veille sur la santé mentale

 

Thématique spécifique : Santé mentale

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES. 


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

Santé psychique en temps de crise (et au quotidien) : Comment préserver sa santé mentale? (2020)

12 août 2020

Clermont-Ferrand (France) : Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé (IREPS) Auvergne-Rhône-Alpes, 2020
En ligne : wakelet.com[...]

La période actuelle invite à prendre du recul et à éclairer les crises que nous traversons -et traverserons, à la lumière de celles déjà vécues. Vous trouverez dans ce wakelet une sélection d'articles et de ressources (outils pédagogiques, exemples d'actions et de projets) pour vous permettre d’accompagner vos réflexions et projets visant à promouvoir et préserver la santé psychique des publics avec lesquels vous travaillez, en temps de crise... mais pas seulement ! A noter: les ressources/outils sont présentés en bas de chaque collection thématique.

Psychological effects of outdoor activity in type 2 diabetes: a review

11 août 2020

de Matthew Fraser, Robert Polson
2020, pp. 841–851
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Previous research has shown individuals living with type 2 diabetes are more likely to experience depression, anxiety and reduced quality of life (QoL) in comparison to those without the disease. Physical activity has been highlighted as an important factor in improving physiological and psychological parameters in this population. Previous systematic reviews have found mixed results regarding the effects of exercise on psychological problems. Green exercise is an emerging research area with mounting evidence demonstrating positive effects on mental health. Objectives of the current review investigated whether conducting physical activity in outdoor environments had any effect on psychological problems in individuals with type 2 diabetes. Methods such as PubMed, Medline, PsycINFO, Scopus, Cochrane library, CINAHL, SPORTDiscus and Google Scholar databases were searched. The databases were searched for articles which used an outdoor exercise intervention and investigated psychological problems in individuals with type 2 diabetes. Results from the 1467 retrieved articles, 4 studies were included in the systematic review, consisting of 231 participants. All four studies investigated QoL, one study looked at depression and one investigated general wellbeing. Mixed results were found regarding QoL, no significant effect was found for depression. However, general wellbeing was improved. Due to the limited number of studies eligible for inclusion and the heterogeneity of outcome measures, it was difficult to draw firm conclusions. This systematic review acts as a starting point for future investigations into the use of green exercise in improving the mental health of individuals living with type 2 diabetes.

Comment notre environnement économique et social influence-t-il notre santé mentale? (2020)

05 août 2020

Genève : MINDS-Promotion de la santé mentale Genève, 2020
En ligne : minds-ge.ch[...]

"Incertitude? Ascenseur émotionnel? Epuisement? Peur? Résilience? Et si notre état psychologique n’était pas le fruit de notre seule responsabilité individuelle ?Comment notre environnement physique et social influence-t-il notre santé mentale ?Notre ​santé mentale​ dépend de facteurs génétiques et de notre capacité à gérer nos émotions, c’est un fait! Mais elle est aussi – et surtout – influencée par nos conditions de vie. Environ 60% de notre état de santé général est déterminé par notre environnement socio-économique et le contexte sociétal dans lequel nous vivons. De la même façon que pour la santé physique, de nombreux facteurs externes et internes à la personne influencent notre santé mentale."

A Critical Perspective on Mental Health News in Six European Countries: How Are “Mental Health/Illness” and “Mental Health Literacy” Rhetorically Constructed?

04 août 2020

de Laura Van Beveren, Kris Rutten
2020, pp. 1362–1378
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

In this study, we aim to contribute to the field of critical health communication research by examining how notions of mental health and illness are discursively constructed in newspapers and magazines in six European countries and how these constructions relate to specific understandings of mental health literacy. Using the method of cluster-agon analysis, we identified four terminological clusters in our data, in which mental health/illness is conceptualized as “dangerous,” “a matter of lifestyle,” “a unique story and experience,” and “socially situated.” We furthermore found that we cannot unambiguously assume that biopsychiatric discourses or discourses aimed at empathy and understanding are either exclusively stigmatizing or exclusively empowering and normalizing. We consequently call for a critical conception of mental health literacy arguing that all mental health news socializes its audience in specific understandings of and attitudes toward mental health (knowledge) and that discourses on mental health/illness can work differently in varying contexts.

The Wicked Problem of Stigma for Youth Living With Anxiety

04 août 2020

de Roberta Lynn Woodgate, Brenda Comaskey
2020, pp. 1491–1502
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Anxiety disorders typically emerge in childhood and, if left untreated, can lead to poor health and social outcomes into adulthood. Stigma contributes to the burden of mental illness in youth. Mental health stigma has been conceptualized as a wicked problem and efforts to address this complexity require a greater understanding of how stigma operates in the lives of youth. Fifty-eight youth in Manitoba, Canada aged 10 to 22 years and living with anxiety took part in the study. Data collection involved in-depth interviews and arts-based methodologies. Youth living with anxiety faced stigma at three levels: (a) interpersonal, (b) intrapersonal, and (c) structural. Stigma held by others, internalized by youth and embedded in social institutions led to compromised relationships with family and peers, low self-esteem and self-efficacy, reduced help-seeking, and discrimination in school, workplace and health care settings. Implications and potential strategies for addressing these levels of stigma are discussed.

La santé mentale aux intersections (2020)

28 juillet 2020

de Michel Joubert, ET AL.
Saint-Denis : Profession Banlieue, 2020, 174 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Ce travail collectif a été animé par le souci de réintégrer les questions de santé mentale au cœur de la société. Non pour « psychiatriser » ou psychologiser les questions sociales, mais pour mettre en évidence les fonctions supports essentielles jouées par les problématiques de santé mentale dans la vie des individus aujourd’hui. Loin des avatars des idéologies du « bien-être », leur importance apparaît surtout quand l’accentuation des vulnérabilités conduit à voir s’enchaîner l’isolement, les dérèglements et leur cortège d’effets psychologiques et sociaux. Pourtant, les questions de santé mentale restent largement négligées, euphémisées ou ignorées, quand elles ne sont pas réduites aux pathologies mentales. Cet ouvrage présente des approches différenciées se référant aussi bien à la clinique, à l’épidémiologie qu’aux sciences sociales et aux dynamiques d’actions engageant, sous différentes formes, tou.tes les acteur.rices concerné.es.

Adolescence, médias sociaux & santé mentale (2020)

23 juin 2020

de Pascale Minotte
Namur : Centre de référence en santé mentale (CRESAM), 2020, 38 p.
En ligne : www.yapaka.be[...]

Les médias sociaux font l’objet d’un investissement important de la part des adolescents. Cette note est destinée à donner du sens à cette observation et à résumer ce que l’on sait de l’impact de ce phénomène sur la santé mentale des jeunes.

Guide Tabagisme & santé mentale (2020)

10 juin 2020

de Nicolas Bonnet
Paris : RESPADD, Réseau national de prévention des addictions, 2020, 50 p.
En ligne : www.respadd.org[...]

Découvrez le nouveau guide du RESPADD « Tabagisme & santé mentale » dont la réalisation s’inscrit dans le cadre du déploiement de la stratégie Lieu de santé sans tabac financé par le Fonds de lutte contre les addictions.Ce guide entend favoriser la diffusion des bonnes pratiques en tabacologie (ce qu'il faut savoir - ce qu'il faut faire) fondées sur les données de la recherche et les savoirs expérientiels, à l'attention des professionnels qui accompagnent les personnes atteintes de troubles psychiatriques.

COVID-19 : la résilience et la cohésion sociale des communautés pour favoriser la santé mentale et le bien-être (2020)

03 juin 2020

Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 18 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

La pandémie de COVID-19, en plus de ses impacts sanitaires, provoque des bouleversements qui sont susceptibles d’influencer la santé mentale, le bien-être et la sécurité des personnes, des familles et des communautés. En conséquence, l’objectif du présent document est de soutenir les autorités régionales de santé publique dans la mise en place d’un plan d’action pour favoriser la bonne santé mentale, la résilience et la cohésion sociale des communautés dans le contexte de la pandémie de la COVID-19. Une recension et une analyse sommaire non exhaustive de la littérature scientifique et grise ont permis d’identifier un modèle logique spécifiant les facteurs à considérer, des mesures à mettre en place ainsi que des outils pour suivre la santé mentale et le bien-être de la population. Plusieurs travaux avancent que pour protéger la santé mentale, particulièrement en contexte de crise sanitaire, on doit s’attarder non seulement au soutien à offrir aux individus, mais aussi aux actions qui permettent de créer des environnements favorables à la santé mentale et au bien-être de tous qui tiennent compte des inégalités sociales. À cet égard, le modèle adapté au contexte de la pandémie de COVID-19 proposé par le groupe de référence pour la santé mentale et le soutien psychosocial du Interagency Standing Committee a été retenu. C’est un modèle d’interventions coordonnées à quatre paliers : 1) des services spécialisés en psychiatrie; 2) des services de première ligne en santé mentale incluant des mesures universelles d’autosoins adaptés au contexte de la pandémie; 3) l’intégration de la santé mentale et des besoins psychosociaux dans les services courants et 4) le renforcement du soutien communautaire par la mise en place d’actions favorables à la résilience collective et à la cohésion sociale. Comme des travaux récents de l’Institut national d'excellence en santé et services sociaux (INESSS) et de l’INSPQ ont porté sur les services spécialisés et de première ligne, le présent document s’attarde uniquement aux deux autres paliers.

Psychological flexibility: positive implications for mental health and life satisfaction

02 juin 2020

de James J Lucas, Kathleen A Moore
2020, pp. 312–320
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

New wave therapies such as Acceptance and Commitment Therapy aim to cultivate people’s psychological flexibility in order for them to live a satisfying life. Psychological flexibility has also a role in promoting mental health, which may mediate the relationship with life satisfaction. The aim of this study was to determine whether mental health mediates the effect of psychological flexibility on life satisfaction. A convenience sample of 140 adults (32 males, M = 36.50 years, SD = 12.22; 107 females, M = 38.46 years, SD = 12.81; and a 45-year-old person of unknown gender) completed an online questionnaire assessing psychological flexibility, mental health and life satisfaction. Three of the four hypothesized components of psychological flexibility (experiential acceptance, cognitive alternatives and cognitive control) contributed to the latent construct of psychological flexibility, but cognitive defusion failed to contribute. Psychological flexibility had a direct, positive effect on life satisfaction and the hypothesis that mental health would mediate this relationship was supported. The results suggest that psychological flexibility is important for one’s mental health and that both are integral to life satisfaction. The results also support a continued focus on third-wave therapies in cultivating psychological flexibility.

The Oxford Handbook of Infant, Toddler, and Preschool Mental Health Assessment (2020)

03 mars 2020

de Rebecca DelCarmen-Wiggins, Alice S. Carter
Second edition. New York, Oxford : Oxford University Press, 2020, 503 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

The fully revised and updated Oxford Handbook of Infant, Toddler, and Preschool Mental Health Assessment remains the first clinically-informative, research-based reference for those seeking to understand and assess mental health in infants and young children. It details the latest empirical research on measures and methods of infant and young child assessment and provides clinically applicable information for those seeking to stay apprised of the latest empirical research on measures and procedures in early assessment. Through authoritative examination by leading developmental and clinical scholars, this handbook takes a closer look at current developmentally based conceptualizations of mental health function and dysfunction in infants and young children as well as current and new diagnostic criteria in specific disorders such as sensory modulation dysfunction, autism spectrum disorders, affective disorders, and post-traumatic stress disorder. The chapters are presented in four sections corresponding to four broad themes: contextual factors in early assessment; temperament and regulation in assessment of young children; early problems and disorders; and translation and varied applied settings for assessment. Each chapter presents state of the science information on valid, developmentally based clinical assessment and makes recommendations based on developmental theory, empirical findings, and clinical experience. Chapters have been added to cover family assessment, early care and educational environments, new approaches to distinguish temperament from psychopathology, assess language, and implement second stage screening and referral. The volume recognizes and highlights the important role of developmental, social, and cultural contexts in approaching the challenge of assessing early problems and disorders. This new, updated volume will be an ideal resource for teachers, researchers, and a wide variety of clinicians and trainees including child psychologists and psychiatrists, early interventionists, and early special educators.

Enquête de santé 2018 (Belgique): Santé mentale (2020)

04 février 2020

de Lydia Gisle
Bruxelles : Sciensano, 2020, 300 p.
En ligne : his.wiv-isp.be[...]

« L’enquête de santé de 2018 tente de lever un coin du voile sur plusieurs dimensions de la santé mentale au sein de la population de Belgique âgée de 15 ans et plus. L’intérêt s’est d’abord orienté vers la dimension du bien-être subjectif comme indicateur d’une bonne santé mentale. Le bien-être subjectif est conceptualisé comme le ressenti par rapport à trois aspects subjectifs distincts : la satisfaction de vie (un jugement cognitif sur la manière dont on a accompli sa vie), la présence de sentiments positifs (vitalité, énergie, bonheur…) et le bien-être psychologique ou absence d’émotions négatives (de type dépression, anxiété, culpabilité…) sur une période donnée. L’enquête porte ensuite sur les troubles de la santé mentale, c’est-à-dire un ensemble donné de symptômes cliniquement reconnaissables, tels que les troubles du comportement alimentaire, les troubles anxieux, les troubles dépressifs, ainsi que les pensées et comportements suicidaires. L’enquête aborde enfin la question du traitement en santé mentale, par le biais d’informations sur la prise en charge de la dépression (consultation d’un professionnel de la santé, utilisation de médicaments, suivi psychothérapeutique) et sur la consommation d’antidépresseurs et de sédatifs (tranquillisants ou somnifères). Pour terminer, l’enquête s’est penchée pour la première fois en 2018 sur la santé mentale infanto-juvénile auprès des enfants/jeunes âgés de 2 à 18 ans, en estimant plus spécifiquement la présence de troubles émotionnels, relationnels et comportementaux. »

Conciliation travail-vie personnelle : point de vue de travailleuses et pistes d’action pour des contextes de travail plus favorables à la santé mentale (2020)

23 janvier 2020

de Nathalie Jauvin, Mariève Pelletier
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 68 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Ce rapport présente les résultats de l’analyse des données issues d’une étude descriptive visant à documenter la perception qu’ont les femmes à l’égard des mesures de conciliation travail-vie personnelle en place dans leur milieu de travail, l’organisation du travail et leur état de santé mentale. Voici, de façon synthétique, ce que les analyses nous apprennent sur l’expérience de conciliation du travail et de la vie personnelle des participantes. Concilier c’est surtout être en mesure d’organiser son temps et son énergie en tricotant pour trouver un équilibre entre le travail et la vie personnelle, principalement la famille, en tentant de respecter du mieux possible ses valeurs et ses priorités. La conciliation travail-vie personnelle interpelle avant tout la portion « famille » et, plus particulièrement, la question des soins et des responsabilités liées aux enfants. Cette conciliation travail-famille repose encore avant tout sur les épaules des femmes. Elles aspirent, en amont, à un partage plus important de la conciliation avec les hommes, une situation qui leur permettrait de trouver un meilleur équilibre dans leur propre vie et, ainsi, aspirer à une meilleure santé mentale. Pour les femmes, certains contextes de travail sont plus favorables à la conciliation travail-vie personnelle et, incidemment, à la santé mentale. Ils sont notamment caractérisés par :la présence de soutien social, plus particulièrement celui du gestionnaire; la reconnaissance par la gestion des défis pour les travailleuses qui doivent tenter de concilier le travail et la vie personnelle; la mise en place de mesures de conciliation accessibles à tous. Des conditions sont moins favorables, notamment : une charge de travail élevée; une faible autonomie décisionnelle; une faible reconnaissance au travail. Il s’avère important de tenir compte des risques psychosociaux du travail, notamment la charge de travail, pour favoriser une meilleure conciliation travail-vie personnelle de même qu’une meilleure santé mentale. Au travail, la conciliation est perçue comme étant avant tout la responsabilité de l’employeur, mais elle repose beaucoup, concrètement, sur les épaules des supérieurs immédiats qui, selon les cas, la facilitent ou non. Lorsque la conciliation est difficile, les travailleuses en subissent les effets, notamment : une charge mentale élevée, de la détresse psychologique, de l’épuisement. Certaines sont encore plus touchées : celles qui ont de jeunes enfants et, plus encore, celles dont les enfants ont des besoins particuliers. Les femmes qui ont de la difficulté à concilier et qui sont exposées à des risques psychosociaux du travail sont davantage touchées par la détresse psychologique que celles qui évaluent, de leur côté, avoir de la facilité à concilier. Les organisations peuvent aussi être touchées par les impacts de la difficulté à concilier : roulement du personnel, désengagement de certaines, présentéisme. Le fait d’avoir accès à des mesures de conciliation travail-vie personnelle favorise le maintien d’une bonne santé mentale. L’accès à une plus grande flexibilité dans l’utilisation de ces mesures constitue un enjeu particulièrement crucial puisque celle-ci permet une plus grande souplesse dans l’utilisation des mesures en fonction des réalités de chacun. Il importe de viser une plus grande équité pour l’accès aux mesures, sans toutefois nuire à la flexibilité d’application et d’ajustement des mesures en fonction des diverses réalités familiales et personnelles.

n° 450 - Décembre 2019 - Prévenir le suicide : connaissances et interventions. (Bulletin de La santé en action)

21 janvier 2020

de Sandrine Broussouloux, Enguerrand du Roscoät
Saint-Denis (France) : Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES), 2020, 52 p.
En ligne : www.santepubliquefrance.fr[...]

Il existe des interventions efficaces pour prévenir le suicide, cela a été démontré par la littérature scientifique. Ce constat a amené les pouvoirs publics et les intervenants dans le champ de la santé publique à intégrer cette démarche de prévention qui a fait ses preuves. Ce dossier analyse ces interventions probantes au travers de programmes concrets. Une trentaine d'experts et d'intervenants de terrain y ont contribué.

Pour une évaluation systématique de la santé mentale des adolescents

02 décembre 2019

de Axelle Vermeeren, Selena Botsas
Bruxelles : Education Santé, 2019, pp. 6-9
En ligne : educationsante.be[...]

Les adolescents âgés de 11 à 15 ans sont nombreux à manifester des difficultés à s'adapter aux changements liés à l'adolescence. La littérature scientifique constate ces situations de détresse psychologique. Pouvoir identifier ces jeunes en détresse semble s’inscrire dans les missions de la Promotion de la Santé à l’École (PSE). Pourtant, actuellement, pour aborder la santé mentale, il semblerait que peu d’outils soient mis en place par la PSE.

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO