Veille sur les promotion de la santé en milieu du travail

 

Milieu de vie : Promotion de la santé en milieu du travail

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES. 


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

Inégalités de santé au travail entre les salariés visés et ceux non visés par les mesures préventives prévues par la Loi sur la santé et la sécurité du travail (2020)

09 janvier 2020

de Susan Stock, Nektaria Nicolakakis
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 36 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Au moment de son adoption en 1979, la Loi québécoise sur la santé et la sécurité du travail (LSST) visait à éliminer à la source les risques pour la santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses. Pour soutenir les milieux de travail dans l’atteinte de cet objectif, le législateur avait prévu la mise en place de quatre mécanismes de prévention. Deux d’entre eux, le Programme de prévention et le Programme de santé spécifique à l’établissement visaient l’identification des risques et l’implantation de mesures préventives et leur suivi; deux autres, l’implantation de comité de santé et de sécurité et la reconnaissance d’un représentant à la prévention visaient la participation représentative des travailleurs. Six groupes « prioritaires » formés à partir de 32 regroupements de secteurs avaient été établis par la Commission de la santé et de la sécurité du travail, aujourd’hui la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), selon une détermination du degré de risque. Dans un premier temps, ces quatre dispositions étaient appliquées aux groupes 1 et 2; le Programme de prévention et le Programme de santé spécifique à l’établissement ont également été appliqués au groupe 3. Il a été prévu qu’éventuellement ces quatre dispositions de prévention seraient déployées à l’ensemble des secteurs et que tous les travailleurs couverts par la LSST auraient accès à ces mécanismes de prévention. Or, quarante ans plus tard, ces dispositions de la LSST ne s’appliquent qu’aux groupes 1, 2 et partiellement au groupe 3. Dans la présente étude, nous référons aux groupes 1, 2 et 3 comme groupes « désignés prioritaires » et aux groupes 4, 5 et 6 comme groupes « désignés non prioritaires » ou groupes « non priorisés ». Selon les données du recensement canadien de 2006, 75 % des salariés québécois sont répartis dans les groupes 4, 5 et 6. Chez les femmes, c’est 85 % des salariées qui se trouvent dans les groupes 4, 5 et 6. Près de 60 % des troubles musculo-squelettiques d’origine non traumatique indemnisés annuellement de 1998 à 2007 au Québec provenaient des groupes 4, 5 et 6. Selon les données de l’Enquête québécoise sur des conditions de travail, d’emploi et de santé et de sécurité du travail de 2007-08, la prévalence des troubles musculo-squelettiques et d’autres problèmes de santé liés au travail était aussi importante au sein des groupes 4, 5 et 6 qu’au sein des groupes 1, 2 et 3. Ces statistiques d’avant 2008 remettaient déjà en question le manque de couverture des groupes 4, 5 et 6 par les mécanismes de prévention prévus par la LSST. Les maladies professionnelles, et particulièrement les troubles musculo-squelettiques, représentent un fardeau économique et humain important, dont plusieurs des conséquences pourraient être évitées par des mesures de prévention

Mieux réussir ensemble : Gestion du stress, travail en équipe et autres compétences non techniques : s'inspirer des bonnes pratiques d'un pilote de ligne (2019)

05 décembre 2019

de Guillaume Tirtiaux
Liège : Edipro, 2019, 179 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Dans les années 70, les crashes d'avions se succèdent au point que les compagnies font face à une crise majeure. Une étude de la NASA révèle alors l'incapacité des pilotes à collaborer en équipe. Face à ce constat, le CrewResource Management (CRM) est développé pour apprendre au personnel navigant à mieux fonctionner ensemble. Et les résultats suivent tout de suite, rendant ainsi les formations au CRM obligatoires. Dans de nombreux secteurs d'activité autres que l'aviation civile (médical, énergie, etc.), les pertes liées à une communication inefficace ou à un leadership inapproprié se chiffrent aussi en vies humaines. Toutefois, quelle que soit l'entreprise et même s'ils sont moins flagrants, de tels dysfonctionnements demeurent tout aussi pernicieux : perte de la performance, dégradation du bien-être, burnout... ; et in fine très coûteux. De la performance individuelle (gestion du stress, de la fatigue, de l'attention...) à la performance collective (communication, travail en équipe, prise de décision...), cet ouvrage fourmillant d'exemples vous fait découvrir les bonnes pratiques du CRM des pilotes de ligne en les étendant à toutes les professions, donc la vôtre. Vous et votre groupe y gagnerez en capacité à rebondir dans l'adversité et à continuer d'avancer.

Effets sanitaires induits par le changement climatique sur la santé des travailleurs

14 novembre 2019

de Rémi Poirier, Aurélie Niaudet
2019, pp. 65-73
En ligne : www.cairn.info[...]

Le changement climatique est susceptible d’affecter la santé humaine, avec des effets spécifiques ou aggravés pour les professionnels. Les travaux de l’Anses visaient à identifier les risques professionnels susceptibles d’être impactés par le changement climatique. Ce travail a été réalisé en s’appuyant sur un groupe de travail multidisciplinaire. Dans le cadre d’une démarche d’anticipation prospective, les effets sanitaires liés aux changements climatiques prévisibles d’ici à cinq ans et à 2050 ont été étudiés. Sur le base des changements climatiques et environnementaux déjà observés et des scénarios d’évolution les plus probables, les interactions entre climat, environnement et santé au travail ont été caractérisées. Ces travaux montrent qu’à l’exception des risques liés au bruit et aux rayonnements artificiels, tous les risques professionnels sont et seront affectés par le changement climatique. Des exemples de circonstances d’expositions professionnelles ont été associés à chaque risque professionnel potentiellement accru par les modifications climatiques. Trois principales modifications climatiques et environnementales en sont à l’origine : hausse des températures, évolution de l’environnement biologique et chimique, modification de la fréquence et de l’intensité de certains aléas climatiques. Les travaux de l’Anses mettent également en évidence la pertinence d’une approche dite par « circonstances d’exposition », qui permet de regrouper les professionnels en fonction de leurs expositions réelles et non pas en fonction de leurs métiers.

Les programmes de santé mentale en milieu de travail : une valeur ajoutée pour les employés et les employeurs (2019)

13 novembre 2019

de Junko Kaji, Blythe Hurley
Canada : Deloitte, 2019, 36 p.
En ligne : www2.deloitte.com[...]

Les problèmes de santé mentale des employés entraînent d’importants coûts pour les employeurs canadiens. Malgré cela, des barrières à l’investissement dans la santé mentale en milieu de travail persistent, dont une méconnaissance des meilleures pratiques, ainsi que l’absence de preuves qu’un tel investissement peut avoir une incidence positive sur le résultat net. Ce rapport présente une analyse des données historiques de 7 sociétés canadiennes qui en sont à diverses étapes de la réalisation de leur programme d’investissement dans la santé mentale ainsi que des entrevues avec des experts en santé mentale et des leaders de 10 sociétés, afin de mieux comprendre les embûches courantes et les facteurs qui favorisent la réussite de tels programmes. Voici les principaux points à retenir : L’investissement dans les programmes de santé mentale en milieu de travail peut atténuer la hausse des coûts qui découlent de l’inaction. L’investissement dans des domaines à forte incidence pour mieux appuyer les employés peut rehausser le RCI. L’évaluation du rendement, souvent occultée, est un élément critique de la mise en œuvre. Il n’est pas nécessaire de partir de zéro pour mettre sur pied un programme de santé mentale.Peu importe la taille de l’entreprise et le secteur dans lequel elle évolue, les employeurs peuvent prendre des mesures pour cerner les sphères qui requièrent une plus grande attention, tirer parti des activités existantes et suivre les résultats du programme pour bâtir de solides assises en vue de favoriser la santé mentale des employés.

L’activité physique au travail : des bienfaits pour tous - Avis du Comité scientifique de Kino-Québec (2019)

12 novembre 2019

de Alain Bergeron, Karine Richard
Québec : Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Direction du sport, du loisir et de l’activité physique, 2019, 88 p.
En ligne : www.education.gouv.qc.ca[...]

« L’avis du Comité scientifique de Kino-Québec, L’activité physique au travail : des bienfaits pour tous, fait état des données actuelles qui précisent les effets bénéfiques de la pratique régulière d’activités physiques pour les organisations et leur personnel. Il apporte aux spécialistes, aux employés et aux décideurs en milieu de travail un éclairage actualisé sur les interventions possibles en matière de promotion de la pratique régulière d’activités physiques. Cet avis se veut un guide pour sensibiliser, motiver et outiller les entreprises qui souhaitent bonifier ou mettre en place une démarche structurée qui tient compte de leurs enjeux, de leur réalité et des besoins de leur personnel. Il met en lumière le rôle que peuvent joueur les entreprises en vue d’améliorer la qualité de vie au travail et expose diverses initiatives prises par de petites, de moyennes et de grandes entreprises qui ont fait la promotion de l’activité physique auprès de leur personnel. Employés et employeurs sont sollicités pour faire de leur milieu de travail un endroit propice à la pratique d’activités physiques. Il est maintenant temps de se mettre au travail. »

Le bien-être au travail. Ré-engager les salariés ? (2019)

06 novembre 2019

de Marine Keresztes
Belgique : Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation-CPCP, 2019, 24 p.
En ligne : www.cpcp.be[...]

A priori, nous cherchons tous à être heureux. Or, il s’avère que nous passons actuellement la majorité du temps sur notre lieu de travail. Dès lors, pourquoi ne pas chercher une part de bien-être dans notre activité professionnelle ? Pourquoi ne pas envisager de se pencher sur notre qualité de vie au travail à l’image de celle que nous poursuivons au quotidien ? Les risques psychosociaux liés au travail sont de plus en plus présents aujourd’hui et conduisent régulièrement à des situations extrêmes telles que le burnout. Ce syndrome est de plus en plus répandu au sein de la population et a des conséquences tant sur la santé que sur l’économie. L’absentéisme et le stress au travail engendrent une perte de productivité pour les entreprises et représentent un coût non négligeable pour la sécurité sociale. Selon l’Agence européenne pour la Santé et la Sécurité au travail, celui-ci s’élèverait à 25,4 milliards d’euros, uniquement dans l’Union européenne. Un chiffre qui donne le tournis… Au regard de telles conséquences, il faut se demander s’il n’est pas possible d’agir en amont, au sein même de l’entreprise, pour mettre en place les conditions optimales garantes du bien-être au travail ?

Soulèvement de charges au travail et grossesse (2019)

24 octobre 2019

de Agathe Croteau
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2019, 230 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Outre les facteurs personnels pouvant affecter le bon déroulement de la grossesse, l’accumulation de contraintes professionnelles, incluant les efforts physiques, est associée à certaines issues défavorables de la grossesse L’effet spécifique du soulèvement de charges sera examiné ici. Il est fréquent que les travailleuses enceintes doivent soulever des charges. Selon les sources consultées et les définitions utilisées, on peut estimer que 12 % à 28 % des travailleuses enceintes sont exposées au soulèvement de charges. D’où l’importance de comprendre les effets du soulèvement de charges sur la grossesse selon le poids et la fréquence des soulèvements, lorsque des recommandations sont faites dans le cadre du programme Pour une maternité sans danger. Ce travail fait la synthèse systématique des connaissances scientifiques disponibles concernant les effets de l’exposition au soulèvement de charges au travail sur la grossesse.

Élaboration et qualités psychométriques d’une échelle de bien-être au travail. Étude SERENAT auprès de salariés vus en médecine du travail

23 octobre 2019

de D. Servant, E. Drumez
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2019, pp. 303-309
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Position du problème
Le bien-être au travail est aujourd’hui un enjeu majeur de santé publique. Il comprend, entre autres, l’absence de symptômes psychologiques (anxiodépressifs), des conditions de travail positives perçues (environnement et organisation), le bonheur et une bonne qualité de vie au travail. De nombreuses études ont montré que le soutien social et le contrôle au travail protègent la santé mentale alors que les exigences élevées et le déséquilibre effort-récompense sont des facteurs de risque d’anxiété et de dépression. Il n’existe actuellement aucun indicateur global permettant de mesurer à la fois l’état de santé mentale et les conditions de travail. L’objectif de cette étude est de construire puis d’étudier les qualités psychométriques d’une échelle de bien-être au travail, l’échelle Serenat, dans le but de sa validation.

Méthodes
L’échelle Serenat est un auto-questionnaire composé de 20 items évalués selon une échelle de Likert de 0 à 3 pour un score total allant de 0 à 60. Les items ont été construits à partir des données de la littérature et d’une évaluation qualitative préalable auprès de salariés. De janvier 2014 à mai 2017, 193 sujets vus en médecine du travail ont été inclus dans cette étude transversale. La validation comprend un diagnostic de qualité des items et de structure des données, la consistance interne, la reproductibilité intra-observateur et la consistance externe.

Résultats
L’échelle Serenat a montré une très bonne qualité des items, avec un taux de non-réponse maximal de 0,01 % par item, et aucun effet plateau mis en évidence. L’analyse factorielle permet de conclure à l’unidimensionnalité de l’échelle. Le coefficient α de Cronbach mesurant la consistance interne était de 0,89. Le coefficient de corrélation intra-classe pour la reproductibilité intra-observateur était de 0,89. L’échelle Serenat était corrélée aux scores HADS (r=−0,54 ; p<0,001), STAI-Y (r=−0,78 ; p<0,001) et BDI-13 (r=−0,57 ; p<0,001).

Conclusion
L’échelle de bien-être au travail Serenat montre de bonnes propriétés psychométriques en vue de sa validation définitive. Elle pourrait être utile aux médecins du travail dans le dépistage individuel et collecti

Health promotion and prevention in occupational health systems in Europe (2019)

09 octobre 2019

de Piotr Sakowski, Andrzej Marcinkiewicz
2019, 9 p.
En ligne : ijomeh.eu[...]

Objectives: In the contemporary Western culture, working population health issues, stressed in various publications, have been perceived as a crucial part of public health. To deal with occupational health issues properly, occupational health services (OHS), aiming at the protection of the workers’ health, are organized in many countries. The survey was to find the differences in occupational health systems that the European Economic Area countries use in order to execute prophylactic activities focused on diseases of affluence and how the OHS are used for health promotion actions. Material and Methods: The survey was conducted with the use of an on-line expert questionnaire. No deep statistical analysis was performed as for the designed aims of the study simple statistics were sufficient. Results: All the reviewed countries have organized OHS. The funding mechanisms are based mainly on the financial involvement of employers. In the majority of countries, the main goal of the OHS is certification of the ability to work. Workplace surveillance aiming at the occupational risk assessment and health promotion activities that focus on work-related and/or occupational diseases are the most popular services provided within national systems. Conclusions: Occupational health professionals are well placed to perform actions directed at health promotion and prophylactics of a wide range of diseases – not only occupational/work-related, but also non-communicable, particularly life-style-related diseases of affluence. The engagement of the occupational medical services (OMS) in prevention of the non-work-related health issues would be valuable. However, it would be inevitable for employers to finance a wider range of services to a greater extent

L’exposition professionnelle aux facteurs de risque biomécaniques : impact de l’ordonnance de 2017

29 mai 2019

de Mélanie Bertin, Émilie Chazelle
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2019, pp. 71-82.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectif : Cette étude vise à évaluer le nombre, la prévalence et les caractéristiques socioprofessionnelles des salariés en capacité d’acquérir des droits au titre d’une exposition à un facteur de risque professionnel de trouble musculo-squelettique (TMS) avant et après la réforme du dispositif de prévention de la pénibilité par l’ordonnance n° 2017-1389.

Méthodes : Les analyses ont été réalisées à partir de l’enquête Surveillance médicale des expositions aux risques professionnels (Sumer 2010). Près de 48 000 salariés représentatifs de la population française ont répondu. Les expositions aux quatre contraintes biomécaniques initialement présentes dans le dispositif et associées à un seuil minimal d’exposition étaient évaluées pendant l’interview du salarié par le médecin.

Résultats : Avant la réforme, 31,2 % des hommes et 23,6 % des femmes salariés étaient susceptibles d’acquérir des droits au titre d’une exposition à une contrainte biomécanique. Suite à la réforme, seuls 11,6 % des hommes et 13,7 % des femmes salariés sont toujours en mesure de bénéficier du dispositif de prévention de la pénibilité au titre d’une exposition à une contrainte biomécanique, soit une baisse globale de 3,3 millions de bénéficiaires, soit une baisse de 3,3 millions de bénéficiaires. Les hommes salariés du secteur de la construction et les femmes du secteur de la santé humaine et action sociale sont les plus concernés.

Conclusions : Modifier la prise en compte des facteurs de risque professionnels biomécaniques de TMS n’est pas sans conséquence sur le nombre de bénéficiaires de prestations du dispositif de prévention de la pénibilité alors que les TMS restent la première cause de reconnaissance en maladie professionnelle.

Promotion de la santé par l’activité physique sur les lieux de travail : expérimentation participative dans une entreprise privée

14 août 2018

de Jo-Hanna Planchard, Laurent Bailly
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2018, pp. 169-176
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Introduction : L’objectif de ce travail était d’identifier les processus collaboratifs opérant autour d’un projet de promotion de l’activité physique en entreprise, mené par approche participative dans le cadre d’un partenariat intersectoriel, et d’en estimer les premiers effets sur les salariés en termes de santé.
Méthodes : Une recherche-action a été menée dans une entreprise industrielle de 240 salariés durant deux ans. La recherche a porté sur quatre critères : une description du réseau d’acteurs, les opportunités et les freins du projet, la mise en place d’activités physiques, la participation des salariés aux activités proposées, les impacts observés (après trois mois d’activités) sur les paramètres physiques et la qualité de vie.
Résultats : Six réunions du groupe de travail ont permis de sélectionner deux d’activités : renforcement musculaire et Tai-chi. Nous avons évalué l’activité de renforcement musculaire. Le taux de participation à l’activité était de 16 %. Un âge plus élevé, le sexe féminin et le fait d’être cadre ou employé plutôt qu’ouvrier étaient associés significativement à la participation. On observe une tendance à l’augmentation des scores physique et mental du SF12. Nous avons fait émerger deux freins majeurs qui étaient de nature logistique et communicationnelle.
Conclusion : L’approche participative, basée sur un partenariat intersectoriel, s’avère l’élément déterminant de la réussite du projet mené dans un contexte d’opportunités locales. Pour pérenniser cette dynamique et améliorer le dispositif deux leviers peuvent être identifiés : une rationalisation de la structuration de l’offre de service et le renforcement des moyens, notamment financiers.

Paramètres d’évaluation des programmes de prévention des blessures chez les jeunes travailleurs occupant des professions à haut risque : examen de la portée de la littérature

17 juillet 2018

de Jennifer Smith, Birinder Praneet Purewal
Ottawa : Gouvernement du Canada, 2018, pp. 217-227
En ligne : www.canada.ca[...]

Introduction. Malgré la protection juridique dont les jeunes travailleurs au Canada font l’objet, les jeunes de 15 à 24 ans sont exposés à un risque élevé de blessures traumatiques au travail. Étant donné que de nombreuses initiatives de prévention des blessures ciblant les jeunes travailleurs existent, les défenseurs des droits des jeunes et les employeurs doivent relever le défi de choisir quels aspects de la prévention vont être les plus efficaces afin d’y consacrer leurs efforts. Une analyse de la littérature universitaire et de la littérature grise a été entreprise afin de compiler les paramètres (indicateurs évalués et méthodes de mesure) couramment utilisés pour évaluer les programmes de prévention des blessures auprès des jeunes travailleurs. Les paramètres constituent des références de mesure permettant d’évaluer l’efficacité, le rendement, le progrès ou la qualité d’un projet, d’un procédé ou d’un produit. Méthodologie. Nous avons utilisé le modèle PICO (population, intervention, comparaison, résultat) pour définir les termes de recherche. Des recherches ont été effectuées dans Medline, PubMed, OVID, EMBASE, CCOHS, PsychINFO, CINAHL, NIOSHTIC, Google Scholar et dans la littérature grise afin de trouver des articles en anglais publiés entre 1975 et 2015. Deux lecteurs critiques indépendants ont examiné la liste des articles et ont classé les paramètres en trois catégories de prévention des blessures : l’éducation, l’environnement et l’application de règlements. Résultats. Sur les 174 articles ayant répondu aux critères d’inclusion, 21 décrivaient et évaluaient une intervention. Parmi ceux-ci, la moitié (n=11) étaient à caractère éducatif. Les paramètres couramment évalués étaient : les connaissances, les perceptions, les comportements ou les intentions autodéclarées, l’exposition aux dangers, les demandes d’indemnisation pour blessures et le taux d’accidents de travail. Une étude présentait une méthode destinée à élaborer des paramètres permettant de prédire les taux de blessure. Conclusion. Des paramètres spécifiques à l’évaluation des programmes de prévention des blessures chez les jeunes travailleurs sont nécessaires, car les paramètres actuels sont insuffisants pour prévoir la diminution du nombre de blessures en lien avec la mise en place de programmes. De notre analyse ressort une étude apte à constituer un modèle pertinent pour les recherches futures visant à élaborer des paramètres de base valides destinés aux jeunes travailleurs, afin de les appliquer ensuite aux programmes de prévention des blessures chez les jeunes

Effectiveness of workplace diabetes prevention programs: A systematic review of the evidence

27 juin 2018

de Sharon A. Brown, Alexandra A. García
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2018, pp. 1036-1050
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Purpose
The primary purpose is to review diabetes workplace interventions and the degree to which they improve diabetes-related outcomes in employees diagnosed with or at risk for T2DM.

Methods
Three electronic databases and ancestry searches were used to identify peer reviewed articles published in English from 2000 to June 2017.

Results
The number of participants represented by the 22 selected studies, excluding one large outlier, was 4243. On average, the samples were 57% female and ethnically diverse. Interventions—healthy eating behaviors, physical activity, and/or monitoring and self-managing diabetes and cardiovascular risk factors—were delivered in group sessions of fewer than 20 employees. Programs involved 1-h weekly sessions held during lunch hour or at other times during the workday for 12 to 24 weeks. Study outcomes, commonly measured at 6 and/or 12 months, were consistently positive.

Conclusion
The literature search uncovered beginning evidence that workplace interventions hold promise for preventing diabetes and/or its complications. More rigorous, creatively designed, workplace studies, are needed for employees at high-risk for developing diabetes.

Practice implications
Implications include the need for employer education about the benefits of employer support for such programs and attention to motivational strategies so employees will take full advantage of programs that are offered.

Droit de la santé et de la sécurité au travail (2018)

07 juin 2018

de Maryse Badel, Alexandre Charbonneau
Issy-les-Moulineaux : lextenso, 2018, 152 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

L’ouvrage présente l’originalité de réaliser la synthèse des règles de droit du travail et de droit de la sécurité sociale applicables au droit de la santé et de la sécurité au travail. Il aborde la prévention à partir de ses sources, des acteurs impliqués et de ses modalités de mise en œuvre. Il traite également de la réparation des atteintes à la santé des travailleurs en identifiant les risques professionnels et en clarifiant les régimes de responsabilité qui peuvent être mobilisés au soutien de l’indemnisation des victimes. L’ouvrage intègre les textes législatifs et réglementaires les plus récents et la jurisprudence en vigueur. Par sa présentation méthodique, accessible et dynamique, l’ouvrage est destiné à un public d’étudiants et de professionnels. Il permet de maîtriser les règles essentielles à la compréhension du droit de la santé et de la sécurité au travail et de saisir leurs principaux enjeux.

Travail et santé (2018)

22 mai 2018

de Thomas Barnay, Florence Jusot
Paris : Les Presses de Sciences Po, 2018, 116 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Si la pénibilité du travail contribue à dégrader la santé, les études montrent aussi que l'emploi la préserve en favorisant notamment l'accès aux soins. Les relations entre état de santé des individus et marché du travail ont fait l’objet de nombreux débats et d’une abondante législation. Les dispositions actuelles, fondées sur une logique de compensation et de réparation, ne prennent pas assez en compte la complexité de ces interactions, encore accrue par le vieillissement de la population, l’allongement et la précarisation des trajectoires professionnelles. Face au risque santé s’impose la nécessité de plus de prévention et de sécurisation des parcours.

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO