LES LABORATOIRES DE LA DÉFENSE ÉLARGISSENT LEUR EXPERTISE

CTMA Bruxelles Woluwe

La Défense et l’Université catholique de Louvain (UCL) partagent leurs capacités scientifiques depuis un certain temps. Au cours de ces dernières semaines, elles participaient à un test d’aptitude via leur laboratoire civilo-militaire consacré à l'analyse biomoléculaire. Ce test permet à des laboratoires européens de comparer leurs méthodes et procédures. Également partie prenante, le laboratoire d’analyses chimiques de la Défense à Peutie servait de théâtre à ces « confrontations ».

Le laboratoire de biologie de la Défense (DLD-Bio) forme avec le Centre de Technologies Moléculaires Appliquées de l'UCL, la plateforme civilo-militaire CTMA/DLD-Bio. Ce laboratoire est à la pointe de la technologie en matière d’analyses biomoléculaires.

Lors du proficiency test (test de compétence), les mêmes échantillons furent envoyés aux laboratoires internationaux participants. Les résultats comparés après analyse individuelle permirent ainsi de confronter leurs procédures et de remédier à leurs éventuelles lacunes.

Le test fait partie du projet EUROBIOTOX de la Commission européenne. Le comité est conscient de la menace que représentent des toxines telles que la ricine. C'est pourquoi il investit dans divers projets internationaux pluriannuels. Le laboratoire civilo-militaire CTMA/DLD-Bio est l'un des partenaires du projet. Il était donc également partie prenante à ce test d'aptitude.

Ces derniers mois, la ricine est un poison végétal qui fait régulièrement la une des journaux. Plusieurs laboratoires la traitant ont été regroupés en Europe et aux États-Unis. Un Belge fut même arrêté et soupçonné d'avoir utilisé de la ricine comme arme meurtrière en ce début d’année.

Des connaissances chimiques et biologiques sont nécessaires pour détecter de la ricine car le poison occupe une zone floue située entre les armes biologiques et chimiques. C'est pourquoi les tests avaient lieu dans le laboratoire d'analyses chimiques (DLD-CA) de Peutie. DLD-BIO y installait son laboratoire mobile et les deux laboratoires (CTMA/DLD-Bio et DLD-CA) procédaient ensuite aux tests prescrits. Le laboratoire d'analyses chimiques est également reconnu par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et est donc bien placé pour effectuer de telles analyses.

Le proficiency test est une nouvelle étape dans la collaboration entre les laboratoires chimiques et biologiques de la Défense. La prochaine débutera en 2020 : une étude scientifique de quatre ans visant à élargir et à améliorer les méthodes de détection et d'identification de la ricine. Pour cette étude, CTMA / DLD-Bio, en tant qu’institution pilote, collaborera avec DLD-CA et UGent en tant que partenaires.

Source: https://mil.be/fr/article/les-laboratoires-de-la-defense-elargissent-leur-expertise

Publié le 19 novembre 2019