Axes de recherche

CEMA

Le socle : l’étude – typologique et interprétative – des sources

L’étude – typologique et interprétative – des sources est donc naturellement le socle méthodologique commun à tous les travaux des membres du CEMA, qui se consacrent à la publication de nouvelles données et à l’établissement de corpus en différents domaines :

  • fouilles archéologiques en Italie et en Crète, et leur publication ;
  • publication de corpus monétaires et de monnaies de fouilles (périodes grecque et romaine) ;
  • publication du corpus des miroirs étrusques et prénestins (Italie, Émilie-Romagne) ;
  • préparation de corpus des lieux de culte ;
  • édition critique et commentaire de textes latins chrétiens et patristiques, en prose et en vers ;
  • mise en ligne de bases de données rassemblant les textes littéraires grecs et latins dans le cadre des projets Itinera electronica et Hodoi elektronikai ;
  • mise à jour de la base de données des Miroirs étrusques et prénestins ;   

La grande diversité des sources et des époques étudiées par les membres du CEMA permet de développer des thématiques de recherche s’étendant à toute la période de l’Antiquité. Fort de ce large ambitus chronologique et de la complémentarité des approches de ses membres, le centre structure ses activités autour de deux axes majeurs.

1er axe. Pouvoirs et sociétés : réalités, représentations

Cet axe étudie, sur la base de cas particuliers, les structures sociales, politiques, économiques et religieuses des civilisations antiques. Les membres du CEMA examinent la thématique à partir de plusieurs angles d’approches complémentaires. Les apports de l’archéologie et de l’anthropologie sont ainsi combinés dans l’étude de la « topographie du pouvoir » en Crète minoenne, tandis que les compétences philologiques, épigraphiques, numismatiques et iconologiques sont mises au service de l’histoire institutionnelle, sociale, économique et religieuse tant de la Grèce archaïque, classique et hellénistique que de la Rome républicaine et impériale.

2e axe. Dynamismes et permanences dans l’Antiquité et de l’Antiquité

Ce second volet des recherches du CEMA examine les phénomènes de tradition et d’innovation à différents niveaux de la vie sociale et intellectuelle, durant l’Antiquité et aux périodes ultérieures. Ceux-ci sont abordés d’abord au niveau de la vie matérielle. Les fouilles archéologiques menées en Italie et en Crète s’accompagnent nécessairement d’une réflexion sur la problématique de l’ancrage spatial, c’est-à-dire de la permanence d’occupation de certains lieux (lieux de culte ou à la charge symbolique prononcée, lieux de résidence et de production), et des dynamismes et variantes dans les modèles d’occupation du territoire.

Dans le domaine des lettres et des idées, plusieurs philologues et historiens de la littérature étudient au sein du CEMA la réception de l’hellénisme et de la latinité à travers les textes de l’Antiquité tardive, du Moyen Âge et de la Renaissance : permanences et innovations sont à nouveau au cœur de leurs recherches, qu’elles concernent l’esthétique littéraire, l’histoire des mentalités, la rhétorique ou l’imitatio.