Allocution du Pr. Marco Cavalieri, Président de l’Institut des civilisations, arts et lettres (INCAL)

Louvain-La-Neuve

Mesdames, Messieurs,
Chers Collègues, chers étudiants, chers amis,
Carissimo Collega,

Il me revient le plaisir et le privilège de vous présenter notre orateur de ce soir.

Le Professeur Nuccio Ordine est l’un des plus grands spécialistes de l’histoire de la pensée, réputé pour ses travaux sur la Renaissance et, en particulier, sur l’œuvre de Giordano Bruno, frère dominicain, philosophe et penseur novateur, qui alla plus loin que Copernic et eut la préscience de l’infinité de l’univers. Il fut brûlé vif en place publique (au Campo de’ Fiori) en 1600, à Rome, pour hérésie.

Professeur de littérature et de philosophie à l’Université de Calabre, Nuccio Ordine est un véritable citoyen de la « République des Lettres », un État virtuel qui ne connaît pas de frontières. Fellow du « Harvard University Center for Italian Renaissance Studies » à la Villa I Tatti et membre de moult sociétés savantes à travers le monde, il a été professeur invité dans tant d’universités et d’institutions prestigieuses de par le monde dont il serait trop long de dresser la liste ici.

Titulaire de plusieurs diplômes honoris causa, le professeur Nuccio Ordine s’est vu reconnaître également de nombreuses distinctions, parmi lesquelles il faut mentionner plus spécialement : Grande Ufficiale dell’Ordine al merito della Repubblica italiana, depuis le début de cette année 2018 — et en France : Commandeur dans l’Ordre des Palmes académiques (2014) et Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur (2012).

Nuccio Ordine est le maître d’œuvre de toute une série de collections de monographies, dont plusieurs en France, aux éditions des « Belles Lettres » à Paris. Parmi ses nombreux livres, qui tous ont été traduits dans plusieurs langues (dont le chinois, le japonais, le grec, le roumain et le russe), citons en particulier les titres suivants (d’après les éditions en langue française) :

  • Le Mystère de l’âne. Essai sur Giordano Bruno (1993 / 2005) ;
  • Traités sur la nouvelle à la Renaissance (2002) ;
  • Le Seuil de l’ombre (2003) ;
  • Giordano Bruno, Ronsard et la Religion (2004) ;
  • Le rendez-vous des savoirs : Littérature, philosophie et diplomatie à la Renaissance (2009) ;
  • Trois couronnes pour un roi. La devise d’Henri III et ses mystères (2011) ;
  • Une année avec les classiques. Une petite bibliothèque idéale pour nous accompagner dans un voyage fascinant en littérature et en philosophie (trad. 2015) ;

ainsi que dans les jours à venir :

  • Les Hommes ne sont pas des îles (2018), vibrant plaidoyer en faveur de la solidarité humaine, fondé sur la lecture des classiques.

En 2012 a paru, en français, aux éditions des « Belles Lettres », un manifeste remarqué sur la vie de l’esprit et sa « gratuité » inhérente, avec pour titre éloquent L’utilité de l’inutile. Dans cet ouvrage, traduit à ce jour en plus de vingt langues et nourri par la fréquentation des plus grands philosophes et poètes, Nuccio Ordine montre comment le culte de l’utilité et l’obsession des retombées pratiques finissent par dessécher l’intelligence et la sensibilité — en d’autres termes : comment la recherche du profit met en péril les écoles et les universités, l’art et la créativité, ainsi que les valeurs essentielles telles que la dignité humaine, la beauté, l’amour et la vérité. Le message de l’auteur est clair : il faut défendre l’étude désintéressée et sauvegarder le droit à la recherche fondamentale, c’est-à-dire libre de toute finalité autre qu’elle-même.

Cher Professeur Ordine, carissimo Nuccio, nous sommes particulièrement honorés de pouvoir vous accueillir aujourd’hui, en ouverture de cette soirée consacrée au Collège des Trois Langues. Je vous cède la parole sans plus attendre, en vous remerciant encore d’avoir accepté de nous guider sur les voies de l’humanisme, tracées par une longue suite d’auteurs classiques et qu’il est nécessaire aujourd’hui, plus que jamais, de réexplorer à notre tour.