Dossiers techniques

RESO Bruxelles Woluwe

Grâce au financement de la Région wallonne, de l'ONE et de la COCOF, le RESO réalise sur demande des  revues de littérature  (anciennement appelés "dossiers techniques") sur des sujets ou questions de promotion de la santé.

Ce service est accessible gratuitement à tout organisme belge de promotion de la santé.

Les dossiers sont présentés en texte intégral, dans un format qui permet de les imprimer facilement (format pdf). Si vous souhaitez néanmoins les commander, une participation aux frais de 10 € vous sera demandée.

(2014)

Téléchargez le dossier technique.

La cohésion sociale est un moyen pertinent de favoriser la promotion de la santé. Mettre en collaboration les membres d’une communauté, les impliquer dans la définition de leurs besoins et dans les actions, ainsi que leur donner les moyens de le faire, tout en mettant l’accent sur la réduction des inégalités sociales, permet en effet d’orienter la promotion de la santé vers des démarches plus justes, plus solides et ayant plus d’impact. En Fédération Wallonie-Bruxelles, des Plans de cohésion sociale ont été mis en œuvre depuis la première décennie des années 2000, en Wallonie et en Région Bruxelles-Capitale. Si ces Plans ont permis la mise en place de nombreux projets locaux, peu d’informations et de données sont disponibles sur les bénéfices de la cohésion sociale en lien avec la promotion de la santé. La littérature scientifique montre en outre, à ce titre, qu’il est très difficile d’évaluer la cohésion sociale en tant que telle, ainsi que ses conséquences sur la santé ou les comportements de santé des individus. Certains indicateurs marquants existent toutefois. Ils sont présentés et détaillés dans ce dossier technique, au travers d’une revue de la littérature.

(2014)

Téléchargez le dossier technique.

La Fédération Wallonie-Bruxelles a mandaté un comité d’accompagnement chargé d’assurer le suivi du recueil standardisé d’informations sociosanitaires. Actuellement, dans le cadre des bilans de santé réalisés au sein des services de médecine scolaire, le recueil standardisé d’informations sociosanitaires s’intéresse à différents indicateurs comme le statut staturo-pondéral (poids, taille, BMI), les déficits visuels non
traités (vue corrigée ou non, résultats aux tests d’acuité visuelle, utilisation du réfractomètre, utilisation de la stéréoscopie), le référenciement vers un autre professionnel de la santé (médecine générale, pédiatrie, dentisterie, orthodontie, ophtalmologie, PMS) ainsi que la réponse obtenue. Pour les adolescents, deux autres types de données sont envisagées : un examen d’urine (valeur normale ou anormale de la glucosurie/protéinurie) et la tension artérielle (mesure de la tension systolique et diastolique en millimètres de mercure (Hg)).
Tous ces indicateurs concernent la santé physique (objective). Le comité d’accompagnement souhaite mener une réflexion sur les indicateurs qu’il serait opportun de recueillir afin d’aider à piloter des actions en matière de promotion de la santé des enfants et adolescents tant au niveau local (les services PSE, les établissements scolaires) qu’au niveau communautaire. Aussi, dans une optique de benchmarking, le comité a demandé au Service Communautaire Promotion Santé UCL-RESO la réalisation d’une revue de la littérature sur les pratiques existantes de recueil d’indicateurs lors des bilans scolaires dans d’autres pays ou régions. Cette revue de la littérature devrait en outre permettre de mettre en évidence les objectifs poursuivis par ces recueils (surveillance épidémiologique, planification d’actions en matière santé, évaluation de ces dernières).

(2013)

Téléchargez le dossier technique.

Touzeau et Courty (2012) rappellent que dès 1924, les médecins anglais sont autorisés à prescrire des drogues aux toxicomanes qui sont incapables de s’abstenir et ce afin de limiter les effets secondaires de leur dépendance. Dans les années 1980, dans la ville de Liverpool, un programme voit le jour : le ‘Mersey Harm Reduction Model’. Ce programme se concentre davantage sur les dommages causés par l’utilisation de substances illicites plutôt que sur la diminution de leurs usages. L’épidémie du VIH n’est pas étrangère à cette démarche (échange de seringues contaminées). Du matériel d’injection est ainsi distribué via des travailleurs sociaux qui ‘vont vers les usagers’ : dans un premier temps, ils se déplacent là où se trouvent les consommateurs de drogues et espèrent ainsi, dans un second temps, les orienter dans des structures médico-sociales.

Selon Maestracci (2010), dans les politiques de réduction des risques, deux catégories de pays se dégagent : d’une part, les pays comme le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Suisse, les pays nordiques ou l’Australie ont mis en place des mesures de réduction des risques dès l’apparition du sida en 1985;d’autre part, les autres pays comme notamment la France ou les Etats-Unis qui développent une approche quelque peu moralisante des questions d’addiction. Dans ce contexte, ce sont souvent les associations et les militants qui oeuvrent à la mise en place de mesures de réduction des risques.

Friedman et al. (2007), cités par Touzeau et Courty (2012), rappellent d’ailleurs que les premiers à prendre conscience du risque infectieux lié au virus du sida furent les toxicomanes eux-mêmes qui mirent en place, notamment dans l’état de New-York et aux Pays-Bas, des programmes d’échange de seringues ‘officieux’, en utilisant des seringues ‘homemade’ ainsi que du matériel d’injection généralement utilisé pour les patients diabétiques ; ceci de manière à éviter la propagation du virus.

Dans de nombreux pays, les programmes d’échange de seringue (PES) font désormais partie intégrante de la politique de réduction des risques auprès des usagers de drogues. Les programmes d’échange de seringue (PES) sont « des structures qui mettent à disposition des usagers de drogues injectables du matériel stérile (gratuitement ou non) dans le but de réduire la transmission des virus et autres infections liée au partage de matériel de consommation. Ils offrent également du matériel servant à préparer l’injection (filtres, eau, récipients pour le mélange) ou la
consommation de drogues sans injection (pailles/pipes à crack, feuilles d’aluminium,…) ». Cependant, ces programmes vont au-delà de cette mission première de ‘distribution’ : conseils sur les pratiques d’injection ou sur les manières d’éviter les surdoses ; information concernant l’accessibilité aux tests de dépistage et/ou aux préservatifs, aux structures de soins et aux services sociaux ; aides à l’arrêt de l’injection ou au passage vers une consommation sans injection, etc.

(2013)

Téléchargez le dossier technique.

Chargée par la Fondation Roi Baudouin de la réalisation d’un projet de recherche qualitative sur l'eau et le bien-être à l'école, l’ASBL Question Santé sollicite l’équipe RESO pour la réalisation d’une revue de
littérature consacrée à l’eau et au bien-être à l’école : qu’il s’agisse du lavage des mains, de l’accessibilité à l’eau de distribution comme boisson, des sanitaires ou de l’hygiène bucco-dentaire. Il s’agit notamment de faire un état des lieux des actions spécifiquement ciblées sur la question de l’hygiène en milieu scolaire.
Différentes dimensions peuvent être envisagées : réglementaires (législation, protection, etc.), techniques (aménagement, adaptation pour public-cible, etc.), éducatives (pratiques d’éducation à l’hygiène), sociologiques (comportements des élèves : usage détourné, craintes, etc.).

(2013)

Téléchargez le dossier technique.

Dans de nombreux pays, les programmes d’échange de seringues sont un des éléments clefs de la politique de réduction des risques chez les usagers de drogues. Leur efficacité quant à la réduction de la propagation des maladies transmissibles par voie sanguine n’est plus à démontrer (principalement le VIH/SIDA, les hépatites virales B et C). En outre, certains programmes d’échange de seringues vont au-delà de la distribution et la mise à disposition de seringues en présentant d’autres effets bénéfiques comme par exemple l’établissement d’un contact entre une population cible difficilement accessible et des services sociaux et sanitaires (structure d’aide, cadre de soins, responsabilisation, etc.). Les modes opératoires de ces programmes et leur place dans l’offre globale de seringues sont cependant variables d’un pays à l’autre, voire d’une région à une autre.
En Belgique francophone, différentes associations comme par exemple Modus Vivendi travaillent sur le terrain. La Direction générale de la santé, tout comme notamment la Région wallonne ou la Commission communautaire française (COCOF), cofinance l’achat de matériel ainsi que le travail de coordination de Modus Vivendi et de ses partenaires.

Le présent dossier vise d’une part à rassembler les données concernant l’usage de seringues (vision claire et objective de l’offre et de la demande : quantité suffisante de matériel d’injection stérile, couverture territoriale et régionale, participation des usagers, public vulnérable (migrants, femmes, jeunes, etc.), travail de réseau et de proximité, etc.) et d’autre part à identifier des projets/études (pays anglo-saxons et/ou européens) qui décrivent des expériences d’échange de seringues et qui ont pu faire la démonstration de leur utilité tant au niveau social, sanitaire et sécuritaire.

(2012)

Téléchargez le dossier technique.

L’adolescence est une période difficile, riche et complexe à la fois. Selon Catherine Potel (2007), cette période « demande beaucoup d’énergie aux adolescents qui doivent intégrer cette métamorphose qui va transformer leur corps, bousculer leur identité, déséquilibrer leur place que cela soit dans la famille ou dans leur environnement, faire vaciller leur sentiment d’être eux-mêmes. (…) Avoir un corps était une évidence pendant l’enfance, cela devient un questionnement, voire un malaise, à l’adolescence. »
Ainsi, proposer un travail thérapeutique passant par le corps est-il une bonne idée ? Les techniques de conscience corporelles peuvent-elles leur apporter quelque chose et peser sur la qualité de leur santé ? Quelle est la nature du lien entre les pratiques psychocorporelles et la santé bio-psycho-sociale des adolescents ? Que peut-on dire aujourd’hui de ces pratiques ? Où en est la recherche à ce sujet ? Quelles sont celles qui devraient être entreprises ? Ce sont ces questions qu’il a été choisi d’aborder au travers de ce dossier technique.

(2012)

Téléchargez le dossier technique.

Par le biais d'une revue de littérature consacrée aux expériences et activités de promotion de la santé déjà mises en place en milieu professionnel (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Etats-Unis, etc.), le présent dossier technique interroge le concept et les pratiques de promotion de la santé sur le lieu de travail (activité physique, comportements alimentaires, gestion du stress, sommeil, qualité de vie, etc.). Il est en effet primordial d'informer et de sensibiliser tant les employeurs que les employés de l'importance d'intégrer des mesures de promotion de la santé en milieu du travail et d'adopter des comportements les plus sains possibles en vue d'améliorer la santé et le bien-être des individus en milieu professionnel.

En partenariat avec le Centre pour Entreprises en difficulté et le BECI (Brussels Entreprises Commerce and Industry) et avec l'aide de la Région Bruxelles-Capitale, un projet pilote géré par l'asbl Question Santé  a d'ailleurs vu le jour : "Objectif 7 jours santé".

(2011)

Téléchargez le dossier technique.

Le dossier technique consacré au dépistage du cancer du col utérin a été subdivisé en deux parties : une première partie qui a permis d'obtenir un aperçu général des pratiques de dépistage à l'échelle européenne et anglo-saxonne (Doumont D., Deccache C., Prévention et dépistage du cancer du col de l'utérus : quelles recommandations pour quelle efficacité ? 1ère partie : Tour d'horizon des pays européens et /ou anglo-saxons, Septembre 2011, Réf. 11-64, 40 pages) et une seconde partie qui s'est plus particulièrement intéressée aux pratiques et recommandations en matière de dépistage du cancer du col de l'utérus  dans les pays suivants : la France, la Suisse, le Canada, les Pays-Bas et l'Angleterre.

Cette deuxième partie du dossier consacré au cancer du col de l'utérus est consultable en version  PDF en suivant le lien suivant.

(2011)

Téléchargez le dossier technique.

Dans le cadre d’une réflexion concernant la mise en place d’un programme de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus, la Direction Générale de la santé, sollicitée par le Cabinet de la Ministre Laanan, nous demande de réaliser un tour d’horizon des pratiques de prévention et de dépistage du cancer du col de l’utérus déjà mises en place dans d’autres pays européens et/ou anglo-saxons.
Ce dossier technique devrait ainsi permettre de comparer les pratiques de dépistage, d’identifier les démarches positives et d’émettre des recommandations.

(2010)

Téléchargez le dossier technique.

Ce nouveau dossier technique s'est donné comme objectif l'identification de facteurs prédictifs au comportment de dépistage du cancer du sein et ce tout    particulièrement dans le cadre de programme de dépistage organisé. Des freins et des leviers ont été identifiés tant au niveau individuel qu'organisationnel et structurel. Des recommandations et conclusions sont également formulées.

(2010)

Téléchargez le dossier technique.

Le présent dossier est consacré à quelques exemples d’actions locales de terrain mises en place en Belgique, visant la réduction des inégalités de santé. Il a pour objectif de mettre en évidence différentes stratégies locales d’intervention.

(2010)

Téléchargez le dossier technique.

La réduction des inégalités de santé figure parmi les préoccupations politiques de nombreux états européens. Toutefois, tous les pays n'ont pas atteint le même niveau de réflexion quant à la définition des objectifs et des moyens à mettre en oeuvre pour lutte contre ces inégalités.
Le présent dossier technique se propose de redéfinir quelques concepts liés aux inégalités de santé.  Il décrit également les origines et fondements des inégalités de santé.  Enfin, il s'intéresse aux inititiaves,  interventions  et programmes déjà mis en place en Angleterre, aux Pays-bas et en Suède.
(Taille du document:  196 Ko)

(2010)

Téléchargez le dossier technique.

Ce dosier a pour buts, d’une part, de comprendre l’expérience personnelle de la stomie, la gestion du traitement et les ajustements du mode de vie et, d’autre part, d’identifier les besoins d’information, de soutien, d’aide pratique et d’éducation thérapeutique des patients stomisés, à différents stades du traitement (pré-opératoire, post-opératoire, soins à domicile et suivi).
(Taille du document : 75 Ko)

(2010)

Téléchargez le dossier technique.

Actuellement, de nombreux individus qui ont eu à vivre une expérience de cancer peuvent encore compter sur de longues années de vie. Certaines personnes seront définitivement guéries, d’autres devront encore suivre l’un ou l’autre traitement complémentaire… Quoiqu’il en soit, le retour à la ‘vie normale’ reste un challenge pour beaucoup d’entre elles. Ce dossier technique propose d’appréhender et mieux comprendre le vécu de ces patients et de leurs proches, d'identifier les initiatives, les associations, les outils et autres ressources disponibles permettant d'aborder ce retour à la vie ‘normale’.
(Taille du document : 147 Ko)

(2010)

Téléchargez le dossier technique.

Les chiffres issus de la banque de données médico-sociales de l’ONE permettent de rendre compte de la présence d’un retard/trouble du langage auprès d’environ 50 % des enfants âgés de 30 mois. Ces retards langagiers risquent de compromettre sévèrement la scolarité future de ces jeunes enfants (échecs scolaires, risque d’exclusion, etc.) mais également d’hypothéquer leur intégration psycho-sociale future. Il est donc important de pouvoir repérer ces retards le plus rapidement possible. Le présent dossier technique s'intéresse aux programmes, stratégies et autres outils existants permettant de dépister et d'accompagner ces enfants, il propose également une série de de recommandations.


(Taille du document: 377 Ko)

(2009)

Téléchargez le dossier technique.

Partir des besoins de santé de la population et en organiser une réponse la plus adaptée possible est un enjeu majeur de santé publique.  En effet, chaque "région" présente des diversités sanitaires : mode de vie, conditions socio-économiques, situation géographique, etc.  Une approche territoriale devrait permettre de répondre au mieux aux attentes et aux besoins de la population et, à moyen terme, de contribuer à la réduction des inégalités en matière de santé. Le présent dossier technique définit d’une part les différentes notions liées à la « territorialité » et d’autre part les modalités de sa mise en œuvre.


(Taille du document: 5594 Ko)

(2009)

Téléchargez le dossier technique.

La non-adhésion au traitement, appelée parfois non-compliance, voire mauvaise observance thérapeutique, figure parmi les enjeux majeurs de santé publique. En effet, la non-adhésion aux prescriptions médicales a souvent des conséquences importantes, en termes de morbidité, voire de mortalité, pour les personnes malades. Elle engendre par ailleurs des coûts élevés, qui sont supportés par les système de santé. Qualifiée parfois « d’échec ou de démission thérapeutique » par les soignants, la non-adhésion représente pour ces derniers une source de préoccupation importante.

Le présent dossier technique se propose d’identifier les différentes composantes qui entrent en jeu dans le processus d’adhésion ou de non-adhésion thérapeutique chez les adolescents. Notre revue de littérature s’est intéressée plus particulièrement au cas des adolescents transplantés. Le dossier se termine par des recommandations pour la pratiques, visant à permettre aux soignants d’adapter leurs pratiques aux besoins que rencontrent les adolescents dans la période de transition d’un service pédiatrique vers un service de soins pour adultes.

(Taille du document:  895 Ko)

Cliquez ici pour la liste complète des dossiers techniques ...