Veille sur l'activité physique

 

Thématique spécifique : Activité physique

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES.


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

La mise en œuvre du plan « Sport, Santé, Bien-être » en région Un processus d’ajustements continus

18 décembre 2019

de Frédéric Illivi, Marina Honta
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2019, pp. 475-484
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Introduction : Les Agences Régionales de Santé (ARS) et les Directions Régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS) doivent collaborer afin de définir, ensemble, les modalités de mise en œuvre du plan « Sport, Santé, Bien-Être ». C’est, ensuite, à partir de celles-ci qu’elles invitent les acteurs « offreurs d’activités physiques et sportives, (APS) » agissant au plus près de la population (les collectivités territoriales et leurs groupements, les établissements scolaires, de santé, médico-sociaux, les associations du secteur sanitaire, sportif, les professionnels, etc.) à se mobiliser pour concrètement déployer les finalités de ce plan.
Méthode : Adossée à une perspective de sociologie de l’action publique, l’enquête a été construite sur une démarche qui a permis de cerner les jeux d’acteurs et leurs discours. Quatre-vingt-dix entretiens semi-directifs ont été menés avec les acteurs publics et privés impliqués dans la mise en œuvre de ce plan, en région Nouvelle-Aquitaine. Ce corpus a été amendé par un recueil de sources ciblées sur le cas étudié et par un traitement de la littérature afin de conforter les résultats.
Résultats : À travers la mise en œuvre de ce plan, l’État central encourage la collaboration entre acteurs publics et privés de différents secteurs. La pluralité des intérêts en présence explique que l’articulation de leurs manières de voir et de faire demeure une opération particulièrement complexe.

Sport injury prevalence and risk by level of play and sports played among a representative population of French adolescents. A school-based study

02 décembre 2019

de M. Luiggi, J. Griffet
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2019, pp. 383-391
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Position du problème
La pratique sportive comporte à la fois des bénéfices et des risques corporels. En France, les données concernant les blessures subies en sport par les adolescents sont rares. L’objectif principal de cet article est d’étudier la prévalence et les risques de blessures par niveau de pratique et sport dans le sud-est de la France.

Méthode
Des données ont été collectées dans des établissements scolaires français auprès d’adolescents en 2015 et 2017 (n=1849 ; âge : 14–19 ans). Seuls les sportifs ont été inclus (n=1366). Deux niveaux de pratique ont été définis : le groupe de faible niveau constitué des adolescents pratiquant leur sport en dehors d’un club ou dans un club, au niveau de compétition départemental ou inférieur ; le groupe de haut niveau constitué des adolescents pratiquant leur sport dans un club au niveau de compétition régional ou plus. Les odds ratios et leurs intervalles de confiance à 95 % ajustés sur des variables sélectionnées en utilisant des procédures de sélection par étapes ont été calculés pour déterminer le risque de blessure des sportifs de plus haut niveau par rapport à ceux de plus faible niveau, par sport. Le risque de blessure pour chaque activité sportive comparé aux autres sports de l’échantillon a également été calculé par niveau de pratique.

Résultats
Au plus haut niveau de pratique, presque toutes les activités sportives présentaient une plus importante prévalence d’athlètes blessés qu’au plus faible niveau. L’augmentation du risque de blessure était la plus importante en tennis, basket-ball, danse, athlétisme et volley-ball. En comparant les sports, au plus faible niveau, les joueurs de handball, boxe, football et gymnastique avaient un risque plus élevé de blessure que les autres sportifs. Au plus haut niveau de pratique, seuls les joueurs de basket-ball étaient plus à risque. La danse était l’activité sportive la moins dangereuse en termes de survenue de blessures, quel que soit le niveau de pratique.

Conclusion
À partir du niveau de compétition régional, le risque de blessure augmente significativement dans la plupart des activités sportives. Dans le même temps, des différences ont été observées concernant la prévalence, la sévérité et la nature des blessures subies. Il pourrait être utile de réaliser des analyses similaires sur des échantillons plus importants, idéalement représentatifs de la population adolescente nationale.

L’activité physique au travail : des bienfaits pour tous - Avis du Comité scientifique de Kino-Québec (2019)

12 novembre 2019

de Alain Bergeron, Karine Richard
Québec : Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Direction du sport, du loisir et de l’activité physique, 2019, 88 p.
En ligne : www.education.gouv.qc.ca[...]

« L’avis du Comité scientifique de Kino-Québec, L’activité physique au travail : des bienfaits pour tous, fait état des données actuelles qui précisent les effets bénéfiques de la pratique régulière d’activités physiques pour les organisations et leur personnel. Il apporte aux spécialistes, aux employés et aux décideurs en milieu de travail un éclairage actualisé sur les interventions possibles en matière de promotion de la pratique régulière d’activités physiques. Cet avis se veut un guide pour sensibiliser, motiver et outiller les entreprises qui souhaitent bonifier ou mettre en place une démarche structurée qui tient compte de leurs enjeux, de leur réalité et des besoins de leur personnel. Il met en lumière le rôle que peuvent joueur les entreprises en vue d’améliorer la qualité de vie au travail et expose diverses initiatives prises par de petites, de moyennes et de grandes entreprises qui ont fait la promotion de l’activité physique auprès de leur personnel. Employés et employeurs sont sollicités pour faire de leur milieu de travail un endroit propice à la pratique d’activités physiques. Il est maintenant temps de se mettre au travail. »

L'activité physique sur prescription en France. Etat des lieux 2019. Dynamiques innovantes et essor du sport sur ordonnance (2019)

06 novembre 2019

de Marc Charles, Benjamin Larras
Clermont-Ferrand : Observatoire Nationale de l'Activité physique et de la Sédentarité (Onaps), 2019, 84 p.
En ligne : www.onaps.fr[...]

L’Onaps et le Pôle Ressources National Sport Santé Bien-Être ont initié fin 2018 un travail visant à établir un état des lieux des initiatives locales et institutionnelles en matière de prescription d’activité physique en France, qui rentre dans le cadre d'une des actions de la Stratégie Nationale Sport Santé 2019-2024. Ce rapport a pour objectif de dessiner les profils, les acteurs impliqués, les partenaires et les modèles économiques de près de 100 dispositifs ayant répondu à l'enquête menée.

Are physical activity interventions for healthy inactive adults effective in promoting behavior change and maintenance, and which behavior change techniques are effective? A systematic review and meta-analysis (2019)

09 octobre 2019

de Neil Howlett, Daksha Trivedi
2019, 11 p.
En ligne : academic.oup.com[...]

Physical inactivity and sedentary behavior relate to poor health outcomes independently. Healthy inactive adults are a key target population for prevention. This systematic review and meta-analysis aimed to evaluate the effectiveness of physical activity and/or sedentary behavior interventions, measured postintervention (behavior change) and at follow-up (behavior change maintenance), to identify behavior change techniques (BCT) within, and report on fidelity. Included studies were randomized controlled trials, targeting healthy inactive adults, aiming to change physical activity and/or sedentary behavior, with a minimum postintervention follow-up of 6 months, using 16 databases from 1990. Two reviewers independently coded risk of bias, the “Template for Intervention Description and Replication” (TIDieR) checklist, and BCTs. Twenty-six studies were included; 16 pooled for meta-analysis. Physical activity interventions were effective at changing behavior (d = 0.32, 95% confidence intervals = 0.16–0.48, n = 2,346) and maintaining behavior change after 6 months or more (d = 0.21, 95% confidence intervals = 0.12–0.30, n = 2,190). Sedentary behavior interventions (n = 2) were not effective. At postintervention, physical activity intervention effectiveness was associated with the BCTs “Biofeedback,” “Demonstration of the behavior,” “Behavior practice/rehearsal,” and “Graded tasks.” At follow-up, effectiveness was associated with using “Action planning,” “Instruction on how to perform the behavior,” “Prompts/cues,” “Behavior practice/rehearsal,” “Graded tasks,” and “Self-reward.” Fidelity was only documented in one study. Good evidence was found for behavior change maintenance effects in healthy inactive adults, and underlying BCTs. This review provides translational evidence to improve research, intervention design, and service delivery in physical activity interventions, while highlighting the lack of fidelity measurement.

Enquête de santé 2018 (Belgique) : Style de vie​ (2019)

02 octobre 2019

de Lydia Gisle, Sabine Drieskens
Bruxelles : Sciensano, 2019, 52 p.
En ligne : his.wiv-isp.be[...]

« La sixième enquête de santé belge a été effectuée en 2018 à la demande des autorités en charge de la santé publique aux niveaux fédéral, régional et communautaire. Les cinq enquêtes précédentes ont été réalisées entre 1997 et 2013. L’organisation des enquêtes, l’analyse des données et la publication des résultats sont confiées à Sciensano, l’institut belge de santé. Le travail de terrain et la récolte des données sont menés en collaboration avec Statbel, l’office belge de statistique. Les enquêtes de santé répétées dans le temps constituent un des outils de santé publique utilisés pour la surveillance de l’état de santé et la qualité de vie de la population générale, ainsi que pour le suivi des facteurs de risque. Ces enquêtes sont destinées à informer les pouvoirs publics de l’évolution de la situation sanitaire du pays afin d’orienter les programmes de santé au plus près des besoins de la population et de cibler les citoyens les plus vulnérables. L’enquête de santé représente parfois l’unique source par laquelle obtenir des données en relation avec la santé. C’est le cas notamment pour ce qui concerne les styles de vie qui ont une influence sur l’état de santé physique, mentale et/ou sociale des personnes. Le deuxième rapport de l’enquête traite des styles de vie (à risque) des individus »

What is the role of smartphones on physical activity promotion? A systematic review and meta-analysis

02 octobre 2019

de Natan Feter
2019, pp. 679–690
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectives
To identify and evaluate the effect of interventions that used cell phones as a means to promote physical activity (PA).

Methods
The databases searched were MedLine/PubMed, Scopus, SPORTDiscus, PsycINFO, Science Direct, Lilacs, and SciELO. After removing duplicates, applying exclusion criteria, and checking the reference lists, 45 studies were reviewed. The Downs and Black (D&B) scale measured methodological quality, and a random effect model was used to compute the meta-analysis of PA by the reported unit (minutes per day or steps per day), delivery agent (application (APP), SMS, or other), and PA measurement (questionnaire, accelerometer, pedometer).

Results
Mobile phone-based PA interventions were efficient in increasing both minutes [10.49; CI (3.37–17.60); p = 0.004] and steps per day [735.17; CI (227.72–1242.61); p = 0.005] in adults when compared to baseline. Furthermore, APP-based interventions were able to increase the number of steps (p = 0.04) and minutes per day of PA (p = 0.04) in adults. Also, 85% of included manuscripts were classified as moderate- to high-quality articles.

Conclusions
Mobile phone-based PA interventions, inclusive those delivery by APP, were effective to increase minutes and steps per day in adults.

A novel approach to increase physical activity in older adults in the community using citizen science: a mixed-methods study

02 octobre 2019

de Anja Frei, Kaba Dalla Lana
2019, pp. 669–678
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectives
The aims of this study were to implement a novel, community-based physical activity (PA) intervention in a Swiss town with active participation of elderly participants and to evaluate its effectiveness, feasibility, acceptability and sustainability.

Methods
The CAPACITY intervention combined important determinants of PA, used smartphone apps to provide feedback/facilitate interaction, and followed a citizen science approach to enable participants to organize walking groups. We targeted persons > 60 years from Wetzikon. Assessments took place at baseline and after 6 months, during this intervention period, and 11 months after step-wise withdrawal of the study team.

Results
Twenty-nine persons were included in the study; 25 conducted 6-month follow-up. They had a significant increase in moderate-to-vigorous PA (p = 0.046) but not in daily steps (p = 0.331). After the intervention period, key participants took over organization, independently organized monthly get-togethers, added new walking routes and continuously recruit new participants. Eleven months after withdrawal of the study team, 61 people regularly walk in groups together.

Conclusions
The novel CAPACITY intervention was successfully implemented, transferred to participants and is now self-sustainable for almost 1 year in the community.

Association of objectively measured and perceived environment with accelerometer-based physical activity and cycling: a Swiss population-based cross-sectional study of children

02 octobre 2019

de Bettina Bringolf-Isler, Christian Schindler
2019, pp. 499–510
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectives
We tested whether objectively assessed neighbourhood characteristics are associated with moderate-to vigorous physical activity (MVPA) and cycling in Swiss children and adolescents and assessed the mediating role of the perception of the environment.

Methods
The cross-sectional analyses were based on data of 1306 participants aged 6–16 years of the population-based SOPHYA study. MVPA was measured by accelerometry, time spent cycling and the perceived environment by questionnaire. Objective environmental parameters at the residential address were GIS derived. In all analyses, personal, social and environmental factors were considered.

Results
MVPA showed significant positive associations with perceived personal safety and perceived access to green spaces but not with respective objective parameters. Objectively assessed main street density and shorter distance to the next public transport were associated with less cycling in adolescents. Parents’ perceptions did not mediate the observed associations of the objectively assessed environment with MVPA and cycling.

Conclusions
Associations between the environment and physical activity differ by domain. In spatial planning efforts to improve objective environments should be complemented with efforts to increase parental sense of security.

Health Promotion Interventions in Sports Clubs: Can We Talk About a Setting-Based Approach? A Systematic Mapping Review

01 octobre 2019

de Susanna Geidne, Sami Kokko
2019, pp. 592–601
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Many researchers and authorities have recognized the important role that sports clubs can play in public health. In spite of attempts to create a theoretical framework in the early 2000s, a thorough understanding of sports clubs as a setting for health promotion (HP) is lacking. Despite calls for more effective, sustainable, and theoretically grounded interventions, previous literature reviews have identified no controlled studies assessing HP interventions in sports clubs. This systematic mapping review details how the settings-based approach is applied through HP interventions in sports clubs and highlights facilitators and barriers for sports clubs to become health-promoting settings. In addition, the mapped facilitators and barriers have been used to reformulate previous guidelines of HP in sports clubs. Seven databases were searched for empirical research published between 1986 and 2017. Fifty-eight studies were included, principally coming from Australia and Europe, describing 33 unique interventions, which targeted mostly male participants in team sports. The settings-based approach was not yet applied in sports clubs, as more than half of the interventions implemented in sports club targeted only one level of the socio-ecological model, as well as focused only on study participants rather than the club overall. Based on empirical data, the analysis of facilitators and barriers helped develop revised guidelines for sports clubs to implement settings-based HP. This will be particularly useful when implementing HP initiatives to aid in the development of sports clubs working with a whole setting approach

A Longitudinal Examination of the Impact of Major Life Events on Physical Activity

01 octobre 2019

de Elizabeth A Richards, Patricia A. Thomas
2019, pp. 398- 405
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Background. Despite promotion of physical activity guidelines, less than one third of U.S. adults are sufficiently active and an even larger number of older adults fail to meet guidelines. To address this major public health issue, it is essential to broadly consider determinants of physical activity. Aims. This study explores how physical activity behavior is affected by the experience of major life events and considers the stress experienced due to these events across the life course.
Method. Nationally representative panel data from the Americans’ Changing Lives survey (1986-2012) was used to analyze a growth model with age-based trajectories to examine the relationship between major life events and physical activity overall and separately by gender and race.
Results. In the overall sample, retiring was associated with greater physical activity at baseline. As respondents aged, entering into retirement was associated with decreased physical activity, while a parent or friend dying was associated with greater physical activity. Differences by gender and race were also seen over time.
Conclusions. Results show that when considering physical activity trajectories, experiencing these major life events is not always detrimental, and in some cases may be beneficial. Considering these impacts is important in planning effective health promotion interventions to increase and promote maintenance of physical activity, while paying attention to specific differences by gender and race.

Health wearables in adolescents: implications for body satisfaction, motivation and physical activity

19 septembre 2019

de Charlotte Kerner, Adam Burrows
2019, pp. 191-202
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Significant proportions of adolescents do not meet recommended physical activity levels. Finding new ways to motivate adolescents to be active is important for physical and psychological well-being. Health and fitness wearables such as the Fitbit have the potential to motivate young people to be active. The aim of this study is to explore if wearing a Fitbit for 5 weeks impacted adolescents’ (14–15 year olds) body satisfaction, physical activity motivation and objective physical activity. The study was conducted with 62 (38 boys, 24 girls) pupils aged 14–15, from five high school physical education classes, in one high school in the United Kingdom. Pupils wore a Fitbit Charge HR for 5 weeks. Pupils wore an accelerometer for 7 days pre and post the 5-week period to explore changes in physical activity levels. Pupils also completed pre-post-test questionnaires to measure body satisfaction and physical activity motivation. Data were analysed using a repeated measures Multivariate Analysis of Variance to explore differences in scores between time and sex. After wearing the Fitbit, the pupils experienced declines in autonomous motivation and increases in both amotivation and controlled motivation, but these differences were not significant. In line with these negative motivational outcomes, pupils engaged in significantly less moderate to vigorous physical activity after wearing the Fitbit. Significant increases in body satisfaction were also experienced by pupils after wearing the Fitbit. These findings suggest that without support Fitbits may make pupils less motivated to be active and decrease the physical activity levels of adolescents.

Activité physique : Prévention et traitement des maladies chroniques (2019)

18 juin 2019

Paris (France) : Institut national de la santé et de la recherche médicale-Inserm, 2019, 805 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Les bénéfices de la pratique d'une activité physique, adaptée si nécessaire, l'emportent sans conteste sur les risques encourus, quels que soient l'âge et l'état de santé des personnes. Face à l'augmentation de la prévalence des maladies chroniques et à leurs conséquences de plus en plus lourdes pour les patients et le système de santé, ces effets bénéfiques ont conduit à l'inscription de la " prescription " de l'activité physique adaptée dans le Code de la santé publique. L'activité physique adaptée est dorénavant considérée comme une intervention destinée à prévenir ou soigner des maladies chroniques, menée seule ou en complément Autres traitements. Son inclusion à toutes les étapes du parcours de soin et l'accompagnement des patients vers une pratique autonome et pérenne représentent un enjeu majeur. Cette expertise collective, sollicitée par le ministère des Sports, précise les effets bénéfiques de l'activité physique et cherche à déterminer les caractéristiques des programmes d'activité physique les plus efficients selon les pathologies chroniques considérées. Elle vise également à identifier les déterminants et les conditions de l'adoption par les patients d'un comportement actif, pérenne et inséré dans les habitudes de vie. Le groupe d'experts multidisciplinaire propose des recommandations afin de mieux définir les modalités d'intervention et ainsi contribuer à la généralisation de la pratique chez les personnes atteintes de maladies chronique.

Retour d’expérience sur la mise en œuvre d’une action départementale d’activité physique pour les seniors

29 mai 2019

de Noémie Ferré, Antoine Noël Racine
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2019, pp. 53-60
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Introduction : La pratique régulière d’une activité physique (AP) est aujourd’hui reconnue comme un des éléments clés du bien vieillir. Cependant, en France, le niveau d’AP diminue avec l’âge. L’objectif de cette étude était d’étudier la mise en œuvre et l’impact d’un programme d’activité physique destinés aux plus de 60 ans insuffisamment actifs, coconstruit avec les acteurs locaux sur plusieurs communes.

Méthodologie : Le programme « Prévention active senior » (PAS), coordonné par un centre de ressources, consistait en la conception et la mise en œuvre d’un programme d’AP structuré, pour des personnes de plus de 60 ans. Pour chaque commune, le programme était conduit par un éducateur sportif « implanté » localement en partenariat avec un agent de la collectivité concernée. Il était composé de trois séances d’AP hebdomadaires (deux encadrées et une en autonomie) pendant trois mois. Les données ont été recueillies grâce aux outils développés pour l’évaluation.
Résultats : Le programme a été conduit dans 27 communes. Il a réuni 586 participants inscrits et 439 ont réalisé l’évaluation finale. Celui-ci a permis une amélioration significative des trois principales qualités physiques (endurance, force musculaire et équilibre) chez les pratiquants. À l’issue du programme, plus de la moitié des communes ont mis en place ou soutenu une offre d’AP pérenne.

Discussion : Cette étude a permis de souligner la nécessité d’adapter ce type d’intervention au contexte territorial. Elle confirme l’intérêt de combiner une approche individuelle et populationnelle ainsi qu’un travail intersectoriel pour créer des conditions favorables à la pratique de l’activité physique

Activités physiques en santé mentale (2019)

22 mai 2019

de Catherine Bellamy Fayollet, Laurence Kern
Paris : Dunod, 2019, 224 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Le recours aux activités physiques et sportives en santé mentale est connu depuis longtemps. De nos jours, il prend toute son importance, en association des traitements médicamenteux et des psychothérapies. Ces pratiques, quand elles sont adaptées à l'état clinique ont un impact, vérifié par les méta-analyses mondiales, à la fois neurobiologique, cérébral, métabolique et physiologique. Elles sont bénéfiques pour les personnes porteuses de souffrance psychique épisodique (dépression de l'humeur) ou chronique (schizophrénie). L'effet psycho-social et relationnel suscité compte aussi pour beaucoup dans la prévention, l'amélioration des troubles et le rétablissement.
Cet ouvrage pluridisciplinaire témoigne de pratiques innovantes.

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO