Séminaires PHIGOV

CPDR

Séminaire « Penser l’Être du Peuple » : 1ère session « Populisme de gauche et subjectivation »

par prof. Jacques Lenoble

 

Prévue le 20/03/2020 et postposée à une date non définie (covid-19) : cette 1ère session porte sur les Epistémologies du politique à l’âge des populismes.

À un moment où les signifiants du peuple et du populisme deviennent des opérateurs fondamentaux du diagnostic que les démocraties occidentales font de leur propre crise, une réflexion philosophique renouvelée sur ces enjeux devient d’autant plus prégnante. L’objet de ce séminaire est de réinterroger les matrices conceptuelles agissantes au sein des savoirs sur l’être du peuple. Nous entendons ainsi reposer la question du peuple afin de saisir les conditions épistémiques permettant un discours sur les phénomènes politiques de masses, les constructions symboliques du social, voire sur les émergences contemporaines des populismes.

affiche

____________________________________________________________________________________________________________________________________________

Journées d'études « Les enjeux du pragmatisme en théorie de la norme : des fondements, des thèses et de la critique à sa procéduralisation »

co-organisées par Cristian Valdés et Marc Maesschalck.

5/12/2019 : présentations de Alain Loute, Manuel Tangorra, Oscar Palacios et Nicolas Cuneen

♦ 12/12/2019 : présentations de Carolina Sánchez, Arthur Longneaux, Juliano Ferreira de Souza et Cristián Valdéz.

► affiche

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Séminaire « Penser les décolonisations » : «Identités et conscience décoloniale. Territoire, Sexe et Couleurs»

organisé par Lina Alvarez Villareal et Marc Maesschalck, en collaboration avec l’Université de Toulouse – Jean Jaurès.

23/04/2019 : « Sortir de la crise de la nation haïtienne : Le contre-discours des ethnologues au début du XXè siècle »

avec Jhon Picard Byron, Enseignant Chercheur à l'Université d'Etat de Haïti - IIE-SRF Fellow & Chercheur associé URMIS-IRD (2018-2019).

Celui-ci a d'abord souligné les principaux éléments caractéristiques de la crise de la nation haïtienne, sans s'attarder sur toutes ses manifestations éruptives qui ont marqué le « long 19e siècle » haïtien qui s’est achevé avec l’occupation américaine (1915-1934). Ensuite, en s’appuyant sur une des principales figures de cette période, il a insisté sur les propositions - pour surmonter cette crise généralisée et profonde - des ethnologues de la fin de ce « long 19e siècle » (ou du début du 20e siècle). Il s’agit essentiellement de leur formulation de nouvelles narrations pour dire la nation découlant d’une forte remise en cause du « modèle social » du 19e siècle. Qu’en est-il du devenir de ce legs du « mouvement ethnologique » pour reprendre cette expression qu’utilise un historien anglais pour désigner ces penseurs haïtiens (David Nicholls 1975) ?

► affiche

27/05/2019 : « Rencontre avec Norman Ajari, dans le cadre de la publication de son livre La dignité ou la mort, éthique et politique de la race (La Découverte, 2019) »

affiche

♦ 12/06/2019 : « Les usages politiques de la violence. Le cas de Nicaragua »

avec Bernard Duterme (Directeur du Centre tricontinental - CETRI), Maria Angelica Sanchèz (Université National de Colombie – UCLouvain / CPDR) et Zeto Bórquez (UCLouvaibn/ ISP), et en collaboration avec le Master Erasmus Mundus Europhilosophie.

  • "La crise nicaraguayenne : ressorts et perspectives"
  • "L’auto-immunité à venir".
  • "El proceso de excepcionalización del derecho y la democracia"

affiche

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________