Veille sur l'alimentation

Thématique spécifique : Alimentation

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES.


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

Acceptability and feasibility of a café-based sustainable food intervention in the UK

14 janvier 2021

de Fiona Graham, ET AL.
2021, pp. 1507–1518
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Dietary change is needed to improve health and reduce the environmental burden of food production and consumption. Using an Intervention Mapping approach, this study aimed to explore the views caterers and customers held towards point-of-choice interventions that promote healthy and environmentally friendly (EF) food and beverage choices at the University of Sheffield. Intervention options proposed during focus groups were devised using the Nuffield Bioethics ladder of intervention. Ten focus groups were held involving caterers (n = 16) and customers (n = 45). Thematic analysis was conducted on the transcripts of caterer and customer focus groups seperately, and then comparisons were made to identify concerns about the acceptability and feasibility of intervention options. Attitudes towards intervention options varied considerably amongst stakeholders, with the greatest disparity of opinion in the acceptability of interventions that restrict or limit personal choice, particularly with regards to meat consumption. Information provision was favoured as an acceptable intervention by both customers and caterers. However, labelling products in terms of their environmental impact was considered practically unfeasible. Social norms around eating also emerged as influencing the acceptability and feasibility of interventions with concerns raised about: shaming customers who chose meat, the exclusivity of vegan choices and the limited availability and appeal of meatless café options. Financial considerations were the main priority of caterers when discussing point-of-choice interventions. An acceptable and feasible café-based intervention ought to increase awareness and understanding of healthy and EF food choices, protect customer choice and avoid additional costs.

Une étude conjointe des facteurs multidimensionnels associés à la qualité globale de l’alimentation des adultes au Canada

02 décembre 2020

de G.G.D.M. Godonou
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2020, pp. 375-383
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Position du problème
Avec 26 % d’individus qui souffrent au Canada d’obésité, d’importantes mesures doivent être prises afin d’en réduire les coûts sociaux et économiques. Compte tenu de sa contribution majeure à ce phénomène, la qualité de l’alimentation a été au cœur de nombreuses études antérieures. L’objectif de l’étude est d’analyser au regard des données récentes, l’association entre la qualité de l’alimentation des Canadiens adultes (18 ans et plus), et leurs caractéristiques individuelles et celles de leur milieu de vie, en y intégrant de nouveaux éléments (prix des fruits et légumes, état de sécurité alimentaire).

Méthodes
À partir des données de l’enquête ESCC-Nutrition 2015 et des informations du Guide alimentaire canadien de 2007, un score de qualité de l’alimentation (appelé indice de saine alimentation) a été calculé dans un premier temps et a été ensuite mis en relation avec différents facteurs (issus d’une revue de littérature) à travers des régressions linéaires multiples.

Résultats
En plus de confirmer ses liens avec l’âge, le sexe, le bien-être et d’autres facteurs socioéconomiques, cette étude montre que la qualité de l’alimentation des adultes est négativement corrélée avec leur insécurité alimentaire et l’augmentation des prix des légumes au sein des provinces depuis 2002. Le lien positif entre le diabète et la qualité de l’alimentation pourrait être le reflet de comportements alimentaires plus sains dus aux contraintes de cette maladie. Les urbains qui ont généralement accès à une offre alimentaire plus diversifiée n’ont pas pour autant une alimentation de meilleure qualité que celle des ruraux. Enfin, les immigrés autres que Nord-Américains semblent avoir une meilleure alimentation que les Canadiens allochtones.

Conclusion
Porter davantage attention à l’insécurité alimentaire et à l’accessibilité économique des légumes sont des pistes à explorer afin d’améliorer la qualité de l’alimentation au Canada. Des études longitudinales devront toutefois confirmer le rôle et l’influence réelle de ces variables sur la qualité de l’alimentation des individus.

Intervenir sur la nutrition des 0-25 ans en promotion de la santé (2020)

25 novembre 2020

Clermont-Ferrand (France) : Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé (IREPS) Auvergne-Rhône-Alpes, 2020
En ligne : savoirsdintervention.org[...]

Vous mettez en œuvre des projets en promotion de la santé sur la nutrition ? Renforcez et légitimez la qualité de vos actions à partir des stratégies et leviers d’efficacité issus de la recherche et des savoir-faire professionnels

La littératie alimentaire: puissant levier de changement social (2020)

17 novembre 2020

Canada : Cent degrés, 2020
En ligne : promosante.org[...]

Cet imposant dossier, très fouillé, rassemble les connaissances les plus actuelles en matière de littératie alimentaire et démontre, par de nombreux exemples inspirants, la force de changement social d’un mouvement mondial d’éducation alimentaire. Fruit d’une vaste recherche documentaire et de nombreuses entrevues, le premier volet de ce dossier spécial décortique le concept de littératie alimentaire qui fait d’ailleurs l’objet d’un intérêt grandissant dans le monde de la recherche universitaire.
À découvrir dans la première partie ce dossier :
Des entrevues avec Marie Marquis et Jean-Claude Moubarac, du Département de nutrition de l’Université de Montréal, Carolyn Webb de Edible Ontario et Lucie Sauvé du Département de didactique de l’Université du Québec à Montréal ; un tour du monde de l’éducation alimentaire ; un panorama de projets québécois.
La seconde partie de ce grand dossier regroupe six entrevues avec des pionniers de l’éducation alimentaire. Des défricheurs passionnés dont les parcours inspirants ont façonné les vies de milliers de jeunes. Des porteurs de projets dévoués qui, chacun à leur manière, ont durablement changé des communautés tout entières. Des semeurs d’espoir qui réenchantent le monde ! Destiné avant tout aux acteurs déjà engagés du monde de l’éducation alimentaire, ou ceux qui étudient pour le devenir, ce grand dossier s’adresse aussi à tous ceux qui ont à cœur la protection de l’environnement et qui œuvrent en faveur de l’écocitoyenneté.

Éducation nutritionnelle de l'enfant (2020)

14 octobre 2020

France : PromoSanté Pays de la Loire, 2020
En ligne : promosantepdl.fr[...]

L’éducation nutritionnelle est une priorité des programmes de santé publique et de promotion de la santé, en France et dans le monde. Les multiples enjeux qui l’accompagnent, notamment son interaction avec les inégalités sociales de santé, en font un thème de prédilection pour l’amélioration de la santé globale (physique, mentale et sociale) des populations et ce depuis le plus jeune âge. L’objectif de ce Porte-Clés est ainsi de faciliter l’accès aux connaissances et outils indispensables pour appréhender ces enjeux et intervenir en éducation nutritionnelle avec les enfants, dans une logique de promotion de la santé.Les enfants de la maternelle au primaire sont plus particulièrement ciblés par ce numéro mais certains repères abordent également la toute petite enfance ou bien sont applicables aux adolescents. Ce Porte-Clés Santé s’adresse à tout acteur agissant pour une meilleure santé des enfants : responsables politiques, professionnels et bénévoles de différents secteurs (éducatif, social, sanitaire, médicosocial, collectivités, privés…) qu’ils interviennent auprès des enfants, de leurs parents ou entourage.

Exposition des enfants et des adolescents à la publicité pour des produits gras, sucrés, salés (2020)

06 octobre 2020

de Hélène Escalon, Anne-Juliette Serry
France : Santé Publique France (SPF), 2020, 70 p.
En ligne : www.santepubliquefrance.fr[...]

Le marketing alimentaire, en particulier celui des produits à faible intérêt nutritionnel et à haute densité énergétique, fait partie de l'environnement obésogénique qui est à l'origine de l'épidémie d'obésité observée au niveau mondial chez les adultes et les jeunes. L'objectif principal de cette étude était de quantifier l'exposition des enfants et des adolescents à la publicité pour des produits gras, sucrés, salés (PGSS), et son évolution, notamment à la télévision. Dans ce cadre, le nombre de publicités télévisées pour des PGSS diffusées et vues par les enfants et les adolescents en 2015 et en 2018 a été calculé. L'étude a par ailleurs fourni des données de 2012, 2015 et 2018 sur l'évolution des équipements et des usages médias et sur les investissements publicitaires alimentaires, en particulier pour des produits gras, sucrés, salés. Cette étude a porté sur les 4-12 ans, les 13-17 ans et les 18 ans et plus. Les données sur l'équipement et les usages médias ont été recueillies via des études de Médiamétrie et d'Ipsos. Celles sur les investissements publicitaires l'ont été par Kantar Media. Un codage selon la qualité nutritionnelle des produits publicisés a été réalisé par Santé publique France. Deux profils nutritionnels ont été pour cela utilisés : le Nutri-Score et le profil nutritionnel de l'OMS, à des fins de comparabilité européenne. La quantification de l'exposition à des publicités télévisuelles pour des PGSS a nécessité la conjonction de données d'audience de Médiamétrie et de données de Kantar Media sur les jours et horaires de diffusion des publicités et du parrainage pour les produits et les marques alimentaires. En 2018, la télévision reste le média le plus regardé par les enfants de 4-12 ans (1h28 par jour) malgré une diminution de la durée de visionnage. Leur usage d'Internet a en revanche augmenté, atteignant 53 min par jour en 2018. Les adolescents passent eux 2h par jour devant Internet et 1h12 devant la télévision, soit 42 min de moins qu'en 2012. La tranche horaire comprise entre 19h00 et 22h00 (prime time) est la plus regardée, autant par les adultes que par les enfants et les adolescents. Les émissions TV les plus regardées par les enfants et les adolescents sont les fictions et les émissions de divertissements, programmes principalement diffusés entre 20h et 24h, une des tranches horaires où le plus gros volume de publicités est diffusé. Ainsi, bien que le temps passé devant la télévision par les enfants et les adolescents ait diminué, le temps quotidien de publicités vues entre 2012 et 2018 a augmenté, passant en moyenne de 7 min à 9 min par jour...

Food store environment examination – FoodSee: a new method to study the food store environment using wearable cameras

24 septembre 2020

de Christina McKerchar
[S.l.] : IUHPE International Union for Health Promotion and Education, 2020, pp. 73–81
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Introduction : Les environnements alimentaires déterminent les comportements alimentaires et sont impliqués dans l'augmentation des taux d'obésité à travers le monde. La mesure des interactions des personnes avec les magasins d'alimentation est importante pour faire progresser la compréhension des associations qui existent entre l'environnement alimentaire et les comportements dans les magasins. Cet article décrit une nouvelle méthode appelée « Food Store Environment Examination » (FoodSee) – Examen de l'environnement des magasins alimentaires –, destinée à mesurer les interactions des personnes avec l'environnement des magasins d'alimentation, dans une étude de faisabilité axée sur les magasins de proximité et les enfants.

Méthodes : Dans 16 écoles sélectionnées de manière aléatoire à Wellington, en Nouvelle-Zélande, 168 enfants (âgés de 11 à 13 ans) ont été sélectionnés de manière aléatoire et ont utilisé pendant 4 jours des caméras portables qui enregistraient des images toutes les 7 secondes. L'étude a été menée entre le mois de juillet 2014 et le mois de juin 2015. Toutes les images des magasins de proximité et des stations-service, ainsi qu'un échantillon d'images issues de supermarchés, ont fait l'objet d'un examen afin de déterminer s'il était faisable d'évaluer la disponibilité des aliments et leur commercialisation. Les résultats d'intérêt évalués étaient : la disponibilité des produits alimentaires, leur placement, leur emballage, leur étiquetage, leurs prix promotionnels, leurs achats et leur consommation.

Résultats : Trente-sept enfants (22 %) ont visité un magasin de proximité ou une station-service au moins une fois au cours de la période de l'étude. Au total, il y a eu 65 visites dans 34 magasins différents. Sept cent dix-neuf images ont révélé l'environnement à l'intérieur des magasins. Parmi elles, 86,1 % ont pu être utilisées et analysées pour rechercher les résultats d'intérêt.

Conclusions : La méthodologie FoodSee constitue une nouvelle méthode prometteuse pour étudier les interactions des personnes avec l'environnement alimentaire à l'intérieur des magasins. Les données probantes générées seront précieuses pour comprendre et améliorer l'environnement des magasins alimentaires au sein desquels les personnes font leurs courses, et contribueront aux efforts déployés à travers le monde pour aborder l'obésité

Exploring the Relationship Between MyPlate Knowledge, Perceived Diet Quality, and Healthy Eating Behaviors Among Adolescents

17 septembre 2020

de Miranda Westfall, ET AL.
2020, pp. 713–721
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Abstract
Purpose:
MyPlate is the current dietary guidance icon meant to communicate healthy eating patterns. The purpose of this study is to evaluate knowledge of MyPlate nutrition education messages among middle school students and its association with dietary intake and perceived diet quality.

Design:
Secondary analysis of cross-sectional data.

Settings:
Survey of eighth-grade students from 16 middle schools in California.

Subjects:
A total of 3521 eighth-grade students.

Measures:
MyPlate knowledge was assessed with 3 questions asking how much of the plate in a typical meal should be (1) fruits and vegetables, (2) grains, and (3) proteins. A brief food frequency questionnaire measured intake of fruits, vegetables, sweets, salty snacks, fast-food, and sugar-sweetened beverages (SSBs) over the past 7 days. Students self-rated their diet quality as poor, fair, good, or excellent.

Analysis:
Hierarchical logistic regression models controlling for gender, ethnicity, and socioeconomic status.

Results:
Only 11% of students answered all MyPlate questions correctly. MyPlate knowledge was associated with 65% higher odds of not consuming SSBs, but 46% lower odds of not consuming sweets. MyPlate knowledge was not associated with adolescents’ perceived diet quality or intake of salty snacks, fruits, or vegetables.

Conclusion:
Knowledge of nutrition education messages communicated by the MyPlate dietary guidance icon is limited among adolescents. The association between MyPlate knowledge and lower consumption of SSBs is encouraging, given the strong association between SSBs and childhood obesity.

Inventory of marketing techniques used in child-appealing food and beverage research: a rapid review

16 septembre 2020

de Christine Mulligan, ET AL.
2020, pp. 1045–1055
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectives
Restrictions on child-appealing food and beverage marketing have been prioritized globally. However, the concept of “child-appealing marketing” has not been consistently defined, leading to variability in policies and research. The objective of this review was therefore to generate an inventory of the marketing techniques that have been used in research to identify child-appealing marketing.

Methods
Based on WHO guidelines, this review identified primary research that analyzed child-appealing marketing techniques, using the OVID Medline database and hand searches in Google Scholar and PubMed. All marketing techniques were extracted, counted, and synthesized into an inventory, organized thematically and by popularity.

Results
From 133 publications, 1421 marketing techniques were extracted (mean 10.7/publication; range: 1–66). The final inventory included 117 techniques; the “use of characters, children, and actors” was the most popular theme.

Conclusions
The inventory and categorization generated by this research can be used for informing future research and for alerting policy-makers globally to the breadth of child-appealing food and beverage marketing techniques, helping move toward a consistent and comprehensive definition of child-appealing marketing in regulations aimed at restricting this type of marketing.

Self-Efficacy and Nutrition-Related Goal Achievement of MyFitnessPal Users

16 septembre 2020

de Madison L. Bracken, Bradly M. Waite
2020, pp. 677–681
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Mobile health applications (apps) are increasing in popularity to assist in health behavior change and maintenance. Drawing from constructs outlined within the social cognitive theory by Bandura, we explored how frequently users of a popular health app achieved their health-related goals. Participants reportedly used the MyFitnessPal (MFP) app within the past year completed an online survey on how often they used MFP, their self-efficacy for healthy eating (SE-HE), and achievement of nutrition-related goals. Findings suggest that higher levels of SE-HE and greater use of MFP predicted greater goal achievement. One important finding was that greater use of MFP related to increased reports for goal achievement when SE-HE was lower but not when participants showed high level of SE-HE. The results from this study suggest that MFP may be the most helpful for those who find it more difficult to meet their nutrition-related goals.

Évolution des messages sanitaires devant accompagner les publicités de certains aliments et boissons et préconisations concernant l'encadrement du marketing des produits gras, sucrés, salés en direction des enfants (2020)

28 juillet 2020

de Anne-Juliette Serry, Hélène Escalon
France : Santé Publique France (SPF), 2020, 18 p.
En ligne : www.santepubliquefrance.fr[...]

La population, et en particulier les jeunes, sont exposes a un environnement obésogénique, comprenant des incitations fortes et répétées à consommer ; Les mesures d'incitation à adopter des comportements alimentaires favorables à la sante doivent être complétées par un ensemble d'autres mesures visant à réduire l'influence de l'environnement obésogénique ; L'impact du marketing alimentaire sur les préférences alimentaires des enfants et des adolescents, leurs comportements et leurs consommations, est établi et reconnu par la majorité des experts en France et à l'international ; Il existe donc un consensus national et international clair sur la nécessité de réglementer, de manière efficace, l'exposition des enfants au marketing des produits alimentaires peu sains ; En France, l'ampleur du marketing alimentaire pour des produits gras, sucres, sales en direction des enfants se maintient, en particulier à la télévision, et ce malgré les engagements à l'autorégulation des industries agroalimentaires et l'interdiction de la publicité pendant les programmes jeunesses des chaines publiques ; L'augmentation du temps passe sur Internet par les enfants et les adolescents laisse augurer d'une exposition bien plus massive aux publicités pour les produits gras, sucrés, salés, sans qu'il ne soit à ce jour possible de la mesurer. Santé publique France préconise de limiter les communications commerciales des produits classes D et E selon le Nutri-Score ainsi que les communications pour les marques associées a ces produits, en télévision et sur Internet pendant les tranches horaires qui sont le plus regardées par les enfants. Ces deux medias représentent 80 à 90% des investissements publicitaires alimentaires ; En complément de ces mesures prioritaires, Santé publique France propose que le dispositif des messages sanitaires soit adapté afin qu'il puisse jouer pleinement son rôle d'incitation comportementale en dissociant les messages sanitaires des annonces publicitaires elles-mêmes.

Survol des recommandations en matière d’alimentation pour les personnes aînées en contexte de pandémie de COVID-19 (2020)

10 juin 2020

de Marie-Claude Paquette, Laurie Plamondon
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 8 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Les mesures mises en place pour éviter la transmission du coronavirus peuvent avoir un impact préjudiciable sur l’alimentation de la population, notamment chez les personnes aînées.La présente analyse porte sur l’alimentation des personnes aînées qui ne sont pas hébergées dans les établissements publics ou privés dans le contexte de la pandémie actuelle. Peu d’organismes de santé ont émis des directives, avis ou recommandations spécifiques à ce sujet, mais certains soulignent que manger sainement est encore plus important pour les aînés en contexte de pandémie.Selon le guide alimentaire canadien, manger sainement signifie de manger des légumes et des fruits en abondance, des aliments à grains entiers, des aliments protéinés, de limiter les aliments hautement transformés et de boire de l’eau plutôt que des boissons sucrées.La consigne de rester à la maison et les mesures de distanciation physique peuvent rendre l’accessibilité (physique et économique) aux aliments sains plus difficile pour les aînés. Leur alimentation peut aussi être influencée par l’isolement social, le stress et l’anxiété associés à la pandémie.Les auteurs d’un article scientifique recommandent de créer un système de soutien structuré et fiable pour garantir que les aliments de base sont accessibles physiquement et financièrement pour tous les membres de la communauté, incluant les aînés.Les mesures mises en œuvre à l’échelle locale et régionale pour remédier aux enjeux en matière d’alimentation chez les aînés devraient être consolidées tout en impliquant les différents partenaires concernés.

Cross-country comparison of strategies for building consumer trust in food

02 juin 2020

de Annabelle M. Wilson, Emma Tonkin
2020, pp. 267–278
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Consumer trust in the modern food system is essential given its complexity. Contexts vary across countries with regard to food incidents, regulation and systems. It is therefore of interest to compare how key actors in different countries might approach (re)building consumer trust in the food system; and particularly relevant to understanding how food systems in different regions might learn from one another. The purpose of this paper is to explore differences between strategies for (re)building trust in food systems, as identified in two separate empirical studies, one conducted in Australia, New Zealand and the UK (Study 1) and another on the Island of Ireland (Study 2). Interviews were conducted with media, food industry and food regulatory actors across the two studies (n = 105 Study 1; n = 50 Study 2). Data were coded into strategy statements, strategies describing actions to (re)build consumer trust. Strategy statements were compared between Studies 1 and 2 and similarities and differences were noted. The strategy statements identified in Study 1 to (re)build consumer trust in the food system were shown to be applicable in Study 2, however, there were notable differences in the contextual factors that shaped the means by which strategies were implemented. As such, the transfer of such approaches across regions is not an appropriate means to addressing breaches in consumer trust. Notwithstanding, our data suggest that there is still capacity to learn between countries when considering strategies for (re)building trust in the food system but caution must be exercised in the transfer of approaches.

n° 61 - Mars 2020 - Des messages simples mais pas simplistes, complexes mais pas compliqués (Bulletin de Pratiques en nutrition)

13 mai 2020

2020
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Ce numéro est composé de :

Dossier
·Des messages simples mais pas simplistes, complexes mais pas compliqués
Jean-Michel Lecerf

·Réapprendre à manger les aliments riches grâce à l’alimentation intuitive
Page :10-14
Stève Lollivier

·Favoriser une alimentation saine chez l’enfant : alternatives aux injonctions nutritionnelles
Page :15-16
Sandrine Monnery-Patris

·Messages de santé publique en nutrition, ce que comprennent les consommateurs
Page :17-19
Carolina O.C. Werle

·Jardiner dans un quartier défavorisé, un déclic pour repenser son alimentation ?
Page :20-25
Nicole Darmon, Pauline Martin, Pascale Scheromm, Florence Ghestem, Paul Marchand, Jean-Noël Consalès

·Du rassasiement à la satiété, la place du plaisir sensoriel
Page :27-31

Sciences des aliments
·Rôles et intérêt des nitrites dans la charcuterie
Page :32-37
Gilles Nassy

Cas clinique
·Approche psychologique du patient obèse et arthrosique
Page :38-41
Coline Rondeau

Pratique
·L’influence des médias sur le comportement alimentaire des enfants

Cibles de reformulation des aliments transformés adoptées par certains gouvernements : guide d’accompagnement du répertoire des cibles (2020)

29 avril 2020

de Julie Maltais-Giguère, Marie-Claude Paquette
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 84 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Étant donné les apports trop élevés en sodium et en sucres des Québécois, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a été mandaté pour documenter les cibles de reformulation des aliments transformés, qui sont une mesure visant à améliorer la qualité nutritive des aliments et des boissons. En effet, selon les dernières données issues de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2015, les Québécois ont des apports préoccupants en sodium et en sucres, et leurs apports en gras saturés se rapprochent des recommandations. Ces nutriments sont particulièrement présents dans les aliments hautement transformés de faible valeur nutritive, d’où l’importance d’améliorer leur composition nutritionnelle. Pour documenter cette mesure, un répertoire des cibles& de reformulation et un guide d’accompagnement ont été produits.

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO