empire, ce ne sont pas seulement des pouvoirs que l’on abat ou contre lesquels on se soulève, mais plus simplement, plus quotidiennement, des abus que l’on dénonce et auxquels on résiste par la plume ou les procès, la grève ou le déguerpissement, le cri ou l’éloquence – avant, parfois, il est vrai, de prendre les armes, sans que celles-ci perdent tout contact avec les manifestations plus symboliques qui ont précédé leur avènement rien moins que spontané.
Contributions de Véronique Beaulande-Barraud, Julien Briand, Monique Cottret, Christophe Duhamelle, Alexis Fontbonne, Manuela Águeda García Garrido, Nathalie Gorochov, Alain Hugon, Thierry Lassabatère, Vincent Meyzie, Juliette Sibon et Emmanuelle Tixier du Mesnil.

Laurence Van Ypersele, Emmanuel Debruyne et Chantal Kesteloot, Brussels. Memory and War (1914-2014), Waterloo, Renaissance du Livre, 2014. ISBN : 978-2-5070-5220-1.

The memory of the First World War is particularly present in Brussels. Today, the Brussels-Capital Region counts no less than six hundred street names, commemorative plaques and monuments dedicated to its memory.
At the time of the centenary of 1914-1918, the importance of this memorial heritage encourages to interrogate the different identities, in all their complexity, as they are revealed through these traces, for the Region of Brussels is the bearer of a multiple memory. As the capital of the kingdom, it is home to the Unknown Soldier, preserves the memory of great battles and important national figures, even as it pays homage to the Allies and the international humanitarian aid of which Belgium was the beneficiary. Brussels also embraces the memory of national corporations such as the foresters or the showmen. Finally, and most importantly, as an entity formed of municipalities eager to acknowledge their autonomy, Brussels keeps local memories alive, memories of simple soldiers who died in battle, of the everyday suffering of civilians during the occupation, as well as of Belgian patriotic figures.
The present work aims to retrace the construction of this memory in the space of Brussels, analyse its symbolic impact and its evolution, while it interrogates the current meaning of this extraordinary heritage.

Silvia Mostaccio, Early Modern Jesuits between Obedience and Conscience during the Generalate of Claudio Acquaviva (1581–1615), Ashgate, 2014. ISBN: 978-1-4094-5706-0.

The Society of Jesus was founded by Ignatius Loyola on a principal of strict obedience to papal authority, yet the nature of the Jesuits’s work and the turbulent political circumstances in which they operated, inevitably brought them into conflict with the Catholic hierarchy. In order to better understand and contextualise the debates concerning obedience, this book examines the Jesuits of south-western Europe during the generalate of Claudio Acquaviva.
Acquaviva’s thirty year generalate (1581–1615) marked a challenging time for the Jesuits, during which their very system of government was called into doubt. The need for obedience and the limits of that obedience posed a question of fundamental importance both to debates taking place within the Society, and to the definition of a collective Jesuit identity. At the same time, struggles for jurisdiction between political states and the papacy, as well as the difficulties raised by the Protestant Reformation, all called for matters to be rethought.
Divided into four chapters, the book begins with an analysis of the texts and contexts in which Jesuits reflected on obedience at the turn of the seventeenth century. The three following chapters then explore the various Ignatian sources that discussed obedience, placing them within their specific contexts. In so doing the book provides fascinating insights into how the Jesuits under Acquaviva approached the concept of obedience from theological and partical standpoints.