Veille sur l'alimentation

 

Thématique spécifique : Alimentation

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES.


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

Exploring the Relationship Between MyPlate Knowledge, Perceived Diet Quality, and Healthy Eating Behaviors Among Adolescents

17 septembre 2020

de Miranda Westfall, ET AL.
2020, pp. 713–721
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Abstract
Purpose:
MyPlate is the current dietary guidance icon meant to communicate healthy eating patterns. The purpose of this study is to evaluate knowledge of MyPlate nutrition education messages among middle school students and its association with dietary intake and perceived diet quality.

Design:
Secondary analysis of cross-sectional data.

Settings:
Survey of eighth-grade students from 16 middle schools in California.

Subjects:
A total of 3521 eighth-grade students.

Measures:
MyPlate knowledge was assessed with 3 questions asking how much of the plate in a typical meal should be (1) fruits and vegetables, (2) grains, and (3) proteins. A brief food frequency questionnaire measured intake of fruits, vegetables, sweets, salty snacks, fast-food, and sugar-sweetened beverages (SSBs) over the past 7 days. Students self-rated their diet quality as poor, fair, good, or excellent.

Analysis:
Hierarchical logistic regression models controlling for gender, ethnicity, and socioeconomic status.

Results:
Only 11% of students answered all MyPlate questions correctly. MyPlate knowledge was associated with 65% higher odds of not consuming SSBs, but 46% lower odds of not consuming sweets. MyPlate knowledge was not associated with adolescents’ perceived diet quality or intake of salty snacks, fruits, or vegetables.

Conclusion:
Knowledge of nutrition education messages communicated by the MyPlate dietary guidance icon is limited among adolescents. The association between MyPlate knowledge and lower consumption of SSBs is encouraging, given the strong association between SSBs and childhood obesity.

Inventory of marketing techniques used in child-appealing food and beverage research: a rapid review

16 septembre 2020

de Christine Mulligan, ET AL.
2020, pp. 1045–1055
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectives
Restrictions on child-appealing food and beverage marketing have been prioritized globally. However, the concept of “child-appealing marketing” has not been consistently defined, leading to variability in policies and research. The objective of this review was therefore to generate an inventory of the marketing techniques that have been used in research to identify child-appealing marketing.

Methods
Based on WHO guidelines, this review identified primary research that analyzed child-appealing marketing techniques, using the OVID Medline database and hand searches in Google Scholar and PubMed. All marketing techniques were extracted, counted, and synthesized into an inventory, organized thematically and by popularity.

Results
From 133 publications, 1421 marketing techniques were extracted (mean 10.7/publication; range: 1–66). The final inventory included 117 techniques; the “use of characters, children, and actors” was the most popular theme.

Conclusions
The inventory and categorization generated by this research can be used for informing future research and for alerting policy-makers globally to the breadth of child-appealing food and beverage marketing techniques, helping move toward a consistent and comprehensive definition of child-appealing marketing in regulations aimed at restricting this type of marketing.

Self-Efficacy and Nutrition-Related Goal Achievement of MyFitnessPal Users

16 septembre 2020

de Madison L. Bracken, Bradly M. Waite
2020, pp. 677–681
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Mobile health applications (apps) are increasing in popularity to assist in health behavior change and maintenance. Drawing from constructs outlined within the social cognitive theory by Bandura, we explored how frequently users of a popular health app achieved their health-related goals. Participants reportedly used the MyFitnessPal (MFP) app within the past year completed an online survey on how often they used MFP, their self-efficacy for healthy eating (SE-HE), and achievement of nutrition-related goals. Findings suggest that higher levels of SE-HE and greater use of MFP predicted greater goal achievement. One important finding was that greater use of MFP related to increased reports for goal achievement when SE-HE was lower but not when participants showed high level of SE-HE. The results from this study suggest that MFP may be the most helpful for those who find it more difficult to meet their nutrition-related goals.

Évolution des messages sanitaires devant accompagner les publicités de certains aliments et boissons et préconisations concernant l'encadrement du marketing des produits gras, sucrés, salés en direction des enfants (2020)

28 juillet 2020

de Anne-Juliette Serry, Hélène Escalon
France : Santé Publique France (SPF), 2020, 18 p.
En ligne : www.santepubliquefrance.fr[...]

La population, et en particulier les jeunes, sont exposes a un environnement obésogénique, comprenant des incitations fortes et répétées à consommer ; Les mesures d'incitation à adopter des comportements alimentaires favorables à la sante doivent être complétées par un ensemble d'autres mesures visant à réduire l'influence de l'environnement obésogénique ; L'impact du marketing alimentaire sur les préférences alimentaires des enfants et des adolescents, leurs comportements et leurs consommations, est établi et reconnu par la majorité des experts en France et à l'international ; Il existe donc un consensus national et international clair sur la nécessité de réglementer, de manière efficace, l'exposition des enfants au marketing des produits alimentaires peu sains ; En France, l'ampleur du marketing alimentaire pour des produits gras, sucres, sales en direction des enfants se maintient, en particulier à la télévision, et ce malgré les engagements à l'autorégulation des industries agroalimentaires et l'interdiction de la publicité pendant les programmes jeunesses des chaines publiques ; L'augmentation du temps passe sur Internet par les enfants et les adolescents laisse augurer d'une exposition bien plus massive aux publicités pour les produits gras, sucrés, salés, sans qu'il ne soit à ce jour possible de la mesurer. Santé publique France préconise de limiter les communications commerciales des produits classes D et E selon le Nutri-Score ainsi que les communications pour les marques associées a ces produits, en télévision et sur Internet pendant les tranches horaires qui sont le plus regardées par les enfants. Ces deux medias représentent 80 à 90% des investissements publicitaires alimentaires ; En complément de ces mesures prioritaires, Santé publique France propose que le dispositif des messages sanitaires soit adapté afin qu'il puisse jouer pleinement son rôle d'incitation comportementale en dissociant les messages sanitaires des annonces publicitaires elles-mêmes.

Survol des recommandations en matière d’alimentation pour les personnes aînées en contexte de pandémie de COVID-19 (2020)

10 juin 2020

de Marie-Claude Paquette, Laurie Plamondon
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 8 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Les mesures mises en place pour éviter la transmission du coronavirus peuvent avoir un impact préjudiciable sur l’alimentation de la population, notamment chez les personnes aînées.La présente analyse porte sur l’alimentation des personnes aînées qui ne sont pas hébergées dans les établissements publics ou privés dans le contexte de la pandémie actuelle. Peu d’organismes de santé ont émis des directives, avis ou recommandations spécifiques à ce sujet, mais certains soulignent que manger sainement est encore plus important pour les aînés en contexte de pandémie.Selon le guide alimentaire canadien, manger sainement signifie de manger des légumes et des fruits en abondance, des aliments à grains entiers, des aliments protéinés, de limiter les aliments hautement transformés et de boire de l’eau plutôt que des boissons sucrées.La consigne de rester à la maison et les mesures de distanciation physique peuvent rendre l’accessibilité (physique et économique) aux aliments sains plus difficile pour les aînés. Leur alimentation peut aussi être influencée par l’isolement social, le stress et l’anxiété associés à la pandémie.Les auteurs d’un article scientifique recommandent de créer un système de soutien structuré et fiable pour garantir que les aliments de base sont accessibles physiquement et financièrement pour tous les membres de la communauté, incluant les aînés.Les mesures mises en œuvre à l’échelle locale et régionale pour remédier aux enjeux en matière d’alimentation chez les aînés devraient être consolidées tout en impliquant les différents partenaires concernés.

Cross-country comparison of strategies for building consumer trust in food

02 juin 2020

de Annabelle M. Wilson, Emma Tonkin
2020, pp. 267–278
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Consumer trust in the modern food system is essential given its complexity. Contexts vary across countries with regard to food incidents, regulation and systems. It is therefore of interest to compare how key actors in different countries might approach (re)building consumer trust in the food system; and particularly relevant to understanding how food systems in different regions might learn from one another. The purpose of this paper is to explore differences between strategies for (re)building trust in food systems, as identified in two separate empirical studies, one conducted in Australia, New Zealand and the UK (Study 1) and another on the Island of Ireland (Study 2). Interviews were conducted with media, food industry and food regulatory actors across the two studies (n = 105 Study 1; n = 50 Study 2). Data were coded into strategy statements, strategies describing actions to (re)build consumer trust. Strategy statements were compared between Studies 1 and 2 and similarities and differences were noted. The strategy statements identified in Study 1 to (re)build consumer trust in the food system were shown to be applicable in Study 2, however, there were notable differences in the contextual factors that shaped the means by which strategies were implemented. As such, the transfer of such approaches across regions is not an appropriate means to addressing breaches in consumer trust. Notwithstanding, our data suggest that there is still capacity to learn between countries when considering strategies for (re)building trust in the food system but caution must be exercised in the transfer of approaches.

n° 61 - Mars 2020 - Des messages simples mais pas simplistes, complexes mais pas compliqués (Bulletin de Pratiques en nutrition)

13 mai 2020

2020
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Ce numéro est composé de :

Dossier
·Des messages simples mais pas simplistes, complexes mais pas compliqués
Jean-Michel Lecerf

·Réapprendre à manger les aliments riches grâce à l’alimentation intuitive
Page :10-14
Stève Lollivier

·Favoriser une alimentation saine chez l’enfant : alternatives aux injonctions nutritionnelles
Page :15-16
Sandrine Monnery-Patris

·Messages de santé publique en nutrition, ce que comprennent les consommateurs
Page :17-19
Carolina O.C. Werle

·Jardiner dans un quartier défavorisé, un déclic pour repenser son alimentation ?
Page :20-25
Nicole Darmon, Pauline Martin, Pascale Scheromm, Florence Ghestem, Paul Marchand, Jean-Noël Consalès

·Du rassasiement à la satiété, la place du plaisir sensoriel
Page :27-31

Sciences des aliments
·Rôles et intérêt des nitrites dans la charcuterie
Page :32-37
Gilles Nassy

Cas clinique
·Approche psychologique du patient obèse et arthrosique
Page :38-41
Coline Rondeau

Pratique
·L’influence des médias sur le comportement alimentaire des enfants

Cibles de reformulation des aliments transformés adoptées par certains gouvernements : guide d’accompagnement du répertoire des cibles (2020)

29 avril 2020

de Julie Maltais-Giguère, Marie-Claude Paquette
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 84 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Étant donné les apports trop élevés en sodium et en sucres des Québécois, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a été mandaté pour documenter les cibles de reformulation des aliments transformés, qui sont une mesure visant à améliorer la qualité nutritive des aliments et des boissons. En effet, selon les dernières données issues de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2015, les Québécois ont des apports préoccupants en sodium et en sucres, et leurs apports en gras saturés se rapprochent des recommandations. Ces nutriments sont particulièrement présents dans les aliments hautement transformés de faible valeur nutritive, d’où l’importance d’améliorer leur composition nutritionnelle. Pour documenter cette mesure, un répertoire des cibles& de reformulation et un guide d’accompagnement ont été produits.

Les boissons énergisantes et les jeunes : un point sur leur consommation (2020)

29 avril 2020

de Yara Barrense-Dias, Joan-Carles Suris
Lausanne : Unisanté, 2020, 64 p.
En ligne : www.pratiquesensante.org[...]

Introduites en 1987 sur le marché européen, les boissons énergisantes ont fait l’objet d’études scientifiques par rapport à leurs effets sur la santé, particulièrement auprès de certaines populations considérées comme étant plus à risque (enfants, femmes enceintes, personnes avec des problèmes cardiaques, etc.) et aux effets d’une consommation simultanée de boisson énergisante et d’alcool.Cependant, si les effets du sucre sur la santé sont aujourd’hui bien connus, des débats autour des effets d’autres substances telles que la caféine et la taurine, deux ingrédients principaux des boissons énergisantes, persistent encore dans le monde scientifique.

Practical Nutrition Knowledge Mediates the Relationship Between Sociodemographic Characteristics and Diet Quality in Adults: A Cross-Sectional Analysis

12 mars 2020

de Kristine Deroover, Tamara Bucher
2020, pp. 59–62
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Purpose:
To investigate the direct and indirect effects of sociodemographic/health factors on diet quality through practical nutrition knowledge (PNK) about how to compose a balanced meal.

Design:
A cross-sectional study using data from an online survey of the 10 000 Steps cohort (data collected November-December 2016).

Setting:
Australia.

Participants:
Adults (n = 8161). Response rate was 16.7%.

Measures:
Self-reported lifestyle, health, and sociodemographic characteristics, including diet quality and PNK.

Analysis:
The PROCESS macro for SPSS was used to conduct the mediation analyses.

Results:
Better diet quality was associated with being female, older, more highly educated, and having a lower body mass index. Mediation analysis showed that PNK significantly mediated the associations between sex (a*b = 0.54, 95% confidence interval [CI] = 0.39-0.70) and education (vocational education: a*b = 0.22, 95% CI = 0.12-0.35, university: a*b = 0.48, 95% CI = 0.35-0.64), and diet quality. Practical nutrition knowledge suppressed the association between age and diet quality (a*b = −0.03, 95% CI = −0.04 to −0.03).

Conclusion:
Variations in diet quality between sociodemographic groups were partially explained by differences in PNK, suggesting that focusing public health efforts on increasing this specific knowledge type might be promising.

Food and Sustainability (2020)

03 mars 2020

de Paul Behrens, Thijs Bosker
New York, Oxford : Oxford University Press, 2020, 416 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Food and Sustainability is the first text on this topic to consistently and coherently bring together important concepts from different disciplines to introduce students to a common challenge: food sustainability.

-The first text to introduce students to the full range of disciplines underpinning food sustainability, and help them successfully apply their knowledge to the real-world challenges food sustainability presents.
-Case studies throughout demonstrate the real-life application of concepts being introduced in the main text, while a range of in-text learning features promote engagement, reflection, and critical thinking on the part of the reader.
-In-depth boxes introduce more complex topics, such as derivations or specific terminology, without disrupting the flow of the main body of text.
-A 'Food controversy' panel in each chapter encourages the reader to view topics under discussion from different perspectives, and to appreciate how there is often no one 'right answer' to debates and issues.
-A 'Connect the dots' feature actively encourages the reader to make links between the range of disciplines discussed in different chapters, underpinning the study of food sustainability in order to see the field as a coherent whole.

Perceptions of Processed Foods Among Low-Income and Immigrant Parents

28 janvier 2020

2020, pp. 101–110
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Background. Parent-aimed guidance on the topic of processed foods may help limit highly processed foods in children’s diets, but little is known about parent understanding and perceptions of these products. Aims. To determine how parent perceptions of processing align with processing classification systems used in research, and to identify opportunities for future research in communicating information about processed foods. Method. Six focus groups with lower income, racial/ethnic minority and immigrant parents of fourth to sixth graders (n = 37) were conducted. Parents were asked to discuss their views on terminology related to food processing, classification of foods according to their processing level, the healthfulness of select foods, and criteria for choosing snacks for their children. Focus groups were guided by a thematic approach. NVivo 12 (QSR International) was used to facilitate analyses. Results. Thirty mothers and seven fathers participated. Two thirds (62%) were foreign-born; 38% identified as Hispanic. The term “processing” lacked consistent meaning among parents, with variation by immigrant status. Participants associated highly processed foods with convenience, packaging, and added ingredients; “less-processed” versions of foods (e.g., fresh; homemade) were perceived as healthier. Children’s preferences were the main criteria for choosing snacks. Foreign-born parents were more likely to associate processed foods with positive characteristics (e.g., properly cooked). Conclusion. The concept of food processing is an area of misconception among parents, providing an opportunity for education that may be extended to larger audiences. A universally accepted definition of food classification by processing level is necessary to effectively communicate the link between processing and healthfulness.

La consommation des Autres aliments et des boissons chez les Québécois

23 janvier 2020

de Céline Plante, Carole Blanchet
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 36 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Une saine alimentation contribue au maintien de la santé, au bien-être général ainsi qu’à la prévention des maladies chroniques. La présente étude documente d’une part, la consommation des Autres aliments, soit ceux ne faisant pas partie des quatre groupes d’aliments du Guide alimentaire canadien de 2007 et, d’autre part, la consommation des boissons, peu importe leur appartenance à un groupe alimentaire. L’étude a été réalisée à partir des données de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes conduite en 2015 par Statistique Canada et dont la thématique était la nutrition. Les résultats de l’enquête de 2015 indiquent qu’une calorie sur cinq provient des Autres aliments. Le pourcentage des calories que cette catégorie d’aliments fournit aux jeunes de 2 à 18 ans (16 %) est moins élevé que celui des adultes (22 %). Les principaux contributeurs d’énergie parmi les Autres aliments sont les matières grasses (5 % des calories quotidiennes), les boissons alcoolisées (4 %) et les boissons gazeuses ou aux fruits (2 %). Les matières grasses sont consommées par près des trois quarts des Québécois de 2 ans et plus. Une proportion plus élevée de Québécois (44 %) consomment de la margarine comparativement aux autres types de matières grasses. Les sucres, les sirops et les confitures sont consommés par plus de la moitié des Québécois. Quant aux confiseries, la fréquence de consommation diminue avec l’âge, les jeunes étant significativement plus nombreux (25 %) que les adultes (15 %) à en manger. De plus, un Québécois sur dix a déclaré avoir mangé du chocolat au cours de la journée de référence. Comparativement à 2004, la consommation de matières grasses et de sucres, sirops et confitures a été plus faible en 2015.Les Québécois consomment en moyenne 1,75 litre par jour de boissons de toutes sortes, incluant l’eau. L’eau est la principale boisson consommée par les Québécois (90 %) et la quantité moyenne bue par jour est de 588 ml et de 847 ml respectivement chez les jeunes et les adultes. Près des deux tiers de l’eau bue provient du robinet et le tiers est embouteillée. Près du tiers des adultes ont consommé des boissons alcoolisées lors de la journée de référence et, parmi ceux en ayant consommé, la quantité moyenne bue équivaut à environ deux consommations (691 ml de bière ou 277 ml de vin). La quantité moyenne de boissons sucrées (incluant les jus de fruits) bues par les jeunes est plus élevée que celle des adultes (342 ml c. 267 ml).La quantité de boissons gazeuses consommées diminue significativement à mesure que la scolarisation des ménages augmente. Les Québécois vivant dans un ménage dont le revenu se situe dans les deux quintiles les plus faibles ont une consommation plus élevée de boissons sucrées (incluant les jus de fruits) que ceux dont le ménage a un revenu plus élevé. Comparativement à 2004, la consommation des boissons gazeuses et des boissons aux fruits apparaît réduite en 2015 alors que celle des boissons lactées sucrées ainsi que des cafés ou thés sucrés est augmentée. L’ESCC Nutrition 2015 constitue une précieuse source d’information sur l’alimentation et la nutrition de la population québécoise. La présente étude a permis de mettre en lumière l’ampleur de la consommation des Autres aliments et des boissons dont la plupart se distinguent par leur faible valeur nutritive. Les résultats pourront être utilisés pour l’élaboration de stratégies d’intervention adaptées aux besoins de la population et pour la création d’environnements favorables à la saine alimentation.

Épiceries sociales et solidaires pour l’accès à une alimentation de qualité (2019)

10 décembre 2019

de Solène Houze
Belgique : Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation-CPCP, 2019, 20 p.
En ligne : www.cpcp.be[...]

En Belgique, comme ailleurs dans le monde, les statistiques en matière de précarité sociale, économique et alimentaire continuent de grimper. En 2017, près de 16 % des Belges étaient encore considérés comme à risque de pauvreté monétaire. Un Belge sur quatre déclare ne pas savoir faire face à une dépense imprévue. Un Belge sur vingt se trouve en situation de privation matérielle sévère. Si on réunit l’ensemble des indicateurs de précarité, c’est 20 % de la population belge qui se retrouve dans le rouge, c’est-à-dire, en risque de pauvreté ou d’exclusion sociale. L’accès à l’alimentation, en particulier saine, équilibrée et de qualité, est un des symptômes le plus souvent visible et emblématique de cette précarité grandissante. Bien que l’accessibilité à l’alimentation de qualité revête de nombreuses dimensions, les questions des revenus et du budget consacré à l’alimentation jouent un rôle important dans cet enjeu. En effet, de nombreuses études démontrent que revenus et précarité sont en corrélation avec les indicateurs d’équilibre des régimes alimentaires, que ce soit au niveau de la composition de l’assiette ou des facteurs d’obésité et de surpoids, par exemple. Pour plus de détails, Carine Dusseldorf a publié une analyse sur l’accès à l’alimentation saine pour le CPCP. L’aide alimentaire est donc malheureusement encore une institution souvent utile pour permettre à 450 000 Belges de manger au quotidien. Cette aide peut prendre des formes multiples. Au départ, vu comme un secteur souvent humiliant avec des démarches administratives et sociales lourdes, des colis imposés avec de la nourriture pas toujours attirante, le secteur a tenté de s’adapter aux attentes des personnes dans le besoin. Les acteurs du secteur travaillent ainsi sur l’accueil, l’accompagnement social, les modalités d’accès, l’inclusion des bénéficiaires aux différentes étapes (choix des produits, ateliers, etc.), la diversité et le choix des produits proposés, etc. Depuis le début des années 2000, les épiceries sociales et solidaires connaissent un véritable succès. Les bénéficiaires deviennent des clients comme les autres. Ils ont plus de liberté dans leurs choix. Le but est de favoriser leur autonomie financière et alimentaire et de respecter leurs droits et leur dignité. Comment cela fonctionne-t-il ? Quelle est la situation à Bruxelles et en Wallonie ? Quels sont les bénéfices sociaux, économiques et environnementaux de ces initiatives ? Quels sont les enjeux des épiceries sociales comme solutions aux défis de l’aide alimentaire Cette analyse va tenter de répondre à ces questions : en nous permettant de comprendre le lien entre le rôle des épiceries sociales et solidaires, l’accès à l’alimentation de qualité et la lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales.

La consommation des aliments chez les Québécois selon les recommandations du Guide alimentaire canadien (2019)

10 décembre 2019

de Céline Plante, Carole Blanchet
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2019, 44 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Une saine alimentation contribue au maintien de la santé ainsi qu’à la prévention des maladies chroniques. À partir des données de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes conduite en 2015 par Statistique Canada et dont la thématique était la nutrition, cette étude documente chez les Québécois la consommation d’aliments provenant des quatre groupes alimentaires faisant partie du Guide alimentaire canadien (GAC) de 2007, soit le Guide qui était en vigueur au moment de l’enquête et auquel la population québécoise pouvait se référer. L’atteinte des recommandations du GAC 2007 a été évaluée quantitativement (selon le nombre de portions) et qualitativement selon le niveau de conformité des choix alimentaires.

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO