Veille sur la santé environnementale

 

Thématique spécifique :  Santé environnementale

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES. 


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

Pollution atmosphérique. Guide pour la réalisation d'une évaluation quantitative des impacts sur la santé (EQIS). EQIS d'une intervention (2019)

19 novembre 2019

de Myriam Blanchard, Sabine Host
France : Santé Publique France (SPF), 2019, 96 p.
En ligne : www.santepubliquefrance.fr[...]

Ce document est un guide pratique à l'intention de professionnels de collectivités, services de l'État, organismes publics, associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (AASQA), observatoires régionaux de santé (ORS), bureaux d'étude..., souhaitant réaliser des EQIS de la pollution atmosphérique extérieure en respectant le cadre général recommandé par l'OMS et les outils utilisés dans le cadre du Psas (programme de surveillance air et santé) de Santé publique France. Ce guide est décliné en 3 versions selon les objectifs que l'on se fixe et des données d'exposition à la pollution atmosphérique dont on dispose.

Pollution atmosphérique. Guide pour la réalisation d'une évaluation quantitative des impacts sur la santé (EQIS). EQIS avec une exposition modélisée. (2019)

19 novembre 2019

de Mathilde Pascal, Jean-Marc Yvon
France : Santé Publique France (SPF), 2019, 92 p.
En ligne : www.santepubliquefrance.fr[...]

Ce document est un guide pratique à l'intention de professionnels de collectivités, services de l'État, organismes publics, associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (AASQA), observatoires régionaux de santé (ORS), bureaux d'étude..., souhaitant réaliser des EQIS de la pollution atmosphérique extérieure en respectant le cadre général recommandé par l'OMS et les outils utilisés dans le cadre du Psas (programme de surveillance air et santé) de Santé publique France. Ce guide est décliné en 3 versions selon les objectifs que l'on se fixe et des données d'exposition à la pollution atmosphérique dont on dispose.

Pollution atmosphérique. Guide pour la réalisation d'une évaluation quantitative des impacts sur la santé (EQIS). EQIS avec une exposition mesurée (2019)

19 novembre 2019

de Magali Corso, Robin Lagarrigue
France : Santé Publique France (SPF), 2019, 88 p.
En ligne : www.santepubliquefrance.fr[...]

Ce document est un guide pratique à l'intention de professionnels de collectivités, services de l'État, organismes publics, associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (AASQA), observatoires régionaux de santé (ORS), bureaux d'étude..., souhaitant réaliser des EQIS de la pollution atmosphérique extérieure en respectant le cadre général recommandé par l'OMS et les outils utilisés dans le cadre du Psas (programme de surveillance air et santé) de Santé publique France. Ce guide est décliné en 3 versions selon les objectifs que l'on se fixe et des données d'exposition à la pollution atmosphérique dont on dispose.

Effets sanitaires induits par le changement climatique sur la santé des travailleurs

14 novembre 2019

de Rémi Poirier, Aurélie Niaudet
2019, pp. 65-73
En ligne : www.cairn.info[...]

Le changement climatique est susceptible d’affecter la santé humaine, avec des effets spécifiques ou aggravés pour les professionnels. Les travaux de l’Anses visaient à identifier les risques professionnels susceptibles d’être impactés par le changement climatique. Ce travail a été réalisé en s’appuyant sur un groupe de travail multidisciplinaire. Dans le cadre d’une démarche d’anticipation prospective, les effets sanitaires liés aux changements climatiques prévisibles d’ici à cinq ans et à 2050 ont été étudiés. Sur le base des changements climatiques et environnementaux déjà observés et des scénarios d’évolution les plus probables, les interactions entre climat, environnement et santé au travail ont été caractérisées. Ces travaux montrent qu’à l’exception des risques liés au bruit et aux rayonnements artificiels, tous les risques professionnels sont et seront affectés par le changement climatique. Des exemples de circonstances d’expositions professionnelles ont été associés à chaque risque professionnel potentiellement accru par les modifications climatiques. Trois principales modifications climatiques et environnementales en sont à l’origine : hausse des températures, évolution de l’environnement biologique et chimique, modification de la fréquence et de l’intensité de certains aléas climatiques. Les travaux de l’Anses mettent également en évidence la pertinence d’une approche dite par « circonstances d’exposition », qui permet de regrouper les professionnels en fonction de leurs expositions réelles et non pas en fonction de leurs métiers.

OMS et changement climatique : vers une urgence de santé publique de portée internationale ?

14 novembre 2019

de Florian Kastler
2019, pp. 53-64
En ligne : www.cairn.info[...]

En 2018, le Lancet a publié un rapport qui estime que le changement climatique est la plus grande menace pour la santé. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), entre 2030 et 2050, le changement climatique entraînera près de 250 000 décès supplémentaires par an. Toutefois, dès l’origine, l’OMS n’avait pas vocation à traiter des enjeux liés au changement au regard de son mandat constitutionnel. Toutefois, face à l’ampleur des conséquences du changement climatique sur la santé et l’évolution du périmètre de la santé mondiale, l’OMS a vu son rôle, en termes d’expertise scientifique et institutionnelle, renforcé afin de développer une approche collective et multidisciplinaire sur ces deux enjeux intrinsèquement liés. Cette évolution interroge sur le rôle que l’OMS est en capacité, théorique et pratique, de jouer dans la lutte contre le changement climatique au regard de sa compétence juridique et, en particulier, dans l’application du règlement sanitaire international.

Bruxelles toujours dans le gaz? L’émergence de la lutte contre l’exposition des enfants à la pollution atmosphérique

14 novembre 2019

de Liévin Chemin
2019, pp. 10-13
En ligne : www.grandirabruxelles.be[...]

Ces dernières années, la problématique de la pollution de l’air semble enfin prendre de la visibilité tant auprès des élus que de la population. Des citoyens se mobilisent et des mesures politiques sont enfin prises. Le BRAL souhaite ici rappeler les éléments-clés de cette prise de conscience et s’interroger sur la manière dont les institutions bruxelloises peuvent continuer à agir pour améliorer la qualité de l’air que nos enfants respirent

n° 36 - Octobre 2019 - Bruxelles toujours dans le gaz? L’émergence de la lutte contre l’exposition des enfants à la pollution atmosphérique (Bulletin de Grandir à Bruxelles)

14 novembre 2019

2019, 24 p.
En ligne : www.grandirabruxelles.be[...]

Ce numéro est composé de :
1/Contre les inégalités.
2/Bruxelles toujours dans le gaz ? L’émergence de la lutte contre l’exposition des enfants à la pollution atmosphérique
3/L’auto-évaluation est-elle faite pour vous ?
4/ Le Site Web : tousdehors.be
5/ Relais Enfants-Parents : Maintenir le lien par-delà les barreaux

Evaluation d'impact en santé. Propositions de préconisations pour les projets d'aménagement et de renouvellement urbain. Des bases scientifiques eu service des actions (2019)

14 novembre 2019

Marseille : Observatoire régional de la santé (ORS) Provence-Alpes-Côte d'Azur, 2019, 60 p.
En ligne : www.orspaca.org[...]

La Ville de Marseille, en partenariat avec la Métropole Aix-Marseille-Provence, la Dreal et l’ARS Provence-Alpes-Côte d’Azur, a souhaité mettre en œuvre une évaluation d’impact sur la santé (EIS) sur le quartier prioritaire d’Air Bel à Marseille, en amont de la finalisation du Projet de renouvellement urbain (PRU). En effet, ce projet constituait une opportunité d’améliorer la santé et le bien-être de la population résidant à Air Bel, de développer un environnement favorable à la santé et de lutter contre les inégalités de santé dans ce quartier, en agissant sur de multiples déterminants de la santé. En amont, l'ORS Provence-Alpes-Côte d'Azur, missionné pour cette EIS, a réalisé une recherche bibliographique permettant d'asseoir ses recommandations sur des données probantes. Dix fiches thématiques ont été réalisées suite à cette recherche sur les thèmes suivants : mobilités actives et activité physique ; relations sociales, mixité sociale et intergénérationnelle ; accès aux équipements et activités économiques ; cadre de vie, espaces verts ; accidents de la route ; tranquillité publique, délinquance ; allergies respiratoires ; pollution atmosphérique ; bruit ; ilots de chaleur urbain. Ces fiches font l'objet de ce document, complémentaire d'un rapport d'observation et de diagnostic sur le quartier d'Air Bel.

En route vers des environnements bâtis favorables à la mobilité durable (2019)

13 novembre 2019

de Gabrielle Rancourt
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2019, 55 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Les Journées annuelles de santé publique (JASP) sont une opportunité de réunir un ensemble d’acteurs engagés collectivement autour d’une volonté d’améliorer la santé et le bien-être des populations. Les 22es JASP se sont déroulées les 4 et 5 décembre 2018, sous le thème « Dessiner demain », qui proposait d’aborder de façon proactive le contexte actuel caractérisé par de nombreux changements sociaux, environnementaux et technologiques. Le présent document se concentre sur l’une de ces journées thématiques tenues le 4 décembre, intitulée « En route vers des environnements bâtis favorables à la mobilité durable ». L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) définit les environnements bâtis comme l’ensemble des éléments de l’environnement physique qui sont construits ou aménagés par les individus (INSPQ, s.d.). Au Québec, la Loi sur le développement durable stipule que le développement qui répond au besoin actuel ne doit pas nuire aux possibilités des générations futures de répondre à leurs besoins (Gouvernement du Québec, 2019a). Il implique donc de considérer conjointement les enjeux environnementaux, sociaux et économiques associés au développement. La mobilité durable vise donc à répondre aux besoins actuels de mobilité tout en appliquant les principes du développement durable. La Politique de mobilité durable et la Politique gouvernementale de prévention en santé du gouvernement du Québec stipulent que, d’ici 2030, la mobilité devra être plus équitable et compatible avec les besoins de tous les usagers. Elle doit donc favoriser la santé et le bien-être de l’ensemble de la population. Pour atteindre ces objectifs, des stratégies et des mesures visant à modifier l’environnement bâti doivent être mises en place. Parmi celles-ci, l’aménagement du territoire et les caractéristiques de l’environnement bâti influencent les décisions relatives au choix des modes de transport et la mobilité. L’aménagement du territoire, la configuration du réseau routier et les flux de trafic qu’ils engendrent, lorsqu’ils sont planifiés de manière durable, peuvent encourager les transports actif et collectif sécuritaires, de même que réduire les risques d’accident impliquant des matières dangereuses, le bruit, les îlots de chaleur et les émissions de polluants atmosphériques. Cette journée, destinée principalement aux intervenants en santé publique ainsi qu’aux décideurs, professionnels et intervenants des milieux municipaux et du transport, visait à permettre aux participants de distinguer les pratiques permettant de développer des environnements bâtis inclusifs et favorables à la mobilité durable. Elle a rassemblé des intervenants en santé publique (professionnels, médecins et gestionnaires) des milieux municipal, communautaire et des transports, des professionnels, des étudiants et des décideurs.

Réalisation d’un diagnostic local en santé environnement en Normandie. Guide méthodologique (2019)

07 novembre 2019

de Nathalie Lucas, Jean-Luc Fossard
Caen : Agence régionale de santé (ARS) Normandie, 2019, 191 p.
En ligne : orscreainormandie.org[...]

L’observation est l’une des clés pour définir des actions adaptées au contexte, aux besoins d’un territoire et des populations, plus efficaces et faire évoluer les pratiques et les modes de vie. En effet, la connaissance précise du territoire mais également le partage de cette connaissance avec les acteurs locaux et la population permet d’agir dans les territoires sur les facteurs environnementaux susceptibles d’impacter l’état de santé et promouvoir un environnement favorable à la santé.Afin de définir les données d’observation pertinentes en santé environnement à l’échelle locale et en faciliter l’accès, les membres du groupe de travail ayant mené l’état des lieux préalable au PRSE3, ont poursuivi leurs travaux afin de proposer un guide méthodologique pour la mise en œuvre d’un diagnostic local en santé environnement. Ce guide a donc pour objectif d’accompagner tout acteur ou décideur local souhaitant réaliser un diagnostic local en santé environnement (DLSE) et notamment d’aider aux choix des indicateurs nécessaires ce qui en représente une étape importante. Par contre, il n’a pas pour objectif de détailler toute la démarche de diagnostic local qui est rapidement présentée dans la partie méthode du présent guide

Prévenir l’exposition aux perturbateurs endocriniens en périnatalité (2019)

06 novembre 2019

de Christophe Malvault, Laurence Ramblière
Saint-Denis (France) : Fédération nationale d'Education et de Promotion de la santé (FNES), 2019, 28 p.
En ligne : www.fnes.fr[...]

Prévenir l’exposition aux perturbateurs endocriniens en périnatalité est un dossier de connaissances appartenant à la collection D-CoDé Santé. Il a été réalisé dans une perspective d’aide à la décision en santé publique et en promotion de la santé.
« Des substances chimiques peu ou mal connues du grand public font partie, depuis un demi-siècle, de la vie quotidienne de chacun d’entre nous : les perturbateurs endocriniens. La littérature scientifique montre que ces substances peuvent se révéler dangereuses pour la santé. Les perturbateurs endocriniens sont présents partout dans notre environnement : à la maison, au jardin, sur nos lieux de travail, dans les rues, les espaces publics… Leur présence interroge et inquiète une part croissante de la population. De nombreuses études produisent des résultats confortant cette inquiétude, les preuves scientifiques s’accumulent sur les liens entre l’exposition aux perturbateurs endocriniens et l’augmentation de maladies métaboliques, de cancers, de troubles de la reproduction et troubles du comportement. Aujourd’hui, les conséquences de l’exposition aux produits chimiques, notamment aux perturbateurs endocriniens, sont considérées comme un problème majeur de santé publique, en particulier chez les femmes enceintes. En effet, une exposition pendant la grossesse peut avoir des impacts durant toute la vie d’une femme et même peser sur plusieurs générations. L’existence d’une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens depuis 2014 révèle l’importance de la problématique pour les pouvoirs publics. (…) »

Introduction, p. 6

Améliorer la qualité de l’air extérieur en milieu urbain (2019)

06 novembre 2019

de Aurélie Gisbert, Pascale Krzywkowski
Saint-Denis (France) : Fédération nationale d'Education et de Promotion de la santé (FNES), 2019, 32 p.
En ligne : www.fnes.fr[...]

Améliorer la qualité de l’air extérieur en milieu urbain est un dossier de connaissances appartenant à la collection D-CoDé Santé. Il a été réalisé dans une perspective d’aide à la décision en santé publique et en promotion de la santé.
« Passer du temps à l’extérieur a de nombreux bénéfices sur la santé et la qualité de vie. La qualité de l’air extérieur est toutefois une dimension à prendre en compte, la pollution à laquelle les populations sont exposées ayant des impacts importants sur la santé et l’environnement. Parmi les questions environnementales, la qualité de l’air extérieur constitue la principale préoccupation des Français. La loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie (couramment appelée loi LAURE, 30 décembre 1996) inclut le droit de chaque individu à respirer un air sain. Dans cette optique, des études ont été réalisées depuis le début des années 2000, tant au niveau international, qu’européen ou national, pour mieux caractériser les polluants et les activités les générant. Ces connaissances ont étayé de nombreuses mesures adoptées pour limiter la pollution de l’air et ses impacts sur la santé, en particulier en milieu urbain. La nature de la pollution atmosphérique a beaucoup évolué ces 30 dernières années. Principalement due à l’industrie dans les années 70, la pollution est aujourd’hui liée à la circulation routière, au chauffage, aux activités agricoles, etc. Elle est majoritairement issue des activités humaines, même si certains événements naturels (éruptions volcaniques, incendies de forêt) peuvent également être à l’origine d’une dégradation de la qualité de l’air extérieur ; ces événements ne seront pas considérés dans la suite du document. Le présent dossier se concentre sur des interventions pour réduire les impacts sanitaires de la pollution de l’air mises en place en milieu urbain. (…)»
Introduction, p. 6

Country profiles on environmental health inequality. A supplement to Environmental health inequalities in Europe. Second assessment report (2019)

24 octobre 2019

de Firmino Machado, Matthias Braubach
Copenhague (Danemark) : Bureau régional de l'Europe-Organisation mondiale de la santé (OMS), 2019, 68 p.
En ligne : www.euro.who.int[...]

Environmental determinants are a major contributor to health and well-being but are not distributed equally. In most countries, disadvantaged population groups tend to be significantly more exposed to environmental risks. Major assessment reports published in 2012 and 2019 reviewed the status of environmental health inequalities within countries in the WHO European Region. This report is a supplement to the second assessment report and presents country profiles on environmental health inequalities related to housing conditions, basic services, urban environments and transport, work settings and injuries. The profiles provide information on the changes between the first and the second assessment reports, giving quick and effective insight into the inequality increases or reductions over time for many indicators. Knowledge of national inequality features can support environmental and intersectoral action to identify and protect those who carry a disproportionate environmental burden, thereby contributing to a reduction in health inequalities.

Immersive Nature-Experiences as Health Promotion Interventions for Healthy, Vulnerable, and Sick Populations? A Systematic Review and Appraisal of Controlled Studies (2019)

09 octobre 2019

de Lærke Mygind, Eva Kjeldsted
2019, 36 p.
En ligne : www.frontiersin.org[...]

In this systematic review, we summarized and evaluated the evidence for effects of, and associations between, immersive nature-experience on mental, physical, and social health promotion outcomes. Immersive nature-experience was operationalized as non-competitive activities, both sedentary and active, occurring in natural environments removed from everyday environments. We defined health according to the World Health Organization's holistic and positive definition of health and included steady-state, intermediate, and health promotion outcomes. An electronic search was performed for Danish, English, German, Norwegian, and Swedish articles published between January 2004 and May 2017. Manual approaches, e.g., bibliographies from experts, supplemented the literature search. Data were extracted from 461 publications that met the inclusion criteria. To assess the status and quality of the evidence for health promotion effects of immersive nature-experience, we focused on the subset of studies based on controlled designs (n = 133). Outcome level quality of the evidence was assessed narratively. Interventions most often involved adventure-based activities, short-termed walking, and seated relaxation in natural environments. We found positive effects on a range of health promotion outcomes grouped under psychological wellbeing (n = 97; ≈55% positive; ≈13% mixed; ≈29% non-significant; 2% negative); psychosocial function (n = 67; ≈61% positive; ≈9% mixed; ≈30% non-significant); psychophysiological stress response (n = 50; ≈58% positive; ≈18% mixed; ≈24% non-significant), and cognitive performance (n = 36; ≈58% positive; ≈6% mixed; ≈33% non-significant; 3% negative); and social skills and relationships (n = 34; ≈70% positive; ≈7% mixed; ≈22% non-significant). Findings related to outcomes categorized under physical health, e.g., risk of cardiovascular disease, were less consistent (n = 51; ≈37% positive; ≈28% mixed; ≈35% non-significant). Across the types of interventions and outcomes, the quality of the evidence was deemed low and occasionally moderate. In the review, we identify, discuss, and present possible solutions to four core methodological challenges associated with investigating immersive nature-experience and health outcomes: (1) intervention and program complexity; (2) feasibility and desirability of randomization; (3) blinding of participants and researchers; and (4) transferability and generalizability. The results of the review have been published as a popular-scientific report and a scientific research overview, both in Danish language.

Environmental, health, wellbeing, social and equity effects of urban green space interventions: A meta-narrative evidence synthesis (2019)

09 octobre 2019

de R. F. Hunter, C. Cleland
2019, 20 p.
En ligne : www.sciencedirect.com[...]

Background
As populations become increasingly urbanised, the preservation of urban green space (UGS) becomes paramount. UGS is not just dedicated recreational space such as public parks, but other types of informal green space are important, for example, street trees and roof gardens. Despite the potential from cross-sectional evidence, we know little about how to design new, or improve or promote existing UGS for health, wellbeing, social and environmental benefits, or known influencing factors such as physical activity.

Objectives
To perform a meta-narrative review of the evidence regarding the health, wellbeing, social, environmental and equity effects, or known influencing factors of these outcomes, of UGS interventions.

Data sources
Eight electronic databases were searched ((Medline, PsycINFO, Web of Science (Science and Social Science Citation Indices), PADDI (Planning Architecture Design Database Ireland), Zetoc, Scopus, Greenfiles, SIGLE (System for Information on Grey Literature in Europe)), and reference lists of included studies and relevant reviews were hand searched for further relevant studies.

Study eligibility criteria, participants, and interventions
Eligibility criteria included: (i) evaluation of an UGS intervention; and (ii) health, wellbeing, social or environmental outcome(s), or known influencing factors of these outcomes, measured. Interventions involving any age group were included. Interventions must have involved: (a) physical change to green space in an urban-context including improvements to existing UGS or development of new UGS, or (b) combination of physical change to UGS supplemented by a specific UGS awareness, marketing or promotion programme to encourage use of UGS.

Study appraisal and synthesis methods
Following a meta-narrative approach, evidence was synthesised by main intervention approach, including: (i) park-based; (ii) greenways/trails; (iii) urban greening; (iv) large green built projects for environmental purposes. Outcomes such as economic (e.g. cost effectiveness and cost–benefit analyses), adverse effects and unintended consequences were also extracted. Evidence was synthesised following the RAMESES guidelines and publication standards, the PROGRESS-plus tool was used to explore equity impact, and risk of bias/study quality was assessed. The findings from the evidence review were presented at an expert panel representing various disciplines in a workshop and these discussions framed the findings of the review and provide recommendations that are relevant to policy, practice and research.

Results
Of the 6997 studies identified, 38 were included. There was strong evidence to support park-based (7/7 studies) and greenway/trail (3/3 studies) interventions employing a dual-approach (i.e. a physical change to the UGS and promotion/marketing programmes) particularly for park use and physical activity; strong evidence for the greening of vacant lots (4/4 studies) for health, wellbeing (e.g. reduction in stress) and social (e.g. reduction in crime, increased perceptions of safety) outcomes; strong evidence for the provision of urban street trees (3/4 studies) and green built interventions for storm water management (6/7 studies) for environmental outcomes (e.g. increased biodiversity, reduction in illegal dumping). Park-based or greenway/trail interventions that did not employ a dual-approach were largely ineffective (7/12 studies showed no significant intervention effect). Overall, the included studies have inherent biases owing to the largely non-randomized study designs employed. There was too little evidence to draw firm conclusions regarding the impact of UGS interventions on a range of equity indicators.

Limitations; conclusions and implications of key findings
UGS has an important role to play in creating a culture of health and wellbeing. Results from this study provide supportive evidence regarding the use of certain UGS interventions for health, social and environmental benefits. These findings should be interpreted in light of the heterogeneous nature of the evidence base, including diverging methods, target populations, settings and outcomes. We could draw little conclusions regarding the equity impact of UGS interventions. However, the true potential of UGS has not been realised as studies have typically under-evaluated UGS interventions by not taking account of the multifunctional nature of UGS. The findings have implications for policymakers, practitioners and researchers. For example, for policymakers the trajectory of evidence is generally towards a positive association between UGS and health, wellbeing, social and environmental outcomes, but any intervention must ensure that negative consequences of gentrification and unequal access are minimised.

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO