Veille sur les professionnels de la santé

 

Public : Professionnels de la santé

 

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES. 


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

Changes of eating habits and alcohol drinking among medical students occurring during their undergraduate study

22 janvier 2020

de Tibor Baska, Romana Lacíková
2020, pp. 3-12
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

The aim of our study was to analyse differences in dietary habits and alcohol drinking between 1st- and 4th-year medical students. The research was designed as a cross-sectional questionnaire study. The data were collected during the winter semester of the academic year 2015/2016. Prevalence rates of the following aspects were assessed and compared between 1st- and 4th-year medical students at the Jessenius Faculty of Medicine in Martin, Comenius University in Bratislava, Slovakia: (a) breakfast skipping; (b) having fewer than three main meals a day; (c) fresh fruits and vegetables consumption less than once a day; (d) eating sweets every day; (e) eating in fast-food restaurants at least once a week; and (f) alcohol consumption (beer, wine, spirits) at least once a week. Less than one in five students reported their breakfast skipping and most of them had only 1 or 2 main meals daily. About half of the respondents consumed fruits and vegetables insufficiently and less than one quarter of them reported eating meals in fast-food restaurants weekly. Daily consumption of sweets in males doubled in the 4th year if compared to the 1st year of the study. While drinking patterns in males did not show differences between study years, in females, alcohol drinking dominated in the 4th year. Finally, it may be concluded that most aspects of dietary habits in medical students did not differ between the younger and the older ones. Irregular eating presents a particular problem. Alcohol drinking in females showed a possible increasing tendency during their studies.

Les formations en éducation thérapeutique du patient : une transformation des professionnels ou l’approfondissement d’une prédisposition ?

19 décembre 2019

de Florian Olivier, Morgane Bondier
2019, 20203
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Introduction :  Si les professionnels formés en éducation thérapeutique du soignant (ETP) n’ont fait l’objet que de peu d’études, un constat régulier invite à penser que ce processus de formation engendrerait une véritable transformation des professionnels, dans la manière dont ils envisagent leur pratique au quotidien. C’est ce que le travail relaté dans cet article explore.
Description : À l’issue d’une enquête qualitative et longitudinale menée auprès de professionnels inscrits à des formations qualifiantes, il apparaît que la curiosité ou l’attrait pour l’ETP va de pair avec des dispositions préalables congruentes avec le cadre éthico-pratique transmis lors des formations. L’appropriation d’une posture explicitement tournée vers le respect et le développement de l’autonomie du patient constitue une continuité logique de la posture initiale des professionnels en formation moins qu’une rupture. Ce qui s’exprime par le passage d’une pratique vécue comme spontanée, intuitive, à une pratique nourrie par l’obtention d’outils spécifiques et de conseils divers. Conclusion : Moins qu’un processus de transformation identitaire, c’est celui d’une confirmation identitaire indissociable d’un processus de réassurance des soignants qui se met en place lors du suivi de formations en ETP. Répondant indubitablement à des besoins réels, c’est peut-être au final le manque régulier d’ETP dans les formations initiales des professionnels de santé qui est questionnée ici.

Prise en charge en 1re ligne des infections sexuellement transmissibles : développement d’un outil interactif d’aide à la consultation (2019)

26 novembre 2019

de Vicky Jespers, Sabine Stordeur
Bruxelles (Belgique) : Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE), 2019, 22 p.
En ligne : kce.fgov.be[...]

Le Centre Fédéral d’Expertise des Soins de Santé (KCE) a développé un outil en ligne pour le diagnostic, le traitement et le suivi de la gonorrhée, la syphilis, la chlamydia, le VIH et les hépatites A, B et C. Cet outil a été élaboré en collaboration avec les associations de terrain ; il est prévu pour servir de support pour les intervenants de première ligne – principalement les médecins généralistes – lorsqu’ils abordent les questions relatives à la santé sexuelle

KCE_321B_Prise_en_charge_IST_outil_interactif_Synthese.pdf - application/pdf

KCE_321B_Prise_en_charge_IST_outil_interactif_Synthese.pdf
Adobe Acrobat PDF
  

L’élève atteint d’épilepsie et le médecin scolaire

12 novembre 2019

de Caroline Genet
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2019, pp. 10-13
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Aujourd’hui, l’élève atteint d’épilepsie est, dans la majorité des cas, accueilli dans son école de quartier. Parfois en situation de handicap, il a besoin de bénéficier de bonnes conditions d’apprentissage, tandis que sa sécurité est assurée par les professionnels dans son établissement. Un projet d’accueil individualisé anticipe le déroulement de ses journées ; un protocole d’urgence est parfois nécessaire pour venir abréger une crise trop longue. Des aménagements pédagogiques sont mis en place dans le cas de difficultés d’apprentissage, après qu’elles ont été analysées. Le médecin scolaire accompagnera l’enfant aussi longtemps que nécessaire et à la mesure de ce dont l’élève a besoin pour s’épanouir dans son parcours scolaire.

Vers un nouveau modèle de cogestion basé sur le relationnel en maison de repos et de soins. Rapport d’évaluation – Projets pilotes du modèle Tubbe (2019)

07 novembre 2019

de Leen Heylen, Cesar Meuris
Bruxelles : Fondation Roi Baudouin, 2019, 112 p.
En ligne : www.kbs-frb.be[...]

Le modèle Tubbe est un modèle de gestion et d’organisation des maisons de repos et de soins en Suède. La participation et les relations y tiennent une place centrale. Depuis 2017, 6 maisons de repos (et de soins) ont entamé la démarche en Belgique. L’expérience est positive pour les résidents, le personnel, les bénévoles et la direction. Les personnes âgées éprouvent une plus grande satisfaction, se sentent plus impliquées et nouent davantage de liens entre eux et avec les professionnels. Ce sentiment positif est également partagé par une grande partie du personnel. Ce rapport présente les résultats de l’évaluation liés à l’implémentation du modèle Tubbe au sein des différents sites pilotes belges, après un an et demi de mise en place du projet. L’objectif de cette évaluation était non seulement de découvrir si le modèle Tubbe permettait de mettre en place des soins de meilleure qualité, adaptés aux besoins et volontés des personnes âgées vivant en MR/MRS, mais aussi d’identifier comment et pourquoi.

2019_POD_Vers_un_nouveau_modele_de_cogestion_base_sur_le_relationnel_en_maison_de_repos_et_de_soins.pdf - application/pdf

2019_POD_Vers_un_nouveau_modele_de_cogestion_base_sur_le_relationnel_en_maison_de_repos_et_de_soins.pdf
Adobe Acrobat PDF
  

L’alliance éducative : une posture professionnelle qui fait la différence

23 octobre 2019

de Séverine Acerbis
Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2019, pp. 16-18
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

L’accueil du jeune enfant implique la création d’une relation de confiance entre parents et professionnels. Une clé essentielle pour l’établissement d’une telle relation, sereine, harmonieuse et durable autour et avec l’enfant se trouve dans la posture professionnelle, fondamentalement différente de la posture parentale. Les premiers instants de la rencontre sont importants, mais c’est tout au long de l’accueil que le dialogue devra être nourri et soigné, afin d’accompagner au plus juste les enfants et leur famille, dans le respect de leur diversité.

Accueillir la petite enfance : le vécu des professionnels (2019)

16 octobre 2019

de Pierre Moisset
Toulouse : Editions Eres, 2019, 291 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

L'accueil de la petite enfance fait l'objet d'un véritable effort politique en France et plus largement en Europe. La notion d'investissement social dans la petite enfance, au même titre que dans l'école, témoigne du souci de lutter contre les inégalités sociales. Pourtant les professionnels qui prennent soin des tout-petits ne bénéficient pas de la reconnaissance qu'ils méritent. Un flou demeure sur la nature de leur travail quotidien et sur les compétences nécessaires pour assurer un accueil de qualité aux bébés et à leurs parents. Cet ouvrage rend compte de différentes études qui explorent les multiples facettes de ces professions et des personnes qui s'y engagent : comment entrent-elles dans le métier ? En quoi consiste concrètement l'activité d'accueil des jeunes enfants ? Qu'est-ce que faire du "bon travail" auprès des enfants ? Comment vivent-elles leur activité? Comment font-elles face aux évolutions de leur métier ? En levant le voile sur le vécu des professionnels de la petite enfance, les auteurs questionnent politiques et représentations sociales. Ils montrent que ces métiers ont une place importante à tenir sur la scène des défis éducatifs d'un monde changeant, ouvert, où l'accueil des enfants est une mission essentielle.

Aide-mémoire - Entretien motivationnel en soins infirmiers en 48 notions (2019)

09 octobre 2019

de Jacques Dumont, Mohamed Stitou
Paris : Dunod, 2019, 480 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

L’entretien motivationnel est un style de conversation collaboratif permettant de renforcer la motivation propre d’une personne et son engagement vers le changement.
Cette approche conceptualisée dans les années quatre-vingt, au départ des États Unis et du Royaume Uni pour le traitement des dépendances à l’alcool, s’est depuis de nombreuses années développée à travers le monde autour de multiples interventions médico-psycho-sociales.
Aujourd’hui, de plus en plus de praticiens l’utilisent dans le champ de la santé (addictologie, maladies chroniques, nutrition, santé mentale, éducation thérapeutique, etc.) mais également dans le secteur social et éducatif.
Dans les soins infirmiers, l’approche motivationnelle trouve tout son sens dans l’accompagnement de patients aux problématiques chroniques et nécessitant des modifications profondes et durables dans leur mode et habitude de vie. Véritable approche concrète et pragmatique, l’entretien motivationnel propose à la fois des principes d’aide humaniste et un style relationnel basé sur des processus, des savoir-faire et un savoir-être centrés sur la personne à aider.

Recommandations alimentaires pour la population Belge adulte - 2019 (2019)

02 octobre 2019

de Conseil Supérieur de la Santé
Bruxelles : Service public Fédéral de la Santé publique, de la Sécurité de la Chaîne alimentaire et de l’Environnement, 2019, 92 p.
En ligne : www.health.belgium.be[...]

En concertation avec les autorités compétentes du pays, le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) a élaboré un avis sur les priorités en matière de choix alimentaires devant contribuer efficacement à maintenir et promouvoir notre santé. Les recommandations proposées dans ce nouvel avis « FBDG » concernent la population adulte et sont étayées par l’évidence scientifique la plus récente. Elles sont très pratiques et tiennent compte de la culture alimentaire de notre population !

Rôle des médecins dans l’éducation pour la santé à l’école. Analyse d’une expérience pluriprofessionnelle originale

06 août 2019

de Clément Le Glatin, Xavier Guerin
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2019, pp. 203-212
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objectif : L’Espace Santé Jeune (ESJ) est un projet d’éducation pour la santé mené́ depuis 2008 dans un collège français. Les collégiens sont invités à participer à des espaces de parole sur la santé, animés par un médecin généraliste (MG) accompagné d’un animateur jeunesse de la commune ou d’un enseignant. Cette étude cherche à comprendre le rôle des médecins et à identifier les leviers du projet à partir du vécu des acteurs.
Méthode : Une étude de méthode mixte a été menée de janvier à juin 2015 par entretiens collectifs, individuels et questionnaire. Les résultats de l’analyse inductive par théorisation ancrée ont été confrontés aux résultats quantitatifs.
Résultats : 30 participants ont été inclus dans l’enquête qualitative (20 élèves, 5 enseignants, 4 MG, 1 animateur jeunesse) et 107 élèves ont répondu au questionnaire (taux de réponse 71 %). L’ESJ est un espace centré sur la parole des jeunes, vécu comme un moment de liberté et apprécié par 70 % des participants. Le rôle des MG pendant les séances oscille entre « animation des débats » et « expertise », et la complémentarité des compétences avec les professionnels éducatifs facilite leur intervention. Au-delà des séances, la présence des MG est perçue comme indispensable car leur statut amène une légitimité globale au projet. L’intervention repose sur l’engagement des professionnels, la pluri-professionnalité, la coordination et le partage d’une culture commune de la prévention.
Conclusion : L’ESJ est une expérience originale encourageant l’investissement de MG dans des actions locales de santé publique.

Élargir la vaccination contre les papillomavirus humains aux garçons : oui mais ? Retour sur une décennie de vaccination HPV chez les jeunes filles en FWB

02 mai 2019

de Marie-Christine Miermans, Béatrice Swennen
Bruxelles : Education Santé, 2019, pp.7-12
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

À la veille de l’élargissement de la vaccination HPV aux garçons, prévue en FWB en septembre 2019, cet article analyse le niveau de couverture vaccinale HPV atteint en 2017 auprès des jeunes filles en FWB et fait état du niveau d’adhésion des médecins et des professionnels PSE à cette nouvelle recommandation. Il se base sur les résultats de différentes recherches menées par l’équipe interuniversitaire Provac, dans le cadre de financements par la DG Santé de la FWB puis de l’ONE

Projet Bien-être : vers un meilleur repérage et accompagnement des femmes présentant des vulnérabilités psychologiques ou sociales

25 septembre 2018

de Gladys Ibanez, Hector Falcoff
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2018, pp. 89-97
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Près de 10 % des femmes enceintes françaises déclarent avoir ressenti un mal-être psychologique au cours de leur grossesse. Cette prévalence peut être doublée ou triplée parmi les femmes présentant des facteurs de vulnérabilité sociale. Parmi ces femmes, 81,3 % n’ont pas consulté un professionnel de santé au cours de leur grossesse pour ces difficultés. Le projet Bien-être vise à améliorer le repérage précoce des vulnérabilités psychologiques ou sociales et le parcours de soin actuel des femmes enceintes vulnérables, et à évaluer l’intérêt de l’entretien prénatal précoce dans l’accompagnement de ces femmes.

Inégalités sociales et soins préventifs : le cas du conseil en activité physique délivré par les généralistes

25 septembre 2018

de Géraldine Bloy, Laetitia Moussard Philippon
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2018, pp. 81-87
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Introduction : Les comportements favorables à la santé sont moins fréquents en bas de l’échelle sociale, ce qui contribue aux inégalités sociales de santé. Par leurs conseils préventifs, les médecins généralistes (MG) peuvent espérer agir sur cette tendance. Notre objectif était de décrire les inégalités sociales en matière d’activité physique (AP) dans les patientèles et de conseil en AP en consultation, et de mieux comprendre leur construction au niveau de la relation médecin/malade.
Méthodologie : Prev Quanti a étudié les différences sociales concernant l’AP des patients et le conseil en AP dispensé par leur MG parmi 3 640 patients tirés au sort dans la liste médecin-traitant de 52 MG maîtres de stage franciliens. Prev Quali a exploré la construction des « styles de pratique » pour ce conseil, sur la base de 99 entretiens réalisés avec des MG franciliens « tout-venant ».
Résultats : Des gradients sociaux de conseil en AP défavorables au bas de la hiérarchie sociale, où la pratique d’une AP était aussi moins souvent déclarée par les patients, ont été observés. Les entretiens ont souligné une difficulté des MG à considérer en routine l’AP comme un soin médical pertinant, et une pratique peu systématique. Un processus discret de triage entre les patients avec lesquels « il est judicieux » d’aborder l’AP et les autres opère, ce qui produit une sélection sociale indirecte, sans conscience claire des gradients sociaux en la matière.
Conclusion : Ne pas creuser les inégalités sociales lors de la promotion de l’AP est un défi pour les MG.

Comment les médecins généralistes favorisent-ils l’équité d’accès à l’éducation thérapeutique pour leurs patients ?

25 septembre 2018

de Cécile Fournier, Marie-Odile Frattini
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2018, pp. 69-80
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Notre recherche vise à comprendre de quelle manière et à quelles conditions les médecins généralistes contribuent à l’équité d’accès à l’éducation thérapeutique (ETP). Une enquête, se référant à la sociologie interactionniste, a été conduite à partir de récits de pratiques auprès d’un échantillon diversifié de 32 médecins. Ces derniers sont affiliés à des réseaux, maisons ou pôles de santé liés au Pôle de ressources en ETP d’Île-de-France, inscrivant notre étude dans un contexte a priori favorable à l’ETP, dont témoigne aussi le fait que plus de la moitié sont sensibilisés ou formés à l’ETP. En consultation, les médecins interrogés déclarent tous développer des pratiques éducatives plus ou moins structurées, mobilisant des outils qui relèvent toutefois rarement de l’ETP. L’orientation vers d’autres ressources éducatives – professionnels libéraux, programmes d’ETP et ressources d’accompagnement social – reste occasionnelle. Elle est motivée généralement par le souhait de résoudre une difficulté contingente au processus éducatif, avec la préoccupation prioritaire que la relation avec les patients ne soit pas altérée.
Les médecins soulignent que leur investissement dans la relation thérapeutique ne dépend pas des caractéristiques psycho-sociales des patients. Néanmoins leurs pratiques éducatives semblent influencées par des anticipations liées notamment à ces caractéristiques. En les prenant en compte, certains médecins développent des pratiques en faveur d’une meilleure équité d’accès, facilitée par plusieurs dynamiques que nous décrivons. Les résultats de cette recherche ouvrent des pistes de réflexion dont peuvent s’emparer les professionnels exerçant en ambulatoire et les structures d’aide au développement de l’ETP pour faciliter l’accès à l’éducation de tous les patients.

Facteurs associés à la prise de rendez-vous en ligne pour une consultation de médecine générale

20 septembre 2018

de Sami Ellouze, Jean Lafortune
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2018, pp. 371-382
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Introduction : Les modalités de prise de rendez-vous (RDV) pour une consultation de médecine générale sont un maillon important de la chaîne d’accès aux soins. Notre objectif était de rechercher les facteurs sociodémographiques associés à la prise de RDV sur plateformes internet des patients ayant pris un RDV chez un généraliste parisien.
Méthodes : Une enquête épidémiologique transversale multicentrique a été réalisée de janvier à avril 2017 dans 61 pharmacies auprès de patients ayant consulté un généraliste, au sein d’arrondissements parisiens à fort gradient social. Un questionnaire était proposé par les pharmaciens, visant à définir les caractéristiques sociodémographiques des patients ainsi que le mode de rendez-vous pris chez le généraliste. Une analyse univariée et un modèle multivarié ont été utilisés pour déterminer les facteurs associés à la prise de RDV sur plateformes Internet.
Résultats : Au total, 423 patients ont été inclus dans l’étude. L’analyse multivariée a indiqué que la catégorie d’âge supérieure à 40 ans (âge 40-59 ans : OR ajusté = 0,46, IC95 % = [0,236 ; 0,879], p = 0,02 et âge supérieur à 60 ans : OR ajusté = 0,023, IC95 % = [0,109 ; 0,49], p = 0,0001), la non-utilisation d’internet (OR ajusté = 10,55 [3,62 ; 45,04], p = 0,0001) et l’habitation dans des quartiers parisiens définis sur le seul critère de pauvreté (OR ajusté = 0,427, IC95 % = [0,23 ; 0,76], p = 0,004]) étaient fortement associés de manière défavorable à la prise de RDV via une plateforme internet chez le généraliste.
Conclusions : L’utilisation des plateformes de prise de RDV en ligne doit être couplée aux moyens organisationnels usuels (consultation libre et prise de RDV téléphonique) afin de proposer un accès aux soins égalitaire à tous.

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO