veille sur la santé mentale

Thématique spécifique : Santé mentale

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES. 


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

Mental health in adolescence: Elaboration and validation of an educational technology for health promotion (2021)

24 septembre 2021

de Sibele Pontes Rocha, Quiteria Larissa Teodoro Farias, Maristela Inês Osawa Vasconcelos
2021
En ligne : www.scielo.br[...]

Objective: to build and validate the appearance of a digital educational technology to promote the mental health of school adolescents.

Methods: methodological study, which included the elaboration and validation of the "Conect@dos com a S@ude" online course based on the Galvis-Panqueva methodological framework. The elaboration was based on a literature review and followed the Theory of Meaningful Learning. The validation was performed by a total of 21 adolescent students, using an instrument adapted for the study. A quantitative analysis was performed from the Content Validity Index and descriptive of the suggestions pointed out by the target audience.

Results: the analysis of the Content Validity index ranged from 0.8 to 1 in all evaluated items. The adolescents presented some suggestions for improvement for the course, most of them were accepted.

Conclusion: the course was validated by the target audience.

L'Arbre aux idées reçues (2021)

24 septembre 2021

de PSYCOM
2021
En ligne : www.psycom.org[...]

L’Arbre aux idées reçues Psycom est un outil de réflexion sur les mythes qui entourent la santé mentale. Il s’agit d’une structure en forme d’arbre, à taille humaine, à laquelle sont suspendus des cartons : au recto on aborde une idée reçue répandue (un mythe), au verso on apporte une réalité argumentée qui contredit le mythe. Les cartons peuvent être manipulés pour découvrir les deux faces. Le rôle de la personne qui l’anime est d’engager le dialogue et d’apporter des informations complémentaires au public.

Les témoignages de personnes vivant avec des problèmes de santé mentale confirment que la stigmatisation vécue se nourrit des stéréotypes présents dans l’imaginaire collectif. A l’origine, l’arbre a été conçu à partir des résultats d’une enquête menée par le Centre collaborateur de l’OMS concernant les représentations sociales de “la folie” dans la population générale. Les idées reçues utilisées sont celles mise en évidence par cette enquête et par les personnes directement concernées et elles sont contrebalancées par des données chiffrées. Ensuite, d’autres idées reçues ont été collectées sur d’autres thématiques, afin d’enrichir les sources de discussion autour de l’arbre.

Psycom a eu la volonté de mettre à disposition un outil interactif qui interpelle directement les stéréotypes, afin de les faire évoluer. Ludique et sérieux à la fois, l’Arbre aux idées reçus Psycom permet d’ouvrir un dialogue décomplexé et laisse la possibilité aux publics rencontrés d’exprimer leurs questions, leurs craintes et de discuter de leurs perceptions.

Surveillance des suicides en lien potentiel avec le travail (2021)

23 septembre 2021

de Valérie Gigonzac, Khireddine-Medouni Imane, Christine Chan-Chee, et al.
France : Santé Publique France (SPF), 2021, 38 p.
En ligne : www.santepubliquefrance.fr[...]

Contexte : L’épidémiologie des suicides en lien avec le travail demeure mal connue en France, malgré une importance grandissante de la problématique dans le débat public. Une étude exploratoire avait montré la richesse potentielle et unique des données des rapports des instituts de médecine légale (IML) pour l’identification des suicides en lien potentiel avec le travail. Les objectifs de la présente étude étaient de : i) proposer une définition des suicides en lien potentiel avec le travail, ii) tester la faisabilité de développer un système de surveillance épidémiologique de ces suicides à partir des données des IML et iii) estimer la part de ces suicides parmi l’ensemble des suicides examinés dans les IML. [...]

Evaluation of Mental Health Effects of a Mindfulness Workshop with Health Professions Students (2021)

16 septembre 2021

de Shirley D Martin, Gina K Alexander, Kelly P Fisher, et al.
2021
En ligne : pubmed.ncbi.nlm.nih.gov[...]

Our interprofessional team examined the mental health effects of a pilot mindfulness meditation workshop for college students (n = 39) from 4 health professions. A mixed-methods survey examined students' self-compassion (short form; SCS-sf), perceived stress (PSS-10), and self-reported mindfulness behaviors pre-workshop and at 2 months. The survey captured attitudes, beliefs, and intentions to continue mindfulness practices over time and perceived barriers to mindfulness practice. Participants (69%; 27/39) indicated significantly improved SCS-sf (p=0.016) and significantly reduced PSS (p=0.009) at 2 months post-workshop. Students reported improved mental health after 2 months, but the small sample size limits generalizability of findings. Interprofessional education promoting mindfulness skills may help prevent burnout and empathy fatigue for health professionals entering the workplace.

The Influence of Human Support on the Effectiveness of Digital Mental Health Promotion Interventions for the General Population

14 septembre 2021

de Mélanie Elise Renfrew, Darren Peter Morton, Jason Kyle Morton, et al.
7 p.
En ligne : www.frontiersin.org[...]

Mental wellbeing amongst the general population is languishing-exacerbated by the Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) pandemic. Digital mental health promotion interventions, that improve mental health literacy and encourage adoption of evidence-informed practical strategies are essential. However, attrition and non-adherence are problematic in digital interventions. Human support is often applied as an antidote; yet, there is a paucity of randomized trials that compare different human support conditions amongst general population cohorts. Limited trials generally indicate that human support has little influence on adherence or outcomes in DMHPIs. However, providing participants autonomy to self-select automated support options may enhance motivation and adherence.

Walking Psychotherapy As a Health Promotion Strategy to Improve Mental and Physical Health for Patients and Therapists: Clinical Open-Label Feasibility Trial (2021)

09 septembre 2021

de Nicole Koziel, Simone Vigod, PRICE J., et al.
2021
En ligne : journals.sagepub.com[...]

Background
Persons with mental illness are more at risk for sedentary behaviour and associated consequences. We assessed the feasibility of outdoor walking during psychotherapy sessions in an outpatient trauma therapy program to challenge sedentary behaviour.

Methods
In this pilot trial in Toronto, Canada, female therapists and patients >18 years, were encouraged to walk during 12 consecutive trauma therapy sessions. Both groups were provided wearable pedometers. We assessed protocol feasibility and desirability, and 12-week changes in patient post-traumatic stress [PTSD check-list for DSM-5 (PCL-5)], and depression, anxiety, and stress symptoms [Depression, Anxiety and Stress Scale (DASS)].

Results
91% (20/22) of patients approached for the study consented to participate and 17 (85%) completed follow-up questionnaires. There was walking in 132/197 (67%) of total therapy sessions (mean 7.3 out of 10.9 sessions per participant). Inclement weather was the predominant reason for in-office sessions. At 12-week follow-up, PCL-5 mean scores decreased from 38.4 [standard deviation, ((SD) 11.8) to 30.7 (SD 14.7)], [mean difference (MD) 7.7, 95% CI: 1.5 to 13.8]; 41% (7/17) participants had a clinically significant PCL-5 score reduction of >10 points. DASS-stress mean scores decreased from 19.0 to 16.0 (MD 3.0, 95% CI: 0.3 to 5.6). No changes were observed for DASS depression (MD -0.9, 95% CI: −5.1 to 3.3) nor DASS anxiety (MD -0.2, 95% CI: −3.1 to 2.7). Daily step reporting was inconsistent and not analyzed. There was high acceptability amongst patients and therapists to walk, but not to record daily steps. There were no adverse outcomes.

Conclusions
It was feasible and acceptable to incorporate outdoor walking during trauma therapy sessions for patients and therapists. Weather was the greatest barrier to implementation. Further randomized-control study to compare seated and walking psychotherapy can clarify if there are psychotherapeutic and physical benefits with walking.

Santé mentale dans la première ligne - Exemples internationaux (2021)

20 juillet 2021

de Mark Leys
Bruxelles : Fondation Roi Baudouin, 2021, 88 p.
En ligne : www.kbs-frb.be[...]

La première ligne de soins constitue le premier niveau de contact des individus, des familles et des communautés avec les systèmes d’aide et de soins. Dans cette optique, la première ligne joue un rôle important dans la promotion de la santé, la prévention, la détection, les traitements et, plus largement, le maintien des personnes avec des problèmes psychiques dans la société. Or, la première ligne manque de sensibilisation et de connaissances sur la façon de reconnaître les problèmes psychiques et d'un manque de compétences pour aider et guider au mieux les personnes concernées. L'objectif de cette cartographie est de s'inspirer d'exemples internationaux pour améliorer la manière dont la première ligne peut collaborer avec les soins de santé mentale et les autres secteurs pour traiter les problèmes de santé mentale.
Elle donne un aperçu d'un certain nombre de bonnes pratiques ou de pratiques prometteuses qui contribuent à la prise en charge de la santé mentale dans la première ligne au Royaume-Uni, en Irlande, en France, aux Pays-Bas, en Italie, en Allemagne, en Espagne et en Norvège.

Individual, social and national coping resources and their relationships with mental health and anxiety: A comparative study in Israel, Italy, Spain, and the Netherlands during the Coronavirus pandemic

01 juillet 2021

de Adi Mana, Sabina Super
2021, pp. 17–26
En ligne : journals.sagepub.com[...]

Employing the salutogenic model, we asked how individuals in different countries cope with the COVID-19 crisis and stay healthy. We were interested in exploring the individual (i.e. sense of coherence) as well as the social and national resources (i.e. social support, sense of national coherence, and trust in governmental institutions) that could explain levels of mental health and anxiety during the outbreak of the pandemic. Data collection was conducted via convenience sampling on online platforms, during the end of March and the beginning of April 2020. The data included four samples: 640 Israeli participants (319 males), 622 Dutch participants (177 males), 924 Italian participants (338 males) and 489 Spanish participants (117 males); age range of 18–88 years. The questionnaires included standard tools (MHC-SF, GAD-7, SOC, SONC). Several questions were adapted to the context of coronavirus and measured levels of exposure to COVID-19, trust in governmental institutions, and social support. The results significantly confirmed the suggested salutogenic model regarding the contribution to individual and national coping resources to anxiety levels and mental health. The patterns of the coping resources in explaining anxiety and mental health were similar in the four samples, and SOC was the main predictor these outcomes. Despite these similarities, a different pattern and also different magnitudes of the predictive value of the coping resources were found for the two different reactions: anxiety vs. mental health. While SOC and situational factors (like financial threat) were significant in explaining anxiety levels, the SOC and national resources were found as significant in explaining mental health levels. The findings support the salutogenic approach in studying reactions during pandemic time. They also shed some light on the difference between pathogenic and salutogenic measures in studying psychological reactions to stressful situations.

Santé mentale des jeunes en période COVID-19 (2021)

28 juin 2021

de Océane Le Boulengé, Dominique Doumont
Woluwe-Saint-Lambert : RESO/service universitaire de promotion de la santé de l’Université catholique de Louvain, 2021, 42 p.
En ligne : uclouvain.be[...]

Le monde connaît actuellement une crise sanitaire sans précédent. Elle a conduit de nombreux pays à mettre en place des mesures sévères pour permettre de réduire, voire d’arrêter la propagation de la COVID-19. En Belgique, nous avons fait face à la fermeture des écoles ; un confinement généralisé ; un premier déconfinement ; un re-confinement ; et bien que les décisions gouvernementales limitant les contacts sociaux soient régulièrement réevaluées, elles restent à ce jour toujours très présentes dans la vie de tous les Belges. Dans un tel contexte, il semblerait que la santé mentale de la population soit impactée par ces mesures liberticides. Selon certain·es auteur·es, les jeunes seraient les plus touché·es par les conséquences des actions prises pour endiguer la pandémie. De ce fait, l’UCLouvain/IRSS-RESO a réalisé cette sélection de ressources pour documenter la santé mentale des adolescent·es et des jeunes adultes depuis le début de la crise sanitaire.

Les déterminants de la santé mentale (2021)

17 juin 2021

de Andrea Pereira, Caroline Dubath
Genève : MINDS-Promotion de la santé mentale Genève, 2021, 56 p.
En ligne : minds-ge.ch[...]

Pourquoi certaines personnes sont-elles en bonne santé mentale, et pourquoi cette bonne santé peut-elle parfois se détériorer ? Pourquoi certaines personnes sont, temporairement ou de façon permanente, en mauvaise santé mentale ? En d’autres termes, d’où proviennent une bonne ou une mauvaise santé mentale ? C’est une interaction complexe de facteurs indivduels et collectifs qui façonnent notre état psychologique et notre bien-être. Un état qui évolue et change tout au long de la vie. Cette synthèse inédite des déterminants de la santé mentale fait le point, de la manière la plus exhaustive possible, sur l’impact que tous ces facteurs ont sur notre bien-être.

Neuf projets en santé mentale pour répondre à la crise psychologique Covid

15 juin 2021

de Nathalie Cobbaut
Bruxelles (Belgique) : Question Santé, 2021
En ligne : questionsante.org[...]

Au sortir du premier confinement, le collège de la COCOF et le ministère de l’Action sociale et de la Santé lançaient un appel à projets. Le but : permettre au secteur de la santé mentale de proposer des approches complémentaires pour aider les jeunes et les professionnels de la santé et du social. Panorama des projets ainsi créés et encadrés par la Ligue Bruxelloise de Santté mentale (LBSM) et réflexion sur leur pérennité.

Knowing Well, Being Well: well-being born of understanding: Addressing Mental Health and Substance Use Disorders Amid and Beyond the COVID-19 Pandemic

18 mars 2021

de Sara S. Johnson, Mark É. Czeisler
2021, pp. 299–319
En ligne : journals.sagepub.com[...]

Cet article scientifique est structuré de différentes parties
-Addressing Mental Health and Substance Use Disorders Amid and Beyond the COVID-19 Pandemic
-Mental Health During the COVID-19 Pandemic: Challenges, Populations at Risk, Implications, and Opportunities
-The Long Arm of Mental Health: New Urgency With the COVID-19 Pandemic
-Behavioral Health in America During the COVID-19 Pandemic: Meeting Increased Needs Through Access to High Quality Virtual Care
-Addressing the Addiction Crisis During a Pandemic

Measuring Cumulative Stressfulness: Psychometric Properties of the COVID-19 Stressors Scale

20 janvier 2021

de Rachel R. Tambling, ET AL.
2021, pp. 20–28
En ligne : journals.sagepub.com[...]

Scales assessing stressor exposure often fail to demonstrate adequate psychometric qualities, demonstrating low interitem reliability or complex factor structures, as would be expected, given that the majority of stressors are independent events. However, in large-scale mass crisis events, the stressors may be highly interrelated, indicating shared experience. Furthermore, few stressor exposure scales also measure appraised stressfulness of those stressors. Development of a psychometrically sound measure of both stressor exposure and appraisal advances the study of highly stressful events such as community-wide crises, especially in providing a useful measure of its cumulative stressfulness. The coronavirus disease 2019 (COVID-19) pandemic is an enduring, worldwide stressor with an indefinite timeline. The COVID-19 Stressor Scale is a 23-item measure of stressor exposure and appraisal related to the pandemic developed within the first weeks of widespread shelter-in-place practices in the Unites States. We present initial psychometric results of the COVID-19 Stressor Scale. Results of a principal components analysis indicate that the measure is unidimensional and has strong internal consistency. Evidence of convergent and discriminant validity were demonstrated. The COVID-19 Stressor Scale is a useful measure for studying the ongoing stressors associated with the pandemic and presents a model for measuring other massive, ongoing crises.

Covid-19 et détresse psychologique 2020, l'odyssée du confinement (2020)

16 décembre 2020

de Nicolas Franck
Paris : Odile Jacob, 2020, 228 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Quels sont les effets psychologiques et psychiatriques du confinement sur notre santé ? Et quelles sont les attitudes permettant de faire face aux conséquences de ce stress ? Cet ouvrage nous conduit au cœur d’une vaste enquête sur le bien-être mental menée pendant le printemps 2020, auprès de 20 000 participants. Le professeur Nicolas Franck décrypte les conséquences sur la santé mentale de la crise sanitaire consécutive à la pandémie de coronavirus et les compare à d’autres situations d’isolement, telles que celles qui sont vécues par les astronautes, les navigateurs solitaires ou les spéléologues. Des situations qui aident à comprendre comment le stress affecte notre corps et notre activité mentale. Ce livre clair et précis permet de dégager des recommandations pour affronter au mieux les situations futures de crise sanitaire.

COVID-19 : Pandémie, bien-être émotionnel et santé mentale (Données des sondages réalisés du 1er avril au 2 septembre 2020) (2020)

03 décembre 2020

de Maude Dionne, Marie-Claude Roberge
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 6 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

La pandémie de la COVID-19 a entraîné son lot de craintes, de stress et d’incertitudes dans la population. Plusieurs experts ont évoqué les répercussions négatives que cela pouvait avoir sur la santé mentale de la population, incluant les personnes vivant avec un trouble mental, naissant ou déjà existant. Les risques liés aux rechutes et autres impacts chez ces personnes peuvent être aggravés dans le contexte actuel en raison du stress de la pandémie, de l'isolement social et de la difficulté à recevoir les services professionnels nécessaires à cause de l'évitement des établissements de santé ou de l'inaccessibilité aux prestataires de soins. Par ailleurs, des études réalisées au Canada durant la crise du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) rapportaient d’ailleurs des taux de symptômes de stress post-traumatiques et de dépression autour de 20 % parmi les personnes mises en quarantaine

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO