Veille sur les jeunes adultes

 

Public : Jeunes adultes

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES. 


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

Guide du « deconfinement » pour les professionnels intervenant auprès des adolescents et des jeunes (2020)

24 juin 2020

de Pauline Baritaud, Clémentine Berthelot
Saint-Denis (France) : Fédération nationale d'Education et de Promotion de la santé (FNES), 2020, 63 p.
En ligne : www.fnes.fr[...]

La crise sanitaire que nous venons de vivre est inédite, et elle a augmenté les inégalités sociales de santé. Il est nécessaire de pouvoir prendre le temps d’en discuter avec les jeunes, tout en leur donnant les moyens d’affronter cette période difficile de manière responsable et autonome, et de prendre en main leur santé et leur bien-être. Ce guide contient tous les éléments théoriques et pratiques pour pouvoir mettre en place des animations en lien avec la période actuelle, sous l’angle des compétences psychosociales (CPS) et de la promotion de la santé

Diabetes disclosure strategies in adolescents and young adult with type 1 diabetes

28 janvier 2020

de Andrea K. Pihlaskari, Barbara J. Anderson
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2020, pp. 208-213
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objective
Adolescence and young adulthood have social and developmental challenges that can impact type 1 diabetes (T1D) management. New relationships (e.g. friends, schoolmates, dating partners, teachers, employers) introduce opportunities for disclosure of T1D status. Characterizing how adolescents and young adults (AYAs) disclose having T1D to others may help inform clinical strategies to help AYAs ensure their safety by obtaining social support.

Methods
As part of a study about diabetes health-related quality of life across the lifespan, transcriptions of semi-structured qualitative interviews with AYAs with T1D (n = 16, age 12–25 years, mean age 18.7 ± 4.9, 38% female) were coded to derive themes related to T1D disclosure.

Results
Participants described three disclosure strategies: (1) Open Disclosure: shares T1D status in straightforward, direct manner and readily requests diabetes-related support; (2) Disclosure Hesitancy: reluctant to tell others about or actively hides having T1D; (3) Passive Disclosure: discloses T1D via other people (e.g., parents) or through others’ observation of T1D management tasks.

Conclusion
AYAs may benefit from guidance in approaches to informing others about having T1D in different contexts. Identifying individuals’ use of these strategies can inform education and intervention strategies aimed at engaging AYAs in healthy T1D-related disclosure to seek and receive support.

Neuf jeunes de 18 à 24 ans sur dix sont en bonne santé, malgré des disparités liées à leur situation vis-à-vis de l’emploi (2019)

27 novembre 2019

de Jacques Pisarik
France : DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), 2019, 6 p.
En ligne : drees.solidarites-sante.gouv.fr[...]

L’état de santé des jeunes adultes est très satisfaisant en moyenne : près de neuf jeunes de 18 à 24 ans sur dix se perçoivent en bonne ou très bonne santé et ils déclarent peu de maladies chroniques (14 %) ou de restrictions d’activités (8 %). Pour la première fois, l’enquête nationale sur les ressources des jeunes, permet d’aller au-delà de ce constat général et d’éclairer la situation de groupes particuliers en matière de santé perçue, de couverture et de recours aux soins en les comparant à l’ensemble des jeunes adultes. Les jeunes chômeurs ou inactifs (hors étudiants) et les jeunes cumulant emploi et études déclarent ainsi un moins bon état de santé perçu. C’est aussi le cas pour les jeunes les moins diplômés et ceux qui n’habitent plus chez leurs parents. Ces écarts s’observent également pour la couverture par une complémentaire santé et pour le renoncement aux soins. Si 92 % des jeunes sont couverts par une complémentaire, ils ne sont que 85 % parmi les jeunes chômeurs ou inactifs. Ces derniers déclarent plus souvent avoir renoncé à des soins pour raisons financières au cours des douze derniers mois : 7 % ont ainsi renoncé à consulter un médecin, et 6 % un dentiste, contre 4 % de l’ensemble des jeunes adultes pour chacun de ces professionnels de santé.

Mental health among university students with eating disorders and irritable bowel syndrome in France

23 octobre 2019

de A. Spillebout, P. Dechelotte
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2019, pp. 295-301
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Position du problème
Les étudiants sont soumis au stress lié à la pression académique, l’autonomisation et la transition de l’adolescence à l’âge adulte. Cette population jeune pourrait donc présenter un risque élevé de pathologies comme les troubles du comportement alimentaire (TCA) et le syndrome de l’intestin irritable (SII). L’objectif était de déterminer la prévalence des TCA, du SII, des deux pathologies et les comportements associés.

Méthode
Une étude transversale a été réalisée chez les étudiants de l’université de Rouen-Normandie (France). Les étudiants ont répondu à un auto-questionnaire anonyme avec des items sur les caractéristiques sociodémographiques, les comportements à risque, la dépression (score de Duke), le stress (score de Cohen), l’épuisement professionnel (score de Maslach), l’insomnie (Index de Sévérité de l’Insomnie), les TCA (test SCOFF-F) et le SII (Rome III).

Résultats
Cette étude a inclus 731 étudiants (ratio hommes/femmes=0,43). Les prévalences des TCA, du SII et des TCA-SII coexistant étaient respectivement de 16,7 %, 7,8 % et 2,7 %, plus élevées chez les femmes. La dépression, le stress, l’épuisement émotionnel, l’insomnie et la cyberaddiction étaient significativement associés aux TCA et au SII, ou TCA-SII. Les étudiants avec des TCA avaient un risque plus élevé d’avoir un SII (Odds Ratio ajusté (ORA=2,42, IC 95 % : 1,30–4,51), les étudiants atteints de SII avaient un risque plus élevé de TCA (ORA=2,46, IC 95 % : 1,32–4,55) et étaient plus souvent en troisième année d’études universitaires ou plus (ORA=2,95, IC 95 % : 1,50–5,76).

Conclusion
De nombreux étudiants souffrent de TCA et de SII, avec un risque significatif de coexistence d’un TCA-SII. Le TCA et le SII altèrent la santé mentale des étudiants, ce qui pourrait avoir des conséquences sur leurs parcours académiques. Le dépistage, utilisant des tests simples et rapides comme SCOFF et ROME IV (mise à jour du ROME III en 2016), est essentiel dans cette population à risque.

Pour le bien-être et la santé des jeunes (2019)

16 octobre 2019

de Marie-Rose Moro, Jean-Louis Brison
Paris : Odile Jacob, 2019, 240 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

L’adolescence, jusqu’au début de l’âge adulte, est une période de grande fragilité psychique (dépression, alcoolisation, troubles du sommeil, de l’alimentation…), alors même que s’y décident bien des choix et des orientations qui structureront toute une vie. Contre ce malaise des jeunes dans notre pays, l’école a un rôle crucial à jouer. S’inspirant de réussites locales et de politiques imaginatives à l’étranger (Australie, Finlande…), Marie Rose Moro et Jean-Louis Brison nous proposent dans ce livre des mesures concrètes pour fonder une nouvelle alliance éducative et thérapeutique et bâtir une école soucieuse aussi bien des apprentissages que de l’épanouissement individuel des élèves. Les deux sont d’ailleurs indissociables : être heureux au collège, au lycée ou à l’université et être capable d’apprendre sont les expressions d’un même goût de vivre !

New digital media interventions for sexual health promotion among young people: a systematic review (2019)

09 octobre 2019

de Erin Wadham, Clare Green
2019, 23 p.
En ligne : www.publish.csiro.au[...]

New digital media platforms (e.g. social networking sites, web pages and text messaging) have dramatically changed interpersonal communication and present novel opportunities for health interventions. Due to the high uptake and use of digital media among young people, advances in digital media provide potential new opportunities in delivering health interventions to this audience to reduce sexually transmissible infection (STI) risk. The aim of this study was to assess the effectiveness of sexual health interventions delivered via new digital media to young people (aged 13–24 years). A systematic search was conducted of seven databases for peer-reviewed literature published between January 2010 and April 2017 that evaluated a sexual health intervention delivered to young people (aged 13–24 years). Of 2017 papers reviewed, 25 met the inclusion criteria and were assessed. Sixteen studies used web-based platforms to deliver their intervention. A large proportion of studies (11/25) specifically focused on HIV prevention. Seven studies found a statistically significant effect of the intervention on knowledge levels regarding the prevention HIV and other STI, as well as general sexual health knowledge, but only one-fifth of interventions evaluating intentions to use condoms reported significant effects due to the intervention. Nine studies focused on individuals from an African American background. Although new media has the capacity to expand efficiencies and coverage, the technology itself does not guarantee success. It is essential that interventions using new digital media have high-quality, evidence-based content that engages with individual participants.

The effectiveness of using entertainment education narratives to promote safer sexual behaviors of youth: A meta-analysis, 1985-2017 (2019)

09 octobre 2019

de Victor Orozco-Olvera
2019, 14 p.
En ligne : journals.plos.org[...]

Background
Risky sexual behaviors are associated with the transmission of sexually transmitted infections (STIs) and unwanted pregnancies, both major health concerns for youth worldwide. This review studies the effectiveness of narrated mass media programs in promoting safer sexual practices among youth in developed and developing countries.

Methods
Electronic and manual searches were conducted to identify experimental and quasi-experimental studies with robust counterfactual designs published between 1985 and the first quarter of 2017. Effect sizes were meta-analyzed using mixed-effects models.

Results
Eight experimental and two quasi-experimental studies met our inclusion criteria. The aggregated sample size was 23,476 participants, with a median of 902 participants per study. Entertainment education narratives had small but significant effects for three sexual behaviors. It reduced the number of sexual partners [standardized mean difference, (SMD) = 0.17, 95% confidence interval (CI) = 0.02–0.33, three effect sizes], reduced unprotected sex (SMD = 0.08, 95% CI = 0.03–0.12, nine effect sizes), and increased testing and management for STIs (SMD = 0.29, 95% CI = 0.11–0.46, two effect sizes). The interventions were not effective in reducing inter-generational sex, measured through the age-gap with sexual partners (SMD = 0.06, 95% CI = -0.06–0.19, four effect sizes). Entertainment education had medium-size effects on knowledge outcomes (SMD = 0.67, 95% CI = 0.32–1.02, seven effect sizes), where a time-decay relationship is observed. No effects were found on attitudes.

Conclusion
Although mass media entertainment had small effects in promoting safer sexual practices, its economies of scales over face-to-face interventions suggest its potential to be a cost-effective tool above an audience threshold. The use of study participants from the general youth population and the use of mostly effectiveness trials mitigate concerns regarding its scalability. The overall paucity of high-quality studies affirms the need for strengthening the evidence base of entertainment education. Future research should be undertaken to understand the moderator effects for different subgroups and intervention characteristics.

Exploring the discrimination–radicalization nexus: empirical evidence from youth and young adults in Belgium

02 octobre 2019

de Rochelle L. Frounfelker, Thomas Frissen
2019, pp. 897–908
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectives
Violence committed by extremists has serious violent and non-violent public health consequences. Researchers have hypothesized an association between experiencing discrimination and support for radicalization. This study examines the relationship between perceived discrimination and support for violent extremism among youth and young adults in Belgium.

Methods
A total of 2037 young adults between the ages of 16 and 30 participated in the study. We used multivariate linear regression to determine the association between sociodemographic characteristics, experiences of perceived discrimination, and scores on the Radical Intention Scale (RIS).

Results
Sex, religion, generation status, and language were associated with experiencing discrimination. Sex and language were associated with scores on the RIS. Discrimination based on language and political views was independently associated with scores on the RIS. Discrimination experienced during interactions with the police/justice system was also associated with RIS scores.

Conclusions
Public health primary prevention programs and policies that target the relationship between discrimination and sympathy for violent radicalization need to be situated on micro- to macro-levels. Of primary importance is the development of partnerships between stakeholders in public health, legal, political, and educational sectors to develop strategies to diminish discrimination and promote positive civic engagement among youth

The relationship between health literacy and health outcomes among male young adults: exploring confounding effects using decomposition analysis

02 octobre 2019

de René Rüegg
2019, pp. 535–545
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectives
Previous studies indicate substantial correlations between low health literacy and poor health outcomes. However, empirical findings remain inconsistent and are theoretically challenging. In this study, we conceptually place health literacy within an established model of health inequality. Studying multiple pathways, we estimate the associations between health literacy and six health outcomes and decompose these associations with health literacy’s covariates.

Methods
Cross-sectional data from the Young Adult Survey Switzerland was used for the analyses (n = 5959, age = 18–25). Logistic regression and KHB decomposition analyses were applied to estimate health literacy’s coefficients and confounding percentages.

Results
Eleven covariates were associated with health literacy (p < 0.001). Ten covariates reduced the naïve health literacy coefficient when included in the regression models (confounding percentages: 36.7–86.9%). In three out of six models, the confounding effects led to non-significant health literacy coefficients.

Conclusions
We found that health literacy’s associations with health outcomes are confounded by socioeconomic, material, psychosocial, and health-related factors. More investigations on the causal importance of health literacy, respectively, on its potential to health promotion are required.

n° 70 - Avril 2019 - Les jeunes et le numérique : une enquête et des débats pour ne pas passer à côté... (Bulletin de Journal PSE-Promotion de la santé à l'école)

19 septembre 2019

Bruxelles (Belgique) : Question Santé, 2019
En ligne : questionsante.org[...]

Ce numéro est composé de

DOSSIER Les jeunes, le numérique et les réseaux sociaux, c'est une grande histoire d'amour. De récentes enquêtes permettent de mieux comprendre comment et pourquoi. Et donc de s'interroger sur l’accompagnement des adultes qui serait le plus pertinent et le plus utile.

PREVENTION Un nouveau look qui donne envie de s'y plonger, un langage accessible à tous, des niveaux de lecture qui correspondent aux demandes des lecteurs sur Internet : le site www.vaccination-info.be, coordonné par Question Santé et initié par l'ONE, l'AVIQ et la Cocof, a été relifté. Avec de bonnes raisons à la clé.

PIPSA Faites le mur ; Internet et moi : questions d’usage(s) ? ; iRespect ; Cyber@TIC’tudes ; Et toi, t’en penses quoi ? : des outils d’animation et des jeux pour susciter le débat et donner la parole aux jeunes sur la place du numérique dans leurs vies

n° 11 - Septembre 2019 - L'utilisation des écrans chez les jeunes. Une diabolisation contre-productive (Bulletin de C'est l'AVIQ)

18 septembre 2019

Charleroi (Belgique) : Agence pour une Vie de Qualité, 2019, 13 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Cette 11ème édition met plus particulièrement en lumière le soutien à la parentalité, le transport non-urgent en ambulance, la Maison de Mariemont, l'utilisation des écrans chez les jeunes

011.pdf - application/pdf

011.pdf
Adobe Acrobat PDF
  

Semer les prémisses d’une citoyenneté active et durable

06 août 2019

de Alexandre Carlier, Colette Leclercq, Marie Frans
2019, pp. 25-29
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Le pourcentage de futurs ou de jeunes adultes qui ne sont pas affiliés au marché du travail ou, de manière plus générale, à la société active, est en constante augmentation depuis plusieurs années. Ils sont catégorisés comme NEET pour “Not in employement, in education or training” et sont en décrochage par rapport à leur scolarité, à la société et/ou à leur parcours d’insertion socio-professionnelle. Comment aider ces jeunes, filles et garçons, à reprendre pieds ? Avec quelle philosophie, quels projets, quelle approche ? L’asbl Racynes située à Haccourt, une commune semi-rurale de la Basse- Meuse, leur propose une formation où leurs compétences sociales se développent, se révèlent ou se renforcent à travers des activités écocitoyennes, des projets collectifs ou de dépassement de soi.

Accessibilité géographique aux commerces spécialisés en produits de vapotage autour des établissements d’enseignement secondaire et collégial du Québec (2019)

03 juillet 2019

de Pascale Bergeron, Éric Robitaille
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2019, 70 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

L’expérimentation de la cigarette électronique est répandue chez les jeunes du secondaire et les jeunes adultes au Québec. Certaines études suggèrent que l’accessibilité géographique aux lieux de vente des produits de vapotage, c’est-à-dire la présence et la localisation de ces commerces près d’endroits fréquentés par les jeunes, serait un facteur associé à l’usage de ces produits, à l’instar de ceux du tabac. Peu de données sont disponibles sur la localisation des commerces spécialisés dans la vente de produits de vapotage et sur l’accessibilité géographique des jeunes Québécois à ces commerces. La présente étude vise à dresser un portrait de la distribution géographique des commerces spécialisés dans la vente de ces produits ainsi que leur accessibilité autour des établissements d’enseignement secondaire et collégial sur le territoire québécois.

L’approche systémique appliquée aux addictions. Le travail avec les adolescents, les jeunes adultes et leurs familles

30 avril 2019

de Laurence Cleinge, CENTRE NADJA, Dominique Humblet, et al.
2019, pp. 10-13
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Lorsqu’une consommation problématique apparait chez un jeune, il est rare que celui-ci formule une demande d’aide. Ce sont dès lors les familles qui s’adressent au centre Nadja, parfois dans un contexte de crise. L’accompagnement de ces familles permet de restaurer la communication et d’amener des changements positifs dans le système familial. Cet article aborde quelques points-clés de cet accompagnement, lus dans une perspective systémique et appliquée aux problèmes de consommation.

Get Yourself Tested (GYT) Campaign: Investigating Campaign Awareness and Behaviors Among High School and College Students

16 avril 2019

de Heather P. Eastman-Mueller, Melissa A. Habel
2019, pp. 63-71
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Adolescents and young adults are disproportionately affected by sexually transmitted diseases (STDs). This study examined the association of GYT: Get Yourself Tested (GYT), a sexual health social marketing campaign, with several sexual health behaviors on a nationally representative sample of high school (HS) and college students (n = 2,329) recruited through an online panel survey. Behaviors examined were STD testing, HIV testing, and whether students had communication with health care providers and their romantic partners about STDs and STD testing. Rao-Scott chi-square tests and multivariable logistic regression models were conducted. The results indicated college students were more aware of GYT than HS students. Awareness of GYT was significantly associated with STD testing (p < .05), HIV testing (p < .01), and talking with romantic partners (p < .01) for college students but only with STD testing (p < .05) and talking to a provider (p < .05) for HS students. The differences between HS and college students provide insight for those developing and implementing interventions across such a broad age range of youth.

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO