- Les pratiques religieuses

RSCS

 

L'axe des pratiques : discerner les usages du religieux

 

L’axe des pratiques étudie les mises en œuvre concrètes. Ainsi on passe des contenus religieux à leur effectuation. L’étude de celle-ci touche tant à la théologie pratique chrétienne qu’à l’étude sociologique, anthropologique et psychologique de toutes les religions. Les pratiques comportent un lieu privilégié de codification : le droit des religions. Et un lieu de communication : la didactique. 
 
L’étude des pratiques chrétiennes aborde les questions de communication de la foi, d’organisation des Églises, de pastorale, de célébration liturgique, d’engagement social et d’encadrement des expériences religieuses, tant du point de vue des représentations générales que de celui des systèmes concrets de mise en œuvre. Au niveau méthodologique, ces études utilisent des sources de première main (interview, observation…) ou des documents produits par les institutions (articles de presse, documents d’Église, rapports d’État...). L’approche est volontiers interdisciplinaire et implique des points de vue sociologique, anthropologique, psychologique, théologique et statistique. L’étude de la réalité locale, belge ou européenne, est réalisée par le Groupe de recherche en théologie pratique. L’approche internationale, centrée plus particulièrement sur l’Afrique, est réalisée par le Centre Vincent Lebbe (CVL), qui tire son nom d’un missionnaire belge engagé en Chine. Les réseaux internationaux où sont investis des membres de l’Institut en cette matière sont le Centre de recherches et d'échanges sur la diffusion et l'inculturation du Christianisme (CREDIC), l’Association francophone œcuménique de missiologie (AFOM), la Société internationale de théologie pratique (SITP) et la Société internationale de Sociologie des Religions (SISR).     
 
L’approche anthropologique des systèmes symboliques et des religions est menée par le Laboratoire d'Anthropologie Prospective (LAAP), de l'Institut Iacchos. Celui-ci vise l’anthropologie contemporaine et la perçoit comme capable d’explorer les évolutions et les enjeux sociétaux du 21e siècle. L’étude de l’Islam contemporain et de ses mutations en Belgique et en Europe est une spécialité du Centre interdisciplinaire d’études de l'Islam dans le monde contemporain (CISMOC), par une approche socio-anthropologique, politique et juridique. L’expression du religieux dans une culture passe spécialement par le premier des médias dans la culture actuelle : le cinéma. C’est pourquoi a été mis sur pied le Groupe de recherche Cinespi (Cinéma, religions et spiritualités).  
 
L’approche juridique a pour but de considérer l’objet religieux comme enjeu normatif. Elle comprend une perspective de droit étatique, qui analyse les régimes des cultes, les garanties de liberté religieuse et les principes de non-discrimination. Elle envisage aussi une perspective de droit comparé des religions. Elle comprend enfin une perspective interdisciplinaire par laquelle les approches normatives sont réévaluées comme science des religions. Ceci permet de nouvelles investigations et suscite une capacité d’innovation réfléchie dans la gouvernance du fait religieux. Ce travail est assuré par la Chaire en droit des religions. Il est relayé par le réseau du Groupe des canonistes francophones de Belgique. 
 
La dimension didactique aborde d’abord la question du sens et sa mise en œuvre dans l’enseignement. Elle réfléchit ensuite sur la mise en place de priorités claires dans un cours : tant au niveau de l’anthropologie (promotion de la diversité) que de la théologie (grammaire du religieux, lien entre pédagogie religieuse et modèle ecclésiologique). Il s’agit ensuite d’expérimenter des procédures didactiques pour étudier les textes fondateurs et favoriser le dialogue interreligieux ou interconvictionnel. Enfin il faut établir un cadre analytique destiné à typologiser les approches scolaires de l’enseignement du religieux. Ces travaux sont effectués au sein du Groupe de recherche sur éducation et religions (GRER). Ils sont relayés par deux réseaux internationaux : l’Institut de formation à l'étude et l'enseignement des religions (IFER) et l’Observatoire interuniversitaire sur les pratiques pastorales à l’intention de la jeunesse. 
 
Initié en 2012, le Réseau international de recherche en éthique-spiritualité et soins palliatifs (RIRESP) est composé de chercheurs (professeurs, doctorants, mémorants) et de cliniciens intéressés par les sciences humaines, et particulièrement par les questions éthiques et/ou spirituelles inhérentes à la pratique des soins palliatifs.
 
Enfin, depuis 2016, une Chaire "Tolérance" stimule des recherches interdisciplinaires autour des thèmes de la jeunesse, de la pudeur et du prosélytisme, en dialogue avec le christianisme et l'islam.