veille sur la santé mentale

 

Thématique spécifique : Santé mentale

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES. 


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

n° 450 - Décembre 2019 - Prévenir le suicide : connaissances et interventions. (Bulletin de La santé en action)

21 janvier 2020

de Sandrine Broussouloux, Enguerrand du Roscoät
Saint-Denis (France) : Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES), 2019, 52 p.
En ligne : www.santepubliquefrance.fr[...]

Il existe des interventions efficaces pour prévenir le suicide, cela a été démontré par la littérature scientifique. Ce constat a amené les pouvoirs publics et les intervenants dans le champ de la santé publique à intégrer cette démarche de prévention qui a fait ses preuves. Ce dossier analyse ces interventions probantes au travers de programmes concrets. Une trentaine d'experts et d'intervenants de terrain y ont contribué.

Pour une évaluation systématique de la santé mentale des adolescents

02 décembre 2019

de Axelle Vermeeren, Selena Botsas
Bruxelles : Education Santé, 2019, pp. 6-9
En ligne : educationsante.be[...]

Les adolescents âgés de 11 à 15 ans sont nombreux à manifester des difficultés à s'adapter aux changements liés à l'adolescence. La littérature scientifique constate ces situations de détresse psychologique. Pouvoir identifier ces jeunes en détresse semble s’inscrire dans les missions de la Promotion de la Santé à l’École (PSE). Pourtant, actuellement, pour aborder la santé mentale, il semblerait que peu d’outils soient mis en place par la PSE.

L’Appétit Des Indigestes. Les problèmes de santé mentale sur le devant de la scène

02 décembre 2019

de Sarah Hassan
Bruxelles : Education Santé, 2019, pp. 3-5
En ligne : educationsante.be[...]

« Ce n’est pas de la folie de péter un câble. Parce que si on ne pète pas un câble de temps en temps, les câbles s’accumulent, se tendent et puis ils pètent tous en même temps. Et là, bonjour les dégâts. ». Cet extrait de la pièce de théâtre « Anosognosies », de la compagnie « L’appétit des Indigestes » évoque certains des thèmes principaux du spectacle : folie, normalité, souffrance, psychiatrie, et surtout l’équilibre fragile qui existe entre ces concepts. La troupe de théâtre, d’ores et déjà reconnue comme un acteur en promotion de la santé, est pilotée par Sophie Muselle, metteuse en scène, et Pierre Renaux, acteur et assistant à la mise en scène. Le Pianocktail, un petit bar niché au creux des Marolles dans le centre de Bruxelles, accueille chaque semaine les ateliers théâtraux de la compagnie. Éducation Santé y a rencontré Sophie Muselle, dans l’ambiance chaleureuse et calfeutrée du lieu.

Déterminants sociaux, équité en santé et santé mentale : liste de lectures essentielles (2019)

25 novembre 2019

Canada : Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé (CCNCD), 2019, 12 p.
En ligne : nccdh.ca[...]

Le Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé (CCNDS-Canada) a rassemblé et présenté 17 documents destinés à favoriser l’adoption de mesures de santé publique relatives aux déterminants sociaux de la santé et de l’équité en santé dans le but de favoriser une vision positive de la santé mentale. La liste offre également des ressources complémentaires aux utilisateurs. La liste est divisée en quatre catégories : données probantes et renseignements contextuels sur les principaux concepts, mesures proposées à divers échelons, répercussions pratiques et politiques et iniquités propres à certains groupes de population.

Les programmes de santé mentale en milieu de travail : une valeur ajoutée pour les employés et les employeurs (2019)

13 novembre 2019

de Junko Kaji, Blythe Hurley
Canada : Deloitte, 2019, 36 p.
En ligne : www2.deloitte.com[...]

Les problèmes de santé mentale des employés entraînent d’importants coûts pour les employeurs canadiens. Malgré cela, des barrières à l’investissement dans la santé mentale en milieu de travail persistent, dont une méconnaissance des meilleures pratiques, ainsi que l’absence de preuves qu’un tel investissement peut avoir une incidence positive sur le résultat net. Ce rapport présente une analyse des données historiques de 7 sociétés canadiennes qui en sont à diverses étapes de la réalisation de leur programme d’investissement dans la santé mentale ainsi que des entrevues avec des experts en santé mentale et des leaders de 10 sociétés, afin de mieux comprendre les embûches courantes et les facteurs qui favorisent la réussite de tels programmes. Voici les principaux points à retenir : L’investissement dans les programmes de santé mentale en milieu de travail peut atténuer la hausse des coûts qui découlent de l’inaction. L’investissement dans des domaines à forte incidence pour mieux appuyer les employés peut rehausser le RCI. L’évaluation du rendement, souvent occultée, est un élément critique de la mise en œuvre. Il n’est pas nécessaire de partir de zéro pour mettre sur pied un programme de santé mentale.Peu importe la taille de l’entreprise et le secteur dans lequel elle évolue, les employeurs peuvent prendre des mesures pour cerner les sphères qui requièrent une plus grande attention, tirer parti des activités existantes et suivre les résultats du programme pour bâtir de solides assises en vue de favoriser la santé mentale des employés.

StopBlues prévenir le mal-être dès les premières notes

05 novembre 2019

de Anne Le Pennec
Bruxelles : Education Santé, 2019, pp. 11-13
En ligne : educationsante.be[...]

StopBlues est un site internet doublé d'une application mobile conçus par des chercheurs en santé publique dans le but de prévenir le mal-être psychologique. Depuis mars 2018 et jusqu'à fin 2019, une quarantaine de villes françaises participent à un projet de recherche interventionnelle visant à évaluer la pertinence de cet outil et son potentiel à améliorer la santé mentale des habitants.

Organisation des soins de santé mentale pour les adultes en Belgique (2019)

22 octobre 2019

de Patriek Mistiaen, Justien Cornelis
Bruxelles (Belgique) : Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE), 2019, 59 p.
En ligne : kce.fgov.be[...]

Les soins de santé mentale ont fait l'objet d'un certain nombre de réformes au cours des dernières décennies dans notre pays. Le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) a été chargé de cartographier le paysage actuel de ces soins et d’en identifier les lacunes et les possibles recoupements. Mais comme les besoins de la population belge ne sont pas connus – car il n'existe pas de chiffres fiables sur ce sujet – le KCE n'a pas été en mesure de vérifier si l'offre de soins correspond à ces besoins. En plus d’un système efficace d'encodage des données et d'une incitation des acteurs concernés à procéder à l’encodage, le gouvernement devrait renforcer sa politique de soins orientés vers la communauté, notamment en rendant les soins de santé mentale plus accessibles (notamment sur le plan financier), en prévoyant des lieux où l’information nécessaire serait facilement abordable et en élargissant l’offre d’habitats adaptés

KCE_318B_Soins_de_sante_mentale_synthese.pdf - application/pdf

KCE_318B_Soins_de_sante_mentale_synthese.pdf
Adobe Acrobat PDF
  

Caractéristiques associées à la dépression et aux symptômes de stress post-traumatique chez les femmes victimes d’agression sexuelle durant l’enfance

17 octobre 2019

de S. Lemieux, M. Tourigny
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2019, pp. 285-294
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Position du problème
Une proportion considérable de victimes d’agression sexuelle à l’enfance présente des séquelles psychologiques à l’âge adulte. Les facteurs permettant de comprendre pourquoi certaines victimes développent ces séquelles alors que d’autres non, demeurent peu explorés. Dans ce contexte, l’objectif principal est d’examiner la contribution spécifique des caractéristiques contextuelles des agressions sexuelles à l’enfance, des mauvais traitements subis à l’enfance et des tentatives de suicide à l’adolescence dans le développement de la dépression et du trouble de stress post-traumatique à l’âge adulte. L’objectif secondaire est d’établir les prévalences des diverses formes de mauvais traitements subis à l’enfance, de la présence d’un trouble de stress post-traumatique et de dépression à l’âge adulte parmi les femmes agressées sexuellement à l’enfance.

Méthodes
L’échantillon se compose de 479 victimes d’agression sexuelle à l’enfance ayant participé à deux enquêtes distinctes menées auprès de femmes québécoises.

Résultats
Plus de la moitié de ces femmes rapportent au moins une autre forme de mauvais traitements à l’enfance ; 30 % d’entre elles présentent des symptômes de stress post-traumatique et 40 % des symptômes de dépression à l’âge adulte. Les analyses de régression montrent que la présence d’un trouble de stress post-traumatique est associée à la précocité de l’agression sexuelle à l’enfance, à la continuité intergénérationnelle de la victimisation sexuelle ainsi qu’aux expériences de mauvais traitements physiques et à la négligence. La dépression est associée aux mauvais traitements psychologiques et à la négligence, au fait d’avoir reçu une réaction non aidante lors du dévoilement de l’agression sexuelle à l’enfance et aux tentatives de suicide à l’adolescence.

Conclusion
Les résultats confirment la nécessité de considérer le cumul de divers facteurs d’adversité plus distaux lors de l’évaluation psychosociale des femmes agressées sexuellement à l’enfance permettant ainsi de mieux comprendre et traiter leurs séquelles psychologiques

Community Interventions to Promote Mental Health and Social Equity (2019)

09 octobre 2019

de Enrico G. Castillo, Roya Ijadi-Maghsoodi
New York : Springer Publishing Company, 2019, 14 p.
En ligne : link.springer.com[...]

Purpose of Review
We review recent community interventions to promote mental health and social equity.
We define community interventions as those that involve multi-sector partnerships,
emphasize community members as integral to the intervention, and/or deliver services
in community settings. We examine literature in seven topic areas: collaborative care,
early psychosis, school-based interventions, homelessness, criminal justice,
global mental health, and mental health promotion/prevention.
We adapt the social-ecological model for health promotion and provide a framework for understanding the actions of community interventions.

Recent Findings
There are recent examples of effective interventions in each topic area.
The majority of interventions focus on individual, family/interpersonal,
and program/institutional social-ecological levels, with few intervening
on whole communities or involving multiple non-healthcare sectors.
Findings from many studies reinforce the interplay among mental health,
interpersonal relationships, and social determinants of health.

Summary
There is evidence for the effectiveness of community interventions for
improving mental health and some social outcomes across social-ecological
levels. Studies indicate the importance of ongoing resources and training to
maintain long-term outcomes, explicit attention to ethics and processes to
foster equitable partnerships, and policy reform to support sustainable
healthcare-community collaborations.

Participation des enfants et adolescents dans le domaine des soins de santé mentale (2019)

02 octobre 2019

de Conseil Supérieur de la Santé
Bruxelles : Service public Fédéral de la Santé publique, de la Sécurité de la Chaîne alimentaire et de l’Environnement, 2019, 54 p.
En ligne : www.health.belgium.be[...]

La participation et l’implication des enfants dans les décisions qui les concernent est un droit fondamental, inscrit dans plusieurs textes législatifs. En plus d’être une fin en soi, c’est aussi un excellent moyen d’améliorer l’accessibilité, la qualité et l’efficacité des soins en rendant ceux-ci plus adaptés aux besoins. Mais la participation des enfants dans le domaine de la santé mentale est à l’heure actuelle quasi inexistante en Belgique. Alors que les problèmes de santé mentale constituent une part importante de la morbidité chez les enfants et les adolescents, il n’y a pas de groupe organisé qui représente leur voix dans ce domaine et il n’existe pas de cadre suffisant pour mettre en place un processus de participation. Dans cet avis, le CSS identifie les conditions nécessaires pour garantir le droit à la participation des enfants et des jeunes dans les soins de santé mentale, au niveau de l'aide individuelle, de l'organisation des services et de la politique gouvernementale.

Santé mentale et vieillissement : mythes et réalités, autres regards sur l'âge avancé – Module MENTAL – Bibliographie (2019)

26 septembre 2019

de Anne Sizaret
Dijon (France) : Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé (IREPS) Bourgogne Franche-Comté, 2019, 51 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Cette bibliographie présente une sélection de références importantes dans la thématique du module MENTAL "Santé mentale et vieillissement : mythes et réalités, autres regards sur l'âge avancé". Ont été retenus, dans un premier temps, des documents récents, voire très récents, accessibles en ligne et/ou consultables au Centre de documentation de l'Instance régionale en éducation et promotion de la santé Bourgogne Franche-Comté.

La bibliographie est structurée en 5 grandes rubriques :
• la première propose des définitions (p. 5) sourcées de concepts importants entrant dans la problématique de la santé mentale et du vieillissement, sous l'angle de la promotion de la santé (Santé, santé publique, promotion de la santé, santé mentale, addiction, déterminants de la santé, empowerment, inégalités sociales de santé, âgisme). Les définitions peuvent être complétées par des ressources graphiques et des références bibliographiques complémentaires.
• la deuxième rubrique est centrée sur la problématique du vieillissement et de la santé (p. 28). Elle propose des documents généraux, mentionne les grandes lignes des politiques et des plans de santé s'y référant, et s'attarde sur la dynamique Vieillissement et santé mentale.
• la troisième partie est consacrée au suicide et à la prévention du suicide chez le sujet âgé (p. 37) avec des données épidémiologiques, des résultats d'enquête, et des recommandations
• la quatrième partie mentionne quelques références sur les addictions et l'avancée en âge (p. 41). Ce sont surtout des données statistiques relatives à la consommation de susbstances psychoactives ; la littérature francophone semblant assez pauvre sur cette thématique.
• Enfin, la cinquième partie de la bibliographie met en exergue quelques référentiels de bonnes pratiques et outils pédagogiques (p. 44) pour aider les professionnels à légitimer un projet, ou à mettre en place des actions.

Les notices sont présentées par ordre ante-chronologique ; les pages internet citées ont été consultées pour la dernière fois le 14 juin 2019.


2019-uete-bibliomental.pdf - application/pdf

2019-uete-bibliomental.pdf
Adobe Acrobat PDF
  

Un partenariat patients schizophrènes-soignants pour conduire un programme d’éducation en santé orale

26 septembre 2019

de Corinne Rat, Audrey Peteuil
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2019, pp. 405-415
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Introduction : La mauvaise santé orale des patients schizophrènes est un problème de santé publique qui concernerait 600 000 personnes en France. Le but de cet article est de présenter les différentes étapes de la construction d’un programme d’éducation en santé orale, spécifique aux patients schizophrènes et tenant compte de leur savoir expérientiel, ainsi que les résultats de l’étude pilote ce programme.
Patients et méthode : La méthode des groupes de discussion (focus groups) a été appliquée à un groupe de professionnels de santé et d’usagers afin de faire émerger un corpus exploratoire pour la construction d’un programme d’éducation en santé orale. Un groupe expert composé pour partie de patients schizophrènes a validé les thématiques et les outils de ce programme. Une étude pilote de faisabilité a ensuite été réalisée auprès d’un groupe témoin composé de sept patients schizophrènes.
Résultats : Au total, 26 personnes ont participé à cette étude. Les thématiques principales retenues par le groupe expert visent à favoriser l’action consistant à prendre soin de sa santé, à améliorer la pénétrabilité du système de soins et à promouvoir une approche sanitaire globale. L’étude a montré la capacité des acteurs à coconstruire un programme et à faire évoluer les représentations que les patients schizophrènes ont de ce problème de santé. La plupart des outils éducatifs ont été jugés pertinents.
Conclusion : Un programme d’éducation en santé orale a été construit dans le cadre d’un partenariat patients-soignants et a montré sa faisabilité. Une étude randomisée multicentrique est en cours pour évaluer l’efficacité de ce programme avec un haut niveau de preuve.

Participation en santé mentale et Réforme 107 : où en sommes-nous ?

18 juin 2019

de Colette Barbier
Bruxelles : Education Santé, 2019
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Le 26 février dernier, Similes Wallonie et Psytoyens ont tenu, à Namur, un colloque sur la participation en santé mentale. Tout au long de la journée, le point sur les pratiques participatives et leur évolution a pu être fait devant 150 professionnels et acteurs de la réforme des soins de santé mentale. Il y a lieu de se réjouir devant les progrès réalisés : la participation des usagers et des proches a bien commencé. Des obstacles doivent cependant encore être levés, les plus tenaces semblant venir des professionnels de la santé. Rien d’étonnant à cela si l’on regarde l’évolution des mentalités qu’exige une telle participation…

Activités physiques en santé mentale (2019)

22 mai 2019

de Catherine Bellamy Fayollet, Laurence Kern
Paris : Dunod, 2019, 224 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Le recours aux activités physiques et sportives en santé mentale est connu depuis longtemps. De nos jours, il prend toute son importance, en association des traitements médicamenteux et des psychothérapies. Ces pratiques, quand elles sont adaptées à l'état clinique ont un impact, vérifié par les méta-analyses mondiales, à la fois neurobiologique, cérébral, métabolique et physiologique. Elles sont bénéfiques pour les personnes porteuses de souffrance psychique épisodique (dépression de l'humeur) ou chronique (schizophrénie). L'effet psycho-social et relationnel suscité compte aussi pour beaucoup dans la prévention, l'amélioration des troubles et le rétablissement.
Cet ouvrage pluridisciplinaire témoigne de pratiques innovantes.

Santé sexuelle, santé mentale

07 mai 2019

de Myriam Monheim, Pascale Meunier
Bruxelles : Fédération des Maisons Médicales et des Collectifs de santé francophones-Fmmcsf, 2019, pp. 20-22
En ligne : www.maisonmedicale.org[...]

Le poids du regard des autres se marque très tôt, parfois avant que la personne elle-même prenne conscience de son orientation sexuelle ou de son identité de genre. Quelles conséquences sur le psychisme ? Comment répondre aux patients en questionnement sur leur santé mentale et sur leur santé sexuelle ? Myriam Monheim est psychologue et psychothérapeute systémique spécialisée dans la prise en charge des personnes LGBT. Elle partage son expérience au centre de planning familial Plan F, qui propose un accueil spécifi que des patients LGBT depuis 2005.

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO