Veille sur le genre

Thématique transversale : le genre

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES.


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

Covid-19 et crise sanitaire. Les inégalités de genre révélées (2020)

12 janvier 2021

de Clara Van Der Steen
Belgique : Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation-CPCP, 2020, 24 p.
En ligne : www.cpcp.be[...]

Il est difficile de ne pas citer Simone de Beauvoir dans le contexte actuel, car si la crise sanitaire témoigne de certaines inégalités présentes au sein de la société, elle les exacerbe également. L’extrait de la philosophe prend tout son sens lorsque l’on analyse les avancées sur les plans politique et social en cette période. Les situations de crises – en particulier à une échelle internationale comme celle de la Covid-19 – sont souvent l’occasion de restreindre les libertés individuelles, en renforçant les pouvoirs déjà en place. Par conséquent, l’analyse des impacts du confinement en Belgique, qui eut lieu de mars à juin 2020, sur les rapports de genre permet d’établir un premier diagnostic sur leur évolution, durant cette crise sanitaire.2
La pandémie de la Covid-19 a entraîné de nombreux changements sociétaux aux niveaux économique, social et politique ainsi que la réadaptation systématique des différents secteurs touchés. Le confinement dévoile comment les acteurs sociaux sont affectés par ces restructurations et identifie lesquels sont considérés comme indispensables pour maintenir le système en état de marche. En effet, les nouvelles priorités sociétales réquisitionnent les professionnels des milieux considérés comme essentiels (médical, alimentaire, de distribution ou d’entretien) à leur poste, tandis qu’une autre partie de la population est désormais confinée chez elle. Les conséquences en termes de genre sont immédiates ; plusieurs experts se sont déjà penchés sur la question et ont admis que les femmes étaient majoritaires dans les secteurs jugés essentiels pendant le confinement. Les effets négatifs, que cette période de trouble a suscités, peuvent être examinés dans le but de révéler les inégalités, mais aussi de réévaluer le rôle de l’état dans l’exercice de ses fonctions.
Que ce soit à travers l’isolement des femmes ou leur triple journée de travail, cet article revient plus en détail sur les inégalités creusées par la crise sanitaire. Dans cette optique, plusieurs paramètres sont à considérer. Dans un premier temps, l’investissement des femmes dans les tâches de première nécessité, le travail effectué gratuitement et le rôle de chaque individu au sein du foyer sont des arguments favorables à l’idée que la société dépend en majorité du travail féminin. Dans un second temps, les rapports de domination envers les femmes s’exacerbent sous de multiples facettes ; il est en particulier question, dans cet article, de la violence domestique, de la réappropriation de l’espace public par les hommes et du contrôle permanent sur le corps des femmes. Dans un dernier temps, il faut considérer un élément supplémentaire dans l’évolution des rapports de genre ; à savoir que le confinement est un moment clé dans la prise de conscience des inégalités en vigueur dans notre société.

Egal-e avec mes élèves, c’est tout à fait mon genre ! Petit guide à l’ usage des profs pour réfléchir et agir sur l’ égalité filles-garçons (2020)

24 novembre 2020

de Alice Primi
Bruxelles : Université des Femmes, 2020, 40 p.
En ligne : www.egalitefillesgarcons.cfwb.be[...]

Tant au niveau belge francophone qu’international, les recherches analysant l’institution scolaire et les pratiques éducatives sous l’angle de l’analyse de genrée soulignent le rôle de l’école dans la reproduction des rapports sociaux de sexe, mais démontrent également qu’elle peut être actrice de changement en adoptant des pédagogies porteuses d’une égalité effective. La formation – initiale comme continue – des enseignant·e·s, éducateurs·trices de la Communauté française de Belgique aborde encore très peu ces questions. C’est pourquoi, 10 ans après son premier opus, l’Université des Femmes a décidé de produire cette nouvelle édition entièrement actualisée de « Egal·e avec mes élèves, c’est tout à fait mon genre ! ». Ce petit guide s’adresse aux enseignant·e·s pour les aider, de façon simple, à intégrer dans leurs cours la réflexion sur les inégalités de genre, la prévention contre les stéréotypes sexistes, éducation à l’égalité des droits… sans être exhaustif, il aborde les thèmes principaux concernant l’égalité filles-garçons à l’école et se veut une introduction facile d’accès et une source de bonnes pratiques à mettre en place au quotidien.

Taking a closer look at gender-transformative health promotion programming as a vehicle for addressing gender-based inequities in health and care

24 septembre 2020

de Salinda Anne Horgan
[S.l.] : IUHPE International Union for Health Promotion and Education, 2020, pp. 92–102
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

La promotion de la santé transformatrice des valeurs fondées sur le genre aborde les échanges réciproques entre les contextes socioculturels qui déterminent les valeurs fondées sur le genre et les comportements normatifs par rapport au genre ainsi que les expériences des individus en termes de santé. Un examen de la portée de la littérature (scoping review) a été mené afin de (a) mettre en évidence comment, quand et dans quelles circonstances la promotion de la santé transformatrice des valeurs fondées sur le genre est appliquée dans la pratique, et (b) évaluer de façon critique la concrétisation dans la pratique des principes de la promotion de la santé transformatrice des valeurs fondées sur le genre pour développer une compréhension plus claire des obstacles potentiels (à la fois conceptuels et pratiques) susceptibles d'entraver l'utilisation plus large de la promotion de la santé transformatrice des valeurs fondées sur le genre comme approche principale des programmes. Des recommandations spécifiques, basées sur les résultats de cet examen, sont formulées dans le but de faire progresser l’opérationnalisation de la promotion de la santé transformatrice des valeurs fondées sur le genre comme une approche principale de promotion de la santé à l'échelle mondiale

Covid-19, travail et genre en Wallonie (2020)

23 septembre 2020

de Sile O’Dorchai
Namur : Institut wallon de l'évaluation, de la prospective et de la statistique-IWEPS, 2020, 17 p.
En ligne : www.iweps.be[...]

Depuis quelques semaines, le monde entier est bouleversé par la pandémie du coronavirus COVID-19. Partout, d’importantes ressources sont mobilisées pour endiguer la propagation rapide du virus et en gérer les effets sanitaires et économiques. La pandémie et certaines des mesures prises pour la juguler – comme le confinement – ramènent cependant au devant de la scène, et de manière encore plus acérée, certains problèmes, d’autres enjeux sociaux que l’on aurait cru à mille lieux de tout cela. C’est un peu comme si le contexte agissait comme le révélateur de défis sociaux connus et structurels, en confortant au passage l’urgence qu’il y a à s’y pencher. La question de l’égalité entre hommes et femmes, en ce compris dans l’espace privé, figure en bonne place dans ces défis et se trouve au cœur de la réflexion de ce « Décryptage n°2 ». La question des violences conjugales a très tôt été rapportée par les acteurs de terrain. Des politiques publiques spécifiques tentent d’y apporter une réponse. Heureusement, il n’y a pas que les effets délétères du confinement sur les familles qui méritent l’attention. La nécessaire réorganisation des rôles pour faire face à des contraintes nouvelles (télétravail, chômage temporaire, garde des enfants) sont également autant d’occasions de repenser l’ère post-corona, que ce soit sur le partage des responsabilités dans le couple ou encore sur la structure des revenus des ménages et des choix de carrière sous-jacents.

Les inégalités sociales dans la pratique de l’activité physique au prisme de l’âge et du genre

03 mars 2020

de Claude Renard, Carine Bourmorck
Bruxelles : Education Santé, 2020, pp. 3-11
En ligne : educationsante.be[...]

« Depuis plusieurs décennies, l’épidémie de surpoids et d’obésité s’amplifie dans les pays industrialisés. Cette épidémie est associée à de nombreuses comorbidités, pour certaines responsables d’une mortalité prématurée. La sédentarité et l’inactivité physique sont identifiées comme étant les principaux facteurs de risque en association avec une alimentation parfois peu équilibrée. Pour enrayer cette pandémie, l’OMS a émis des recommandations précises en matière de pratique de l’activité physique pour chaque tranche d’âge. La littérature scientifique souligne que ces recommandations sont loin d’être rencontrées par la majorité de la population et que de grandes variations existent selon les classes sociales. »

Associations between gender equality and health: a systematic review

18 février 2020

de Tania L King, Anne Kavanagh
2020, pp. 27-41
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

This systematic review sought to evaluate the impact of gender equality on the health of both women and men in high-income countries. A range of health outcomes arose across the 48 studies included. Gender equality was measured in various ways, including employment characteristics, political representation, access to services, and with standard indicators (such as the Global Gender Gap Index and the Gender Empowerment Measure). The effects of gender equality varied depending on the health outcome examined, and the context in which gender equality was examined (i.e. employment or domestic domain). Overall, evidence suggests that greater gender equality has a mostly positive effect on the health of males and females. We found utility in the convergence model, which postulates that gender equality will be associated with a convergence in the health outcomes of men and women, but unless there is encouragement and support for men to assume more non-traditional roles, further health gains will be stymied.

Men’s Health Equity. A Handbook (2019)

27 novembre 2019

de Derek M. Griffith, Marino A. Bruce
New-York : Routledge, 2019, 594 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Worldwide, men have more opportunities, privileges, and power, yet they also have shorter life expectancies than women. Why is this? Why are there stark differences in the burden of disease, quality of life, and length of life amongst men, by race, ethnicity, (dis)ability status, sexual orientation, gender identity, rurality, and national context? Why is this a largely unexplored area of research? Men’s Health Equity is the first volume to describe men’s health equity as a field of study that emerged from gaps in and between research on men’s health and health inequities. This handbook provides a comprehensive review of foundations of the field; summarizes the issues unique to different populations; discusses key frameworks for studying and exploring issues that cut across populations in the United States, Australia, Canada, the United Kingdom, Central America, and South America; and offers strategies for improving the health of key population groups and achieving men’s health equity overall. This book systematically explores the underlying causes of these differences, describes the specific challenges faced by particular groups of men, and offers policy and programmatic strategies to improve the health and well-being of men and pursue men’s health equity. Men’s Health Equity will be the first collection to present the state of the science in this field, its progress, its breadth, and its future. This book is an invaluable resource for scholars, researchers, students, and professionals interested in men’s health equity, men’s health, psychology of men’s health, gender studies, public health, and global health.

Guide «Comment atteindre les hommes de 65 ans et plus?» Tenir compte du genre dans la promotion de la santé des personnes âgées Collecte d’expériences pratiques à l’attention des professionnel-le-s (2019)

06 novembre 2019

de Claudia Kessler, Flavia Bürgi
Suisse : Promotion Santé Suisse, 2019, 25 p.
En ligne : promotionsante.ch[...]

« Les hommes vieillissent différemment des femmes. Et leur comportement individuel en matière de santé diffère aussi de celui des femmes à âge égal. Par exemple, les hommes de plus de 65 ans sont sous-représentés dans de nombreux cours axés sur la promotion de la santé des personnes âgées. Il faut cependant se garder de toute généralisation dans ce domaine complexe. Les hommes de plus de 65 ans constituent un groupe extrêmement hétérogène ayant des besoins, des intérêts et des ressources diverses. De nombreux facteurs influencent leur comportement individuel en matière de santé et leurs risques de développer une pathologie, les différences étant particulièrement marquées entre les hommes de la génération du baby-boom et celle précédant la Seconde Guerre mondiale. L’expérience montre qu’en adaptant les offres aux besoins de chaque groupe cible, on peut souvent atteindre un taux supérieur de participation des hommes. De plus, les hommes très âgés et les hommes limités dans leur motricité sont plus ouverts aux offres telles que par exemple des conseils de santé à domicile. Afin de développer des offres de promotion de la santé attrayantes pour les hommes de plus de 65 ans, il est primordial de savoir quels hommes doivent être ciblés. »

Égalité entre les femmes et les hommes en Wallonie (2019)

22 octobre 2019

de François Ghesquière, Sile O’Dorchai
Namur : Institut wallon de l'évaluation, de la prospective et de la statistique-IWEPS, 2019, 51 p.
En ligne : www.iweps.be[...]

L’IWEPS (Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique) publie le quatrième cahier de sa publication « Égalité entre les femmes et les hommes en Wallonie » consacré aux revenus, à la pauvreté et à la dépendance financière. Parmi les constats : le taux de dépendance financière des femmes (27%) vaut plus du double de celui des hommes (12%). Leur revenu moyen n’atteint que 70% de celui des hommes. Les mères de familles monoparentales sont confrontées à un taux de risque de pauvreté très élevé (47%). Au-delà des chiffres, l’étude propose des pistes politiques d’amélioration pour lutter contre ces inégalités (marché du travail, système de sécurité sociale, etc.).

HF-Cahier4.pdf - application/pdf

HF-Cahier4.pdf
Adobe Acrobat PDF
  

La promotion de la santé en tous genres, la mixité en questions–Module GENR -Bibliographie (2019)

26 septembre 2019

de Anne Sizaret
Dijon (France) : Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé (IREPS) Bourgogne Franche-Comté, 2019, 58 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Cette bibliographie présente une sélection de références importantes dans la thématique du module GENR "La promotion de la santé en tous genres, la mixité en question". Ont été retenus des documents récents, voire très récents, accessibles en ligne et/ou consultables au Centre de documentation de l'Instance régionale en éducation et promotion de la santé Bourgogne Franche-Comté.
La bibliographie est structurée en 4 grandes rubriques :
• la première propose des définitions (p. 6) sourcées de concepts importants entrant dans la problématique du genre, sous l'angle de la promotion de la santé (santé, santé publique, promotion de la santé, santé communautaire, action de santé, déterminants de la santé, inégalités sociales de santé, sexe, genre, égalité des genres, équité entre les genres, intégration du genre, stéréotypes de sexe, sexospécificités, participation, universalisme proportionné empowerment, outils Bibliographie Module GENR – Université d'été francophone en santé publique Besançon, 30 juin – 5 juillet 2019 - 5 - pédagogiques). Les définitions peuvent être complétées par des ressources graphiques et des références bibliographiques complémentaires.
• la deuxième rubrique dresse un état des lieux de la question égalité et genre (p. 33). Des documents généraux proposent des données chiffrées ; des plans et des recommandations sont ensuite référencés.
• la troisième partie est consacrée au rapport du genre et de la santé (p. 41) : qu'est-ce que la science nous dit là-dessus, que sait-on de la santé des femmes (bien souvent au regard de celle des hommes), et comment aborder le genre en promotion de la santé ?
• la quatrième partie aborde les questions de mixité et de co-animation (p. 50) : et notamment la déconstruction de grands mythes utilisés pour légitimer les inégalités entre les filles et les garçons, dans un premier temps, puis entre les femmes et les hommes
• la cinquième partie se focalise sur des ressources d'animation, des sites internet intéressants et des outils pédagogiques incontournables (p. 52) pour sensibiliser et travailler sur le genre avec différents publics. Les notices sont présentées par ordre ante-chronologique ; les pages internet citées ont été consultées pour la dernière fois le 21 juin 2019.


2019-uete-bibliogenre.pdf - application/pdf

2019-uete-bibliogenre.pdf
Adobe Acrobat PDF
  

Genre et promotion de la santé : un peu, beaucoup ou pas du tout ?

11 septembre 2019

Bruxelles (Belgique) : Question Santé, 2019, p.16
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Le genre est-il un déterminant social de la santé prioritaire ? Ne cherchez pas la réponse car l’OMS y a répondu : le genre est bien un déterminant des inégalités en santé, aussi bien à lui tout seul qu’en association avec la condition économique, l’âge, l’appartenance ethnique, le handicap, l’orientation sexuelle, etc. En inscrivant l’objectif transversal de réduction des inégalités de santé basées sur le genre dans le Plan bruxellois de promotion de la santé, le gouvernement francophone bruxellois le reconnaît tout aussi explicitement.

Genre et travail. La santé des travailleuses intéresse-t-elle moins que celle des travailleurs ?

18 juin 2019

de Anoutcha Lualaba Lekede
Bruxelles (Belgique) : Question Santé, 2019, pp. 3-5
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

On parle volontiers des écarts de salaires et des possibilités de carrière pour les femmes quand on veut mettre en exergue les inégalités entre les femmes et hommes au travail. On ne parle pas de la santé des travailleuses, du moins la question jusqu’ici était peu abordée en-dehors des cercles spécialisés. Pourquoi en effet s’en inquiéter quand tout le monde sait par exemple que le travail exercé par les femmes ne requiert que peu de force physique ? Que leurs tâches et missions sont souvent plus simples que celles de leurs collègues masculins ?... La division du travail par le sexe est imprégnée de stéréotypes de genre. Se pencher sur la question révèle que beaucoup de travailleuses développent aussi des problèmes de santé. Curieusement, ces derniers sont encore très peu reconnus et indemnisés. Notre société souhaite-t-elle réellement en finir avec les inégalités et les discriminations ?

La promotion de la santé au prisme du genre: Guide théorique et pratique (2019)

13 juin 2019

de Jean-Yves Le Talec, Danièle Authier
Rennes (France) : Presses de l'EHESP (Ecole des hautes études en santé publique), 2019, 142 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Distinguer les rôles et les comportements des hommes et des femmes peut donner lieu à des inégalités, par exemple lorsque ces différences favorisent systématiquement un sexe par rapport à l'autre. Les inégalités liées au sexe, à la sexualité et à l’identité de genre (homosexuel•le•s, transsexuel•le•s, usagers de drogues, femmes, lesbiennes, bisexuelles, prostituées, migrantes…) peuvent aussi influer sur l’état de santé et l’accès aux soins. Né d’une recherche-action en situation de formation, ce guide théorique et pratique propose une démarche de prise en compte du genre dans la promotion de la santé. À partir d’une expérience de terrain, il montre d’une part que promotion de la santé et genre sont intrinsèquement liés sur le plan théorique, militant et professionnel, et souligne d’autre part l’importance de la prise en compte du genre comme déterminant d’inégalités de santé. L’objectif de cet ouvrage est double : sensibiliser les professionnels de santé du secteur public et associatif aux stéréotypes qu’ils peuvent véhiculer, avec des conséquences sur la prise en charge et la santé des usagers, et mettre à disposition des professionnels un ensemble de recommandations élaborées sous forme de « points clés » tout au long du livre. Éducation, prévention, partage de savoirs, analyse des pratiques et des rapports de pouvoir, mise en oeuvre d’objectifs d’égalité, d’inclusion et de participation : la perspective est de changer les pratiques sociales et d’abolir les discriminations liées au genre dans le champ de la santé.

La tyrannie du genre (2017)

22 mai 2019

de Marie Duru-Bellat
Paris : Les Presses de Sciences Po, 2017, 309 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Un déguisement de princesse et un aspirateur pour les filles, un château fort et une voiture radiocommandée pour les garçons... On pourrait penser qu'un choix de jouets aussi stéréotypé appartiendrait au passé. Il n'en est rien. Une sexualisation de plus en plus marquée s'observe dans l'éducation comme dans tous les domaines de la vie sociale. Ces traitements différenciés ne sont pas systématiquement perçus comme des inégalités. Ils sont justifiés par des croyances en des distinctions essentielles, d'ordre "naturel", entre femmes et hommes. Un ensemble de discours psychologisants, de normes et de symboles en découle, qui a des conséquences multiformes sur les rôles assignés à chacun et chacune. Alors que la notion de genre a été promue par les sociologues pour révéler les rapports de domination, l'invoquer à tout propos, qu'il s'agisse de féminiser la langue ou de prôner la parité, instille l'idée que femmes et hommes sont toujours, partout et avant tout, non des personnes uniques mais des prototypes de leur groupe de sexe.

Introduction aux études sur le genre (2015)

21 mai 2019

de Laure Bereni, Sébastien Chauvin
2e édition revue et augmentée. Louvain-La-Neuve : De Boeck, 2015, 358 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Pourquoi offre-t-on des poupées aux filles et des voitures aux garçons ? Pourquoi les femmes gagnent-elles moins que les hommes ? Comment expliquer qu'elles effectuent les deux tiers du travail domestique ? Pourquoi est-ce si mal vu pour un homme d'être efféminé ? Le pouvoir est-il intrinsèquement masculin ? Il s'agit là de quelques-unes des nombreuses questions auxquelles s'intéressent les études sur le genre, devenues depuis une trentaine d'années non seulement un champ de connaissances, mais aussi un outil d'analyse incontournable en sciences humaines et sociales. Au-delà de la variété des phénomènes étudiés, l'ouvrage souligne plusieurs partis pris essentiels des études sur le genre : les différences systématiques entre femmes et hommes sont le résultat d'une construction sociale et non pas le produit d'un déterminisme biologique ; l'analyse ne doit pas se limiter à l'étude « d’un » sexe, mais porter sur leurs relations ; le genre est un rapport de domination des hommes sur les femmes, dont les modalités et l'intensité sont sans cesse reconfigurées. Ce manuel propose un panorama clair et synthétique des notions et références essentielles des études sur le genre, en les illustrant par de nombreux exemples concrets. Pour les étudiants, chercheurs et enseignants des 1er et 2e cycles en sociologie, anthropologie, science politique, histoire et philosophie

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO