Monographies récentes

CECRI

2018

Beaucoup de clichés circulent au sujet du métier de diplomate, trop souvent assimilé à un exercice de mondanités. Cet ouvrage nous offre tout à la fois une présentation historique et thématique de ce métier. Considérée traditionnellement comme la manière de mener des relations bilatérales entre les États, la diplomatie ne s’organise véritablement qu’à partir du xve siècle, avec la République de Venise. Mais ce n’est vraiment qu’à partir de 1815 que va se constituer la fonction diplomatique : le diplomate fait une carrière, les premières conférences diplomatiques sont organisées tandis que se met en place le système international fondé sur l’équilibre des puissances. Après la Première Guerre mondiale, la diplomatie moderne s’établit en combinant l’ouverture vers l’opinion publique, l’extension du champ d’action diplomatique (l’économique, le social, le culturel) et la rapidité de la communication entre les ambassades et leur capitale. Progressivement se met aussi en place la diplomatie multilatérale, celle des organisations internationales, qui a ses règles et ses modes de fonctionnement.

Raoul Delcorde est diplomate et politologue. Actuellement ambassadeur de Belgique au Canada, il l’a été auparavant en Suède et en Pologne. Docteur en science politique de l’UCL, il y est professeur invité, et y enseigne les questions d’actualité européenne. Auteur de plusieurs ouvrages sur la diplomatie, dont un abécédaire et une histoire des diplomates belges, le premier ouvrage jamais écrit sur le sujet.

2017

Ces dernières années, les institutions européennes et les États membres ont cherché à favoriser les négociations en vue d'une solution à deux États du conflit entre Israël et l’Autorité palestinienne. L’ouvrage s’efforce d’interpréter la note dans le contexte de ces mesures économiques et diplomatiques.

En novembre 2015, la Commission publie une note interprétative sur l'étiquetage des produits en provenance des établissements israéliens implantés dans les territoires palestiniens et syriens occupés. Celle-ci intervient dans un contexte politique israélopalestinien tendu et alors que le mouvement de boycott de produits israéliens se renforce.
Ces dernières années, les institutions européennes et les États membres ont cherché à favoriser les négociations en vue d’une solution à deux États du conflit entre Israël et l’Autorité palestinienne. L’ouvrage s’efforce d’interpréter la note dans le contexte de ces mesures économiques et diplomatiques. Par ailleurs, les normes européennes d’étiquetage des produits importés se situent dans le cadre de règles commerciales plus générales préconisant un régime de non-discrimination envers les pays exportateurs. Les lignes directrices publiées par la Commission peuvent donc aussi s’inscrire dans une politique de différenciation à l’égard d’Israël de la part des autorités européennes.
Pour certains, cette note interprétative remet alors en cause le principe d’équidistance défendu par les institutions européennes. Dans cette perspective, les auteurs comparent la législation d’États européens et non européens en matière d’étiquetage avec la législation européenne. L’ouvrage analyse également la législation européenne d’étiquetage envers d’autres cas de territoires disputés ou occupés.

This book offers a unique approach to reconciliation as a matter for negotiation, bringing together two bodies of theory in order to offer insights into resolving conflicts and achieving lasting peace. It argues that reconciliation should not be simply accepted as an ‘agreed-upon norm’ within peacemaking processes, but should receive serious attention from belligerents and peace-brokers seeking to end violent conflicts through negotiation.
The book explores different meanings the term ‘reconciliation’ might hold for parties in conflict – the end of overt hostilities, a transformation in the quality of relations between warring groups, a vehicle of accountability and punishment of human rights abusers or the means through which they might somehow acquire amnesty, and as a means of atonement and to material reparation. It considers what gives energy to the idea of reconciliation in a conflict situation – why do belligerents become interested in settling their differences and changing their attitudes to one another? Using a range of case studies and thematic discussion, chapters in this book seek to tackle these tough questions from a multidisciplinary perspective.
Contributions to the book reveal some of the complexities of national and international reconciliation projects, but particularly diverse understandings of reconciliation and how to achieve it. All conflicts reflect unique dynamics, aspirations and power realities. It is precisely because parties in conflict differ in expectations of reconciliation outcomes that its processes should be negotiated. This book is a valuable resource for both scholars and practitioners engaged in resolving conflicts and transforming fragmented relations in conflict and post-conflict situations
.

Depuis dix ans, la question de l’identité est au coeur du débat intellectuel français. L’idéal européen de l’après guerre est à bout de souffle (montée des populismes, Brexit, etc.). Échappant à la vision d’une Europe réduite aux institutions de Bruxelles pour s’inscrire dans la longue durée, Europa raconte vingt-cinq siècles d’histoire : la nôtre. Sous la plume de 109 historiens et intellectuels du monde entier. L’ambition d’Europa est de raconter l’Europe. Pas celle de l’Union, mais l’Europe pluriséculaire : à travers ses mémoires brûlantes du XXe siècle, mais aussi celle d’Homère, d’Athènes, de Rome et de Jérusalem, celle de la Raison et des Lumières, des révolutions et de la colonisation, de Léonard et de Napoléon, de la terre et des paysans, de la lutte des classes et de la grève, de l’État providence et du capitalisme, du vin et de la bière.
Raconter l’Europe à travers son imaginaire, ses utopies, ses démons, ses trous noirs, tout ce qui, dans le passé, irrigue le présent et constitue la mémoire : l’histoire telle qu’elle a été vécue par les peuples.
L’ampleur du propos, la somme d’intelligences mobilisées, font de ce livre un événement intellectuel. En dépassant le cadre de notre seul pays pour se placer à l’échelle de toute l’europe, ce livre répond aux questions que chacun se pose : Qui sommes- nous ? D’où venons- nous ? Où allons- nous ?