Veille sur les inégalités sociales de santé

Thématique transversale : Inégalités sociales de santé

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES. 


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

Inégalités sociales de santé

Inégalités de santé & vieillissement

17 novembre 2020

de Anouck Billiet, Annick Vandenhooft
2020, pp. 15-18
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Les inégalités sociales ne disparaissent pas avec l’avancée en âge, que du contraire, elles se renforcent et se marquent à différents niveaux : dans la durée de vie, dans l’apparition de problèmes de santé, dans la façon de faire face à un même problème de santé. Ces disparités sont le reflet de la distribution inégale des déterminants sociaux de la santé tout au long de la vie. Pour permettre à chacun de vieillir dans la dignité, il faut s’atteler à corriger ces inégalités tout au long de la vie et dans les différentes sphères : sociales, financières, culturelles, environnementales.

Exploring targeted preventive health checks in a socially disadvantaged neighborhood in Denmark

28 octobre 2020

de Anne Møller, Camilla Hoffmann Merrild
2020, pp. 1150–1158
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Recently studies have focused on how health promotion interventions sometimes sideline issues of social context, framing health as a matter of individual choice and, by implication, a personal responsibility. Part of this criticism is that health promotion interventions often do not draw on situated understandings of the contextual aspects of health and illness practices. Theoretically, this study departs in practice theory and contemporary public heath discussions on targeted health promotion. Based on semi-structured interviews with 18 people living in a social housing association we explored the significance of participating in a preventive health check and how participation configured into everyday life. All participants in our study had been identified with a ‘risk’ health profile. Overall, we found that they were well aware of their health risks and challenges, and that they reflected a great deal on how their health status was intrinsically linked with their lifestyle and health practices, such as lack of exercise or smoking. The health checks were, however, not able to support or improve their general health, and did not seem to address the challenges the participants seemed to struggle with in life. By way of conclusion, we suggest that we implement a more practice-oriented form of public health that focus on the ‘lives’ that people live, and the problems that they face. Moreover, attention should be paid to how and to whom health promotion initiatives are offered, in order to ensure the relevance of targeted interventions.

Approches politiques de réduction des inégalités de santé : exercice pratique s'appuyant sur l'exemple de l'insécurité alimentaire (2020)

14 octobre 2020

Québec (Canada) : Centre de collaboration nationale sur les politiques publiques et la santé (CCNPPS), 2020, 11 p.
En ligne : www.ccnpps.ca[...]

Ce document propose un exercice pratique visant à réfléchir aux différentes approches politiques pour lutter contre les inégalités de santé en agissant sur la réduction de l'insécurité alimentaire

Les angles morts des réponses technologiques à la pandémie de COVID-19 : Disjonction entre les inégalités en santé et numériques structurantes de la marginalisation de certaines populations (2020)

14 octobre 2020

de Karine Gentelet, Alexandra Bahary-Dionne
Laval : Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’IA et du numérique, 2020, 46 p.
En ligne : observatoire-ia.ulaval.ca[...]

Ce rapport propose une analyse des réponses technologiques à la pandémie en particulier, lorsqu’appliquées à des populations qui sont déjà marginalisées. Ce rapport met en exergue un certain nombre d’angles morts qui ont eu pour conséquence de ne pas considérer les liens étroits entre les inégalités en santé déjà existantes et le caractère multidimensionnel des fractures numériques.

n° 40 - Octobre 2020 - Les inégalités sociales au temps du COVID-19 (Bulletin de Questions de santé publique)

13 octobre 2020

Paris : Editions Edk, 2020, 12 p.
En ligne : www.iresp.net[...]

« Notre pays (France) — et la planète — traverse une crise épidémique majeure. Comme toute crise, elle peut être révélatrice des forces et faiblesses de la société, et de ses composantes : celles de son système de santé, de son système de recherche, du fonctionnement de la démocratie sanitaire… Cet article aborde la question des inégalités sociales au temps du COVID-19 : la crise sanitaire, la réaction politique et celle du système de santé les ont-elles amplifiées, atténuées ou les ont-elles laissées telles qu’elles étaient auparavant ? Ce numéro spécial de la revue Questions de Santé Publique apporte un éclairage sur cette question à partir de résultats originaux provenant de l’enquête « Épidémiologie et conditions de vie » (EpiCoV), permettant de documenter dans les meilleurs délais la situation exceptionnelle que nous traversons. »

Social Determinants of Health. The Canadian facts (2020)

30 septembre 2020

de Dennis Raphael, ET AL.
Oshawa : Ontario Tech University Faculty of Health Sciences, 2020, 95 p.
En ligne : thecanadianfacts.org

The primary factors that shape the health of Canadians are not medical treatments or lifestyle choices but rather the living conditions they experience. These conditions have come to be known as the social determinants of health. This information – based on decades of research and hundreds of studies in Canada and elsewhere – is unfamiliar to most Canadians.

Canadians are largely unaware that our health is shaped by how income and wealth is distributed, whether or not we are employed and if so, the working conditions we experience. Our health is also determined by the health and social services we receive, and our ability to obtain quality education, food and housing, among other factors. And contrary to the assumption that Canadians have personal control over these factors, in most cases these living conditions are – for better or worse – imposed upon us by the quality of the communities, housing situations, work settings, health and social service agencies, and educational institutions with which we interact. Improving the health of Canadians requires we think about health and its determinants in a more sophisticated manner than has been the case to date. Social Determinants of Health: The Canadian Facts considers 17 social determinants of health:

1. Income and Income Distribution
2. Education
3. Unemployment and Job Security
4. Employment and Working Conditions
5. Early Child Development
6. Food Insecurity
7. Housing
8. Social Exclusion
9. Social Safety Net
10. Health Services
11. Geography
12. Disability
13. Indigenous Ancestry
14. Gender
15. Immigration
16. Race
17. Globalization
The publication outlines why they are important; how Canada is doing in addressing them; and what can be done to improve their quality. The purpose of the document is to provide promote greater awareness of the social determinants of health and the development and implementation of public policies that improve their quality.

La santé publique au risque de la COVID19 : du premier retour d’expérience à la formulation de nouvelles exigences collectives

29 septembre 2020

de Aurélien Rousseau, ET AL.
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2020, pp. 183-187
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

La crise de l’épidémie de COVID a confirmé, de façon brutale, l’ampleur des inégalités sociales de santé, mais elle a aussi montré des possibilités d’action partagée, qui doivent être prolongées par des réorientations de pratiques en santé publique.

Les inégalités d'accès aux soins de santé en Belgique (2020)

22 septembre 2020

de Sophie Cès
Bruxelles : Observatoire social européen, 2020, 185 p.
En ligne : www.inami.fgov.be[...]

L'accès aux soins de santé en Belgique est, pour l'ensemble de notre population, relativement bon. Toutefois, les disparités entre les groupes socio-économiques restent importantes et se sont même accrues au cours de la dernière décennie en raison de l’importante détérioration de la situation des groupes vulnérables. L’INAMI a demandé au European Social Observatory (OSE) de rédiger un rapport de recherche à ce sujet.

Objectif du rapport de recherche
Ce rapport :

- analyse les caractéristiques des personnes ayant le plus de difficultés à accéder aux soins de santé nécessaires
- décrit les services et produits de soins de santé pour lesquels les obstacles financiers sont les plus importants et analyse les principaux obstacles à l'accès
- propose des recommandations politiques pour améliorer la situation, en particulier pour les plus vulnérables.

Quelques conclusions du rapport :
- L’accès financier aux soins de santé se détériore pour les personnes vulnérables
- Le système belge, complexe, constitue un frein supplémentaire non négligeable pour l’accès aux soins de santé
- La numérisation progressive des services sociaux, administratifs et de santé, rend cette complexité plus lourde.

Les responsables du rapport invitent l’ensemble des acteurs du secteur des soins de santé à engager un dialogue approfondi sur la manière d’évoluer vers une meilleure couverture santé dans notre pays.

Les inégalités sociales de santé au cœur d’un colloque de l’Académie Nationale de Médecine française : échos du RESO

02 septembre 2020

de Bénédicte Scheen, Dominique Doumont
Bruxelles : Education Santé, 2020, pp. 10-13
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

«Au niveau des populations, la santé est marquée par d’importantes inégalités. Elles sont d’abord sociales en rapport avec le niveau d’éducation, de revenus, et de conditions de travail; elles sont territoriales, les conditions de vie et d’accès aux services de santé étant fortement dépendantes des lieux de vie ; elles sont liées au genre, les différences de santé entre les femmes et les hommes résultants de différences biologiques, médicales et sociales affectant aussi bien la prévention, la prise en charge que les représentations de la santé. Elles sont enfin environnementales venant ainsi renforcer les inégalités sociales de façon complexe. »
Extraits de l’éditorial du programme du Colloque Inégalités Sociales de Santé, janvier 2020, Paris, rédigé par Jean François Allilaire, Secrétaire de l’Académie nationale de médecine.

Applying intersectionality theory in health promotion research and practice

11 août 2020

de Emma Heard, Lisa Fitzgerald
2020, pp. 866–876
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Health promotion researchers and practitioners are grappling with how to address growing health inequalities for population groups. In particular, critiques of dominant behaviour change approaches draw attention to the need to engage with social theories to better understand the social and relational drivers of health. Public health researchers are increasingly acknowledging intersectionality as an important theoretical approach, providing a framework for investigating health inequalities by highlighting intersections of individuals’ multiple identities within social systems of power that compound and exacerbate experiences of ill health. This article provides an overview of the diverse ways public health researchers and practitioners have applied intersectionality theory to better understand and address health inequalities. We map three key applications of intersectionality theory in public health: as an epistemological approach, as a methodological approach, and as a tool for action and intervention. Drawing on this work, we argue that health promotion researchers and practitioners can enhance engagement with intersectionality theory to address important challenges within the field. Through this article, we aim to inspire the continued exploration of intersectionality and offer some insights into opportunities and challenges for doing so in health promotion.

Les inégalités sociales face à l’épidémie de Covid-19 - État des lieux et perspectives (2020)

05 août 2020

de Claire-Lise Dubost, Catherine Pollak
Paris : Ministère de la solidarité de la santé et de la protection sociale, 2020, 40 p.
En ligne : drees.solidarites-sante.gouv.fr[...]

La crise sanitaire liée à l’épidémie du Covid-19 et ses conséquences économiques soulèvent deux enjeux majeurs en termes d’inégalités sociales. D’une part, l’exposition au risque de contamination ainsi que le risque de développer des formes graves et de décéder sont inégalement réparties dans la population. Le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz le rappelle : « Covid is not an equal opportunity killer » (Stiglitz, 2020). D’autre part, la crise du Covid-19 vient ajouter un mécanisme supplémentaire et nouveau dans sa nature et son ampleur dans l’histoire des épidémies : les inégalités face au confinement. Des travaux antérieurs sur de précédentes pandémies comme la grippe espagnole ou la grippe H1N1, ou d’autres maladies infectieuses comme la tuberculose ou la rougeole, insistaient déjà sur l’importance de la prise en compte des différents facteurs d’inégalités sociales afin de mieux maîtriser l’impact différentiel des prochaines pandémies (Quinn, 2014). Les mécanismes, qui se retrouvent dans la crise du Covid-19, sont à la fois une exposition différentielle face au virus, une plus grande fragilité face aux maladies infectieuses ou à ses complications, ainsi qu’un accès inégal aux soins. Le cumul des inégalités face à l’épidémie et face au confinement font ainsi de la crise sanitaire actuelle un fort révélateur d’inégalités sociales. Enfin, la crise économique risque à son tour de creuser les inégalités, avec des conséquences probables à long terme. Ces inégalités font l’objet de nombreuses alertes dans les médias ou par le biais du monde associatif ou de comités d’experts. L’analyse du sujet nécessite une approche transversale, reliant des travaux épidémiologiques, géographiques, démographiques et économiques aux analyses et mesures des inégalités en sciences sociales. L’objectif de ce dossier est de faire un premier état des lieux des inégalités sociales dans cette crise sanitaire, de présenter les facteurs d’inégalités sociales actuellement identifiés à partir de la littérature française et internationale et de les documenter et les quantifier si possible dans le contexte français. Après avoir présenté les inégalités sociales face au virus, qui se révèlent par des inégalités face à l’exposition, à ses facteurs aggravants, et dans sa prise en charge, il présente les inégalités sociales face au confinement. Le cumul de ces inégalités permet enfin de dresser un premier tableau des populations particulièrement vulnérables, et d’identifier des pistes pour des analyses ultérieures.

Trends in social inequality in overweight and obesity among adolescents in Denmark 1998–2018

15 juillet 2020

de Mette Rasmussen, ET AL.
2020, pp. 607–616
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectives
The aim was to analyze trends in overweight and obesity in relation to socioeconomic position among Danish adolescents in the 20-year period 1998–2018.

Methods
The study used data on self-reported height and weight and parents’ occupational social class (OSC) from 11-, 13- and 15-year-old schoolchildren in 1998, 2002, 2006, 2010, 2014 and 2018, n = 22,177. The analyses included absolute social inequality in overweight/obesity (prevalence difference between low and high OSC) and relative social inequality (OR for overweight/obesity).

Results
In the total sample, the prevalence of overweight and obesity was 9.7% and 1.4%, respectively, with significantly higher prevalence in low than high OSC. There were significantly increasing trends in both overweight and obesity 1998–2018 in low OSC and no significant increase in high OSC. The OR for overweight was 1.59 (1.42–1.74) in middle and 2.16 (1.89–2.46) in low OSC, OR for obesity 1.74 (1.29–2.34) in middle and 2.97 (2.15–4.11) in low OSC. Associations were not modified by survey year.

Conclusions
There was a persistent absolute and relative social inequality in overweight and obesity 1998–2018 among Danish adolescents.

Les effets du confinement sur les inégalités sociales de santé et les usager·es de drogues

14 juillet 2020

de Clémentine Stévenot
Bruxelles : Education Santé, 2020, pp. 11-18
En ligne : educationsante.be[...]

"La pandémie de COVID-19 et les mesures de confinement ont (eu) de multiples conséquences sur le fonctionnement de notre société. De nombreux lieux de travail, de vie, de socialisation, de commerce, de santé physique et mentale ont fermé ; les travailleur·ses essentiel.lle.s, y compris le personnel de santé, les travailleur·ses sociaux, les caissier·es, les éboueur·ses, les livreur·ses, les enseignant·es, continuent de travailler afin de permettre la continuité et la survie de la société tout entière, au péril de leur santé et de leur vie. La crise sanitaire actuelle est anxiogène et stressante pour une large proportion de la population, qui est contrainte de puiser dans ses ressources psychologiques, sociales et financières pour la traverser. Les politiques publiques d’austérité menées ces dernières décennies en matière de santé et de sécurité sociale, ainsi que les mesures prises en réponse à la pandémie, ont engendré nombre de dégâts collatéraux, réduisant drastiquement la capacité du secteur du soin à gérer la crise et renforçant les inégalités sociales (de santé, de genre) préexistantes. Les populations précarisées (y compris une partie des usager·es de drogues), déjà davantage vulnérables en temps ordinaires, sont particulièrement impactées par la crise actuelle et les mesures de confinement. La pandémie de COVID-19 exacerbe ainsi les inégalités sociales de santé et révèle les rouages systémiques qui participent à leur reproduction ; elle rappelle également le rôle fondamental de la promotion de la santé."

La reproduction sociale de santé: Inégalités de santé : responsabilités individuelle ou destinée sociale ? (2019)

01 juillet 2020

de Nicolas Tanti-Hardouin
France : Editions L'Harmattan, 2019, 168 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Si la reproduction sociale par l'école a fait l'objet depuis longtemps d'importantes analyses, la reproduction sociale par la santé est très peu évoquée. Le sujet paraît même tabou tant le biomédical domine expliquant les inégalités de santé par le génétique. Récemment, en santé publique, on ose poser la question de savoir si la construction de la santé et les inégalités réelles qui en découlent sont du ressort de la responsabilité individuelle de chacun ou déterminées par le destin social.

Intervenir avec des personnes en situation de précarité. Un cadre méthodologique conçu avec celles et ceux qui bénéficient, développent et financent les interventions (2020)

02 juin 2020

de Coline Barbay, Cécile Cayre
Metz : Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé (IREPS) Grand Est, 2020, 42 p.
En ligne : www.ireps-grandest.fr[...]

Cette ressource est destinée à accompagner les acteurs de terrain intervenant avec les personnes en situation de précarité et à favoriser l’intégration de critères qualité dans la construction, la mise en œuvre et l’évaluation de leurs projets. En réponse à un des axes stratégiques du Projet régional de santé du Grand Est, l'Ireps Grand Est a été missionnée par l’Agence régionale de santé Grand Est pour construire un outil destiné à accompagner les acteurs de terrain dans la qualité de leurs interventions auprès de publics en situation de précarité. Pour réaliser ce document, l'Ireps a réalisé une revue de la littérature sur la précarité et rencontré sur le terrain celles et ceux qui développent, mettent en oeuvre, suivent, financent et bénéficient des interventions. Ce document propose d'abord de définir la précarité à travers la littérature, mais aussi par la parole de personnes concernées par celle-ci et les porteurs de projets. Il présente ensuite deux parties permettant aux acteurs de questionner leurs pratiques et d'envisager des pistes d'actions :
-à travers des critères éthiques spécifiques à l'intervention avec des personnes en situation de précarité, identifiés grâce à l'analyse des entretiens réalisés,
-à travers la méthodologie de projet dans un contexte d'intervention avec des personnes en situation de précarité.
En annexe, est proposée une grille de positionnement individuelle ou collective sur les critères éthiques et méthodologiques présentés, permettant de questionner la pratique professionnelle

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO