Culture et Politique

Louvain-La-Neuve

Le cycle de conférences « Culture et Politique » entend interroger les relations entre le patrimoine culturel et certains enjeux politiques actuels. Différents prismes seront envisagés : qu’en est-il du lien entre culture et éducation ? Comment mieux vivre ensemble via une approche commune et libre de nos diverses racines culturelles ? Comment la culture et les savoirs dits « inutiles » peuvent nous aider à appréhender les mutations de notre société ? Comment la connaissance de notre passé nous enrichit de clés de compréhension essentielles pour décoder la complexité du XXIe siècle ?

Nous aurons le plaisir d'écouter :

Lamberts  

28 octobre 2020, 18h30 : Philippe Lamberts (Député européen Écolo), Changer de paradigme : une urgence vitale

Cela fait plus d'un demi-siècle que les scientifiques ont commencé à alerter nos sociétés sur l'ampleur et la profondeur de leur impact sur l'écosystème "planète Terre" et plusieurs décennies que ces impacts se font très concrètement ressentir. Tout récemment, la pandémie Covid-19 a brutalement questionné le système - principalement économique - dans lequel nous vivons. Alors que notre raison aurait dû depuis longtemps nous conduire à une transformation profonde de ce système, nous avons l'impression que chaque crise - comme encore il y a dix ans, la crise financière mondiale - accroit l'emprise de ce système plutôt que ne le remet en cause. Quels sont les ressorts d'une telle puissance? Les identifier est crucial si nous voulons que l'humanité prenne le virage qui lui permette tout simplement de vivre sur cette planète. Les changements structurels qui sont essentiels à cela - dans le domaine économique bien sûr mais au delà, dans tous les aspects de l'organisation de nos sociétés - supposent une révision profonde de notre vision du monde et de l'humain : un changement culturel donc. Ingénieur de formation, je suis loin d'être le mieux équipé pour en indiquer le chemin mais j'en suggérerai quelques balises, en ce compris dans le rôle essentiel des universités dans la formation de la culture.

Photo

© "Reception of Nineveh Sculptures at the British Museum," The Illustrated London News, 1852, Feb 28, p. 184. Accessed through The British Newspaper Archive, British Library.

 

!! REPORTÉ EN 2021 !! Mirjam Brusius. Archaeology, Museums, and the Decolonization Debate.

German Historical Institute, London. Invitée par A. Van de Ven, dans le cadre de l’exposition singulière au Musée L: Parcours d'archéologues : entre archives et objets.

Imperial interests and archaeology in the Middle East went hand in hand. This paper investigates the role of archaeological finds between the excavation site in ancient Mesopotamia and attempts to shift and incorporate them into European canonical traditions in the long 19th century. Research on the excavations and their museological reception in Europe has mostly drawn a picture of a well-organised, purposive and logical enterprise in which finding and excavating objects had a clear purpose. Little attention has been paid to the fact, that the finds were initially objects without a clear status, even once they arrived in Europe. In exploring the circulation of cultural values and floating meanings of these objects, this paper will scrutinize teleological and Eurocentric approaches to the topic and shed light on a shady and undefined time period between two apparently stable components in the historiography of these expeditions. By challenging narratives, which retrospectively deny the uncertainty and indigenous labour involved in these events, the paper is an intervention of the current link between modernity, scientific and scholarly expertise and archaeology that has long dominated the history of archaeology in the Middle East. A history of science ‘from below’ takes into account not only scientific, institutionalized and professionalized knowledge and therefore challenges the colonial underpinnings of the foundation of archaeology as an institutionalized science. Finally, the paper will also ask why archaeological collections seem more ‘immune’ in the ’Decolonize the Museum’ debate.

Palmyre

©ICONEM
 

20 février 2020, 13h : Yves Ubelmann. Sites patrimoniaux menacés. La préservation par la numérisation.

Président et fondateur d’ICONEM, organisation spécialisée dans la documentation, la préservation et la digitalisation des sites patrimoniaux à travers le monde, nous présentera le développement de ce projet exceptionnel et les expériences singulières menées sur des sites patrimoniaux menacés de disparition.

Voir le Podcast

Photo

© Bridgeman Images. Conception de l’image : Olivier Fontvieille.
 

10 mars 2020, 13h : Laurent Olivier. « César m’a tuer ». Les neuf vies de Vercingétorix.

Conservateur en chef du patrimoine, Laurent Olivier est responsable des collections d’archéologie celtique et gauloise du musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye. Retour en 52 avant J.-C. : toute la Gaule n’est pas encore conquise et deux ennemis, que tout oppose, se livrent un combat à mort, Jules César et Vercingétorix. Mais sait-on qu’avant de se jeter dans une guerre totale l’un envers l’autre, le conquérant romain et le jeune chef gaulois avaient été amis ? En neuf mois d’actions de guérilla menées de main de maître, Vercingétorix aura marqué le cours de l’histoire. C’est lui qui, en définitive, aura gagné la bataille, transformant sa défaite militaire en victoire morale. Mais que savons-nous vraiment de lui et sa lutte contre l’envahisseur romain ? Le témoignage des historiens, que sont venues compléter dernièrement les découvertes de l’archéologie, apportent des révélations stupéfiantes : après sa mort, Vercingétorix aura connu bien d’autres vies.

Voir le podcast

 
 

 

Les conférences auront lieu au Musée L, Auditoire du Monceau

Organisatrices :