Veille sur les maladies chroniques et cancers

Thématique spécifique : Maladies chroniques et cancers

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES.


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

n° 114 - Juin 2021 - Le sport : nouvelle thérapeutique des maladies chroniques du XXIe siècle (Bulletin de Actualité et dossier en santé publique)

21 juin 2021

2021
En ligne : www.hcsp.fr[...]

Les maladies chroniques sont la cause principale de décès dans le monde, avec un retentissement économique majeur. Le niveau de capacité physique est le meilleur reflet de notre capital santé, et représente un facteur de protection majeur souvent méconnu pour contrer le développement de ces pathologies. Récemment la mortalité liée au Covid-19 a révélé le rôle des comorbidités et notamment celui des maladies chroniques dont étaient atteintes un grand nombre de victimes. Selon l’OMS, un large pourcentage de maladies chroniques est accessible à la prévention par des actions sur quatre facteurs de risque : tabagisme, inactivité physique, consommation d’alcool et alimentation inadaptée. L’activité physique bien menée est toujours bénéfique en prévention primaire, secondaire ou tertiaire des maladies chroniques stables. Ce dossier présente les bénéfices de l’activité physique pour un grand nombre de maladies chroniques, y compris les pathologies mentales et la prévention de la dépendance lors du vieillissement. Une pratique régulière d’activité physique adaptée aux personnes atteintes d’une maladie chronique est indéniablement favorable à leur santé. Il s’agit de déterminer quel type d’activité, dans quel cadre et avec quel accompagnement.

Le cancer chez les adolescents et les jeunes adultes: Enquête sociologique dans les services de soins (2021)

16 juin 2021

de Thibaud Pombet
Montrouge : Doin Editeurs, 2021, 158 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

"On est jeune avant d'avoir un cancer" Ce livre présente les résultats d'une enquête sociologique menée en France pendant plusieurs années auprès de jeunes de 15 à 25 ans atteints de cancer. En décrivant leur vie quotidienne dans les services de soins, l'ouvrage rend compte des problématiques médicales, éducatives et éthiques qui structurent la prise en charge du cancer à cet âge de la vie. Elles sont abordées en trois parties : l'entrée dans la maladie, les soins et l'après-cancer, toutes riches de nombreux témoignages de malades, de proches et de soignants. La volonté de ne pas réduire ces jeunes à une identité de malade, de les considérer avant tout comme « normaux » malgré la maladie, est interrogée en lien avec l'évolution historique de la place accordée aux adolescents et aux jeunes adultes à l'hôpital, en médecine et dans la société tout entière. En cela, le livre montre qu'adapter la prise en charge à des besoins pensés comme propres aux jeunes malades influence profondément les pratiques d'accompagnement à l'autonomie, les normes éducatives, familiales et scolaires, et conditionne également l'expérience de la maladie et des soins pour ces jeunes. C'est une lecture passionnante, et indispensable à tous les acteurs et actrices impliqués dans le suivi thérapeutique et psychologique des jeunes malades dans une structure de soin

Faciliter et soutenir le retour au travail après un cancer du sein : partenariat chercheurs-acteurs dans un processus de modélisation d’une intervention

13 avril 2021

de Jean-Baptiste Fassier, Sabrina Rouat
2021, pp. 15–23
En ligne : journals.sagepub.com[...]

Introduction :
La reprise du travail après un cancer favorise le rétablissement de la participation sociale mais se heurte à différents obstacles. Le projet FASTRACS vise à développer, implanter et évaluer une intervention pour faciliter le maintien en emploi après un cancer du sein. Le développement de l’intervention repose sur le protocole de l’Intervention Mapping. L’objectif de cet article est de décrire les contributions du partenariat chercheurs-acteurs dans le processus de modélisation de l’intervention durant les étapes du protocole de l’Intervention Mapping.

Méthodes :
Le processus de développement de l’intervention est reconstitué de façon chronologique en décrivant les méthodes mobilisées et les résultats obtenus à chaque étape du protocole grâce au partenariat chercheurs-acteurs.

Résultats :
Les membres du Comité stratégique (COS) ont été choisis par échantillonnage théorique parmi quatre catégories d’acteurs concernées. Une charte a été coécrite pour structurer durablement le partenariat. Les membres du COS ont contribué à l’échantillonnage des participants à l’enquête qualitative d’évaluation des besoins et à l’interprétation des résultats. Les objectifs de l’intervention ont été hiérarchisés selon leur importance et leur faisabilité perçues. Les chercheurs et membres du COS ont évalué les outils de l’intervention et débattu sur le modèle logique de l’intervention. Les professionnels de santé participant au COS ont facilité l’adhésion des équipes d’oncologie participant à l’intervention.

Discussion :
La construction du partenariat a permis de modifier les représentations des chercheurs. L’établissement de relations de confiance a nécessité du temps et de partager ses limites. Il a été difficile d’intégrer des patientes socialement défavorisées. Le recours accru à des patientes-expertes devrait être encouragé.

Conclusion :
La construction d’un partenariat de recherche collaborative entre chercheurs et acteurs nécessite du temps, des méthodes, et des financements dédiés. Cet investissement est de nature à améliorer la pertinence, l’acceptabilité, la légitimité et la pérennité des interventions développée

Le dépistage du cancer du col de l'utérus en pratique (2021)

17 mars 2021

Paris : Institut national du cancer, 2021, 11 p.
En ligne : www.e-cancer.fr[...]

Le cancer du col de l’utérus est le 12e cancer le plus fréquent chez la femme en France. Malgré l’existence d’un dépistage efficace, il est responsable d’environ 1100 décès par an. En 2019, la Haute Autorité de santé a formulé de nouvelles recommandations faisant évoluer les modalités du dépistage du cancer du col de l’utérus. Ce document à destination des gynécologues, médecins généralistes et sages-femmes a pour objectif de synthétiser les modalités pratiques et les principaux algorithmes de dépistage en fonction de l’âge de la femme.

Sélection de ressources documentaires en éducation thérapeutique du patient (2021)

17 mars 2021

Bordeaux : Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé (IREPS) Nouvelle-Aquitaine -, 2021, 39 p.
En ligne : irepsna.org[...]

Cette sélection de ressources documentaires sert de support informatif complémentaire au contenu de la formation « Certificat ETP de 40 heures : pratiquer l’éducation thérapeutique du patient ». Elle a pour objectif d’offrir aux acteurs une base commune de travail et de réflexion, et de leur apporter une connaissance fiable et actualisée.

Theoretical conceptions of intervention research addressing cancer control issues

16 mars 2021

de Cécile Marie Dupin
2021, pp. 206-215
En ligne : academic.oup.com[...]

Population health intervention research (PHIR) involves the use of scientific methods to produce knowledge about policy and program interventions that operate within or outside of the health sector and have the potential to impact health at the population level. PHIR is a relatively new research field that has gained momentum internationally. When developing PHIR, it is important to have a program theory with the potential to increase intervention success by identifying underlying mechanisms, areas of failure and unintended outcomes. Since 2010, the French National Cancer Institute (Institut National du Cancer—INCa) has supported a national, competitive, dedicated call for proposals in PHIR to tackle cancer control issues. After 5 years of activity, specific analysis of the proposals submitted for funding and/or funded (n = 63) from descriptive and analytic perspectives was called for. Analysis of the data revealed diversity in terms of targeted populations, partnerships engaged and methodological approaches. Projects were more likely to be funded (n = 15) if presented with a robust methodological approach and diversity in methodology, and/or with research objectives at different levels of action. The analysis also revealed that researchers do not explicitly describe theoretical constructs underpinning their interventions to combat cancer. PHIR still needs improvement to better incorporate social, institutional and policy approaches to cancer control. Researchers should apply a theory-driven approach to distinguish between ‘program failure’ and ‘theory failure’. Following up the funded projects will allow successes and failures to be evaluated with respect to the use (or non-use) of theory-driven approaches.

Comment les soignants-éducateurs ont-ils adapté leurs pratiques de l’ETP durant la crise du COVID-19 ? Une enquête descriptive sur 714 programmes d’ETP

04 mars 2021

de Pascale Lafitte
2020, pp. 20207
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Introduction : La pandémie mondiale liée au COVID-19 a eu entre autres pour conséquence le confinement de la population générale en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer. Cette situation a modifié l’organisation des soins, mettant l’accent sur la lutte en urgence contre l’épidémie. Les patients malades chroniques, plus à risque de développer une forme grave d’infection au virus, ont vu leur prise en charge en soins et éducative bouleversée pour cela les professionnels de santé ont dû adapter leurs pratiques d’ETP.

Objectifs : L’objectif de cette étude est d’une part, de décrire les modifications des programmes d’ETP survenues pendant cette période de confinement et d’autre part de préciser dans quelles mesures les professionnels ETP ont développé des interventions spécifiques sur la prévention du COVID-19. Méthodes : Il s’agit d’une enquête par questionnaire, réalisée durant la période de confinement, du 13 mars au 11 mai, auprès des coordonnateurs de programmes d’ETP autorisés en France métropolitaine et départements d’outre-mer, accessible sur le site Internet de la SETE. Le questionnaire comportait 14 questions, de type fermé avec choix de réponses, mixtes et ouvertes. Les réponses aux questions fermées ont été traitées via le logiciel Excel©, les autres ont fait l’objet d’une analyse de contenu, relevant ainsi d’une méthode mixte intégrant quantitatif et qualitatif.

Résultats : 410 coordonnateurs de programmes ou d’UTEP ont répondu à l’enquête, recouvrant un total de 714 programmes représentant 16 % des 4500 programmes autorisés en France. 70% ont été complètement interrompus, 29 % ont vu leurs activités poursuivies en y apportant des modifications. Des activités ponctuelles de prévention du COVID-19 ont été réalisées pour 11 % des programmes. La grande majorité des activités d’ETP collectives ont été abandonnées au profit de séances individuelles intégrées aux soins, conduites à distance faisant appel au téléphone et à des solutions numériques diverses. Discussion : L’ETP semble non prioritaire dans les structures de soins -redéploiement des professionnels dédiés, fermeture des UTEP… La personnalisation des parcours et le maintien d’un suivi éducatif apparaissent alors comme une nécessité pour pallier aux difficultés imposées par la situation d’urgence. Des adaptations numériques ont souvent été utilisées, soulevant des questions d’illectronisme pour les patients, de moyens matériels pour les équipes, de leurs compétences à conduire une pédagogie du numérique. Conclusion : Cette enquête témoigne de la fragilité de l’ETP et du faible niveau d’importance qu’on lui a accordé pendant la crise sanitaire appelant des soins classiques. Si la notion de programme n’est pas remise en question, les possibilités d’adaptation sont envisagées en accordant plus de place aux activités d’éducation thérapeutique plus pertinentes pour assurer le suivi éducatif personnalisé. Ces résultats devraient être complétés par des études sur l’expérience vécue par les patients pendant cette crise au prisme de leur éducation ou de leur absence d’éducation.

Éducation du patient et « rapport à soi » après un cancer du sein

02 février 2021

de Jean-Christophe Mino
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2021, pp. 291-300
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectif et méthode : Après un cancer, les programmes de prévention recommandent une activité physique régulière et une alimentation équilibrée. Issu d’une recherche qualitative selon une approche de philosophie du soin, cet article vise à mieux comprendre l’expérience des personnes après un programme d’éducation thérapeutique du patient (ETP). À la fin du traitement d’un cancer du sein localisé, des entretiens ont permis d’analyser l’expérience de 23 femmes âgées de 30 à 84 ans dont la moitié avait suivi un tel programme.
Résultats : Les récits des femmes diffèrent selon leur participation au programme. Celles qui ne l’ont pas suivi n’ont pas de pratique spécifique d’activité physique ou d’alimentation ni de « rapport à soi » modifié par la connaissance des recommandations et du lien entre mode de vie et cancer. À l’inverse, les femmes qui ont suivi le programme connaissent ceux-ci. Deux groupes se distinguent.
Le premier groupe croit en l’existence d’un lien entre mode de vie et cancer. Parmi ces femmes, un premier sous-groupe a pu changer de mode de vie facilement et présente un rapport à soi caractérisé par la « performance ». Dans l’autre sous-groupe, la pratique est difficile et le rapport à soi est marqué par la « responsabilisation » voire la culpabilité.
Le second groupe ne croit pas au lien. Les pratiques suivent ou non les recommandations selon l’appétence des personnes. Le rapport à soi est ici de l’ordre de « l’expression de soi ».
Conclusion : L’éducation du patient après un cancer peut induire des expériences positives et négatives, dont il serait nécessaire d’analyser les rapports avec les caractéristiques des programmes mis en place.

Evaluating the most popular diabetes websites in the USA: a content analysis

12 janvier 2021

de Bree E Holtz
2021, pp. 1394–1405
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Over 1.5 million Americans are diagnosed with diabetes every year, and the majority of them go online to learn about their condition. Unfortunately, the online diabetes landscape is crowded, and the quality of website content is unknown—guidance for patients and healthcare providers regarding online diabetes information is needed. To address this, nine of the top diabetes websites in the USA were identified through a comprehensive, multiple-query search and a content analysis was conducted. Two coders, with high inter-coder reliability, evaluated these websites on six factors: (i) Design; (ii) Credibility; (iii) Accessibility; (iv) Literacy; (v) Engagement; and (vi) Diabetes Content. The analysis revealed that the websites presented most of the assessed design features. Few of the sites scored well on the credibility assessment, while the majority of sites did not note an author, editor or reviewer. With regard to accessibility, less than half of the items we assessed were met. Furthermore, the websites possessed wide variability in literacy, with an average readability grade level of 8.8. Most of the websites fared well in engagement, demonstrating multiple avenues to interact with the organization. All of the websites provided basic information regarding diabetes, but many did not include information for caregivers, providers or insurance information. In conclusion, patients and their family members will continue to seek online information about diabetes, its effects and treatment options. Therefore, this multiple-metric evaluation provides essential information for these individuals, and healthcare providers, who can now give better informed website recommendations to their patients and families

COVID-19 (SRAS-CoV-2) : avis scientifique intérimaire pour la protection des travailleurs avec maladies chroniques (2020)

22 décembre 2020

de Emily Manthorp, Stéphane Caron
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 28 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Depuis la parution du précédent avis, de nouvelles connaissances sur le SRAS-CoV-2 sont maintenant disponibles concernant le risque de décéder de la COVID-19 ou de développer une forme sévère de la maladie chez les personnes atteintes de maladies chroniques. Cet avis dresse d’abord un état des connaissances actuelles sur les maladies chroniques associées à un risque accru de complications de la COVID-19 chez les adultes. Un total de 109 articles a été analysé dans le cadre de cette mise à jour.

Les données disponibles montrent que :

- La présence d’une maladie chronique augmente le risque d’avoir des complications de la COVID-19, incluant le décès. En particulier, les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires, les maladies hépatiques et rénales, le diabète et l’obésité ressortent comme facteurs de risque.
- Un cumul de comorbidités ainsi qu’un âge avancé sont aussi des facteurs de risques importants d’avoir des complications de la COVID-19.
- Pour protéger les personnes vulnérables dans le cadre des activités professionnelles, la majorité des autorités sanitaires préconisent le télétravail et des mesures de distanciation sur les lieux de travail. Plusieurs recommandent d’éliminer les tâches à risque élevé d’exposition comme celles pouvant entraîner des contacts avec des cas confirmés ou suspects de COVID-19.
Cet avis comporte aussi des recommandations pour les travailleurs vulnérables visant à réduire les risques d’exposition de ce groupe au SRAS-CoV-2. Afin de dresser une liste de critères définissant les personnes considérées vulnérables ciblées par les présentes recommandations, une consultation avec des cliniciens a été réalisée.
- Les mesures de protection additionnelles recommandées dans cet avis pour les travailleurs avec maladies chroniques diffèrent en fonction de l’estimation du risque qui se fonde sur le contexte du travail et le type de contacts, la situation épidémiologique régionale ainsi que sur le niveau de vulnérabilité du travailleur.
- Ces recommandations font l’objet d’un outil résumé (tiré à part) pour soutenir les médecins dans l’évaluation de la vulnérabilité d’un individu au SRAS-CoV-2 et des mesures de protection additionnelles recommandées dans le cadre du travail.

Diabetes management interventions for homeless adults: a systematic review

08 décembre 2020

de Janice Constance, Joanne M. Lusher
2020, pages1773–1783
En ligne : link.springer.com[...]

Objectives
Recent studies investigating diabetes show that inequalities to access appropriate care still persists. Whilst most of the general population are able to access a suitable quality of care, there are a number of groups who fail to receive the same standard. The objective of this review was to identify existing diabetes management interventions for homeless adults.

Methods
A literature search was conducted in February 2017, and repeated in September 2020.

Results
Of the 223 potentially relevant articles identified, only 26 were retrieved for detailed evaluation, and 6 met the inclusion criteria. Papers focusing on the management of diabetes in homeless people were included. The studies used interventions including diabetes education; medication support and supplies for blood monitoring; improvements in self-care behaviours; improvements in diabetes control; patient empowerment/engagement; and community engagement/partnerships.

Conclusions
Effective strategies for addressing the challenges and obstacles that the homeless population face, requires innovative, multi-sectored, flexible and well-coordinated models of care. Without appropriate support, these groups of people are prone to experience poor control of their diabetes; resulting in an increased risk of developing major health complications

Cancer et promotion de la santé : agir au-delà de la responsabilité individuelle (2020)

08 décembre 2020

Metz : Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé (IREPS) Grand Est, 2020
En ligne : www.ireps-grandest.fr[...]

La promotion de la santé permet d'agir pour la protection contre les cancers au-delà de la seule responsabilité des individus. Découvrez la participation de l’IREPS Grand Est à l'espace-ressource du Centre Pierre Janet de l'Université de Lorraine et la Ligue contre le cancer Moselle. Cette ressource éducative libre est le premier espace-ressource en France rassemblant toutes les connaissances actuelles liées au cancer dans 15 entretiens filmés, avec des spécialistes experts dans leur domaine : chimiothérapie, psychologie, soins de supports, sophrologie, sociologie…

Effects of a leaflet on breast cancer screening knowledge, explicit attitudes, and implicit associations

26 novembre 2020

de Lindy M. Kregting
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2020, pp. 2499-2507
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objective
To assess the effect of an information leaflet on knowledge, explicit attitudes, implicit associations, and attendance for breast cancer screening.

Methods
Dutch women (aged 49–75 years) were approached three months before their breast cancer screening invitation. After providing informed consent, participants were randomised to receiving the information leaflet (intervention condition) or not (control condition). Screening knowledge, explicit attitudes, and implicit associations were assessed through web-based questionnaires, at baseline and two weeks later. Actual screening attendance data were collected.

Results
In total, 988 women completed both questionnaires. Participants in the leaflet condition scored higher on knowledge (9.9 versus 9.6, p < 0.001, scale 0−11), and more often had positive explicit attitudes (97 % versus 95 %, p = 0.03), than those in the control condition. This contrast was bigger among first-time invitees. Implicit associations were not correlated with explicit attitudes or attendance. Explicit attitudes were moderately correlated with attendance (r=.30, p < 0.001).

Conclusion
The information leaflet led to more knowledge and more positive explicit attitudes. Implicit associations towards breast cancer screening were not correlated with attendance.

Practice Implications
Encouragement to learn about the screening programme can increase levels of knowledge of invitees and therefore support their decision-making about participation. This might be especially relevant for first-time invitees.

Patient-Provider communication with teach-back, patient-centered diabetes care, and diabetes care education

26 novembre 2020

de Young-Rock Hong
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2020, pp. 2443-2450
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objective
To examine how the teach-back, interactive communication loop between patient and provider, is utilized and its role in diabetes care delivery.

Methods
This was a cross-sectional analysis of the Medical Expenditure Panel Survey (MEPS) 2011–2016. The study sample included US adults aged 18 or older with diabetes. Survey-design adjusted analyses were used to examine patterns of teach-back utilization across patient socioeconomic/clinical characteristics, patient-provider interactions, and diabetes care education.

Results
Analysis of 2901 US adults with diabetes showed that 25.0 % reported patient teach-back experience during their visit to care. Compared with patients without teach-back, those with teach-back experience had higher scores on interaction quality with their providers (composite score: 90.8 vs. 55.8, P < .001). Those with teach-back were also more to receive additional advice on diet and exercise from providers (67.0 % vs. 60.9 %, P = 0.03) and to report that they were confident in diabetes self-care management (75.7 % vs. 70.3 %, P =0.03).

Conclusion
Teach-back communication appears to be effective in patient-provider interaction and diabetes care education, leading to higher confidence in self-care management.

Practice Implications
Despite its potential, the utilization of teach-back communication is suboptimal. More effort is needed to promote effective use of teach-back communication in routine diabetes care.

Evaluating values-based message frames for type 2 diabetes prevention among Facebook audiences: Divergent values or common ground?

26 novembre 2020

de Deepti Chittamuru, ET AL.
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2020, pp. 2420-2429
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objective
To effectively confront the type 2 diabetes (T2D) epidemic, policymakers and the public need to problematize T2D less as a medical and more as a social problem. An award-winning T2D prevention campaign was harnessed to determine the most successful ways of framing ads on Facebook.

Hypothesis
We will observe variation in the effectiveness of ad message-frames within audience-segments.

Methods
Six parallel quasi-experiments (participants N = 203,156) were conducted with 6 disparate audience-segments defined through the Facebook ads-manager tool. Across all audiences, we exposed Facebook users to values-based ad-frames (10–15-word appeals), assigning 7 of 11 possible frames to participants within each audience in a quasi-experimental fashion (using Facebook users’ birth-month). Engagement was measured by rates of ad video-views, unique-link-clicks and donations to the campaign.

Results
Contrary to our hypothesis, we observed remarkable consistency across target audiences. Ad-frames that ranked highly with most audience-segments included Entertainment and Emotional Appeal; Defiance Against Authority Appeal; Second-Hand Smoke/Environmental Appeal; and to a lesser extent, Common-Enemy/War-Metaphor Appeal.

Conclusion and Practice-Implications: Across disparate segments of society, there appears to be a set of common values that public health communication initiatives can tap into to catalyze a more inclusive movement to confront the T2D epidemic through policy, systems and environmental approaches.

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO