Halte, Taviers ! Une exposition et une nouvelle monographie du CRAN et de la SAN

CRAN

Un siècle et demi après les premières découvertes et plus de soixante ans après les fouilles stratigraphiques de Charles Leva, Taviers gallo-romain. L'agglomération et la fortification, une monographie dirigée par Fabienne Vilvorder et Laurent Verslype du CRAN de l’UCLouvain dans la Collection d’archéologie Joseph Mertens (n° 19), et une exposition « Halte ! Taviers » à partir du 15 octobre 2019 au Confluent des Savoirs de l’UNamur, sont consacrées aux fouilles menées à Taviers dans les années 1950 par la Société archéologique de Namur et restées largement inédites. Dans la foulée de l’étude des agglomérations romaines de Liberchies, Braives et Tournai (direction Raymond Brulet), le Centre de recherches d’archéologie nationale de l’Université catholique de Louvain (CRAN) avec l’appui déterminant de l’AWaP et à l’initiative du Musée archéologique de Namur, s’est chargé de la coordination des études. Le volume est simultanément intégré à la  Collection « Namur. Archéologie » de la Société archéologique de Namur (n° 2).

L’ouvrage Taviers gallo-romain. L'agglomération et la fortification intègre la révision critique et l’édition scientifique de l’importante documentation originale et du riche mobilier récolté depuis le 19ème siècle puis dans les années 1950 à Taviers, en particulier par Charles Leva pour le compte de la Société archéologique de Namur et dont ont respectivement aussi la charge l’Agence wallonne du Patrimoine - AWaP et le Musée archéologique de Namur. Quatorze spécialistes ont collaboré pour remettre en lumière ce site à peine exploré.

L’agglomération gallo-romaine de la Terre aux Pierres à Taviers (Éghezée), née d’une mansio, se développe à partir du milieu du Ier siècle de notre ère le long de la voie Bavay-Cologne, en cité des Tongres. Durant trois siècles, elle devient un carrefour routier et connaît une évolution croissante. De simples constructions en bois et en torchis font place à une architecture sur solins de pierres. Le vicus s’ouvre au commerce et voit sa population indigène intégrer la culture romaine. Témoin des menaces de plus en plus incessantes des raids germaniques, une fortification y est implantée entre les années 260 et 270 apr. J.-C., sur un des îlots d’habitat de l’agglomération abandonnée et en ruine. Ce burgus, appartient au dispositif militaire de contrôle de la route. Il sera réaménagé à plusieurs reprises dans le courant du IVe siècle avant l’abandon définitif du site de la Terre aux Pierres.

Une monographie . Taviers gallo-romain L'agglomération et la fortification, 255 pp, Namur, 2019, sous la direction de Fabienne Vilvorder et Laurent Verslype, avec la collaboration de Raymond Brulet, Jan de Beenhouwer, Catherine Coquelet, Éric Goemaere, Paul Picavet, Caroline Polet, Fabienne Pigière, Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier, Lise Saussus, Aurélie Thiébaux, Amélie Vallée. La collection d’archéologie Joseph Mertens est une collection du CRAN, UCLouvain. ISBN CRAN : 2-930-208-06-6 : craneditions@uclouvain.be. La collection Namur. Archéologie est une série de la Société archéologique de Namur. ISBN SAN : 978-2-9602140-3-1.

Une exposition.  « Halte ! Taviers » de la Société archéologique de Namur se déroule du 15 octobre 2019 au 10 janvier 2020 au Confluent des Savoirs avec le soutien de l’AWaP, du CRAN/INCAL de l’UCLouvain, de l’asbl CSSA, de la Ville et du Musée de Namur, de l’UNamur (http://cds.unamur.be/).

Publié le 14 octobre 2019