Veille sur l'activité physique

Thématique spécifique : Activité physique

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES.


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

n° 454 - Décembre 2020 - Promouvoir la santé par l'activité sportive et physique. (Bulletin de La santé en action)

19 janvier 2021

Saint-Denis (France) : Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES), 2021, 48 p.
En ligne : www.santepubliquefrance.fr[...]

L'activité, qu'elle soit sportive ou physique, est favorable à la santé physique et psychique des individus. Or les écrans, la sédentarité et bien d'autres facteurs sociétaux sont désormais des obstacles croissants à la pratique, en particulier chez les enfants et adolescents. Dans ce contexte, comment stimuler la pratique de l'activité sportive et physique ? Et quelle part peuvent prendre les clubs sportifs, les collectivités et les différents lieux de vie pour promouvoir la santé des populations ? Une quinzaine d'experts ont contribué à ce dossier central qui présente un état des connaissances scientifiques et des pratiques, et synthétise les recommandations pour les professionnels de l'éducation, du social, de la santé.

Ce numéro est composé de :
Introduction
p. 3 Fabienne Lemonnier, Aurélie Van Hoye, Philippe Furrer, Anne W. Bunde-Birouste, Florence Rostan

Sport et santé : définitions et rôle des clubs sportifs
p. 5 Aurélie Van Hoye, Fabienne Lemonnier

« Les filles ont besoin d’être bien dans leur tête pour jouer au foot »
8 p. Entretien avec Jean-Baptiste Appert

Pratiquer une activité physique : revue des bienfaits et des risques
10 p. Florence Rostan, Fabienne Lemonnier

Femmes de quartiers déshérités de Lille : « Le vélo comme mode d’émancipation sociale »
15 p. Entretien avec Alessandra Machado

Investir pour une société plus active et sportive
17 p. Philippe Furrer

Grands clubs et champions : un levier pour les actions citoyennes et solidaires
21 p. Philippe Furrer, Anne W. Bunde-Birouste

La Suisse promeut le sport-santé pour ses citoyens
24 p. Philippe Furrer

Yverdon-les-Bains : un plan pour favoriser l’activité physique
26 p. Entretien avec Ophélia Dysli-Jeanneret

Lutte contre la sédentarité : les jeunes, acteurs du changement
28 p. Philippe Furrer, Anne W. Bunde-Birouste

« Le soutien éducatif a un impact déterminant sur la trajectoire de vie d’un jeune »
30 p. Entretien avec Philippe Oddou

Le football comme levier éducatif et vecteur d’apprentissage de la citoyenneté
32 p. Fabienne Lemonnier,Laurianne Crochet, Philippe Furrer, Anne W. Bunde-Birouste

« Développer le cyclisme, des compétitions d’éliteà la pratique de loisir pour tous »
34 p. Entretien avec Amina Lanaya

Clubs de sport engagés dans la promotion de la santé : quels savoirs-faire mobiliser ?
36 p. Aurélie Van Hoye, Stacey Johnson, Fabienne Lemonnier, Florence Rostan, Benjamin Tezier, Anne Vuillemin

Clubs sportifs promoteurs de santé : les stratégies d’intervention
38 p. Aurélie Van Hoye, Stacey Johnson,Fabienne Lemonnier, Florence Rostan,Benjamin Tezier, Anne Vuillemin

Pour en savoir plus
40 _ Laetitia Haroutunia

« Désartificialiser » les communespourrait réduire la mortalitéliée aux fortes chaleurs
p. 42 Mathilde Pascal, Sarah Goria, Vérène Wagner, Agnès Guillet, Marine Sabastia, Erwan Cordeau, Cécile Mauclair, Sabine Host,

Rennes : bâtir une métropole de la santé et du bien‑être en imperméabilisant moins, en « végétalisant » plus
p. 45 Entretien avec Frédéric Auffray, Armelle Écolan‑Guillier,


Physical activity promotion in German vocational education: does capacity building work?

14 janvier 2021

de Johanna Popp, ET AL.
2021, pp. 1577–1589
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Apprentices in many sectors are exposed to increased health risks and show low levels of physical activity (PA). Environmental and policy approaches seem to be promising tools for PA promotion as they can positively influence the context in which PA occurs. This article reports results from a German research project (2015–2018) that developed and implemented measures for PA promotion in the field of vocational education (VE). A participatory approach—cooperative planning (COP)—involving researchers as well as stakeholders from policy and practice was used in two VE settings—nursing care and automotive mechatronics. We assessed the extent to which new capacities for PA promotion were created by conducting semi-structured interviews with stakeholders from both sectors (n = 12) and one group interview with nursing students (n = 4). Transcripts were analysed using qualitative content analysis. Findings show that new capacities were created mainly in the form of resources and opportunities and that several measures for PA promotion (e.g. a regular lesson on the issue of PA and health and a tutoring system) were successfully integrated into VE routines. However, establishing new organizational goals and obligations appeared to be challenging. Moreover, the article presents influencing factors, such as the participation of the main actors that strongly supported the process of capacity building within their organization. We conclude that COP seems promising in creating new capacities for PA promotion in the field of VE, and therefore has the potential to promote a physically active lifestyle among apprentices.

Intervention development for exercise promotion at active charity events in the UK

12 janvier 2021

de Bethany Alice Jones, ET AL.
2021, pp. 1341–1352
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

This study used the Intervention Mapping protocol to design an evidence-based intervention package for organizers of active charity events to support their participants in remaining or becoming regular exercisers. A mixed-methods approach following the Intervention Mapping protocol was used to develop intervention components. A needs assessment was initially performed to identify the behavioural and environmental determinants of exercise for charity event participants (Step 1). Next, the intended intervention outcomes, and performance and change objectives were specified (Step 2). Theory-based change methods were selected and matched with practical strategies (Step 3). This resulted in the design of the first iteration of the intervention which underwent pre-testing with former event participants and feasibility testing at an active charity event (Step 4). The evidence-based interventions included components to implement at events (e.g. an activity and information zone, and exercise planner), along with elements pre- and post-event (e.g. social media). Pre-testing indicated high acceptability of the planned components, but feasibility testing suggested low engagement with the intervention. Despite developing the intervention package through the systematic process of Intervention Mapping, preliminary data suggest that further development and testing is needed to refine the intervention before implementation.

The evolution of physical activity promotion. Are we entering a liquid age?

22 décembre 2020

de Karim Abu-Omar, Peter Gelius
[S.l.] : IUHPE International Union for Health Promotion and Education, 2020, pp. 15-23
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

In order to counteract risk factors for non-communicable diseases, promotion of physical activity has become increasingly relevant. This article outlines recent developments in this field, adopting a perspective based on Zygmunt Bauman’s concepts of liquid modernity and liquid life. Five trends in physical activity promotion are identified: (Trend 1) The expansion of physical activity recommendations from a narrow focus on exercise to a broad concept of 24-h movement guidelines, (Trend 2) the increasing number of population groups targeted by these recommendations, (Trend 3) the ascent of efforts for physical activity promotion to the global level, (Trend 4) the emancipation of physical activity promotion from an add-on to a stand-alone public health topic, and (Trend 5) the ongoing conflict between sport, health and other sectors about the leading role in physical activity promotion. Based on these developments, physical activity might be classified as ‘liquid’ in Bauman’s sense, that is, as being elusive and in a constant state of flux.

Physical activity barriers according to social stratification in Europe

26 novembre 2020

de Antonio Moreno-Llamas,, ET AL.
2020, pp. 1477–1484
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectives
To analyse relationships of social stratification on physical activity (PA) prevalence and barriers in the European population.

Methods
Data were retrieved from Eurobarometer 88.4, a cross-sectional survey conducted in 2017 with 28,031 over 15-year-old inhabitants of the European Union. PA prevalence was calculated along with the probability to be physically inactive by social stratification. Logistic regressions were run in the inactive population to show the social class effect on each barrier adjusted by sociodemographic factors employing a propensity score matched method.

Results
Low social class presented higher inactivity prevalence (43.11%), whilst the high social class reported the lowest prevalence (23.30%). Also, the low (OR 0.52; 95% CI 0.47–0.58) and middle (OR 0.71; 95% CI 0.64–0.79) social classes were less likely to be active compared to high social class. In the inactive population, the low social class had mostly higher odds to report each barrier.

Conclusions
Social class is a relevant factor for low PA, with more barriers in the lower social classes. Public health institutions should implement strategies on more influential PA barriers and disadvantaged social groups.

La pratique sportive chez les adultes en France en 2017 et évolutions depuis 2000 : résultats du Baromètre de Santé publique France (2020)

25 novembre 2020

de Catherine Galey, ET AL.
France : Santé Publique France (SPF), 2020, 49 p.
En ligne : www.santepubliquefrance.fr[...]

Ce rapport s'intéresse à l'évolution récente de la nature et de la fréquence des pratiques sportives des adultes de 18 à 75 ans vivant en France métropolitaine, ainsi qu'aux motivations sous-tendant ces pratiques. Il s'intéresse également à l'identification des principaux déterminants socio-professionnels associés aux pratiques sportives en 2017. Les modules des baromètres de Santé publique France 2000 et 2017 portant sur la pratique sportive ont été exploités, respectivement sur des sous-échantillons nationaux représentatifs de 12 588 et 12 637 adultes âgés de 18 à 75 ans résidant en France métropolitaine. En 2017, 60% des adultes ont déclaré avoir pratiqué un sport au cours des 7 derniers jours, contre 37% en 2000. Ce pourcentage a été multiplié par 1,5 entre 2000 et 2017 (1,4 pour les hommes, et 1,6 pour les femmes ; données standardisées), reflet d'un développement important de la pratique sportive chez les femmes et chez les séniors. L'écart de pratique selon le sexe est le plus important chez les plus jeunes et s'amenuise pour disparaître avec l'avancée en âge. Le sexe ratio (hommes/femmes) standardisé chez les 18-25 ans s'est réduit entre 2000 et 2017, en passant de 1,4 à 1,2. La marche à pied représente la pratique la plus fréquemment citée, avec plus de 20% des hommes et plus de 30% des femmes ayant déclaré avoir pratiqué cette activité sportive en 2017. Cette proportion a plus que doublé entre 2000 et 2017 dans la population générale, reflet de l'augmentation de la pratique sportive, d'une pratique de la marche prépondérante chez les femmes et surtout chez les séniors, et sans doute aussi d'une meilleure reconnaissance de la marche de loisirs comme une activité sportive à part entière en 2017. Les principales motivations évoquées par plus de 65% des hommes et des femmes, en 2000 comme en 2017, sont le plaisir et la santé. Le niveau d'éducation, la situation financière perçue, et la catégorie socio-professionnelle sont trois variables associées à la pratique sportive en 2017, quel que soit le sexe. De plus, cette étude indique que la présence d'un enfant de moins de 5 ans réduit de 15% la pratique sportive chez les femmes en 2017.

Confinement national lié à la covid-19 : recommandations de l'observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (ONAPS) (2020)

10 novembre 2020

Clermont-Ferrand : Observatoire Nationale de l'Activité physique et de la Sédentarité (Onaps), 2020, 9 p.
En ligne : www.onaps.fr[...]

Au cours de la première période de confinement induite par la COVID-19, une baisse du niveau d'activité physique et une augmentation des comportements sédentaires, chez les personnes de tout âge, ont été unanimement observées au niveau mondial. Sur la base des preuves disponibles et des résultats de son enquête nationale menée pendant le premier confinement, l'ONAPS et son comité scientifique proposent dans ce document des recommandations et conseils clés pour éviter ces impacts négatifs déjà observés d'un confinement sur nos comportements actifs et sédentaires. Vous trouverez ci-dessous un lien vous permettant de télécharger les recommandations préparées par nos équipes.

Mesures pour soutenir la pratique d’activités physiques en contexte de pandémie COVID-19 (2020)

10 novembre 2020

de Guillaume Burigusa, ET AL.
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 14 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Le présent document propose des stratégies pour favoriser la pratique d’activité physique en contexte de pandémie. Il rappelle aussi les principaux bienfaits de l’activité physique sur la santé

Professional football clubs’ involvement in health promotion in Spain: an audit of current practices

28 octobre 2020

de Lorena Lozano-Sufrategui, ET AL.
2020, pp. 994–1004
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

The implementation of effective community-based health interventions within Spanish football clubs has the potential to positively influence the public health agenda and enable the healthcare system in Spain to be more successful and sustainable. This paper aims to explore the involvement of Spanish football clubs in health promotion activities, their potential for future involvement and what that would require. A mixed methods explanatory sequential design, with a purposive sample of La Liga clubs. Data collection included online questionnaires and phone interviews. Quantitative methods enabled us to describe the number and types of programmes the clubs are currently involved in. Qualitative data was useful to further unpick the processes followed by the clubs in planning and developing health promotion programmes, while identifying any determinants to change. Seventeen clubs completed questionnaires and 11 participated in interviews. Clubs generally support inclusive programmes that target disadvantaged groups. Health-related programmes focus on healthy eating, physical activity and blood donation. Thematic analysis of interviews with 11 representatives of La Liga clubs resulted in three-key themes. These related to: (i) Diversity of programmes; (ii) (Lack of) evidence-based approaches to intervention design and evaluation and (iii) Contrasting views about a club’s role in health promotion interventions. Spanish football clubs have potential to reach into communities that are currently underserved. However, there is limited infrastructure and understanding within the clubs to do this. Nevertheless, there is huge opportunity for organizations with public health responsibility in Spain to implement translational approaches within football-based settings.

Étude de la fragilité de la personne âgée et de l’activité physique en médecine générale : à propos d’une étude prospective

06 octobre 2020

de A.A. Zulfiqar, ET AL.
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2020, pp. 282-287
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Introduction
La fragilité est un état transitoire et réversible pouvant entraîner une morbi-mortalité importante et une perte d’autonomie. Elle est au cœur des enjeux de santé publique et de la prévention de la dépendance. L’activité physique est souvent décrite comme un facteur protecteur de la dépendance et comme un facteur limitant la fragilité. Notre objectif est d’analyser la relation entre activité physique et fragilité chez la personne âgée.

Méthodes
Une étude observationnelle transversale a été réalisée dans trois cabinets de médecine générale situés dans le département de l’Eure. Les patients âgés de 65 ans et plus ont été inclus au décours d’une consultation avec leur médecin généraliste. Les patients dépendants aux termes de l’échelle ADL ont été exclus. Le niveau d’activité physique a été apprécié par le questionnaire de Ricci et Gagnon, qui définit un profil actif pour un score ≥ 18 points. La fragilité a été recherchée par l’échelle de Fried et la grille modifiée SEGA volet A. Une analyse multivariée a été réalisée pour ajuster les scores de fragilité à l’âge, au sexe et au niveau d’activité physique.

Résultats
Parmi les 70 patients inclus, 36 étaient actifs (51 %) et 34 inactifs (49 %). La prédominance était féminine avec 47 femmes (67 %). L’âge moyen était de 75,3 ans. Douze patients avaient été diagnostiqués comme fragiles (17 %) avec l’échelle de Fried et 24 (34 %) avec la grille SEGA A. L’analyse bivariée mettait en évidence une fragilité plus importante selon les critères de Fried chez les patients inactifs que chez les patients actifs (Fried moyen des patients actifs 0,56 IC95 [0,31 ; 0,80], contre 1,76 [1,21 ; 2,32] chez les inactifs, p < 0,0001). La différence de moyenne était aussi significative avec le score de SEGA volet A (6,42 IC95 [5,34 ; 7,49] chez les actifs, contre 8,65 IC95 [7,15 ; 10,15] chez les inactifs, p = 0,017). En analyse multivariée, l’échelle de Fried était essentiellement influencée par l’âge et l’ADL, tandis que le score de SEGA était impacté par le sexe féminin et le niveau d’activité physique.

Conclusion
L’activité physique semble avoir une action positive sur la fragilité. Il serait intéressant de proposer un dépistage systématique de la fragilité en médecine générale, pour mettre en place des mesures préventives, dont l’activité physique. Les initiatives encourageant et favorisant l’activité physique des seniors sont à renforcer.

‘No one ever asked us’: a feasibility study assessing the co-creation of a physical activity programme with adolescent girls

24 septembre 2020

[S.l.] : IUHPE International Union for Health Promotion and Education, 2020, pp. 34–43
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Contexte : Le faible niveau d'activité des adolescentes à travers le monde est une préoccupation de santé publique. Peu de recherches ont impliqué des adolescentes dans la conception des interventions. Cette étude a évalué la faisabilité d'impliquer des jeunes filles dans la création conjointe d'un programme pour l'activité physique.

Méthodes : Trente et une lycéennes (âgées de 15 à 17 ans) ont été recrutées dans un établissement d'enseignement secondaire. La roue du changement comportemental (Behaviour Change Wheel) a orienté la conception de l'intervention, en fournissant un aperçu des capacités, des opportunités et de la motivation des participantes face au changement. Le nombre de pas et les niveaux d'activité physique auto-rapportés ont été consignés avant et après l'intervention. Des points de référence de faisabilité ont évalué le recrutement, la collecte des données, l'acceptabilité et l'adhésion.

Résultats : Des séances pédagogiques et d'activité ont été dispensées pendant six semaines lors de cours d'éducation physique. La participation moyenne était de 87 % (point de référence = 80 %). L'éligibilité était de 61 % (point de référence = 60 %). On notait un taux de rétention de 100 % (point de référence = 90 %). Toutes les participantes (n = 31) se sont prêtées aux mesures de référence et 71 % (n = 22) se sont prêtées aux mesures réalisées après l'intervention ; 54 % (n = 17) des élèves ont réalisé les mesures par podomètre, avec 32 % (n = 10) ayant présenté des données complètes. Le nombre de pas moyen par jour était de 13.121 avant l'intervention et de 14.128 après l'intervention (p > 0,05). La collecte des données était faisable, avec un score moyen > 4/5 (point de référence > 3,5/5).

Conclusions : La roue du changement comportemental peut être utilisée pour créer un programme d'activité conjointement avec des adolescentes. À l'exception des enregistrements par podomètre, les points de référence prédéterminés ont été atteints ou dépassés, ce qui prouve la nécessité d'un essai randomisé contrôlé pour tester l'efficacité

Who Uses Wearable Activity Trackers and Why? A Comparison of Former and Current Users in the United States

17 septembre 2020

de Ciarán P. Friel, ET AL.
2020, pp. 762–769
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Abstract
Background:
There has been an explosion in the use of wearable activity trackers (WATs), but we do not fully understand who wears them and why. This study’s purpose was to describe the characteristics of WAT users and to compare current and former users.

Materials and Methods:
A variety of internet-based resources (eg, Craigslist, Facebook) were used to recruit current and former WAT users. Respondents completed a web-based survey, where they provided information on sociodemographic characteristics, health, physical activity behavior, and about their WAT use.

Results:
Of the 2826 respondents who gave informed consent, 70.8% (n = 2002) met inclusion criteria for this analysis. Respondents ranged from 18 to 81 years old (mean 32.9 ± 12.2 standard deviation) with 73.8% women. Most were current WAT users (68.7%), and the average length of WAT use overall was 9.3 ± 9.7 months. On average, current users wore the device for 3.7 months longer than former users. Compared to current users, former users had a lower body mass index (1.2 kg/m2 less), reported fewer medical conditions, shared data from their device less often, and received the device as a gift more frequently.

Conclusions:
Current and former users varied in their reasons for using a WAT and how they used their device. Differences identified between these groups support further exploration of associations between WAT users’ profiles and their physical activity behavior.

Physical activity and retirement: original analysis of responses to the English Adult Active Lives Survey

17 septembre 2020

de Julii Brainard, ET AL.
2020, pp. 871–880

Objectives
Opportunities for older adults to do physical activity may depend on other commitments. We wanted to see if reported physical activity was higher or lower among older adults depending on work status: full-time, part-time work or retired.

Methods
This is a secondary analysis of The Active Lives Survey 2016/17 in England. The dataset was used to see how active people were depending on employment or retirement status. Types of physical activity (PA) considered were: leisure, gardening, active travel and combined total, adjusted for age, sex, BMI, disability, rurality and deprivation in models using hurdle regression. Analysis was divided into mostly working age (under 65) or mostly retired (age 65 +) to have sensitivity to the likely transition point.

Results
Total PA was significantly greater for retired persons compared to both full- and part-time workers age 55–64, while being retired or working part-time at age 65–74 meant more PA. People did more leisure or gardening with less work, but active travel decreased with fewer work hours, at all ages. Retirement meant more leisure and gardening PA but less active travel.

Conclusions
Demand for opportunities to engage in leisure and gardening PA appears to be high among retired people. Greater promotion of active travel in this cohort may be possible.

Psychological effects of outdoor activity in type 2 diabetes: a review

11 août 2020

de Matthew Fraser, Robert Polson
2020, pp. 841–851
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Previous research has shown individuals living with type 2 diabetes are more likely to experience depression, anxiety and reduced quality of life (QoL) in comparison to those without the disease. Physical activity has been highlighted as an important factor in improving physiological and psychological parameters in this population. Previous systematic reviews have found mixed results regarding the effects of exercise on psychological problems. Green exercise is an emerging research area with mounting evidence demonstrating positive effects on mental health. Objectives of the current review investigated whether conducting physical activity in outdoor environments had any effect on psychological problems in individuals with type 2 diabetes. Methods such as PubMed, Medline, PsycINFO, Scopus, Cochrane library, CINAHL, SPORTDiscus and Google Scholar databases were searched. The databases were searched for articles which used an outdoor exercise intervention and investigated psychological problems in individuals with type 2 diabetes. Results from the 1467 retrieved articles, 4 studies were included in the systematic review, consisting of 231 participants. All four studies investigated QoL, one study looked at depression and one investigated general wellbeing. Mixed results were found regarding QoL, no significant effect was found for depression. However, general wellbeing was improved. Due to the limited number of studies eligible for inclusion and the heterogeneity of outcome measures, it was difficult to draw firm conclusions. This systematic review acts as a starting point for future investigations into the use of green exercise in improving the mental health of individuals living with type 2 diabetes.

n°8 - Juillet 2020 - Activité physique en milieu rural (Bulletin de Debout l'info)

05 août 2020

de Clément Prévitali, Brigitte Linder
Clermont-Ferrand : Observatoire Nationale de l'Activité physique et de la Sédentarité (Onaps), 2020

Debout l’info ! nous invite à l’occasion de ce bulletin trimestriel à réinterroger nos perceptions sur le milieu rural et sur les besoins de ses habitants. Sensibiliser un habitant qui vient de s’installer dans une commune périurbaine aux bienfaits de l’activité physique et l’amener à une pratique régulière ne mobilisera pas les mêmes leviers que pour une personne isolée en milieu rural à faible densité. Observer les niveaux d’équipement sportifs par rapport au nombre d’habitant ou la taille de la commune ne suffit pas pour démontrer une situation favorable ; l’absence de transports en commun et/ou des temps d’accès importants à ces équipements peuvent creuser les inégalités territoriales. L’état de santé des populations en milieu rural révèle de profondes inégalités sociales de santé. Les associations proches des populations sont une force d’innovation et trouvent leurs places dans les politiques publiques : elles savent s’inscrire par exemple dans les dispositifs tels que les contrats locaux de santé ; elles contribuent aux côtés des collectivités territoriales au développement social local, avec de multiples impacts tant en termes de bien-être, que d’impact économique et social avec le repeuplement de nos campagnes.

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO