Veille sur les promotion de la santé en milieu du travail

Milieu de vie : Promotion de la santé en milieu du travail

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES. 


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

Mental Health and Wellbeing in the Workplace: A Practical Guide for Employers and Employees (2020)

02 décembre 2020

de Gill Hasson, Donna Butler
Chichester : John Wiley & Sons Ltd, 2020, 256 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

The importance of good mental health and wellbeing in the workplace is a subject of increased public awareness and governmental attention. The Department of Health advises that one in four people will experience a mental health issue at some point in their lives. Although a number of recent developments and initiatives have raised the profile of this crucial issue, employers are experiencing challenges in promoting the mental health and wellbeing of their employees. Mental Health & Wellbeing in the Workplace contains expert guidance for improving mental health and supporting those experiencing mental ill health.

This comprehensive book addresses the range of issues surrounding mental health and wellbeing in work environments – providing all involved with informative and practical assistance. Authors Gill Hasson and Donna Butler examine changing workplace environment for improved wellbeing, shifting employer and employee attitudes on mental health, possible solutions to current and future challenges and more. Detailed, real-world case studies illustrate a variety of associated concerns from both employer and employee perspectives. This important guide:

- Explains why understanding mental health important and its impact on businesses and employees
- Discusses why and how to promote mental health in the workplace and the importance of having an effective ‘wellbeing strategy’
- Provides guidance on managing staff experiencing mental ill health
- Addresses dealing with employee stress and anxiety
-Features resources for further support if experiencing mental health issues
Mental Health & Wellbeing in the Workplace is a valuable resource for those in the workplace wanting to look after their physical and mental wellbeing, and those looking for guidance in managing staff with mental health issues.

Disparate exposure to physically demanding working conditions in France

01 décembre 2020

de N. Havet, FOURNIER J.
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2020, pp. 327-336
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Position du problème
L’objectif de cette étude était d’examiner les disparités d’exposition aux facteurs de pénibilité physiques en France, afin d’identifier quels types de salariés et d’emplois nécessitent des actions de prévention prioritaires.

Méthodes
Ce travail repose sur l’exploitation de l’édition 2017 de l’enquête Surveillance médicale des expositions aux risques professionnels (SUMER), représentative de l’ensemble de la population salariée française. Les prévalences d’exposition à différentes conditions de travail physiques pénibles (manutention répétée de charges, postures pénibles, vibrations, nuisances sonores et thermiques) ont été calculées. Des régressions logistiques multivariées ont été réalisées pour examiner les associations potentielles de ces facteurs de pénibilité avec des caractéristiques individuelles, d’emploi et d’entreprise.

Résultats
Au total, 48 % des salariés en France métropolitaine (11,3 millions de salariés) étaient exposés à au moins un facteur de pénibilité physique en 2017 et 24,8 % étaient exposés à plusieurs d’entre eux. Les cadres et les professions intellectuelles étaient relativement moins exposés aux contraintes physiques, alors que les ouvriers présentaient les fréquences d’exposition les plus élevées. L’influence de la taille de l’entreprise dépendait du facteur de pénibilité considéré, même si les salariés des grandes entreprises semblaient en général moins exposés. Comme attendu, les salariés dans le secteur de la construction étaient les plus exposés aux contraintes physiques. Mais nos résultats montrent que des activités de services (telles que les soins aux personnes, les activités de services administratifs et de soutien) étaient aussi significativement plus concernées par certaines conditions de travail physiques pénibles.

Conclusion
Malgré la mise en place de Plans de Santé au Travail axés sur la prévention des risques professionnels, les expositions aux facteurs de pénibilité sont encore relativement importantes aujourd’hui en France. Ils sont surtout toujours inégalement répartis entre les différentes catégories socioprofessionnelles et contribuent ainsi fortement aux inégalités sociales de santé. Nos résultats permettent d’identifier les publics à viser par des actions de prévention prioritaires afin de réduire les effets néfastes des conditions de travail physiques pénibles et les troubles musculosquelettiques associés.

Coronavirus SARS-CoV-2 : femmes enceintes et activité professionnelle (2020)

28 octobre 2020

Paris : Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP), 2020, 23 p.
En ligne : www.hcsp.fr[...]

Les données relatives à l’infection à SARS-COV-2 chez les femmes enceintes sont encore très limitées. Par analogie avec d’autres virus respiratoires, il est considéré que la grossesse pourrait constituer un facteur de risque de forme grave, en particulier au 3e trimestre ou quel que soit le terme de la grossesse en cas de comorbidités. En conséquence pour la femme enceinte exerçant une activité professionnelle, le HCSP recommande:

Quel que soit le terme de la grossesse :

- la sensibilisation aux mesures barrières et leur application stricte sur le lieu de travail ;
-la poursuite possible, voire souhaitable, de l’activité professionnelle lorsque les conditions de travail et de transport permettent l’application correcte et stricte des mesures barrières ;
-le maintien du suivi de la grossesse selon calendrier habituel ;
-la promotion de la vaccination antigrippale au cours de la grossesse et sa réalisation en période de campagne de vaccination antigrippale.
Pour les femmes au 3e trimestre, ou en cas de comorbidité quel que soit le terme de la grossesse :

- l’application stricte des mesures barrières à l’instar de ce qui est recommandé pour les personnes à risque de formes grave de Covid-19, y compris dans les lieux fréquentés à l’occasion de l’activité professionnelle (restaurant d’entreprise par exemple) ;
- une évaluation par le médecin du travail de la compatibilité du maintien de l’exercice professionnelle avec la protection de l’état de santé de la femme enceinte ;
- le télétravail chaque fois qu’il est possible ; le travail en présentiel ne sera envisagé que si les conditions de travail le permettent (respect de la distanciation physique ou bureau individuel, adaptation des horaires de travail, mesures d’hygiène …

The relationship between resourceful working conditions, work-related and general sense of coherence

28 octobre 2020

de Sylvia Broetje
2020, pp. 1168–1179
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Sense of coherence (SoC) has been identified as an important health resource and is associated with various health-related outcomes, especially perceived health and mental health. SoC has also been found to be relevant in the work context. Our study examined whether job resources, such as autonomy or social support, can contribute to the development of SoC. We also examined the role of the setting-specific work-related sense of coherence (Work-SoC) as well as reciprocal relationships between the three variables. Participants (941) from Germany, Switzerland and Austria completed our questionnaires at three waves of data collection. Structural equation modeling was used to identify the best fitting model and interpret the relationships between variables. Our first hypothesis that job resources predict Work-SoC and that Work-SoC predicts SoC was confirmed. We also found support for our second hypothesis that SoC predicts Work-SoC and that Work-SoC predicts job resources. The indirect effects through Work-SoC were only marginally significant in both directions. Our findings illustrate complex and multidirectional relationships between the variables. Job resources seem to contribute to the strengthening of Work-SoC, which seems to set in motion a gain cycle of improved job resources, which again contribute to a higher Work-SoC. Over time, this might contribute to strengthening general SoC. However, our findings showed that SoC was highly stable over the observed 3-month interval, limiting the effect any other variable could exert on it. Future research should further examine the mechanisms and timeframes over which a setting-specific SoC contributes to the development of overall SoC.

Veiller à la santé psychique des travailleurs

24 septembre 2020

de Nathalie Cobbaut
Bruxelles (Belgique) : Question Santé, 2020
En ligne : questionsante.org[...]

La charge psycho-sociale que les travailleurs de terrain encaissent depuis le début de la crise Covid n’est pas sans conséquences. Le point dans une série de services soumis à rude épreuve.

Occupational exposure and the risk of airway obstruction and mortality

17 septembre 2020

de Alexandra Strassmann
2020, pp. pages823–833
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectives
To identify occupational groups at high risk of airway obstruction (AO) and mortality and potential interactions with smoking.

Methods
Lung function data from the LuftiBus project were enriched with occupational and follow-up information from the Swiss National Cohort, resulting in a cohort of 10582 adults between 2000 and 2015. We assigned professions to occupational groups and estimated the risk of AO and mortality using adjusted logistic and Cox regression model. Additionally, we assessed multiplicative and additive interactions between occupational exposure and smoking.

Results
Chimney sweeps and male workers from the agriculture, construction and food industries had an increased risk of AO (odds ratios ranging from 1.43 to 2.21). The risk of mortality was increased among male workers from the food industry (hazard ratio 1.57, 95% CI 1.10–2.23). Interactions with smoking were present in most associations, but smoking had no effect on the increased risk of mortality in the food industry.

Conclusions
Some occupational groups have a considerable risk of AO and mortality. The identification of the most affected occupations is of great importance enabling targeted risk reduction strategies.

Le télétravail en contexte de pandémie : mesures de prévention de la COVID-19 en milieu de travail (2020)

29 juillet 2020

de Susan Stock, Nathalie Jauvin
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 15 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Le contexte de pandémie a transformé de façon brusque et inattendue le monde du travail. L’une de ces grandes transformations réside dans le recours élargi et accéléré au télétravail. Pour certains, le fait de passer en mode « télétravail » procure de nombreux avantages alors que, pour d’autres, les défis sont plus grands. Quels sont, justement, les principaux avantages, mais aussi les principaux défis rencontrés par ceux qui sont passés, en contexte d’urgence, en mode télétravail? Et que pourrait-on envisager pour faciliter le télétravail qui risque de demeurer très présent dans les mois, voire les années à venir?

Development of a Wellness Committee Implementation Index for Workplace Health Promotion Programs in Small Businesses

25 juin 2020

de Meagan C. Brown
2020, pp. 614–621
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Purpose:
To construct a wellness committee (WC) implementation index and determine whether this index was associated with evidence-based intervention implementation in a workplace health promotion program.

Design:
Secondary data analysis of the HealthLinks randomized controlled trial.

Setting:
Small businesses assigned to the HealthLinks plus WC study arm.

Sample:
Small businesses (20-200 employees, n = 23) from 6 low-wage industries in King County, Washington.

Measures:
Wellness committee implementation index (0%-100%) and evidence-based intervention implementation (0%-100%).

Analysis:
We used descriptive and bivariate statistics to describe worksites’ organizational characteristics. For the primary analyses, we used generalized estimating equations with robust standard errors to assess the association between WC implementation index and evidence-based intervention implementation over time.

Results:
Average WC implementation index scores were 60% at 15 months and 38% at 24 months. Evidence-based intervention scores among worksites with WCs were 27% points higher at 15 months (64% vs 37%, P < .001) and 36% points higher at 24 months (55% vs 18%, P < .001). Higher WC implementation index scores were positively associated with evidence-based intervention implementation scores over time (P < .001).

Conclusion:
Wellness committees may play an essential role in supporting evidence-based intervention implementation among small businesses. Furthermore, the degree to which these WCs are engaged and have leadership support, a set plan or goals, and multilevel participation may influence evidence-based intervention implementation and maintenance over time.

Ten Modifiable Health Risk Factors and Employees’ Medical Costs—An Update

24 juin 2020

de Ron Z. Goetzel
2020, pp. 490–499
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Purpose:
To estimate the relationship between employees’ health risks and health-care costs to inform health promotion program design.

Design:
An observational study of person-level health-care claims and health risk assessment (HRA) data that used regression models to estimate the relationship between 10 modifiable risk factors and subsequent year 1 health-care costs.

Setting:
United States.

Participants:
The sample included active, full-time, adult employees continuously enrolled in employer-sponsored health insurance plans contributing to IBM MarketScan Research Databases who completed an HRA. Study criteria were met by 135 219 employees from 11 employers.

Measures:
Ten modifiable risk factors and individual sociodemographic and health characteristics were included in the models as independent variables. Five settings of health-care costs were outcomes in addition to total expenditures.

Analysis:
After building the analytic file, we estimated generalized linear models and conducted postestimation bootstrapping.

Results:
Health-care costs were significantly higher for employees at higher risk for blood glucose, obesity, stress, depression, and physical inactivity (all at P < .0001) than for those at lower risk. Similar cost differentials were found when specific health-care services were examined.

Conclusion:
Employers may achieve cost savings in the short run by implementing comprehensive health promotion programs that focus on decreasing multiple health risks.

Évaluation de l’exposition des travailleurs au bruit en considérant l’atténuation fournie par les protecteurs auditifs (2020)

18 mars 2020

de Richard Martin, Pauline Fortier
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 14 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Actuellement, il n’y a aucune preuve scientifique permettant de déterminer une valeur limite d’exposition au bruit qui tiendrait compte de l’atténuation des protecteurs auditifs individuels (serre-tête, bouchons d’oreilles), principalement en raison de l’absence de moyen valide pour évaluer l’exposition des travailleurs au bruit dans pareille situation. La recension des écrits et des pratiques sur l’évaluation de l’exposition des travailleurs au bruit montre qu’aucun indicateur ou outil n’est présentement disponible pour mesurer avec exactitude l’exposition résiduelle au bruit sous le protecteur auditif tel que porté et lorsque porté par le travailleur à son poste de travail. Les études rapportent que l’atténuation du bruit par les protecteurs peut varier de façon significative d’un travailleur à l’autre et, chez un même travailleur, elle peut fluctuer dans le temps et dans l’espace et même d’une oreille à l’autre. Cette atténuation est aussi tributaire de plusieurs facteurs touchant l’ajustement du protecteur, tels son usure, son déplacement en plus de la variation des niveaux de bruit et du spectre sonore (contenu fréquentiel). Ces facteurs augmentent la difficulté d’obtenir une mesure de l’exposition valide. Quant aux systèmes de mesure personnalisée de l’atténuation fournie par les protecteurs auditifs (« fit-test system ») actuellement commercialisés, ils montrent une utilité dans la formation des travailleurs. Cependant, ces systèmes ne peuvent refléter de manière fiable ni l’atténuation, ni l’exposition résiduelle au bruit sous le protecteur en situation réelle de travail. Ainsi, la détermination d’une valeur limite d’exposition au bruit qui tiendrait compte de l’atténuation fournie par les protecteurs auditifs individuels, par exemple dans une norme réglementaire, ne peut être réalisée de façon valide, même si la réglementation européenne (directive 2003/CE/10, article 3, paragraphe 2) stipule que « Pour l’application des valeurs limites d’exposition, la détermination de l’exposition effective du travailleur au bruit tient compte de l’atténuation assurée par les protecteurs auditifs individuels portés par le travailleur ». De plus, aucune preuve scientifique ne permet d’estimer la pertinence d’une telle pratique pour la prévention de la surdité professionnelle.

Healthy worker, healthy citizen: the place of occupational health within public health research in Switzerland

04 mars 2020

de I. Guseva Canu, M. François
2020, pp. 111–120
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectives
To assess the state of Swiss occupational health (OH) research over the period 2008–2017.

Methods
Two types of indicators were constructed, focused, respectively, on resources available for OH research and its output. Data for their assessment were gathered from specialized research institutions, professional associations, and the Swiss Federal Statistical Office.

Results
Thirty-two of 317 Ph.D./M.D.–Ph.D. theses delivered were in the field of OH. The number of OH physicians progressed substantially, but the density of OH professionals per number of active workers showed important variations between OH disciplines and geographical regions. The number of yearly peer-reviewed publications increased substantially but represented 6% of publications in public health in 2017. Psychological and respiratory health conditions were the most studied topics, while papers on cancers accounted for only 10%.

Conclusions
This study suggests a limited place of OH research in the Swiss public health landscape and the need for a national research effort in OH. This requires an improved collaboration between regional and federal authorities and communication/coordination between public health authorities and OH executive institutions belonging to the economic sector.

Moteurs d'engagement: 365 actions pour mieux travailler ensemble (2019)

03 mars 2020

de Alexia de Bernardy
Vanves : Edition Marabout, 2019, 412 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

A travers 12 leviers et 365 bonnes pratiques de cohésion d'équipe, ce livre propose de mettre fin au travail en silo avec des actions concrètes accessibles à tous : Des petites actions du quotidien, très simples, des actions qui nécessitent un peu plus d'organisation et de réflexion, des initiatives peu courantes et originales avec à chaque fois des aides pour passer à l'acte !La méthode est inspirée du management agile, du management bienveillant et des méthodes d'intelligence collective, pour booster l'engagement de tous les acteurs de l'entreprise et la reconnaissance.

Facteurs professionnels en lien avec le suicide au sein des salariés affiliés à la Mutualité sociale agricole (MSA) et en activité entre 2007 et 2013

12 février 2020

de J. Klingelschmidt, Jean-François Chastang
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2020, pp. 1-8
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Position du problème
Le travail et ses expositions sont susceptibles de jouer un rôle dans le suicide et la littérature suggère des associations entre certains facteurs professionnels et le suicide. L’identification de facteurs de risque professionnels de la mortalité par suicide des salariés affiliés à la Mutualité sociale agricole (MSA), population peu étudiée, apparaît importante. L’objectif de cette étude était d’identifier les facteurs professionnels associés à la mortalité par suicide au sein de la population de salariés affiliés à la MSA en activité entre 2007 et 2013.

Méthodes
La population d’étude était composée de l’ensemble des salariés affiliés à la MSA entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2013 soit 1 699 929 hommes et 1 201 017 femmes. Les facteurs professionnels étudiés comportaient : le secteur d’activité, le statut employé/cadre et le contrat de travail. Des analyses de survie (modèle de Cox), stratifiées sur le genre, ont été réalisées en utilisant l’âge comme échelle de temps et la région et l’année du contrat de travail comme variables d’ajustement.

Résultats
Pour les hommes, les facteurs associés à une augmentation du risque de mortalité par suicide étaient les activités dans les secteurs « travaux forestiers », « cultures et élevages », « entreprises de travaux », et « coopération », le statut d’employé et le fait de travailler en Bretagne, Bourgogne-Franche-Comté, Pays de la Loire, Normandie, Grand Est et Centre-Val-de-Loire. Aucune association n’était observée pour les femmes.

Conclusion
Ces résultats suggèrent que le secteur d’activité et le statut d’employé peuvent être associés au suicide chez les hommes de la population salariée MSA et sont susceptibles de contribuer à la définition de mesures de prévention. D’autres études semblent nécessaires toutefois pour confirmer et mieux comprendre ces associations.

Méthodologie de redressement des données nationales de l’enquête « Évolution et relations en santé au travail » (Évrest)

30 janvier 2020

de Ariane Leroyer, Marie Murcia
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2020, pp. 645-655.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectifs : L’objectif principal de cette étude était de décrire la méthodologie de redressement utilisée dans le cadre de l’observatoire « Évolution et relations en santé au travail » (Évrest). Les objectifs secondaires étaient, d’une part, d’apprécier l’ampleur des écarts entre les estimations brutes et pondérées et, d’autre part, de vérifier que le décalage de deux années dans la disponibilité des données de référence utilisées n’impactait pas substantiellement les estimations produites.
Méthodes : L’étude a porté sur les données recueillies en 2013 et 2014 (n = 26 227). Le redressement a comporté deux étapes : 1) la prise en compte de la probabilité de participation de chaque salarié ; 2) le calage sur marges pour corriger les éventuelles distorsions de l’échantillon par rapport au champ de l’enquête, les données de référence utilisées provenant des déclarations annuelles de données sociales (DADS) des années 2014 et 2012. L’impact du redressement a été analysé sur les 60 variables du questionnaire par l’étude des écarts entre les pourcentages bruts et pondérés.
Résultats : Au total, 90 % des écarts observés entre estimations brutes et pondérées étaient compris entre – 2,0 % et + 2,0 % avec les DADS 2014, 83 % avec les DADS 2012. L’estimation brute la plus surestimée concernait le travail à temps plein et celle la plus sous-estimée, le contact avec le public. L’impact d’un décalage de deux années des données de référence était faible, quelle que soit la variable étudiée.
Conclusion : Une méthodologie de redressement pour l’observatoire Évrest a été définie et mise en œuvre, permettant d’extrapoler les résultats à l’ensemble des salariés du champ de l’enquête.

Travailler à l’hôpital durant la grossesse : une étude descriptive nationale rétrospective en France

30 janvier 2020

de Jean-Bernard, Henrotin, Hélène Béringuier
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2020, pp. 611-621
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectif : L’objectif de l’article est de décrire le déroulement des grossesses au travail (parcours, absentéisme, prévention) et les expositions professionnelles potentiellement à risque pour l’évolution d’une grossesse.
Méthode : Une étude épidémiologique descriptive transversale a été menée du 1er avril 2017 au 31 octobre 2017 dans les services de santé au travail des hôpitaux français. Les salariées reçues après leur accouchement par le médecin du travail (MT) dans le cadre des visites de reprise de travail réglementairement définies répondaient à un autoquestionnaire ciblé sur le recueil d’informations sociodémographiques. L’exposition aux dangers pour la grossesse, rencontrés en milieu professionnel, était évaluée par le MT. Le poids de naissance de l’enfant, l’âge gestationnel, la santé de l’enfant et les absences au travail étaient recueillies auprès de la salariée ou obtenues à partir des informations présentes dans le dossier médical du travail.
Résultats : Les MT ont recruté 1 165 salariées enceintes. Parmi celles-ci, 51,8 % étaient exposées à plus de cinq risques professionnels. Les risques biologiques et physiques étaient les risques les plus fréquents au poste de travail. Notons que 9,5 % des salariées étaient amenées à porter des charges ≥ 15 kg. Elles ont été seulement 20,1 % à avoir abordé spécifiquement la question du travail dans le déroulement de la grossesse ; 26,8 % ont bénéficié d’un aménagement de poste. Concernant les arrêts de travail, 86,7 % des salariées auront bénéficié d’« au moins un arrêt de travail » avant la prise de congés pour une grossesse pathologique ou de congés légaux.
Conclusion : Nos données suggèrent que les salariées enceintes en milieu hospitalier se doivent d’être rigoureusement surveillées.

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO