PAI "Justice & Populations, the Belgian experience in international perspective, 1795-2015"

Louvain-La-Neuve

Logo be justPour plus d'informations sur ce projet, voir www.bejust.be 
La recherche sur « la justice et ses relations avec la société » est un domaine en expansion mais qui manque généralement d'une approche multidimensionnelle dans le champ des sciences sociales. Construit à partir de l'expérience et des résultats d'un précédent projet PAI sur le thème « Justice & Société » (PAI P6/01) qui a permis de combler des lacunes majeures en histoire de la justice en Belgique et qui adoptait une perspective nationale et institutionnelle dite « top-down », le projet actuel veut aborder le thème des relations entre Justice et Populations en étendant le périmètre de recherche et en s'inscrivant dans une perspective interdisciplinaire et de longue durée, puisqu'elle couvre une période allant de 1795 à aujourd'hui.

  • L'expérience belge est systématiquement examinée dans son contexte international, qui est celui d'un monde globalisant. Dans le domaine de la justice, et spécialement pour les 20e-21e siècles, cela nécessite une approche innovante pour démontrer comment la justice est historiquement et géographiquement située dans un contexte à la fois global et local, et comment le 'local' peut s'élargir et révéler des aspects inter- trans- et supra-nationaux de la justice. Ce point de vue est particulièrement pertinent pour la Belgique puisque ce pays a, pour certains aspects et certaines périodes, fonctionné comme un « laboratoire de la culture occidentale» (p.e. politiques pénales; expériences d'occupation en temps de guerre; colonies belges).
  • Une perspective bottom-up implique de s'attarder sur les « populations », c'est-à-dire sur les acteurs judiciaires, les groupes sociaux, les communautés et les individus dans leurs échanges avec la justice. Si l'on adopte une méthodologie relevant des sciences sociales, cela signifie que les différences de classe, d'âge, de genre, ethniques et nationales sont prises en compte dans tous les projets de recherche.

Les objectifs scientifiques suivants sont proposés :

  • Déplacer une approche centrée sur la justice vers l'étude des interactions entre les institutions judiciaires, les groupes sociaux et les individus.
  • Approfondir l'expertise diachronique, en comparant les sociétés présentes et passées : identifier à la fois les continuités et les évolutions sur le long terme, les moments de crises et de transformation.
  • Adopter une perspective internationale : analyser les questions judiciaires en adoptant une perspective comparative et critique, comparer les expériences nationales mais aussi examiner les transferts transnationaux et la circulation des concepts, du savoir et des pratiques au sein d'une structure faite de processus globaux.
  • Adopter une perspective interdisciplinaire : les objectifs cités plus haut impliquent d'avoir recours à des disciplines diverses (histoire, sciences juridiques, sociologie, criminologie, sciences politiques, sciences archivistiques). 

 Le projet est structuré autour de 6 "work packages" intégrés auxquels collaborent 15 institutions partenaires :

  • UCL
  • UGent
  • States Archives
  • Cegesoma
  • RMA
  • VUB
  • USaint-Louis
  • ULB
  • VUB
  • KULeuven
  • UNamur
  • ULg
  • CHJ (Lille 2)
  • HU-Berlin
  • Cesdip (UVSQ)

Equipe coordinatrice
UCl (Xavier Rousseaux, Aude Musin)

Planification
01/04/2012 - 31/03/2017

Financement
Politique Scientifique Fédérale (PSF), Programme Pôles d’Attraction interuniversitaires