Veille sur les professionnels de la santé

 

Public : Professionnels de la santé

La veille présente les 15 dernières ressources ajoutées dans la base de données DOCTES. 


Si vous êtes intéressé par l'une ou l'autre ressource, cliquez sur le lien [En ligne: ] pour accéder aux notices dans la base de données DOCTES ou contactez notre documentaliste à l'adresse quentin.colla@uclouvain.be

flux

Evaluation of Mental Health Effects of a Mindfulness Workshop with Health Professions Students (2021)

16 septembre 2021

de Shirley D Martin, Gina K Alexander, Kelly P Fisher, et al.
2021
En ligne : pubmed.ncbi.nlm.nih.gov[...]

Our interprofessional team examined the mental health effects of a pilot mindfulness meditation workshop for college students (n = 39) from 4 health professions. A mixed-methods survey examined students' self-compassion (short form; SCS-sf), perceived stress (PSS-10), and self-reported mindfulness behaviors pre-workshop and at 2 months. The survey captured attitudes, beliefs, and intentions to continue mindfulness practices over time and perceived barriers to mindfulness practice. Participants (69%; 27/39) indicated significantly improved SCS-sf (p=0.016) and significantly reduced PSS (p=0.009) at 2 months post-workshop. Students reported improved mental health after 2 months, but the small sample size limits generalizability of findings. Interprofessional education promoting mindfulness skills may help prevent burnout and empathy fatigue for health professionals entering the workplace.

Experiences of perinatal nurses regarding compassion fatigue and compassion satisfaction: a phenomenological study

09 septembre 2021

de Şule Kesbiç, Ilkay Boz
En ligne : www.tandfonline.com[...]

Aim: This study aims to understand the essence of perinatal nurses' experiences, thoughts, and feelings on compassion satisfaction and compassion fatigue.

Methods: The descriptive phenomenological design was used in this study. Data were collected at in-depth interviews with 16 perinatal nurses. The thematic analysis method was used in data analysis.

Results: Five main themes and 14 subthemes were determined. The first theme 'Compassionate Caring Behaviors' has four subthemes: affectionate behaviors, responsiveness to women' needs, and authentic informing. The theme of 'Gains of Compassionate Care' has two subthemes: easier with same-sex patients and achieving moral satisfaction. The theme of 'The Other Side of Care' contained the subthemes not being understood, challenging care moments, specific nursing expectations, and a demanding work environment. The theme of "Relieving Burden of Care' has three subthemes trying to understand, taking deliberate breaks in communication, and coping with the experience. The last theme 'Cost of Caring: Compassion Fatigue' has two subthemes: avoiding women and multidimensional fatigue.

Conclusion: This study concluded that perinatal nurses were satisfied with compassionate care, caring for same-sex patients, and achieving moral satisfaction increased their compassion satisfaction while witnessing challenging care moments such as fetal loss, and a demanding work environment triggered compassion fatigue.

Keywords: Compassion fatigue; compassion satisfaction; experiences of nurses; perinatology; phenomenology.

Walking Psychotherapy As a Health Promotion Strategy to Improve Mental and Physical Health for Patients and Therapists: Clinical Open-Label Feasibility Trial (2021)

09 septembre 2021

de Nicole Koziel, Simone Vigod, PRICE J., et al.
2021
En ligne : journals.sagepub.com[...]

Background
Persons with mental illness are more at risk for sedentary behaviour and associated consequences. We assessed the feasibility of outdoor walking during psychotherapy sessions in an outpatient trauma therapy program to challenge sedentary behaviour.

Methods
In this pilot trial in Toronto, Canada, female therapists and patients >18 years, were encouraged to walk during 12 consecutive trauma therapy sessions. Both groups were provided wearable pedometers. We assessed protocol feasibility and desirability, and 12-week changes in patient post-traumatic stress [PTSD check-list for DSM-5 (PCL-5)], and depression, anxiety, and stress symptoms [Depression, Anxiety and Stress Scale (DASS)].

Results
91% (20/22) of patients approached for the study consented to participate and 17 (85%) completed follow-up questionnaires. There was walking in 132/197 (67%) of total therapy sessions (mean 7.3 out of 10.9 sessions per participant). Inclement weather was the predominant reason for in-office sessions. At 12-week follow-up, PCL-5 mean scores decreased from 38.4 [standard deviation, ((SD) 11.8) to 30.7 (SD 14.7)], [mean difference (MD) 7.7, 95% CI: 1.5 to 13.8]; 41% (7/17) participants had a clinically significant PCL-5 score reduction of >10 points. DASS-stress mean scores decreased from 19.0 to 16.0 (MD 3.0, 95% CI: 0.3 to 5.6). No changes were observed for DASS depression (MD -0.9, 95% CI: −5.1 to 3.3) nor DASS anxiety (MD -0.2, 95% CI: −3.1 to 2.7). Daily step reporting was inconsistent and not analyzed. There was high acceptability amongst patients and therapists to walk, but not to record daily steps. There were no adverse outcomes.

Conclusions
It was feasible and acceptable to incorporate outdoor walking during trauma therapy sessions for patients and therapists. Weather was the greatest barrier to implementation. Further randomized-control study to compare seated and walking psychotherapy can clarify if there are psychotherapeutic and physical benefits with walking.

Repenser les partenariats entre écoles primaires et secteurs de psychiatrie infanto-juvénile en temps de COVID-19

16 mars 2021

de Sandrine Bonneton, ET AL.
Laxou (France) : Société Française de Santé Publique (SFSP), 2021, pp. 531-535
En ligne : www.cairn.info[...]

Introduction : À échelle mondiale, le rapprochement entre écoles et services publics de pédopsychiatrie est privilégié pour promouvoir le développement d’interventions précoces qui améliorent les trajectoires de santé, de la prévention jusqu’aux soins des enfants exposés à des difficultés d’ordre psychique. Dans une perspective de santé publique, la contextualisation de ces pratiques est primordiale pour assurer leur pérennisation et leur efficacité. Cet article propose un éclairage sur les enjeux de ces rapprochements et les avantages de ces derniers pour répondre à l’empreinte sanitaire, sociale et économique de la crise liée à l’arrivée brutale de l’épidémie de Covid-19.
Objectifs : Améliorer la prise en charge des enfants présentant des problèmes de santé mentale ou d’ordre psychique renvoie à une prise en compte de leur environnement au-delà du cadre thérapeutique. Une recherche interventionnelle, en cours actuellement, engage sur plusieurs sites en France : écoles primaires, Centres médico-psychologiques (CMP) et Conseils locaux en santé mental (CLSM). Elle a pour but d’inventorier et d’analyser les cadres partenariaux et interventionnels les plus efficients, à partir des besoins et des ressources mobilisables de chaque site. Elle envisage une diversification et une contextualisation de l’offre de soins dans un souci d’équité et d’efficacité thérapeutique à partir de l’école.
Résultats : Plus que de résultats, il s’agit de faire des propositions pour accompagner au mieux la sortie de confinement et les mois à venir. Le déploiement de partenariats sur les territoires fortement marqués par les inégalités sociales et économiques constitue une priorité en termes de santé publique et d’orientation des politiques locales. Ces partenariats pourraient participer d’une stratégie globale d’évaluation des besoins et d’accompagnement personnalisé des enfants. La formalisation d’interventions à l’interface école-secteur permettrait d’étayer les professionnels de l’école à surmonter cette crise sanitaire qui traverse leur institution, afin qu’elle ne se cristallise pas en son sein. La montée en puissance des CLSM permettrait d’amplifier les coordinations et les collaborations locales pour aider les enfants les plus vulnérables psychiquement et accompagner leurs parents, compte tenu de leur situation, à soutenir le développement de ces derniers.
Conclusion : Redonner les moyens humains et matériels aux structures existantes, notamment au secteur de psychiatrie infanto-juvénile, afin qu’il puisse remplir ses missions de service public semble une priorité aujourd’hui. La mise en œuvre de partenariats école-CMP-CLSM peut contribuer à l’orientation de politique locale dans un souci d’élaborer des stratégies individuelle et collective, qui garantissent des soins adaptés aux besoins des enfants et accessibles au plus grand nombre.

Navigating a Middle Ground - Exploring Health Professionals’ Experiences and Perceptions of Providing Rehabilitation in Outdoor Community Settings

28 janvier 2021

de Louise S. Madsen, ET AL.
2021, pp. 41–53
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Contemporary practice has started to rethink use of outdoor and community environments for advancing comprehensive rehabilitation outcomes. The aim is to examine health professionals’ experiences and perceptions of providing rehabilitation in outdoor community settings. The purpose is to use these experiences to generate practice-based knowledge in using the outdoors as a means to guide community-based rehabilitation. The Interpretive Description methodology was accompanied by social practice theory. Fieldwork was conducted utilizing participant observation, photovoice, and focus-group interviews. Included were 27 health professionals. The analysis revealed how “naturalistic learning opportunities” offered health professionals strategies to empower activity and participation levels and yet invoked “rehabilitation setting tensions.” A continuum was engaged in the theme “navigating a middle ground,” representing an integrated environment approach; rehabilitation in conventional indoor and outdoor community settings. Development of a sustainable concept for outdoor community-based rehabilitation involves strengthening health professionals’ competencies and skills for providing outdoor and community work.

SRAS-CoV-2 : Prise en charge des usagers et des travailleurs de la santé ayant des symptômes post vaccination COVID-19 en milieux de soins (2020)

23 décembre 2020

Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 11 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Le vaccin contre la COVID-19 est maintenant disponible au Québec. Les informations disponibles actuellement indiquent que les personnes vaccinées sont susceptibles, dans une proportion significative, de présenter différents symptômes suite à la vaccination. Considérant que ces symptômes peuvent ressembler à ceux compatibles avec la COVID-19, des recommandations sur la prise en charge des usagers et des travailleurs de la santé ayant des symptômes post vaccination sont nécessaires. Ce document a comme objectif de baliser la gestion, en milieux de soins, des usagers et des travailleurs de la santé qui présentent des symptômes suite à la réception du vaccin contre la COVID-19. Des algorithmes ont été élaborés pour guider la prise de décision dans ces situations. La prise en charge d’un usager qui développe des symptômes post vaccination pour la COVID-19 est différente de celle pour un travailleur de la santé. L’impact d’instaurer des précautions additionnelles pour un usager est moindre que celui du retrait d’un travailleur de la santé. Il faut entre autres considérer la possibilité que le retrait simultané de plusieurs travailleurs de la santé puisse entraîner des bris de service. Ces recommandations sont formulées à la lumière des données scientifiques disponibles à ce jour sur le vaccin actuellement utilisé contre la COVID-19 et ses effets secondaires et seront ajustées selon les nouvelles connaissances à venir.

Prendre soin après : Entretiens avec des soignants sur la crise sanitaire et les perspectives (2020)

16 décembre 2020

Paris : Seli Arslan, 2020, 247 p.
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

La crise sanitaire engendrée par l'épidémie due au coronavirus constitue un moment de bouleversement majeur pour le monde de la santé comme pour la population dans son ensemble. Quels ont été les ressentis des soignants face à cette situation inédite ? Ce livre vise à donner directement la parole à des professionnels, à leur permettre de partager librement dans le cadre d'un entretien leur vécu de cette crise sanitaire, mais aussi leur vision de l'avenir. Une vingtaine de soignants sont interviewés, qu'il s'agisse d'infirmières ou d'infirmiers, d'aides-soignantes, de médecins, de cadres de santé, de psychologues cliniciens, etc. Ils ont exercé en réanimation, en hospitalisation durant la crise, parfois plus à distance, mais toujours dans le contexte de l'urgence, dans la nécessité de répondre aux besoins de la population. Ils ont été sur le terrain des établissements hospitaliers ou d'hébergement, ou encore en libéral. Ils ont accompagné des patients atteints du Covid, d'autres en demande de soins, des familles, ou des soignants confrontés à du jamais vu, du jamais réalisé jusque-là. Quel regard portent-ils sur cette expérience marquante ? Y étaient-ils préparés ? Qu'ont-ils pensé du traitement médiatique de la crise, des réactions politiques ou de celles de la population ? Quels doutes, quelles émotions les ont traversés ? Que pensent-ils du prendre soin après cette crise ? Quelles sont les perspectives concernant l'avenir de leur profession, du monde du soin ? C'est sur toutes ces questions et bien d'autres que les soignants interrogés apportent leurs réflexions. Avec sensibilité et profondeur, ils lèvent le voile sur leur vécu de la crise. Au-delà, ils décrivent la richesse de leur métier, considèrent l'univers du soin tel qu'il était avant, tel qu'il pourrait être après. Et si c'était à refaire ? Entretiens avec : Jean-François Dufrénoy (médecin généraliste) ; Eric Zaoui (infirmier et cadre supérieur de santé formateur) ; Nicole Bénévise (infirmière et cadre de santé) ; Morgan Benais (médecin réanimateur) ; Salima Aouabdia (infirmière de bloc opératoire) ; Sara Piazza (psychologue clinicienne) ; Abramo Strozzi (psychologue clinicien) ; Axel Durand (médecin) ; Claudine Laslaz (infirmière anesthésiste) ; Estelle Sandogo (aide-soignante) ; Anne-Marie Guerreiro (aide-soignante) ; Jean Nouaillat (médecin gériatre) ; Clarisse Salmon (étudiante en soins infirmiers) ; Laurence Verani (infirmière, cadre de santé formateur) ; Serge Philippon (cadre supérieur de santé en EHPAD) ; Françoise Laurent (directrice d'établissement médico-social) ; Hélène Vermet (psychologue et psychanalyste) ; Martin Sixt (ostéopathe) ; François Jaboeuf (retraité, conjoint d'infirmière).

Egal-e avec mes élèves, c’est tout à fait mon genre ! Petit guide à l’ usage des profs pour réfléchir et agir sur l’ égalité filles-garçons (2020)

24 novembre 2020

de Alice Primi
Bruxelles : Université des Femmes, 2020, 40 p.
En ligne : www.egalitefillesgarcons.cfwb.be[...]

Tant au niveau belge francophone qu’international, les recherches analysant l’institution scolaire et les pratiques éducatives sous l’angle de l’analyse de genrée soulignent le rôle de l’école dans la reproduction des rapports sociaux de sexe, mais démontrent également qu’elle peut être actrice de changement en adoptant des pédagogies porteuses d’une égalité effective. La formation – initiale comme continue – des enseignant·e·s, éducateurs·trices de la Communauté française de Belgique aborde encore très peu ces questions. C’est pourquoi, 10 ans après son premier opus, l’Université des Femmes a décidé de produire cette nouvelle édition entièrement actualisée de « Egal·e avec mes élèves, c’est tout à fait mon genre ! ». Ce petit guide s’adresse aux enseignant·e·s pour les aider, de façon simple, à intégrer dans leurs cours la réflexion sur les inégalités de genre, la prévention contre les stéréotypes sexistes, éducation à l’égalité des droits… sans être exhaustif, il aborde les thèmes principaux concernant l’égalité filles-garçons à l’école et se veut une introduction facile d’accès et une source de bonnes pratiques à mettre en place au quotidien.

Interventions to Improve Mental Health, Well-Being, Physical Health, and Lifestyle Behaviors in Physicians and Nurses: A Systematic Review

21 octobre 2020

de Bernadette Mazurek Melnyk, ET AL.
2020, pp. 929–941
En ligne : sites.uclouvain.be[...]

Objective:
This systematic review focused on randomized controlled trials (RCTs) with physicians and nurses that tested interventions designed to improve their mental health, well-being, physical health, and lifestyle behaviors.

Data Source:
A systematic search of electronic databases from 2008 to May 2018 included PubMed, CINAHL, PsycINFO, SPORTDiscus, and the Cochrane Library.

Study Inclusion and Exclusion Criteria:
Inclusion criteria included an RCT design, samples of physicians and/or nurses, and publication year 2008 or later with outcomes targeting mental health, well-being/resiliency, healthy lifestyle behaviors, and/or physical health. Exclusion criteria included studies with a focus on burnout without measures of mood, resiliency, mindfulness, or stress; primary focus on an area other than health promotion; and non-English papers.

Data Extraction:
Quantitative and qualitative data were extracted from each study by 2 independent researchers using a standardized template created in Covidence.

Data Synthesis:
Although meta-analytic pooling across all studies was desired, a wide array of outcome measures made quantitative pooling unsuitable. Therefore, effect sizes were calculated and a mini meta-analysis was completed.

Results:
Twenty-nine studies (N = 2708 participants) met the inclusion criteria. Results indicated that mindfulness and cognitive-behavioral therapy-based interventions are effective in reducing stress, anxiety, and depression. Brief interventions that incorporate deep breathing and gratitude may be beneficial. Visual triggers, pedometers, and health coaching with texting increased physical activity.

Conclusion:
Healthcare systems must promote the health and well-being of physicians and nurses with evidence-based interventions to improve population health and enhance the quality and safety of the care that is delivered.

n°122 - Octobre 2020 - Les soignants face à la Covid-19 (Bulletin de Soins cadres)

21 octobre 2020

Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2020

Ce numéro est composé de :


Éditorial
·Manager par le storytelling
Page :1
Pascal Barreau

Dossier : Les soignants face à la Covid-19
·Apprendre à vivre avec la Covid-19
Page :9
Pascal Barreau, Yasmina Ouharzoune

·Covid-19 et directeur des soins, un engagement stratégique et opérationnel
COVID-19 and director of care, a strategic and operational commitment
Page :10-13
Barbara Robert

·Les compétences des professionnels hospitaliers à l’épreuve de la Covid-19
The skills of hospital professionals put to the test with COVID-19
Page :14-15
Françoise Quintin


·Covid et psychiatrie, repenser les pratiques
COVID and psychiatry, rethinking practices
Page :16-17
Hélène Domisse, Christophe Lamisse

·Ehpad, Covid-19 et réorganisation
Accommodation facility for dependent elderly people, COVID-19 and reorganization
Page :18-21
Sébastien Noyé, Anne Bernardon

·Face au coronavirus, la création d’une cellule éthique de soutien local
The creation of a local ethical support unit in response to the coronavirus
Page :22-24
Pierre Geigle

·L’après-Covid-19 et la santé mentale des soignants
Post-COVID-19 and the mental health of caregivers
Page :25-28
Richard Pougnet, Sandrine Brient, David Lucas, Laurence Pougnet

·La mobilisation des étudiants en santé durant la crise sanitaire
Mobilization of health students during the health crisis
Page :29-32
Anne-Marie Lagadec

Enquête épidémiologique sur les travailleurs de la santé atteints par la COVID-19 au printemps 2020 (2020)

15 octobre 2020

de Gaston De Serres, Sara Carazo
Québec (Canada) : Institut National de Sante Publique du Québec (INSPQ), 2020, 76 p.
En ligne : www.inspq.qc.ca[...]

Entre le 1er mars et le 14 juin 2020, 13 581 travailleurs de la santé ont été atteints de COVID-19 confirmée, ce qui représente le quart des cas rapportés au Québec lors de la première vague de COVID-19. Onze de ces travailleurs de la santé (0,8 %) en sont décédés. Leur risque de contracter la COVID-19 a été environ 10 fois plus élevé que celui estimé dans le reste de la population.

Dans la présente étude, 5 074 (37,4 %) travailleurs de la santé avec COVID-19 confirmée par laboratoire ou par lien épidémiologique et rapportés entre le 23 février et le 14 juin 2020 ont accepté de participer dont 1 098 (22 %) ont fourni des commentaires additionnels au questionnaire épidémiologique.

Voici les principaux résultats :

-Quarante-huit pour cent (48 %) travaillent en centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) et 34 % en centre hospitalier (CH); 70 % sont soit des préposés aux bénéficiaires, des infirmières ou des infirmières auxiliaires, alors que les médecins représentent 3 % des malades.
-Quatre-vingt-trois pour cent (83 %) pensent avoir été infectés dans leur milieu de travail, soit par les patients (33 %), par leurs collègues (10 %) ou ont été exposés à la fois à des collègues et des patients infectés et n’ont pas été en mesure d’identifier la source exacte de leur maladie (40 %).
-Alors que 75 % de tous les participants rapportent un contact avec des patients suspectés ou confirmés COVID-19, 48 % ont été exposés dans des unités qui n’étaient pas dédiées exclusivement à la COVID-19.
-Les travailleurs de la santé qui ont fourni des commentaires pensaient avoir été contaminés à l’occasion du transfert de patients ou avant la confirmation diagnostique d’un patient, lors de rassemblements de plusieurs travailleurs dans des locaux étroits ou lors de mouvements de personnel, en raison d’une surcharge de travail et d’un manque de personnel. L’environnement physique est également considéré comme une source possible de contamination.

Aider les services à faire face à la crise sanitaire

24 septembre 2020

de Anoutcha Lualaba Lekede, Alain Maron
Bruxelles (Belgique) : Question Santé, 2020
En ligne : questionsante.org[...]

2020 aura été marquée par l’épidémie du Covid-19. Une situation inédite qui a vu une augmentation des problèmes psychosociaux au sein de la population et entraîné une surcharge de travail pour les professionnels de 1ère ligne. Comment protéger aujourd’hui ces travailleurs ? Nous avons interrogé Alain Maron, ministre bruxellois de la Santé et de l’Action sociale (COCOF et COCOM), à ce propos.

Veiller à la santé psychique des travailleurs

24 septembre 2020

de Nathalie Cobbaut
Bruxelles (Belgique) : Question Santé, 2020
En ligne : questionsante.org[...]

La charge psycho-sociale que les travailleurs de terrain encaissent depuis le début de la crise Covid n’est pas sans conséquences. Le point dans une série de services soumis à rude épreuve.

n° 110 - Mars 2020 - Prendre soin des professionnels de santé (Bulletin de Actualité et dossier en santé publique)

24 juin 2020

2020, 64 p.
En ligne : www.hcsp.fr[...]

« Finalisé en janvier 2020, ce dossier souhaite mettre en lumière l’importance d’un accompagnement favorable à la qualité de vie au travail des professionnels de santé. Entre-temps, la pandémie de la Covid-19 s’est installée, mettant à l’épreuve l’ensemble de la population et de notre système de soins. En soi, la difficulté de l’épidémie n’est peut-être pas tant de gérer le risque (les professionnels y sont préparés et formés), mais davantage d’inventer in vivo un management de l’incertitude liée à un risque inconnu, contraignant à décider malgré des informations contradictoires, parcellaires, fluctuantes. Nous avons eu peur collectivement du chaos. Il ne s’est pas produit grâce à l’intense mobilisation des acteurs de la santé, confrontés en première ligne à un afflux massif de patients. Dans l’urgence, les professionnels ont fait émerger des coopérations interprofessionnelles insoupçonnées, ont innové pour établir des plans de continuité des soins, ont trouvé des solidarités auprès de la réserve sanitaire, de l’armée, des entreprises (appels aux dons) et des citoyens (« protégez les soignants, restez chez vous ! »). Cette épreuve « hors norme » est un révélateur des capacités individuelles de résistance de nos professionnels, mais aussi des capacités collectives de résilience de nos organisations de santé en dépit de conditions initiales souvent défavorables. Notre responsabilité commune est d’engager dès à présent une sortie par le haut de cette crise sanitaire. Créer rapidement des espaces de retour d’expérience est une priorité afin de comprendre les erreurs tant conjoncturelles que structurelles de nos politiques et choix organisationnels en matière de santé. Prendre le temps de l’échange avec chacun pour qu’il puisse exprimer son vécu du travail est une exigence humaine à défendre. Des épisodes aigus d’engagement peuvent redonner du sens au travail autant qu’accoucher de désillusions. Adopter un regard bienveillant est une posture nécessaire pour tirer parti des succès obtenus et des obstacles organisationnels levés. Au final, il est vital pour notre système d’enclencher cette discussion « thérapeutique » sur le travail, ses ressources et ses conditions d’exercice. N’est-ce pas là le b.a.-ba du « prendre soin des professionnels de santé » ? Ce dossier sur la qualité de vie au travail et ses modalités d’accompagnement arrive donc à point nommé pour le « Ségur de la santé » afin de nourrir cet effort salutaire de reconstruction du travail de nos professionnels de santé. »

Ce numéro est composé de :
Éditorial
Prendre soin des soignants. Quelles modalités d’accompagnement pour favoriser la qualité de vie au travail ?
Anne-Paule Duarte, Matthieu Sibé

HCSP direct
Usages et bon usage de la mesure de la santé perçue et de la qualité de vie en France : une autosaisine du HCSP
Isabelle Millot, Joël Coste, Marie-France d'Acremont, Anne Sizaret


Actualité
Programme médiateurs de santé-pairs
Bérénice Staedel, Wendy Hude



Sommaire dossier
Prendre soin des professionnels de santé
Dossier coordonné par Anne-Paule Duarte, Matthieu Sibé
Contexte et enjeux de la qualité de vie au travail
Définition et concept de la qualité de vie au travail : de quoi parle-t-on ?
Pascale Levet

Au risque des signaux faibles : pour une éthique managériale du sentir
Alice Casagrande

Que nous enseigne l’état actuel de la recherche sur la qualité de vie au travail ?
Héloïse Haliday

Éclairage statistique sur les conditions de travail perçues par les professionnels des établissements de santé
Jacques Pisarik

Accompagnement des professionnels pour une meilleure qualité de vie au travail
Mettre les équipes au cœur de la performance des soins
Alexandre Fournier

Qualité des soins : la HAS intègre la qualité de vie au travail dans le référentiel de certification
Philippe Laly

Un Observatoire national de la qualité de vie au travail : pour quoi faire ?
Philippe Colombat

Repenser l’organisation du travail avec les acteurs : expérimentation soutenue par la HAS dans une clinique psychiatrique
Christophe Massot, Cathel Kornig

Quelles transformations attendues ? Quelles démarches inspirantes ?
Le modèle du Magnet Hospital : concilier qualité de vie au travail et qualité des soins par un management « aimant » (172 ko)
Matthieu Sibé

Expérimentation d’un management basé sur le concept d’hôpital magnétique
Anne-Marie Pronost

La démarche participative dans les services de soins
Philippe Colombat

Prévention et promotion de la santé au travail ? Le rôle du service de santé au travail du CHU de Bordeaux
Nathalie Gréard, Catherine Verdun-Esquer

Quelles initiatives pour la qualité de vie au travail des professionnels libéraux ?
Éric Galam

Tribunes (220 ko)
Prendre soin des professionnels de santé : quels besoins émergent en situation de crise ?
Anne-Paule Duarte

Approches managériales favorables à la qualité de vie au travail : mieux accompagner les professionnels de santé
Anne Muller

Promouvoir la qualité de vie au travail : comment l’EHESP forme les managers de demain ?
Paula Cristofalo

Comment améliorer les conditions de travail des infirmiers ?
Céline Laville

Bibliographie générale

Les médecins et les personnels de santé scolaire (2020)

10 juin 2020

Paris (France) : Cour des comptes, 2020, 81 p.
En ligne : www.ccomptes.fr[...]

À la demande de la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire de l’Assemblée nationale, la Cour s’est penchée sur la situation des médecins et personnels de santé scolaire. Bien qu'il constitue une condition essentielle de la réussite de la politique éducative et une contribution importante à la politique de santé publique, le dispositif de santé scolaire connaît des difficultés endémiques sur lesquelles l'attention des pouvoirs publics est régulièrement appelée. Une réorganisation complète, assortie d'une révision des méthodes de travail, s'avère indispensable.La santé scolaire souffre d'une pénurie de médecins, avec un tiers de postes vacants et des prévisions de départs en retraite qui excèdent largement le rythme des recrutements. Les performances en termes de dépistages obligatoires, moments-clés du parcours de santé des élèves, sont très en deçà des objectifs, en raison d'une organisation défaillante. Les responsables académiques et nationaux ne peuvent évaluer l'activité, l'efficacité et l'efficience de la santé scolaire, en raison d'un boycott des statistiques par certains personnels depuis plusieurs années. Le cloisonnement des différents métiers, consacré par le ministère en 2015, contribue à la forte dégradation du service public.La Cour recommande de revenir à une vision globale, en créant des services de santé scolaire pour unifier l'intervention des personnels et collaborer avec les agences régionales de santé et l'assurance maladie. Elle formule au total dix recommandations.

UCLouvain Home > Instituts de recherche > Institut de recherche santé et société > RESO