A propos

SSH

Le secteur des sciences humaines est né dans la foulée du plan de développement de l’université décidé en 2009. La séparation de l’enseignement et de la recherche entre les facultés et les instituts a en effet entraîné la nécessité de coordonner ces deux missions, d’en définir les grandes orientations politiques et de leur allouer les ressources humaines et matérielles nécessaires. Avec le plan de développement, dix instituts ont été créés dans le seul secteur des sciences humaines, qui sont venus s’ajouter aux six facultés existantes. La naissance de ces dix instituts exprime la volonté de donner plus de visibilité et de moyens à la recherche. Elle manifeste aussi le souhait d’établir un dialogue et de créer des synergies entre une grande variété de disciplines et de domaines de recherche. Cette diversité représente une des richesses du secteur. Les questions complexes posées par les sociétés contemporaines demandent en effet à être traitées de manière multidisciplinaire, en coordonnant les méthodes et les modèles de référence.
Le secteur des sciences humaines rassemble plus de 340 professeurs et chercheurs permanents, 700 chercheurs sur projet et 900 doctorants. Près de 16.000 étudiants sont inscrits dans les différents programmes organisés par nos facultés. Plusieurs de nos domaines de recherche et d’enseignement sont classés parmi les meilleurs au monde par QS World University Rankings. Le secteur des sciences humaines se distingue par la qualité pédagogique de ses formations et par l’excellence de ses équipes de recherche, ce qui lui permet d’attirer des chercheurs et des étudiants du monde entier.
Pour l’essentiel, les activités de recherche et d’enseignement du secteur sont organisées sur le site de Louvain-la-Neuve. En 2004, le secteur s’est toutefois étendu avec l’intégration des Facultés universitaires catholiques de Mons (FUCaM), ce qui a élargi l’offre de formations en Hainaut dans plusieurs domaines des sciences humaines.
Dynamique et ouvert sur le monde, le secteur des sciences humaines dispose des atouts nécessaires pour relever les défis qui sont posés à la recherche et à la formation dans un monde en changement rapide où l’ouverture et le numérique sont les maîtres-mots.
 
J. Grégoire, vice-recteur