Valérie Loutsch et Marie Gilot (Faculté ESPO)

LOUVAINTER

Valérie Loutsch, RAE Ecole de Communication de l’UCLouvain & Marie Gilot, RAE Economics School of Louvain

Faculté des Sciences politiques, économiques, sociales et de communication (ESPO)
 

Quand êtes-vous parties et à quel endroit exactement ?

De 26 août au 3 septembre 2018. Il n'y a pas très longtemps !

Quel était votre objectif ?

Pour ce qui est de la mission de coordination Mercator, nous sommes parties à la "Carleton University" dans le but d'établir une promesse de signature de deux accords d’échange Mercator : un accord en COMU en étape préalable à un projet de co-diplomation pour le master interfacultaire STIC (ESPO/FIAL) et un accord en EURO pour la mobilité d’étudiant liée à la co-diplomation en études européennes.

Nous sommes également parties dans le cadre d'une autre mission, mais cette fois à l'Université de Sherbrooke. L'objectif était de finaliser les aspects administratifs du projet de co-diplomation initié par le professeur François Lambotte, vice-doyen ESPO : Master international en communication stratégique. Cette mission s’inscrit également dans le cadre des échanges de pratiques administratives entre écoles initiés à la Faculté ESPO.

L’expérience fut-elle à la hauteur de vos attentes et que vous a-t-elle apporté exactement ?

L'expérience à Carleton fut concluante : la promesse de signature de deux accords étaient inespérée. Le Canada et les USA n’ont pas l’expérience de la pratique d’échange internationaux à l’Européenne ; nous avons dû expliquer en détail tous les points de l’accord Mercator à signer et répondre à chacune de leur question. Cette discussion a rassuré nos partenaires qui, rassurés, se sont engagés à renvoyer les accords signés pour le 30 octobre en vue de démarrer les premiers échanges dès septembre 2019.

A Sherbrooke, la rencontre avec l’équipe administrative et académique de Sherbrooke a permis de tisser des liens de collaboration voire d’amitié précieux à la gestion de nos étudiants engagés dans cette double diplomation innovante et au développement d’autres partenariats.

A-t-elle changé votre façon d’envisager votre travail, votre quotidien, vos relations avec les collègues ?

La confiance accordée par nos responsables directs (Doyen – Daf – Présidents) et par la Commission des relations internationales nous a portée dans la réalisation positive de notre mission. Le défi à relever était de taille et nous tenions à le mener à bien à tout prix.

Comment avez-vous eu connaissance de ce programme de mobilité pour le personnel ?

Grâce aux réunions des gestionnaires de la mobilité où nous représente Géraldine Carette.

Encourageriez-vous d’autres membres du personnel à réaliser ce type de séjour et pourquoi ?

Oui vivement ! Le fait de visiter d’autres universités ouvre les horizons ! Tant sur le plan professionnel que personnel. C’est d’autant plus important de se rendre sur place lorsqu’on recrute des étudiants belges dans le cadre d’une co-diplomation avec le partenaire visité.

Quels conseils donneriez-vous ?

Osez demander à partir ! L’expérience est très enrichissante pour tous, en interne et avec les partenaires !

Envisagez-vous d’autres séjours ?

Oui ! Cette fois-ci nous aimerions organiser un échange de pratique administrative sur la gestion des parcours étudiants et la rentrée académique avec un partenaire des pays nordique qui ont une vision souvent innovante voire avant-gardiste.

Autre commentaire ?

Le fait de pouvoir partir à plusieurs ajoute une dimension non négligeable à l’efficacité, à la dynamique et à l’ampleur des échanges et de leurs conséquences. Cumuler les expertises et les points d’attention de l’une et de l’autre a vraiment donné une plus-value à la mission.
Merci à toutes les personnes qui nous ont permis de réaliser cette mission !


Photo : Le Doyen de l’Ecole de communication de la Carleton University, Joshua Greenberg en compagnie de Valérie et Marie.