L’apport du chien d’assistance chez l’enfant aveugle entre 2 et 3 ans. Etude longitudinale et comparative.

Louvain-La-Neuve

⦁    Janvier 2019

L’apport du chien d’assistance chez l’enfant aveugle entre 2 et 3 ans. Etude longitudinale et comparative.

Anna R. Galiano
PhD Maître de Conférences en psychologie du handicap
Directrice équipe de recherche DIPHE (Développement, Individu, Processus, Handicap, Éducation, Université Lumière Lyon 2

⦁    La vision occupe une place importante dans le développement du jeune enfant. Elle est impliquée, entre autres, dans les acquisitions des habilités sensori-motrices, langagières, dans la construction de l’image de soi, de la représentation du monde qui l’entoure, dans les dynamiques relationnelles avec autrui. La survenue d’une déficience visuelle peut engendrer des perturbations développementales si l’enfant ne fait pas l’objet d’une prise en charge précoce et adaptée. Elles concernent trois domaines : le développement des compétences motrices (l’acquisition de la marche, de la motricité globale et fine), le développement des compétences socio-cognitives (l’acquisition du langage et l’utilisation du langage en contexte) et psycho-affectives (les relations d’attachement). 
⦁    Les observations sur l’enfant voyant indiquent clairement des bénéfices issus de la relation chien-enfant. Ces bénéfices concernent le développement émotionnel, moteur, mais aussi les dynamiques relationnelles dans le cadre des interactions dans et en dehors de la famille. Des études portant sur des enfants atypiques, notamment des enfants avec un trouble envahissant du développement ou avec un retard mental, montrent qu’un médiateur animal peut avoir une influence positive dans le processus de développement de ces compétences. En particulier, ces études s’intéressent au médiateur canin et indiquent que la présence de celui-ci apporte un bénéfice tant à court terme qu’à long terme. Ce bénéfice est observé sur des aspects comportementaux, relationnels et physiologiques (par ex. réduction de stress). 
⦁    Partant de ces constatations, nous nous sommes intéressés au chien d’assistance et à son apport pour des enfants aveugles de naissance en bas âge. Les premiers résultats issus de la première cohorte seront présentés et discutés.